Politique

Le Front de Gauche soutient les familles des dealers de Boulogne. (vidéo)

Le tribunal a ordonné l’expulsion de quatre familles dont les enfants dealaient en bas de leur immeuble et pourrissaient la vie des habitants.

Une mesure « fréquente » selon l’office HLM contacté vendredi. Il ne s’agit pas d’une première en la matière, « ni pour pour le département ni pour un autre bailleur en France », selon Christian Dupuy, le président de l’office départemental d’HLM des Hauts-de-Seine (OPDHLM 92) qui a saisi la justice il y a plusieurs années pour rompre les baux des locataires, une affaire dont le Parisien fait état dans son édition de vendredi. Le trafic de cannabis avait valu aux enfants de ces familles une condamnation en 2010. C’est le « trouble de jouissance » que le bailleur, l’OPDHLM 92, a invoqué pour obtenir la résiliation du contrat de location de ces quatre foyers. (…)
Le Monde

Le Front de Gauche et les association d’extrême gauche à la rescousse des délinquants et des dealers

Les associations proches de l’extrême gauche s’émeuvent. Le porte-parole de Droit au logement, Jean-Baptiste Eyraud, interroge: est-ce à la famille de «supporter les conséquences de ces délits?»

Pour la justice, l’affaire est pourtant limpide: les parents locataires ne pouvaient ignorer l’existence du trafic qui se déroulait jusque dans les appartements. La police a ainsi saisi 1,3 kg de résine de cannabis dans l’un d’eux, le 8 juin 2009. le Figaro

Mais les délinquants peuvent compter sur le soutien du Front de gauche, qui a lancé une pétition.

La pétition du Front de gauche en faveur des familles de délinquants, du 19 décembre 2012 :


Les militants du Front de gauche de Boulogne vont au contact des habitants la cité Pierre Grenier pour aider quatre familles menacées d’expulsion  à faire signer une  pétition  et demander le soutien de leurs voisins. Déjà près de 300 signatures ont été recueillies et de nombreux soutiens se sont exprimés.  De plus, les HLM prennent à la gorge ces familles modestes en exigeant qu’elles remboursent 3000 € de frais de justice des procès intentés contre elles. Ces familles, qui paient toutes leurs loyers bouclent difficilement leurs fins de mois. Ces pressions sont inhumaines et insupportables. […]

 

Voir le traitement médiatique sur Fdesouche


Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE