Management de l’islam à la STIB (Transport en commun Bruxellois)

A la suite de l’article À la RATP, les barbus refusent de conduire un bus si une femme les a précédés (vidéo) notre lecteur belge Aliènor nous a signalé que 90% de la STIB était composée de musulmans. Nous avons trouvé un article qui fait le point sur le management de l’islam au sein de cette société de transport en commun Bruxelloise. Bien que l’auteur de cet article prenne  toutes les précautions qui sont d’usage dans le monde des beni-oui-oui, on constate que  l’islamisation de l’Europe est une réalité.

Merci encore à Aliènor.

Lu sur Alter Echos

L’auteur relève par exemple la constitution de groupes ethnoreligieux (musulmans et non-musulmans) dans les réfectoires qui développent mutuellement des stratégies d’évitement. Des lieux de prière, pendant les pauses, feraient l’objet de négociations officieuses entre la direction et les travailleurs musulmans. Ainsi, les salles de détente ou de repos, les vestiaires et même des véhicules en fin de trajet sont parfois transformés discrètement en lieux de prière.

« Les travailleurs allochtones ne font pas de la question de la prière une revendication explicite, ce qui n’en constitue pas moins une pratique réelle sur le terrain tandis que la direction de la Stib dicte la règle, mais ferme les yeux sur son exécution, cet aménagement garantit une paix sociale à la Stib et assure un certain bien-être au travail aux conducteurs arabo-musulmans », décode Lamghari.

Le repas halal dans les cantines n’est pas non plus une revendication, du moment qu’il existe un repas de substitution ou la possibilité d’apporter son propre repas. Mais l’un des plus gros soucis de personnel à la Stib se pose visiblement pendant le jeûne du Ramadan, une période de forte demande de congés ou avec un fort taux d’absentéisme motivé par des certificats médicaux. Problème ignoré par le passé, le Ramadan fait maintenant l’objet d’une attention particulière du management de l’entreprise pour coordonner les équipes et il semble qu’une solution pragmatique ait été trouvée : le chef d’équipe demande aux Maghrébins de venir travailler pendant les congés de Noël et de Nouvel An tandis que les Belges font pareil pour la fête du mouton.

Mais tout n’est pas seulement une question de congés car les dirigeants s’inquiètent aussi d’une possible pression communautaire des musulmans pratiquants envers les travailleurs musulmans non pratiquants car certains employés seraient contraints de se cacher pour boire ou manger pendant cette période.

Les « barbus »

Plus inquiétant encore, le livre analyse les problèmes liés au rapport à la femme de certains travailleurs dans l’entreprise. Il faut savoir que depuis 2006, sous la pression du pouvoir politique, la Stib travaille sur la question de la diversité et l’axe principal de cet effort se rapporte au souci d’augmenter la présence des femmes au sein de l’entreprise.

Mais certains travailleurs arabo-musulmans invoquent des arguments religieux pour garder une distance avec les femmes en refusant par exemple de donner la poignée de main à une collègue ou de refuser qu’une femme soit à la conduite d’un bus.

L’auteur limite ce genre de problème à un groupe de travailleurs « barbus » musulmans fondamentalistes. Ces « barbus » ont une idéologie propre (néosalafisme), disposent d’un code vestimentaire spécifique (pantacourt), font du prosélytisme volontariste et offensif, font preuve d’intolérance envers les femmes et les homosexuels, font la promotion de la misogynie, mais l’auteur met en garde le lecteur contre les amalgames car « la barbe ne fait pas l’intégriste, pas plus que l’habit ne fait le moine ». Paradoxe pour le manager d’entreprise : bien que cumulant ces facteurs négatifs discriminants le même « groupe des barbus » a la particularité d’être hautement productif, très fiable, très flexible économiquement et non intéressé par la promotion sociale au sein de l’entreprise, la satisfaction de ces travailleurs se limiterait à pouvoir vivre son islam au sein de l’entreprise.

3 comments on “Management de l’islam à la STIB (Transport en commun Bruxellois)

  1. Mais de rien! 😉 avec plaisir!… je serais toujours là pour vous informer des réelles situations!

    d’ailleurs, pour info: durant la fête de l’Aïd, les écoles Bruxelloises étaient à moitié pleines! beau mélange des genre n’est ce pas?

  2. ps précision: je suis une « méchante » Française expatriée en Belgique! 🙂

    • Oups, désolé… je ne voulais pas vous priver de votre nationalité. La Belgique séduit de plus de plus de Français en ce moment… c’est dingue !