J. Cahuzac apprend que F. Hollande entend imposer les plus riches à 75% (vidéo)

Le candidat amateur du PS devrait au moins mettre au courant ses conseillés quand il décide de faire une annonce de démago.
Alors que sur TF1 François Hollande propose benoitement d’imposer les plus riches de 75%, Jérôme Cahuzac chargé du pôle budget, finances et fiscalité au sein de son équipe de campagne; découvre cette proposition 1h00 plus tard sur France 2. Et il en est tout abasourdi.


Cahuzac apprend que Hollande entend imposer les… par LeNouvelObservateur

Petite note au passage:

Cette proposition ne vise en rien à changer le système. D’autant que sur cette nouvelle tranche d’imposition qui taxera à 75 % tous les revenus au-dessus d’un million d’euros par an, il faut ajouter plus 15,5% sur les revenus du patrimoine, la CSG et la CRDS, ça fait «90%», sans tenir compte de l’ISF. La conséquence: Hollande n’aura pas le temps d’ouvrir la porte de l’Élysée que les plus hauts revenus seront déjà parti avec femmes et bagages. Il n’y aura plus un seul investisseur en France et la proposition ne passera même pas le barrage du Conseil constitutionnel. C’est donc une idée de baltringue, et François Hollande en est conscient.
Son objectif est de reprendre la main sur Sarkozy, et de donner des gages à sa gauche pour faire oublier ses déclarations au Guardian. Alors il en fait des caisses. Seulement, le petit père sans peuple Méchantcon veut lui taxer à 100 % les riches à partir de 360 000 euros de revenu par an (30 000 euros/mois)… autant dire que François Hollande est encore un peu loin du compte…

Si on veut s’attaquer aux montants les plus indignes en matière de salaire, il faudrait en revenir au fordisme comme l’a souligné Bruno Lemaire, conseiller Economie de la campagne de Marine Le Pen.
En effet, le grand entrepreneur Henri Ford déclarait, il y a près de 100 ans, qu’aucun chef d’entreprise ne devrait gagner plus de 30 fois ce que gagnait le plus humble de ses collaborateurs. Pourquoi ne pas faire entrer au niveau des contrats collectifs une mesure de cet ordre, disons un écart maximum de 40 entre la rémunération du plus haut « gradé » et celle du moins bien payé de ses collaborateurs. Si le patron veut gagner 85.000 euros, il faudra que le moindre de ses collaborateurs gagne au moins 2.000 euros. Voilà une véritable mesure, à la fois sociale et de grande portée économique, ni démagogique ni incohérente.