Fil Info,  Politique

Marine Le Pen : « Hollande est un président fantoche »

Marine Le Pen vise les 100 000 adhérents avant la fin de l’année et la première place pour le FN aux élections européennes de 2014.

Marine-Le-Pen-001 

Pour la présidente du Front national, le chef de l’Etat ne résiste aux pressions de Bruxelles que sur la forme.

Comment allez-vous depuis votre chute dans une piscine vide ?
Marine Le Pen. Moyennement. On vient de me découvrir une hernie lombaire en plus de la fracture. Ça ne m’empêche pas de travailler, mais j’ai dû supprimer des déplacements. Je suis tombée en jardinant au bord de la piscine… On ne m’y reprendra plus!

François Hollande a vivement réagi aux pressions de Bruxelles sur les réformes à tenir. Une attitude qui devrait vous faire plaisir, non ?

Oui, mais je n’y crois pas. Il veut laisser penser aux Français que c’est bien lui qui décide. Or, c’est tout à fait l’inverse. La Commission européenne ne prend pas de gants avec nous parce qu’elle nous considère comme des laquais. Nous sommes là pour obéir sans discuter. Hollande tente de résister sur la forme, parce qu’il a bien compris que l’opinion est aujourd’hui très eurosceptique et qu’au rythme où vont les choses le Front national va terminer premier aux élections européennes de mai 2014.

C’est votre pari ?

Oui, car Hollande est un président fantoche, comme l’était Sarkozy. Ni Mitterrand ni de Gaulle n’auraient envisagé de se soumettre aux diktats d’une instance supranationale. L’UMP et le PS vont le payer dans les urnes. Les sondages nous placent déjà à 18% alors que nous avions 10,5% en 2010. Nous allons avoir des vraies têtes de liste dans chaque grande région, des hauts dirigeants du parti, et non des personnes inconnues comme le font l’UMP et le PS.
Votre père sera candidat ?
Oui, il a envie de l’être à nouveau en Paca. Nous avons actuellement trois sortants (NDLR : Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch et elle), et je pense qu’on peut tripler, voire quadrupler ce résultat.

Les chiffres du chômage ne cessent de grimper. François Hollande continue de penser que la courbe va s’inverser…
Il peut aussi faire la danse du soleil. Peut-être que ça va aussi bien marcher…

L’un des hauts magistrats ayant rendu l’arbitrage en faveur de Bernard Tapie a été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée ». C’est une affaire d’Etat ?
J’ai toujours pensé que cette affaire était extrêmement grave. Je crois avoir été la première à saisir Philippe Séguin (NDLR : alors président de la Cour des comptes) sur ce dossier le 2 septembre 2008. C’est un vol qualifié d’argent public et on ne voit pas comment l’ensemble des violations qui ont étayé l’ensemble de cet arbitrage aurait pu échapper à Mme Lagarde et M. Sarkozy.

Tapie va devoir rendre l’argent ?
Bien sûr. Il ne manquerait plus qu’il le garde !

Mercredi s’est déroulé à Montpellier le premier mariage homosexuel, qui a été retransmis en direct sur les chaînes info…
Oui, « les Anges de la téléréalité », en quelque sorte (NDLR : elle rit). J’avais cru comprendre que cette question du mariage homosexuel relevait de l’intimité. Or, pour le coup, l’intimité était très publique. Avec le mariage gay, François Hollande a cru pouvoir détourner l’attention des Français des problèmes qu’ils vivent au quotidien : l’emploi, le pouvoir d’achat. La réalité, c’est qu’il a divisé profondément une grande partie du peuple français. Et il a sans doute contribué à créer une conscience politique, notamment chez les jeunes.

Cette jeunesse va rejoindre vos rangs ?
Elle fera ce qu’elle veut. Moi, je ne me balade pas comme M. Copé avec mon carnet d’adhésions collé au front.

Vos adhésions ont-elles augmenté ?
Elles augmentent à un rythme ininterrompu depuis la présidentielle. Notre objectif, c’est de franchir la barre des 100 000 adhérents à la fin de l’année.

Selon Stéphane Bern, Jean-François Copé était en 2011, à titre personnel, favorable au mariage gay…
J’ai toujours pensé qu’il n’y avait pas une once de sincérité chez M. Copé. Il adapte son discours en fonction de son auditoire et de son intérêt.

Que vous inspire le déroulement chaotique de la primaire UMP à Paris ?
C’est la réouverture du Bazar de l’Hôtel de Ville! Et la décrédibilisation définitive de l’UMP. Ce spectacle pitoyable donne envie de dire aux adhérents sérieux qui y sont encore : quittez ce mouvement avant que le grotesque vous emporte!

Selon « le Canard enchaîné », des militants FN auraient été incités à s’inscrire à la primaire UMP pour faire battre NKM…
C’est ridicule. Nous n’avons évidemment aucun intérêt à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit pas la candidate de l’UMP aux municipales à Paris. La bobo de gauche, pour nous, c’est l’idéal. Vous voudriez avoir NKM contre vous pour la présidentielle de 2017 ? Je n’ose même pas en rêver…

Certains, notamment la Droite forte de Guillaume Peltier, cherchent à piétiner vos plates-bandes…

Nous sommes devenus un centre de gravité de la vie politique française. Des gens viennent, souvent pour des raisons purement électoralistes, piocher nos idées. Et en faisant cela, ils les créditent d’être de bonnes propositions. C’est vrai à droite, mais aussi à gauche. Quand M. Montebourg plaide pour le made in France et le protectionnisme, c’est un discours nouveau à gauche qu’il est venu chercher directement dans notre corpus d’idées.

François Baroin dit qu’il faut rétablir le barrage établi par Chirac entre l’UMP et le FN. Mais au nom de quoi ? M. Raffarin, qui est cul et chemise avec le Parti communiste chinois, dit que le FN est hors du cercle républicain, mais pour quelles raisons ? Je ne suis pas sûre que les électeurs de l’UMP comprennent. Cela ne suffira pas de répéter que le FN n’est pas républicain, il faudra expliquer pourquoi, ce que ne font ni Fillon, ni Raffarin, ni Baroin.


Le week-end dernier, DSK montait les marches à Cannes…
Cet homme n’a aucune dignité. Quand je pense que le PS s’était coalisé derrière lui pour le faire élire… On peut remercier Nafissatou Diallo d’avoir sauvé la France.

 

Source : Le Parisien 

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE