Le compte Suisse de Le Pen : une tentative de diversion et un mauvais copier-coller de la part de Médiapart.

Addendum:

Jean Marie Le Pen répond aux staliniens du journalisme français :

Excellente réaction de Marine Le Pen

La devise des média français : Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose »

Les journalleux et autre racaille de la propagande tentent par tous les moyens d’impliquer Marine Le Pen et le FN dans l’affaire Cahuzac. Aujourd’hui Médiapart sort une révélation qui n’en est pas une. En effet le compte de crédit en Suisse  (légal et déclaré ) que le père du journaliste militant Laurent Joffrin (de son vrai nom Mouchard) a ouvert en 1981 dans le cadre d’un emprunt pour la société SERP, a déjà fait l’objet de nombreux articles (voir ci-dessous le droit de réponse de JM Le Pen adressé à la suite d’ un article de l’Express publié en 1999.) Ce n’est donc absolument pas une révélation, mais surtout cela n’a strictement rien à voir avec l’affaire Cahuzac. Premièrement en 1981, il n’y avait pas de comptes de campagne à déclarer, par conséquent ces comptes n’avaient rien d’illégal. Le fait d’ouvrir un compte dans une banque suisse comme l’UBS ne veut pas dire qu’on ouvre soi-même un compte en Suisse. Et si le compte est déclaré, il n’y a rien de répréhensible. De même, posséder des actions d’une société qui possède des avoirs dans des paradis fiscaux ne veut pas dire qu’on a personnellement des avoirs dans ce paradis fiscal. En l’occurrence, le compte dont il est question dans l’article de Médiapart au sujet de JM Le Pen a été ouvert pour effectuer un emprunt. Si l’emprunt a été remboursé, il n’y a rien d’illégal. Les média sont donc volontairement en train de tout mélanger.

Là où l’affaire Cahuzac est différente et a un caractère maffieux, c’est sur la provenance de l’argent déposé. Le conflit d’intérêt entre sa fonction de ministre du budget et sa situation fiscale est certes inconcevable mais ce sont surtout  les 15 millions d’euros du compte non déclaré qui posent problème. D’où provient cet argent ?. De sa clinique ? À l’époque où il ouvre son compte Cahuzac n’a pas de clinique. Est ce que cette somme correspond à des pots de vin venant de l’industrie pharmaceutiques du temps où il était au cabinet du ministre de la santé Claude Evin (de 1988 à 1991) ?. Voilà la vérité qu’ils reste à trouver. C’est là où réside le vrai scandale .
Mais les média tentent aujourd’hui de limiter les dégâts, et font tout ce qu’ils peuvent pour éclabousser les opposants au système. On constate cependant que pour salir des patriotes ils sont obligés de fouiller dans des relations familiales ou amicales pour des faits qui datent d’il y a 20-30 ans (et qui ne sont en plus pas  illégaux). Or pour trouver de la vermine UMP-PS-UDI-Verts-Modem-PC-FDG et j’en passe, il n’y a pas besoin de faire autant d’efforts. Le désir de transparence qui s’est emparé ces jours derniers d’une partie de la classe politique et d’un certain nombre de journalistes est un désir totalitaire. Le grand déballage des patrimoines n’est que pure démagogie. Comme le disait Gibert Collard,  » le problème ce n’est pas l’argent que l’on a quand on entre en politique, mais l’argent que l’on a quand on en sort. »
Pour être tout a fait complet, je serais même prêt à comprendre la fraude  au vu de la  la pression fiscale ( 56,6%) qui pèse sur ceux qui ont gagné de l’argent honnêtement…. surtout quand les socialistes arrivent au pouvoir.

– – – – –

Les « pseudos » révélations publiées aujourd’hui par Médiapart sur l’existence d’un compte en Suisse de Jean-Marie Le Pen ne sont que la resucée d’un article publié par Libération en 1999 qui, à l’époque, a été repris par toute la presse française.

