Malika Sorel : «Pourquoi la loi El Khomri est communautariste»

Dans ce projet de loi travail, chose étrange, un point fort préoccupant est passé sous silence. Nul – ou presque -, ne dénonce en effet la réaffirmation de ce qui n’est autre qu’une insécurité juridique, aussi bien pour les entreprises que pour les salariés. Dans son préambule, le projet de loi travail dit El Khomri pose comme principe essentiel le respect des commandements religieux.

La liberté de pratique est totale et c’est à l’entreprise qu’il revient de motiver toute limitation ou restriction en la matière. C’est ainsi que l’article 6 stipule que «la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché

Comment les entreprises peuvent-elles accepter de se laisser ainsi passer la bride, alors même qu’elles sont aux premières loges pour constater et déplorer la montée en puissance, ces dernières années, des demandes liées à la pratique religieuse?

Ces dernières ont même conduit au doublement du nombre de conflits, au sein des entreprises, en seulement un an, comme en atteste l’étude publiée en avril 2015 par l’Observatoire du fait religieux en entreprise et l’Institut Randstad. Si les patrons le déplorent, c’est qu’ils savent à quel point ces conflits entravent la cohésion des équipes et peuvent engendrer un climat délétère au sein de l’entreprise, sans compter le risque de glissement de certaines équipes vers un fonctionnement communautaire, comme cela a pu être constaté entre autres à la RATP. Quant aux Français, selon une enquête IFOP de décembre 2015, ils sont 76 % à se déclarer favorables à l’interdiction du port de signes religieux ostensibles dans les entreprises privées.

À défaut d’instaurer la neutralité religieuse en entreprise, tant attendue aussi bien par les patrons que par les salariés, il eût fallu, faute de mieux, que ce projet de loi Travail ne mentionne rien à ce sujet pour ménager aux entreprises la possibilité de se doter d’un règlement intérieur qui leur permette de se protéger, comme ont su le faire aussi bien l’entreprise Paprec que la crèche Baby Loup.

Dans le rapport «De la neutralité religieuse en entreprise» que le Haut Conseil à l’Intégration avait remis au Premier ministre en septembre 2011, nous faisions déjà état de la gravité d’une situation à laquelle il convenait de remédier, pour peu que l’on soit attaché à ce que les entreprises ne se transforment pas en champs de bataille. La vraie question est là, et elle pose celle de l’utilité du politique lorsqu’il en vient à installer les conditions du conflit.

Le salarié «mouchoir jetable»

Cette loi Travail prétend rendre plus facile d’accès le CDI, en lieu et place du CDD. Or, lorsque l’on y regarde de plus près, ce qui est proposé est ni plus ni moins que la transformation du CDI en contrat précaire. Il suffira en effet que le carnet de commandes s’allège suite à une évolution de conjoncture ou même simplement à des erreurs de positionnement marketing de la part du management, pour que le CDI puisse prendre fin. il s’agit donc tout bonnement d’un CDIP, ou CDI Précaire. Nous connaissions déjà les salariés variables d’ajustement qui trinquent – souvent seuls – pour les erreurs de leur patron lorsque ce dernier n’a pas su anticiper les transformations de son environnement, ou s’il a commis des erreurs de gestion. Voici l’ère nouvelle du salarié «mouchoir jetable», qui ne constitue en rien un progrès. Ce projet de loi Travail est bien trop déséquilibré et injuste pour être adopté.

Dans une entreprise, tout comme dans une famille ou une nation, le lien de confiance est primordial. Il est le principal moteur de tout engagement à faire, et surtout à bien faire. Un salarié qui travaille avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ne peut donner le meilleur de lui-même. Entreprises comme salariés se trouvent perdants en fin de compte. Eu égard à la situation anxiogène dans laquelle de nombreux Français sont plongés, il n’est pas possible, aujourd’hui, d’exiger d’eux davantage. Il faut au préalable restaurer un climat de sécurité et retisser les liens de confiance.

Source

D'autres articles: