Les « jeunes des quartiers  » s’expriment sur la laïcité devant secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation.

Ce sont des musulmans modérés. Vous avez sous vos yeux votre avenir islamique.

Sarah El Haïry, secrétaire d’état à la jeunesse et à l’enseignement, est venue sonder, à Poitiers, les jeunes engagés dans le réseau des centres sociaux.

(…)

« Très bien », répondent en écho les intéressés mais « nous voulons affirmer nos différences, porter des signes distinctifs religieux aux lycées, avoir des espaces pour nous, ne plus vivre des discriminations. » La liste est longue. Les témoignages forts. « J’étais en seconde, la seule noire dans ma classe. J’étais mise à l’écart, je faisais tous les travaux mais sans jamais de reconnaissance », raconte l’ado.

La colère, la fatigue des jeunes, Sarah Haïry l’a ressenti et a essayé de faire le tampon avec cette génération et, pour l’unir, a chanté la Marseillaise. Personne ne s’est levé. Pas même un élu. « Je l’ai fait pour nous unir ». Peu de jeunes ont repris en chœur l’hymne national : « C’est un chant guerrier alors que les religions monothéistes prônent la paix »,lui rétorquent des jeunes filles.

La Nouvelle République