L’écrivain américain Tom Wolfe est décédé à l’âge de 87 ans.

Tom Wolfe était un écrivain politiquement incorrect et un journaliste génial. « Acid test » et surtout « Le Bucher des vanités » sont à lire de toute urgence si vous ne les avez pas encore lu.

L’écrivain et journaliste américain Tom Wolfe est mort, lundi 14 mai, dans un hôpital de Manhattan, à New York, a confirmé son agent au New York Times (en anglais). Le quotidien new-yorkais parle d’une infection, tandis que le Wall Street Journal (en anglais) évoque une pneumonie. Il avait 88 ans, et non 87, a rectifié son agent via l’agence Associated Press (en anglais).

Tom Wolfe était l’un des inventeurs du « nouveau journalisme », un style qui fait appel à des techniques littéraires dans la rédaction de non-fiction. Cet auteur de plus d’une dizaine d’essais et de romans était aussi connu pour son look de dandy au chic démodé. Il avait publié Le Règne du langage (éd. Robert Laffont) en 2017.

Devenu célèbre dans les années 1980

Diplômé de l’université de Yale, il avait débuté dans le journalisme au Springfield Union, un journal du Massachusetts, en 1956. Il avait notamment publié les grands reportages qui ont fait sa réputation dans le Washington Post, le New York Herald Tribune ou dans des magazines comme Esquire et Rolling Stone.

L’Etoffe des héros, un essai sur les pionniers de la conquête spatiale, est l’un de ses ouvrages les plus célèbres. Mais c’est avec Le Bûcher des vanités, publié en 1987, qu’il a connu la consécration. Le livre est une description au scalpel de la ville de New York, de ses tensions raciales et de son fossé entre riches de Wall Street et les pauvres du Bronx.

Source

D'autres articles: