« Ma burka, elle t’emmerde, ma jupe longue, elle t’emmerde, mon afro, elle t’emmerde… » (vidéo)

« Marche des indigènes de la République » hier à Barbès (Paris 18e), à l’initiative du PIR, du NPA et des Indivisibles de Rokhaya Diallo (co-signataires).

Des centaines de personnes ont défilé ce mardi 8 mai dans la capitale à l’appel de plusieurs collectifs pour dénoncer notamment l’islamophobie et la négrophobie.

« Ma burka, elle t’emmerde, ma jupe longue, elle t’emmerde, mon afro, elle t’emmerde… ». Les slogans scandés ce mardi par le cortège entre Barbès et Châtelet à Paris à l’occasion de la manifestation organisée par plusieurs associations étaient sans équivoque.

Réunis sous le nom « Le 8 mai, c’est notre tour !« , les militants des Brigades Anti-Négrophobie, de  la Protection du peuple Palestinien (CCIPPP), du Nouveau Parti Anti-capitaliste (NPA), ou encore du Collectif des sans-papiers ont foulé les pavés pour revendiquer des droits et rejeter toute forme de racisme.

 

Le 8 mai n’avaient pas été choisi par hasard. « Cette date met en lumière le paradoxe de la République française: en 1945, ce jour-là, à l’heure du rétablissement de l’État de droit dans la métropole, l’État français commettait simultanément un massacre de masse dans ses colonies, à Sétif, Guelma et Kherrata. Bien d’autres massacres précèdent et ont suivi mais cette date précise pointe un clivage : jour de massacre pour les uns, jour de libération pour les autres, dénonce le collectif dans son communiqué.

Cette marche est faite pour marquer un premier pas vers un front politique de résistance pour et par les quartiers populaires« . Selim, 24 ans, attend beaucoup du nouveau Président français. « Ras-le-bol de la répressions, des expulsions, des violences policières… Nous sommes en France et nous avons des droits comme tout le monde, que nous soyons demandeurs d’asile, ou citoyens français. Le racisme d’Etat, ça suffit. La mixité, ici, comme ailleurs, elle est indispensable a témoigné le jeune étudiant qui vit en France depuis 17 ans.

 

Outre les nombreux drapeaux aux couleurs de leurs pays, les manifestants ont brandi diverses pancartes sur lesquelles on pouvait lire »Non au racisme », « Non à l’intégration par le jambon » ou encore « Désarmons la police ». (…)

Metro