Manipulation médiatique : Aux États-Unis, l’icône des enfants séparés n’en était pas une

La photo de Yanela Varela, Hondurienne 2 ans, faisait figure le symbole de la douleur provoquée par la «tolérance zéro» envers les immigrants clandestins, au point de se retrouver en couverture de Time.

La photo de Yanela Varela s'est retrouvée en couverture du «Time».

«Bienvenue en Amérique.» En pleurs, Yanela Varela, 2 ans, fait la couverture de Time de cette semaine. Dans un photomontage sur fonds rouge, un président des États-Unis mesurant trois fois sa taille toise la jeune hondurienne apeurée. La photo de la fillette a été prise le 12 juin dans la ville de McAllen, au Texas, par John Moore, un photographe qui a obtenu le prix Pulitzer et travaille pour l’agence Getty Images. Elle est vite devenue sur les réseaux sociaux une icône, symbole de la douleur provoquée par la séparation des familles. L’image a même contribué à déclencher des donations d’un total de plus de 18 millions de dollars à une association texane d’aide aux migrants appelée RAICES.

Sauf que la jeune Yanela Varela n’a jamais été séparée de sa mère, contrairement à ce qu’affirmaient plusieurs articles. Au Honduras, laresponsable de la Direction de protection des migrants au ministère des Affaires étrangères, Lisa Medrano, est formelle. «La fillette, qui va avoir deux ans, n’a pas été séparée», explique-t-elle à l’AFP. Le père de l’enfant, Denis Varela, a aussi confirmé au Washington Post que sa femme Sandra Sanchez, 32 ans, n’avait pas été séparée de Yanela et que les deux étaient actuellement retenues dans un centre pour migrants de McAllen, au Texas. «La petite fille n’a pas été emmenée en larmes par des agents de la police frontalière des États-Unis, sa mère est venue la chercher et elles ont été emmenées ensemble», a été contraint de reconnaître le Time.

Notre couverture et notre reportage saisissent les enjeux de ce moment.»

Le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal

Pour autant, le magazine a choisi de maintenir sa couverture jugée trompeuse par la Maison-Blanche. «La photographie du 12 juin de la petite Hondurienne de 2 ans est devenue le symbole le plus visible du débat sur l’immigration en cours aux États-Unis et il y a une raison pour cela», a affirmé dans un communiqué aux médias américains le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal. «Dans le cadre de la politique appliquée par l’administration, avant son revirement de cette semaine, ceux qui traversaient la frontière illégalement étaient l’objet de poursuites criminelles, qui entraînaient à leur tour la séparation des enfants et des parents. Notre couverture et notre reportage saisissent les enjeux de ce moment», argumente Edward Felsenthal.

(Avec AFP)