Les séries de vidéos pédagogiques sur l’islam se multiplient sur Internet

De « Casa del Hikma » à « Islamojolie », les séries de vidéos pédagogiques sur l’islam se multiplient sur Internet.
Articulant chacune à sa manière tradition musulmane et apports historico-critiques, elles poussent les fidèles musulmans à interroger le discours majoritaire
. […]

Premier à s’être lancé en alliant vulgarisation scientifique et humour, Abdel Foiraison – c’est un pseudonyme – s’en réjouit. « À l’époque, il n’y avait pas grand monde », se souvient cet ancien étudiant en communication et sciences du langage, qui a découvert il y a quatorze

ans « les nouveaux penseurs de l’islam » (1). « Je voulais partager leurs livres autour de moi, mais dans mon entourage, on me disait : “herméneutique, rien que le mot donne mal à la tête”. » Tout seul et en bricolant, Abdel Foiraison, 41 ans, a décidé, voilà deux ans, de reprendre les codes de Youtubeurs fameux comme Cyprien et Norman et de les appliquer à l’islamologie. […]

« On est minoritaire, mais justement il faut y aller », estime Abdel Foiraison. C’est aussi la conviction de Farid Abdelkrim. Son « Muslim qui te veut du bien » cogne fort sur certains comportements ou manières de penser que l’islam politique – dont il a été un adepte pendant près de vingt ans – a contribué à répandre. Tee-shirt noir sur fond noir, il joue de ses airs de méchant et utilise des personnages – « Gabin converti à l’islam », des « escrocs du business halal » – pour « poser certaines questions que les musulmans ne veulent pas se poser », explique cet intervenant régulier en prison, où les vidéos lui permettent de lancer le débat. « Vouloir du bien » aux musulmans, c’est à ses yeux « interpeller leur bon sens, chatouiller leur esprit critique, encourager leur autonomie ». […]

L’acteur belge Ismaël Saïdi, quant à lui, a pensé aux enfants : il travaille sur un projet de série d’animation sur le fait religieux – « Les voyages d’Ismaël » – qui a déjà séduit France Télévisions(et créé un début de polémique dans la presse). Le premier épisode met en scène une petite fille demandant à son papa s’il est « vrai que Mohamed traite les juifs de singes et de porcs dans le Coran ». D’autres porteront sur « la Bible, la Torah ou la mythologie grecque ». « J’entends sans cesse des enseignants me dire “mes élèves disent cela, je ne suis pas croyant, je ne sais pas quoi faire” », justifie l’auteur. « Beaucoup de livres sont écrits par des universitaires que l’on n’arrive pas à amener jusqu’aux jeunes. Ma responsabilité, c’est d’essayer. »

La Croix