Le reportage de propagande pro-niqab de France Info TV était il prémédité? ( Pire dérives du journalsime)

Le 20 Septembre
(…) 3 minutes d’échange et de compréhension mutuelle. Trop beau pour être vrai ? C’est ce que pensent certains, qui dénoncent une vidéo mise en scène. C’est notamment le cas de Françoise Laborde, membre du Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes, qui s’est longuement épanchée sur Facebook :

« Ce reportage […] résume les pires dérives du journalisme : l’info spectacle, la manipulation de la vérité, la fabrication de toutes pièces d’une histoire qui n’existerait pas sans le journaliste. Ce genre de reportage emprunte aux codes de la télé-réalité pour la fabriquer artificiellement« , écrit-elle.

« Qu’a à voir le journalisme avec ça ? Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle façon de fabriquer l’information ? […] Les journalistes ont-ils oublié toute mesure et tout esprit critique ? Qu’est-ce que c’est que ces journalistes qui se prennent au mieux pour des animateurs sociaux-culturels au pire pour des militants de la burqa ?« , ajoute-t-elle.

Visiblement remontée, elle parle encore sur Twitter de « journalisme de connivence et de sensationnalisme » et dit à la JRI (journaliste reporter d’images) du reportage : « Vous devez aiguiser votre sens critique pas votre angélisme.«

Françoise Laborde n’est pas la seule à avoir vu rouge. Outre plusieurs internautes,

Gilles Clavreul, le directeur de la Dilcra (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme), s’est également insurgé dans un post publié sur Facebook. « Je ne crois pas que la redevance audiovisuelle ait pour vocation de permettre que les paroles de haine et les impostures obscurantistes soient reçues en majesté, sans recul critique ni travail journalistique« , explique-t-il.

Contactée par « L’Obs », la journaliste de France Télévisions Emmanuelle Lagarde, qui est à l’origine de la vidéo, explique comment s’est déroulé le tournage. « Nous sommes descendus à Nice pour suivre Rachid Nekkaz, auquel nous consacrons un reportage. Il s’y rendait pour payer une amende au Trésor public pour le compte de Stéphanie Lécuyer. C’est en relation avec l’actualité, puisque le gouvernement prépare un amendement qui vise à sanctionner les personnes qui payent les amendes des femmes en niqab, présenté les 3 et 4 octobre devant le Sénat.«

(…)
Source

17 septembre
Les tweets de la journaliste de France Info et la présence de Rachid Nekkaz, le musulman qui paye les amendes aux femmes verbalisées, laisse supposer que le reportage est une mise en scène qui était préméditée.

1609172142390099

Dans une vidéo postée sur la page Facebook de France Info, la nouvelle chaine de télévision du service public, une femme en niqab pose des fleurs sur la promenade des Anglais, à Nice. Elle est interpellée par une touriste qui lui demande si elle n’a pas l’impression de faire de la provocation.La journaliste met alors en scène une véritable scène de propagande où la touriste est contrainte de plier face aux explications de la musulmane. A la fin de la vidéo, confuse, elle ne peut que s’excuser et reconnaître son erreur. Rappelons que le port de la burqa est interdit par la loi et vivement combattu par le gouvernement de Manuel Valls. La vidéo, publiée sur Facebook, est ainsi légendée : « Quand deux cultures se rencontrent sur un lieu de deuil, le dialogue s’installe, avec la compréhension ».

Valeurs Actuelles


Nice : comment une femme en niqab et une touriste en colère en sont venues à dialoguer

capture11

D'autres articles: