Écologie : L’adieu au nucléaire ressuscite le charbon

Au lieu de provoquer une explosion des “énergies vertes”, la sortie du nucléaire annoncée par Angela Merkel en 2011 va entraîner la construction de nouvelles — et très polluantes — centrales au charbon. Une option qui ne déplaît pourtant pas aux écologistes.

Les écologistes allemands sont ils devenus fous ? Oui, en quelque sorte.

Alors que certaines voix se sont élevées au Parlement pour réclamer le maintien partiel du secteur nucléaire, les Verts se disent favorables au charbon, chose jamais vue dans l’histoire pour un parti écologiste.

Nous sommes prêts à accepter un retour temporaire au charbon comme source d’énergie afin d’épargner à l’Allemagne les effets destructeurs de l’atome. Après tout, ce qui nous importe à tous c’est la protection de l’environnement“,

a expliqué le chef du groupe des Verts au Bundestag, Jürgen Trittin.

 

S’agit-il bien de l’intérêt de la planète, ou d’une convergence exceptionnelle entre les intérêts des poids lourds de l’industrie d’énergie et le soi-disant bien-être de notre planète Terre ?

Quoi qu’il en soit, ce n’est assurément pas les intérêts environnementaux qui priment, comme en témoigne le triste cas de l’industrie solaire allemande.

Si les dépenses en faveur des énergies renouvelables étaient engagées dans une logique de protéger l’environnement, l’énergie solaire n’aurait jamais vu le jour en Allemagne.

Mais en réalité, la révolution verte allemande ne relève pas tant de l’environnement que du profit et de la volonté de créer des créneaux spécialisés où les entreprises allemandes pourraient devenir imbattables.

Lire la suite sur Presseurope