Il fut démontré à l’époque, il y a plus de 15 ans, que ce compte avait été ouvert dans le cadre d’un prêt accordé par UBS à la Société SERP dirigée par Jean-Marie Le Pen et ce de manière parfaitement légale comme le démontre le droit de réponse adressé à L’Express le 25 février 1999.( ci-joint )

Cette publication intervenant après l’affaire CAHUZAC démontre que Médiapart a rapidement abandonné le travail journalistique pour retomber dans le combat militant . Cette volonté claire d’amalgame fera évidemment l’objet de poursuites correctionnelles.

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint, le droit de réponse de Jean-Marie LE PEN au magazine L’Express, publié le 25/02/1999.

Droit de réponse
Par LEXPRESS.fr, publié le 25/02/1999
A la suite de notre article paru en page 69 de L’Express n° 2483 du 4 février 1999, M. Jean-Marie Le Pen nous prie de faire paraître le droit de réponse suivant: « Personnellement mis en cause dans un article intitulé « Elf, Le Pen et l’Aquazole », je voudrais rectifier les affirmations inexactes qui y sont relatées et qui me concernent directement. Premièrement, je suis parfaitement étranger aux relations commerciales qui unissent Ecotec, Elf et les autres.
Deuxièmement, s’il est exact que Jean-Pierre Mouchard est un de mes amis, il n’a jamais été gestionnaire d’un compte que j’aurais possédé à l’Union des banques suisses. Cette banque avait ouvert un compte de crédit à la Société Serp, dont j’étais le gérant. Cet emprunt, cautionné par Jean-Pierre Mouchard, a été remboursé. A l’aller comme au retour, les règlements ont été effectués sous le contrôle de l’administration française.
Troisièmement, un procès récent et que vous devriez connaître a précisé les droits de mon épouse à occuper la villa de Rueil. De tous les dires de cet article, il ne reste que du vent. »
Jean-Marie Le Pen
La réponse de L’Express
Nous n’avons jamais écrit que M. Jean-Marie Le Pen entretenait des relations commerciales avec Ecotec. Pour ce qui concerne la maison de Rueil-Malmaison de Mme Le Pen, nous n’avons pas davantage écrit qu’elle l’occupait de façon illégale. Simplement, son loyer a été réglé à plusieurs reprises par des chèques émis par Ecotec. Ce que nous a confirmé M. Jean Garnier, l’ex-époux de Mme Le Pen. Tout en soulignant que cette pratique n’était pas illicite, puisque l’argent était prélevé sur le compte courant d’Ecotec. Enfin, nous prenons bonne note des liens d’amitié unissant M. Jean-Pierre Mouchard et M. Jean-Marie Le Pen.
Gilles Gaetner

3 comments on “Le compte Suisse de Le Pen : une tentative de diversion et un mauvais copier-coller de la part de Médiapart.

  1. Chariaphobe on said:

    En voilà un dont Médiapart , site d’extrême gauche , n’enquête jamais !! 😉

    –> Jean-Luc Mélenchon résiste à la divulgation publique de son patrimoine
    LEXPRESS.fr, 09/04/2013
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-luc-melenchon-resiste-a-la-divulgation-publique-de-son-patrimoine_1238893.html

    De plus pourquoi ressortir une vielle info de « L’Événement du jeudi » datée de 1992 sur le compte légal de Jean-Marie Le Pen alors que Le Monde a en sa possession la liste  » OffshoreLeaks » et refuse de la communiquer (trop de gauchos sur cette liste ??! )

    Fraude fiscale : le journal Le Monde refuse de communiquer les documents
    10-04-2013
    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130410.AFP9318/fraude-fiscale-le-monde-rejette-la-demande-de-cazeneuve-de-fournir-les-donnees.html

    • prêchi on said:

      Je suis d’accord avec vous. Cependant sur la liste OffshoreLeaks il faut faire attention. Il peut y avoir autant de fraudeurs que de gens honnêtes. Et je ne fais pas confiance aux journalistes de ce pays pour faire le trie. Ce n’est d’ailleurs par leur boulot, ils ne sont ni juge ni flic… même si leur comportement pourrait nous faire croire le contraire.
      Merci pour ces infos.

  2. Chariaphobe on said:

     » Il peut y avoir autant de fraudeurs que de gens honnêtes. »

    En effet vous avez raison, mais ça n’empêchera pas Le Monde de divulguer ses infos au compte-goutte et donc d’orienter ses attaques …