Le Bonheur n’est plus dans le pré, le malheur est dans les champs


Cette situation nous la devons à l’Europe, au libre échangisme instauré par l’UMPS, et au modernisme des écolo-bobos qui militent contre la France, comme le dénonce Perico Légasse, au patriotisme gauliste toujours lucide.