Les capitaux grecs fuient la Grèce

Standard and Poor’s a une nouvelle fois dégradé la Grèce ( SD: défaut sélectif). Les Grecs vont planquer leur capital à l’étranger (60 milliards d’euros ont été retirés des comptes bancaires depuis le début de la crise des dettes souveraines). Les banques, pour stopper cette hémorragie, font preuve d’une étonnante générosité. Elle proposent pour retenir leur client de rémunérer leurs dépôts à des taux parfaitement délirants, allant jusqu’à 7 %.

On le répète cette situation aurait pu être régler il y a déjà deux ans. Mais par idéologie, la troïka ainsi que Sarko, Merkel et tous les européïstes ont choisi le pire des scénario pour sauver l’euro: sacrifier le peuple grec.

Standard&Poor’s met en avant qu’on pourrait revenir à une monnaie locale en Grèce.