J-L.Mélenchon VS M.Le Pen : Le petit père sans peuple démontre une nouvelle fois toute sa lacheté.

Toute la presse fut à l’unisson pour déclarer que Marine Le Pen a été condamnée à 10000€ d’amende dans le procès du ‘faux tract’ sur Mélenchon.
Or comme souvent toute la presse fut à l’unisson pour dire n’importe quoi. Car il ne faut pas avoir fait beaucoup d’études de droit pour savoir que lorsque l’on fait appel d’une condamnation qui n’est pas une condamnation civile, elle est purement et simplement annulée. Ce qui signifie ici que Marine Le Pen n’est absolument pas condamnée et qu’elle est donc toujours présumée innocente.
Ça c’est sur la forme du traitement médiatique.

53331592b

En ce qui concerne le fond c’est encore plus minable. Car ce tract n’a rien d’un faux. Les propos qui y figurent ont été tenus par Jean-Luc Mélenchon à l’occasion d’un discours à Marseille :


Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Marseille ! par LCP

Ce tract dit donc vrai. Doit-on être condamné pour avoir dit la vérité ? C’est ce que semble penser le tribunal de Béthune contre lequel Marine Le Pen avait déposé une requête en suspicion légitime (1) à cause d’une série d’affaires qui avaient montré le caractère partisans des décisions prises par ses juges.

Les pleurnicheries de Mélenchon sont une nouvelle fois la preuve de sa lâcheté. Mauvais perdant, il est incapable d’assumer ses délires d’immigrationiste fou. Comme Mélenchon ne parvient pas à gagner de façon démocratique ; il rêve qu’un tribunal à la botte de la gauche déclare Marine Le Pen inéligible.(2)

Donnez le pouvoir à Melenchon et vous aurez les tribunaux d’exceptions, la terreur et le goulag.

(1) La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement, font preuve, ou risquent de faire preuve d’inimitié, ou d’animosité à son égard (articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile).

(2) Raquel Garrido avocate du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon :