Sous l’impulsion de Sarkozy et BHL nous avons détruit la Libye. (Chevènement)

Sous l’impulsion de Sarkozy et BHL nous avons détruit la Libye. (Chevènement)
S’exprimant sur Europe 1 le 6 août dernier, au micro de Jean-Philippe balasse, l’ancien ministre de la Défense et de l’Intérieur, actuel Sénateur du territoire de Belfort, a clairement accusé Nicolas Sarkozy et son généralissime BHL d’avoir détruit la Libye. Mais il n’a pas dit pourquoi ! On se contentera seulement de rappeler ici que peu de temps avant l’invasion de la Libye et l’assassinat du colonel Kadhafi, c’est contre la Côte d’Ivoire que Sarkozy a lancé ses mercenaires et sa soldatesque ! Sans doute pour les mêmes raisons !

L’ancien ministre de Mitterrand a porté un regard très lucide et courageux sur l’intervention colonialiste de la France en Libye, sous le prétexte fallacieux « d’éviter un bain de sang à Benghazi », un mensonge que l’ensemble de la presse écrite et audiovisuelle a bien vendu à l’opinion publique française à l’époque, mais qui ne passe plus aujourd’hui eu égard aux multiples scandales qui entourent cette très grave affaire d’Etat.

Pour Jean-Pierre Chevènement, «La Libye de Mouammar Kadhafi avait beaucoup de défauts mais elle exerçait un contrôle sur ses frontières» et, pourrions-nous ajouter, sur l’équilibre très fragile entre les différentes tribus dans ce pays foncièrement clanique. Critiquant frontalement le choix de l’opération militaire «sous l’impulsion de monsieur Sarkozy, peut-être de Bernard-Henri Lévy», Jean-Pierre Chevènement a ajouté que «Nous avons violé la résolution des Nations unies, qui nous donnait le droit de protéger les populations de Benghazi » mais « on est allé jusqu’au changement de régime.»

L’ancien ministre de la Défense, le seul haut responsable qui a osé s’opposer à la guerre contre l’Irak en 1991et qui a eu le courage de démissionner de son poste, a poursuit sa diatribe contre l’ingérence, en rappelant précisément le cas irakien : «L’ingérence est à la mode depuis très longtemps», a-t-il regretté en faisant une allusion à celui qui en a été le principal zélateur, Bernard Kouchner. «On vient aujourd’hui se plaindre du sort des chrétiens, je les connais, je suis allé les voir en 1990, je savais ce qui se jouait», a rappelé l’ancien ministre de la Défense.

«On a préféré la guerre à la paix, qui était possible…», déplore le Sénateur. «On pouvait

obtenir le retrait de Saddam Hussein du Koweït, et il valait mieux avoir une dictature laïque sur laquelle nous pouvions avoir une magistrature d’influence que de livrer le pays au chaos», analyse l’ancien ministre. «Beau résultat, de la politique d’ingérence», a-t-il ironisé à la vue de la situation actuelle.

Ironie compréhensible du point de vue parisien, mais pas aux yeux du peuple irakien qui vit l’enfer, et à plus forte raison des 300000 chrétiens d’Irak qui restent des 1 600 000 à l’époque de Saddam Hussein, et qui sont aujourd’hui assiégés et martyrisés par les hordes barbares de l’Eiil.

Lilia Ben Rejeb