Législatives Haute garonne : quels candidats derrière Emmanuel Macron ?. Des socialistes…

Tous les candidats actuel de Macron sont socialistes ou du modem… c’est ça le renouveau de la vie politique?.


(…) Certains postulants ont publiquement évoqué leur choix. C’est le cas, pour la 4e circonscription, de Joël Echevarria, directeur général des services de l’École d’économie de Toulouse, ex-militant PS. Il est aujourd’hui la personnalité «société civile» la plus connue qui a rejoint le mouvement.

Peut-être se sent-il un peu seul car, parmi les noms qui ressortent, politiques et élus sont nombreux : Monique Iborra, la députée qui a rallié Macron après sa rupture avec le PS, Joël Bouche, maire de Saint-Pierre, ancien premier secrétaire fédéral du PS (il sera vraisemblablement suspendu), et Eric Oget, maire de Mirepoix-sur-Tarn, ex-PS, ont déposé leur candidature, respectivement pour la 6e, 3e et 5e circonscription. Robert Médina, maire de Mondouzil aussi (3e). Corine Vignon, maire de Flourens, serait intéressée (3e). Comme Gilles Broquère, maire de Fenouillet (5e). Sandrine Floureusses (PS) a brandi la menace si la 5 revient à un Vert dans le cadre d’un accord toujours en discussion.

Les élus Modem ne sont pas en reste. Les adjoints de Jean-Luc Moudenc, Jean-Luc Lagleize (sur la 2 peut-être) et Marthe Marti (sur la 4) sont des candidats «probables», indique le premier. Et les deux élus En Marche du Capitole ? Franck Biasotto «n’a pas encore pris sa décision», dit-il. L’hypothèse cocasse d’un duel avec l’autre élu municipal Bertrand Serp se dessine-t-elle ? Elisabeth Toutut-Picard a créé un comité Macron à Rieux-Volvestre sur la 7.

Source