L’ami de Mélenchon Nicolas Maduro fait un coup d’État au Vénézuela

C’est incroyable qu’aucun média ne pose de question à Mélenchon sur ses amitiés et son admiration pour les dictatures d’Amérique latine.

Les critiques se multiplient contre le président vénézuélien Nicolas Maduro depuis qu’il a supprimé les pouvoirs de l’Assemblé nationale, qui lui est hostile, pour les donner à la Cour suprême, proche du pouvoir.

Il avait déjà l’armée, le pouvoir judiciaire et l’exécutif. Depuis jeudi, le régime présidentiel vénézuélien s’est également octroyé le législatif. Nicolas Maduro concentre désormais tous les pouvoirs entre ses mains. Un échelon supplémentaire dans la crise politique que traverse le Venezuela depuis la fin 2015, lorsque l’opposition antichaviste (en référence au nom de l’ancien président Hugo Chavez, dont Maduro est le successeur) s’est imposée aux élections législatives.

Profitant des soupçons qui pèsent sur l’élection de trois députés hostiles à l’actuel président, la Cour suprême a déclaré nuls tous les votes de l’Assemblée nationale depuis janvier 2016, rognant petit à petit son pouvoir législatif. Jusqu’à la décision publiée jeudi : « Tant que l’Assemblée nationale sera hors-la-loi, les compétences parlementaires seront exercées directement » par la Cour suprême, a-t-elle elle-même annoncée.