La violente charge de l’ex-trésorier filloniste de l’UMP contre Copé

Dominique Dord, trésorier de l’UMP et soutien de François Fillon, a démissionné de ses fonctions, lundi 26 novembre. Dans un long communiqué, il accuse, comme beaucoup de fillonistes avant lui, Jean-François Copé d’avoir abusé de sa position à la tête du parti pour rendre le scrutin inéquitable. Mais il donne cette fois-ci de nombreux détails, portant de lourdes accusations.

Sur le rôle des « collaborateurs salariés de l’UMP » pro-Copé

« L’égalité de traitement entre candidats aurait dû être absolument garantie. Cela n’a pas été le cas« , écrit-il. « Plusieurs d’entre nous avaient demandé à Jean-François Copé de se mettre en retrait du secrétariat général le temps de la campagne pour éviter toute suspicion. Il l’a refusé. »

« Son équipe de collaborateurs salariés de l’UMP, largement rémunérée, pas moins d’une dizaine de cadres autour de Jérôme Lavrilleux, n’a cessé, sans le moindre scrupule, de jouer un rôle très actif et ostensible pendant les trois mois de la campagne : représentant par exemple, tout à fait officiellement Jean-François Copé à la Cocoe, dans un mélange des genres effarant, participant à l’antenne à des débats radiodiffusés, mentionné comme référent de Jean-François [Copé] sur des documents officiels de campagne… On peut évaluer à plus de 200 k€ l’avantage représenté sur quatre mois, par la prise en charge de cette équipe salariée par le Mouvement. »

Sur le ralliement de Christine Boutin

« Je ne reviendrai pas sur le triste épisode Christine Boutin avec cette dette de 160 k€ exhumée fort opportunément au lendemain même du ralliement de Christine à Jean-François Copé alors que ce dernier avait choisi de l’enterrer au lendemain de la présidentielle », ajoute M. Dord.

A l’époque, le trésorier de l’UMP avait protesté contre ce remboursement du parti en faveur de la présidente du Parti chrétien démocrate, au titre de ses frais de campagne à la présidentielle, avant le retrait de sa candidature au profit de Nicolas Sarkozy.

Lire Christine Boutin dit avoir touché 680 000 euros de l’UMP

Sur l’utilisation du siège et des moyens de communication du parti

lire la suite sur Le Monde