La Révolte des masses de José Ortega y Gasset. (Radio « émission Répliques & Vidéo)

La Révolte des masses est un livre de José Ortega y Gasset publié pour la première fois en Espagne en 1929. En France, l’auteur a toujours été considéré par une large partie de l’intelligentsia de gauche comme un Libéral-conservateur infréquentable, c’est ce qui explique que la diffusion de « La révolte des masses » soit demeurée confidentielle. Une excommunication aujourd’hui réparée par sa réédition aux Belles Lettres.

Dans cet ouvrage, José Ortega y Gasset utilise un personnage conceptuel, l’Homme-masse. L’auteur désigne ainsi l’Homme moyen. L’ Homme conformiste. L’ Homme du nivellement épris d’égalitarisme et qui se complait dans une médiocrité démagogique. L’ Homme-masse, c’est l’enfant gâté, sans passé ni tradition.
Il faut cependant éviter de faire une confusion: l’Homme-masse ne correspond pas à l’ouvrier ni à l’homme du peuple, il n’y a pas chez Ortega y Gasset la volonté de produire une critique de classe.
L’Homme-masse serait plutôt le fruit d’un relativisme fou. Il est l’archétype de celui qui éprouve un sentiment de domination engendré par la disparition des « élites »(que José Ortega y Gasset désigne par l’ expression: les minorités exemplaires), et qui en vient à mépriser toute forme de hiérarchie intellectuelle:

Ce contentement de soi-même – écrit Ortega y Gasset- l’incite à demeurer sourd à toute instance extérieure, à ne pas écouter, à ne pas laisser discuter ses opinions et à ne pas s’occuper des autres. Cet intime sentiment de domination le pousse constamment à occuper la place prépondérante. Il agira donc comme s’il n’existait au monde que lui et ses congénères. Aussi interviendra-t-il partout pour imposer son opinion médiocre, sans égards, sans atermoiements, sans formalités ni réserves, c’est-à-dire suivant un régime d’“action directe”.

Une description parfaite de nos tartufes modernes qui exhibent à longueur de journée la médiocrité de leurs opinions, et que les média nous invitent à considérer comme des penseurs éclairées dignes d’intérêts. Pour Ortega y Gasset, ce renoncement à tout critère de distinction se retrouve de façon caricaturale « chez le spécialiste » :

En politique, en art, dans les usages sociaux, dans les autres sciences, il adoptera des attitudes de primitif, de véritable ignorant, mais il les adoptera avec énergie et suffisance, sans admettre — voilà bien le paradoxe — que ces domaines-là puissent avoir eux aussi leurs spécialistes. En se spécialisant, la civilisation l’a rendu hermétique et satisfait à l’intérieur de ses propres limites ; mais cette même sensation intime de domination et de puissance le portera à vouloir dominer hors de sa spécialité. D’où il résulte que même dans ce cas qui représente le maximum de l’homme qualifié, et par conséquent le plus opposé à l’homme-masse, le spécialiste se comportera sans qualification, comme un homme-masse, et ceci dans presque toutes les sphères de la vie.

Alain Finkielkraut a consacré une émission à la réédition de la Révolte des masses. À écouter sans attendre.

Durée: 49mn26

Ortega y gasset by prechi-precha

Etre de gauche ou être de droite, c’est choisir une des innombrables manières qui s’offrent à l’homme d’être un imbécile ; toutes deux, en effet, sont des formes d’hémiplégie morale.

Alain Laurent, qui a dirigé cette réédition aux Belles Lettres, est un spécialiste de la pensée libérale. Philosophe, essayiste, il présente l’oeuvre de l’auteur Ortega Y Gasset.

Durée: 31mn


Alain Laurent présente l'oeuvre de Ortega y Gasset par iCoppet