Libération/fusillade : le suspect « de type européen » s’appelle Abdelhakim Dekhar, proche de l’extrême-gauche (vidéo)

Dekhar «n’était pas un mythomane», raconte son ancienne avocate

Emmanuelle HAUSER-PHELIZON – Mon nom avait été communiqué à sa sœur par une de mes amies, car il avait refusé tous les avocats commis d’office. Ce n’était pas un homme isolé, il avait une petite amie très bien qui est tombée de sa chaise comme moi aujourd’hui quand elle a appris qu’il était impliqué dans cette affaire de fusillade. Elle affirmait que c’était un compagnon charmant. Sa famille qui n’a été vraiment présente que dans les premiers temps de l’affaire était convaincue de son innocence. C’était une famille d’immigrés deuxième génération bien intégrée. De mémoire, il y avait une sœur et deux frères. Tous travaillaient. Nous étions loin du profil des jeunes délinquants qui dérapent ou qui pouvaient se faire happer par les mouvances islamistes. Lui était un homme intelligent, très méticuleux voire casse-pieds, très solitaire, très calme, et s’exprimant parfaitement bien. On pouvait discuter avec lui. Il ne parlait que de l’affaire, rarement de lui, si ce n’est ces propos troubles sur son appartenance à des services secrets qu’ils soient français ou algériens. Il avait ce côté fermé et austère des militaires et cette grande part d’ombre. Il affirmait ne pas pouvoir tout me dire mais en même temps toute son attitude prouvait qu’il me faisait confiance.

Le Figaro

– – – – – – – –

A 0’53 : « Attendons le mea culpa des sérial-experts qui nous expliquaient tout de suite ce qu’il fallait penser, les artistes de la récup, je pense à Caroline Fourest qui dit par exemple que c’est l’extrême-droite qui est derrière ce climat là, on aimerait les entendre ce matin, ils auraient mieux fait de se taire »

(…)Maupin était plus ou moins proche de la SCALP – la Section carrément anti-Le Pen, un groupuscule de lutte contre le racisme. Tandis que dans la chambre de Florence Rey, seront retrouvés des textes de l’Organisation de propagande révolutionnaire, un groupuscule inconnu. La police n’hésitera pas à les qualifier « d’émules d’Action directe« , ce groupuscule des années 1980 issu de l’extrême gauche, qui s’est ensuite radicalisé.

lire la suite de l’article – Le Monde

 

Si c’est Abdelhakim Dekhar, qui fut impliqué dans l’affaire Rey-Maupin, cela prouve une fois encore que c’est l’extrême gauche et les islamistes qui représentent le plus grand danger en France. Ce sont ces deux « mouvances idéologiques » qui ont commis le plus d’attentats dans notre pays.
Si Dékhar est le tireur fou,  cela prouve une fois encore que les journalistes, les hommes politiques et autres bien-pensants qui, à mot couvert, accusaient l’extrême droite pour salir par effet de ricochet les patriotes, (et plus particulièrement le FN), ce sont comportés comme des inquisiteurs et des propagandistes.
Ils sont donc tous décrédibilisés. Et aujourd’hui ils doivent être déçu que le coupable n’ait pas un nom à consonance française de souche et qu’il ne soit pas un électeur du Front national… mais plus vraisemblablement de Mélenchon ou du NPA

438028BZjFyWMCEAAUtWa

Les analyses ADN confirment qu’Abdelhakim Dekhar est bien le tireur présumé de Libération, d’après le parquet.  (20 minutes)

Tireur fou : quand Karim Zéribi, Demorand, Trigano… accusaient à demi-mots (vidéo)

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Quand Fourest évoquait Anders Breivik pour parler du tireur fou

(…)Ces petits cercles rances ont considérablement étendu le café du commerce, faciliter le développement de la rumeur et même donné une tournure franchement alcoolisée au moindre débat grâce au commentaire anonyme.

Dans ce bistrot devenu global, on parle fort, on parle souvent des musulmans, des Arabes, des Juifs, des noirs, des singes et des journalistes…