Le double visage de la mosquée de Stains, « nid djihadiste »

Les gogos découvrent la Taqiya. On le dit et on le répète: un musulman modéré peut cacher un musulman radical.


Article du Monde sur la mosquée de Stains (Seine-Saint-Denis) qui a été fermée le 2 novembre, soupçonnée d’être un foyer djihadiste. Son responsable était pourtant un militant du dialogue interreligieux.

Avant d’être identifiée comme un nid djihadiste, la mosquée Al-Rawda était toutefois connue pour tout autre chose des milieux musulmans informés : la personnalité de son président, notable atypique de la diaspora égyptienne, aujourd’hui engagé dans cette bataille administrative. Salih Attia, dit « Farhoud », 57 ans, champion du dialogue interreligieux et convive assidu de toutes les rencontres interculturelles des cercles politiques de la capitale.

Ce vendredi 13 février 2015, veille de départ pour la Syrie, ils se sont tous retrouvés l’après-midi pour la prière du « Dohr ». Anonymes parmi les quelque 1 300 fidèles. Serrés ensemble sur les tapis. Tous là, dans le sous-sol de cet ancien entrepôt d’une entreprise de transport de Stains, dite mosquée « Al-Rawda », repeinte en vert fluo comme pour mieux défier le gris de Seine-Saint-Denis.

Il y avait Thomas M., 30 ans, cet ex-magasinier d’un fournisseur de pièces détachées automobile, originaire de La Rochelle. Après des années de luxure, il en avait finalement marre des filles en « décolleté » dans la rue. Il y avait ce grand roux d’Adrien Guihal, dit Hamza, 1,80 m de colère « anti-tout », toujours habillé de façon militaire, d’origine italienne et capable de « faire passer le Coran » avant même les clients du garage où il était employé. Karim Z., le plus discret du groupe. Macreme Abrougui surtout, 32 ans, alias « Vega », en référence à ce personnage masqué armé de griffes gigantesques du jeu Street Fighter II. Un pro de la réparation des voitures lui aussi, patron du garage en fait, et parfaitement au courant que l’on visionne dans une salle attenante à son atelier des vidéos de décapitations entre deux vidanges.

Ils ont donc tous prié, ce vendredi 13, à la mosquée Al-Rawda. Puis, dès le lendemain, ils ont filé, en voiture, avec femmes et enfants. Hasard ou rite de passage ? […]

Le Monde