Politique

L’Europe protectrice de la paix ? Ben voyons.

Ainsi donc, la formidable Union Européenne vient d’être dotée du prix Nobel de la paix. Rien d’illogique : c’est même le dernier argument des eurocrates : « Jamais notre continent n’a connu une aussi longue période de paix. » Et d’en donner crédit à l’Union. Vous avez dit escroquerie intellectuelle ?

N’importe quel spécialiste de géopolitique vous le dira en rigolant doucement : ce sont les armes qui ont maintenu la paix en Europe ! L’équilibre des SS20 soviétiques et des Pershing américains installés de part et d’autre du rideau de fer a fait bien davantage pour éviter la guerre que n’importe quelle institution.

Plus fort encore : lorsqu’un membre de l’Union vient s’opposer aux guerres américano-atlantistes — défendant ainsi la paix pour de bon, cette fois-ci — il se retrouve en porte-à-faux avec l’Union !

L’exemple le plus fameux reste le discours magistral de Dominique de Villepin à l’ONU dans lequel il expliqua avec grandeur pourquoi la France refusait de se joindre à la guerre injuste de G.-W. Bush en Irak. Ce discours violait le traité de Maastricht ! En effet, le traité prévoit que « Les États membres qui sont membres permanents du Conseil de sécurité (donc la France et le Royaume-Uni) veilleront, dans l’exercice de leurs fonctions, à défendre les positions et l’intérêt de l’Union. » Or, cette année-là, hormis la Belgique et l’Allemagne restées neutres, tous les autres États membres de l’U. E. s’étaient rangés derrière la bannière étoilée… américaine. L’Union Européenne envoyait donc, en « vertu » de Maastricht, tous ses États membres à la guerre ! Pas mal, pour un prix Nobel de la paix !

En vérité, la paix de l’Union s’apparente à la Pax Romana de César : un impérialisme qui garantit une certaine tranquillité en échange d’une soumission et d’une perte de souveraineté chaque jour plus astreignantes. L’Union Européenne soumet les États pour les mettre à la disposition des intérêts atlantistes, qu’ils soient économiques et/ou géostratégiques.

Il y a du proxénétisme dans cette paix-là.
Pas de quoi recevoir un prix.

Boulevard Voltaire