Marine Le Pen apporte son soutien aux actions contre les migrants des Identitaires

La présidente du Front national a félicité mardi les membres de Génération Identitaire qui ont mené des actions à la frontière avec l’Italie pour empêcher des migrants de passer. Lors du rassemblement en hommage à Jeanne d’Arc, elle a également repris la théorie de la « submersion » de l’Europe par des migrants.

Marine Le Pen a rendu « hommage », mardi à Cannes (Alpes-Maritimes), aux actions contre les migrants menées dans les Alpes voisines par le mouvement radical Génération Identitaire (GI).

« C’était une belle opération de communication (et) quelque part il faut au moins leur rendre cet hommage », a déclaré la présidente du Front national après avoir déposé une gerbe « A Jeanne pour la France » au pied d’une statue de Jeanne d’Arc,

avec plusieurs élus FN.

Elle salue une « grande victoire »

Les militants de GI « ont forcé l’ensemble de l’hémicycle de l’Assemblée nationale à réclamer, y compris sur les bancs de la gauche, que ce soit la police qui protège nos frontières. Eh bien je suis heureuse de ce revirement », a-t-elle ajouté, avant de se rendre à un rassemblement du FN et de ses alliés européens à Nice.

« S’ils (les militants de Génération Identitaire, N.D.L.R.) n’ont réussi que cela, c’est déjà une grande victoire pour eux », a poursuivi la députée du Pas-de-Calais.

La finaliste de la présidentielle a estimé qu’ils n’avaient « pas commis de délit »« En revanche, les groupuscules d’extrême gauche qui font passer des migrants clandestins en France, eux, commettent un délit et on attend que la fermeté de l’État s’applique », a-t-elle ajouté.

La présidente du FN, qui fête pour la première fois le 1er mai loin de Paris, a expliqué que la réunion des partis nationaux populistes à Nice allait être l’occasion d’une « clarification ».

Théorie de la submersion migratoire

« Dans la vie politique française, il y a des mouvements politiques qui ne cessent depuis 30 ans de nous expliquer ‘demain l’Europe sociale, demain l’Europe des libertés, etc’… En réalité on s’aperçoit qu’ils votent l’intégralité des renforcements de l’Union européenne à l’origine de la submersion migratoire que nous vivons », a-t-elle expliqué. Une thématique qu’elle avait déjà utilisé récemment pour soutenir un parti d’extrême droite lors des élections en République Tchèque.

« Incontestablement Nice subit une pression migratoire très importante et Nice a en partie changé de visage ces dix dernières années », a estimé Marine Le Pen. « C’est le cas de beaucoup d’autres villes en France et en Europe ».

Marine Le Pen avait gommé cet aspect de son discours dans le cadre de la campagne présidentielle de 2017. Elle déclarait même en novembre 2014 dans le Journal du Dimanche que « le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste ». Ce ‘concept’ a été théorisé en 2010 par Renaud Camus dans « L’abécédaire de l’in-nocence ». Selon lui, avec l’immigration, des populations minoritaires deviendraient majoritaires en France et remplaceraient un peuple originel mythifié. Ici, la présidente du FN n’en est pas loin, expliquant donc que les dirigeants européens organisent délibérément une vague migratoire venant « submerger » les peuples européens.

Le magazine Envoyé Spécial avait pointé un double discours en janvier 2016. La présidente du Front national rejetait cette idée de submersion migratoire devant les médias, mais développait cette thématique lors de ses discours face aux militants. Jean-Marie Le Pen avait continué à porter ce discours depuis la fin de sa présidence du parti, comme il l’a toujours fait depuis la création du Front national.

lire la suite sur Sud Ouest