Les communautaristes du CRIF et le fauteur de guerre BHL perdent leur procés face à Marine Le Pen.

Et encore une bonne nouvelle que les média se garderont bien de diffuser. Marine Le Pen vient de gagner son procès en diffamation face aux anti-républicains du CRIF et au milliardaire-belliciste BHL. Director Levy and two unidentified men pose during a photocall for the film Le Serment de Tobrouk at the 65th Cannes Film FestivalRésumons l’affaire : Le pseudo-philosophe avait publié sur son blog “La règle du jeu” un texte dans lequel il accusait Marine Le Pen de faire siffler les noms juifs lors de ses meetings. Afin de donner un peu plus de poids à ses affirmations mensongères,  le clown en chemise blanche faisait un rapprochement entre les discours de la présidente du FN et  l’agression de trois jeunes juifs à coups de barre de fer à Villeurbanne. Voilà ce qu’il écrivait:

“Est-ce un hasard, si cette agression survient au lendemain d’une campagne où l’on a vu une candidate, Mme Le Pen, faire systématiquement huer, dans ses meetings, des noms à consonance juive?”

Sous-entendu honteux. Méthode ordurière. Surtout quand on sait que les trois jeunes juifs ont été agressés par des racailles de banlieue. Donc rien à voire avec le FN, ni même avec d’obscurs crétins d’extrème droite. Mais la vie intellectuelle de BHL tient à une règle immuable : “diffamez, diffamez il en restera toujours quelque chose”. Dans la foulée de sa publication sur le blog du philosophe de supermarché, le texte a été posté sur le site de l’association communautariste juive, le CRIF, sans que BHL en soit informé.

Afin de rétablir la vérité, le FN a porté plainte. Et Haïm Musicant, directeur de la publication du site Internet du Conseil représentatif des institutions juives, a ainsi été condamné hier pour diffamation envers Marine Le Pen pour avoir publié les écrits de l’inconsistant BHL. Ce dernier a été mis hors de cause par le tribunal (il a courageusement laissé M. Musicant, être condamné seul…) mais le principe est consacré : les écrits de Bernard-Henry Levy ont été sanctionnés comme calomnieux.