Le vote musulman en France devrait peser 10% de l’électorat en 2022

Pourquoi ce chiffre est énorme?

Parce qu’il correspond seulement aux électeurs inscrits. Or la communauté musulmane fait partie des communautés qui s’inscrivent le moins sur les listes électorales; ce chiffre est donc bien loin de représenter l’ensemble du potentiel électoral des musulmans.

Parce que ce chiffre ne fait que refléter le poids de ceux qui ont 18 ans et plus. En sachant que la population musulmane est très jeune, on peut s’attendre à le voir  doubler en une dizaine d’année.

Si on niveau national, 10% c’est beaucoup; il faut imaginer ce que cela représente dans les territoires où la communauté musulmane est pas loin d’être majoritaire. Pour être élu, une homme politique devra inévitablement se soumettre à leurs revendications.

Et qu’adviendra t-il de la France quand les musulmans auront leur propre parti comme on en a vu dans certaine villes islamisées lors des dernières municipales ?


[…]
Sachant que 1 % des suffrages représente environ 310 000 voix, les voix musulmanes recueillies par le candidat Macron représentent 6,7 % de l’électorat. Bref, sans les votes musulmans François Hollande aurait été battu en 2012 par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen serait sans doute arrivée en tête au premier tour de 2017. Une simulation sur 2022 laisse entendre que le vote musulman pèsera sans doute pour 10 % des votes. Ce qui veut dire qu’un candidat qui ne bénéficierait pas de ce vote devrait environ obtenir 60 % du vote des non-musulmans pour l’emporter. Une hypothèse qui peut déjà nourrir les stratégies des états-majors politiques bien avant l’échéance.

Atlantico
(Extrait de « Le grand remplacement réalité ou intox ? » de Jean-Paul Gourévitch)