Les Églises, complices actives du « Grand Remplacement »

De plus en plus, on dénonce le « grand remplacement » qui est en train de s’opérer chez nous. À comprendre l’arrivée sur notre sol des millions d’individus poussés hors de leurs frontières par une misère toujours plus grande. Mais curieusement, on n’entend rien ou presque sur la surpopulation. Rien ou personne qui ose dire que si l’on ne peut « accueillir ici toute la misère du monde », c’est parce qu’on ne peut non plus accueillir là-bas toutes les bouches à nourrir. Enfin, rien ou personne qui ose dire que les Églises, dans leur ensemble, sont les complices actives des menaces vitales que fait peser sur la planète une démographie galopante.

L-Eglise-bresilienne-compte-sur-les-JMJ-pour-rajeunir_article_popin

Certes, on accuse les musulmans de vouloir, par le terrorisme, imposer l’islam au monde. C’est absurde, et c’est oublier que l’Église catholique et romaine fit autrefois, elle aussi, le grand rêve messianique et missionnaire d’une planète chrétienne. Les Églises, organisations humaines s’il en est, font encore ce rêve, mais quand elles comptaient autrefois les âmes à sauver et les sauvages à convertir, elles parlent aujourd’hui ouvertement d’acquérir des parts de marché. Les JMJ – ces « Woodstock d’un genre nouveau », comme on dit sur ce site –, lancées par un Jean-Paul II qui n’en faisait pas mystère, sont aussi une entreprise de reconquête face aux évangéliques dont le pragmatisme financier et les pratiques hautement festives gagnent chaque année du terrain.

Du coup, certains se félicitent de voir prospérer, au milieu d’une Asie musulmane ou bouddhiste, un archipel catholique : les Philippines. Ce pays qui comptait 77 millions d’habitants en 2002 en a plus de 98 millions aujourd’hui, dont des hordes de crève-la-faim. L’Église et ses prélats, qui là-bas règnent en maîtres, interdisent tout contrôle des naissances. La simple contraception y est passible de prison. Le taux de natalité est aux Philippines de 24,89 %, et la mortalité infantile y atteint 22,81 %. À ce régime, le pays voit chaque année sa population s’accroître de 2 millions de personnes, soit autant de futurs miséreux.

Conséquence logique : l’archipel philippin est désormais le premier exportateur mondial de main-d’oeuvre, avec le soutien des gouvernements successifs qui voient dans le bradage de la population une source de devises considérable sur laquelle ils se sucrent avec la complicité d’une partie du clergé.

La population mondiale était de 1,76 milliard en 1900. C’est très exactement l’estimation de la seule population de l’Inde à l’horizon 2060. Les prévisions de l’ONU tablent sur une augmentation de 250 % des pays « à fécondité élevée » à la fin de ce siècle, contre 26 % environ pour les pays à « fécondité intermédiaire ». Quant à notre vieille Europe, elle verrait, elle, ses populations autochtones décroître de 20 %.

Le premier milliard de terriens a été atteint en 1800. Le second en 1930. Le troisième en 1960. Le quatrième en 1975… et le dixième sans doute vers 2060. Alors, on continue de fermer les yeux ?

Source: BVoltaire