L’Humanité: « Décès: Thierry Roland ne dérapera plus »

Voici des extraits de l’article que consacre le journal du PCF à la mort de Thierry Roland. On vous invite aussi à lire la réaction de Pierre cassen au sujet des précautions prises par les commentateurs qui ont rendu hommage au journaliste décédé…. il relève une prudence qui en dit long sur l’idéologie de notre temps et la haine insatiable des petits flics de la pensée… (Thierry Roland, l’homme qui faisait aimer la préférence nationale à la France du football)

Petites phrases et gros racisme

En près de 60 ans de carrière, le journaliste, aussi populaire que controversé pour ses débordements verbaux et ses saillies franchouillardes, a commenté 13 Coupes du Monde et 9 Championnats d’Europe des Nations. Sa renommée, il l’a bâtie à force de longévité et de dérapages plus ou moins contrôlées, tirant sur le franchouillard et le racisme:

[…]

En 1986, lors du quart de finale du Mondial entre l’Angleterre et l’Argentine, il s’offusque du but de la main accordé à Maradona et prend à témoin Jean-Michel Larqué: « Honnêtement, Jean-Michel, ne croyez-vous pas qu’il y a autre chose qu’un arbitre tunisien pour arbitrer un match de cette importance ? ». La phrase fait scandale et ses propos sont qualifiés de « racistes ». Il s’en excusera ensuite auprès de la Tunisie et de l’arbitre, M. Ali Bennaceur, se défendant d’être xénophobe.

En 1997, le journaliste accorde cependant une interview au quotidien d’extrême droite Présent, ce qui contribue à brouiller un peu plus son image.

« C’est vrai que Le Pen est un peu excessif, mais c’est vrai qu’il y a certains points sur lesquels je suis d’accord avec lui », explique-t-il en évoquant notamment la peine de mort.

« Un piège », dira-t-il plus tard à propos de cet entretien, même si, cette fois-ci, il n’a pas l’excuse du direct.

[…]

Avec lui s’en va une certaine façon de commenter un match qui n’a plus lieu depuis le milieu des années 1980 et l’avénement du « ton » Canal Plus.

L’Humanité