L’avocat Richard Malka sur la dérive islamogauchiste de la Ligue des droits de l’Homme.

« La LDH, créée au moment de Dreyfus, n’est pas aux côtés des victimes de l’Hyper Cacher, la LDH créée par Ferdinand Buisson, un des inventeurs de la laïcité, n’est pas aux côtés de Charlie Hebdo et est aux côtés du CCIF » Richard Malka

 

Le procès de Charlie Hebdo fut une véritable épreuve pour les nombreuses victimes, directes ou collatérales des attentats. Mais alors que beaucoup d’associations étaient présentes au procès, en soutien, l’avocat de Charlie Hebdo, Richard Malka, a déploré au cours d’une interview accordée à Radio J, l’absence de la ligue des Droits de l’Homme. « Il y avait toutes les grandes associations antiracistes et même le MRAP (Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples) pour qui ça n’a pas été facile, mais ils ont eu le courage d’être aux côtés des victimes […] la seule association qui n’était pas là, c’était la Ligue des Droits de l’Homme, créée au moment de l’Affaire Dreyfus, et qui n’était pas aux côtés des victimes de l’Hyper casher, pas aux côtés de Charlie hebdo, mais ils sont dans le même temps du côté du CCIF » a déploré l’avocat.

Richard Malka est également revenu sur la position que tient la France insoumise depuis plusieurs semaines, qui dit « tout et son contraire ». « Ça ne me pose pas de problème qu’il y ait un parti un peu communautariste, indigéniste et qui ait une complaisance pour un phénomène religieux et qui se transforme en programme politique », lance-t-il, dénonçant cependant les « complaisances intellectuelles » de Danièle Obono, Virginie Despentes ou Pascal Boniface. « Ils ont des paroles encore plus violentes, nous accusant d’alimenter la haine des musulmans. C’est irresponsable. On a été de tous les combats anti-racistes, eux non […] cela provoque de la haine », fustige l’avocat.

« Ça donne envie de vomir » 

Richard Malka est ensuite revenu sur les propos d’Éric Coquerel sur la même antenne, Radio J, qui déclarait que « l’islam d’aujourd’hui subissait un véritable racisme comme l’a été à un certain moment, celui que subissait la religion juive ». « C’est une honte, est-ce qu’il faut rappeler que les juifs n’avaient pas le droit d’aller dans les jardins publics […] ils étaient exclus de la société. C’est invraisemblable, c’est irresponsable, ça donne envie de vomir », a tonné l’avocat de Charlie Hebdo, qui a rappelé qu’il s’agissait des mêmes personnes qui après l’assassinat de Samuel Paty avaient mis en cause « toute la communauté tchétchène dans son ensemble ». 

Valeurs Actuelles