Marseille : Karim Zéribi dans le viseur de la justice.

Karim Zéribi, la grande gueule et petite tête d’Europe Écologie les verts, est un nomade politique. En bon opportuniste, il a commencé sa carrière dans le milieu associatif marseillais et au sein de la CGT. L’ambitieux est devenu membre du mouvement chevenementiste le MRC pour un peu plus tard se rapprocher du PS. Il devient le bon serviteur de Jean Noel Guérini, aujourd’hui poursuivit par la justice, et de Sylvie Andrieux (PS), condamnée à un an de prison ferme pour détournement de fonds publics.
Au dernières élections municipales, Karim Zéribi hésite à rejoindre… la droite de Jean-Claude Gaudin. Finalement il continuera à soutenir Guérini malgré les soupons qui planent sur la probité du bonhomme. Zéribi se découvre, comme Éva Joly, des velléités d’écolo, il devient membre d’EELV. Malgré une opposition qui voit en lui un arriviste, Karim Zéribi profite de la notoriété médiatique que lui offre sa participation régulière aux grandes gueules de RMC pour s’imposer au sein des Verts à Marseille. Aujourd’hui il est prêt à se lancer dans la campagne électorale pour les municipales à Marseille… sauf si la justice le rattrape.

Zéribi_Guérini

– – – – – – – – – – – –

EELV doit désigner son candidat à la mairie. Favori : Karim Zéribi, député européen et président de la Régie des transports de Marseille (RTM). Un proche des Guérini. […]

Ancien conseiller de Jean-Pierre Chevènement au ministère de l’Intérieur, Karim Zéribi s’est fait connaître en créant des associations sur le thème de la citoyenneté et de l’emploi. C’est pour ces dernières que le conseil général des Bouches-du-Rhône a reçu, il y a quelques mois, la visite de policiers agissant sur réquisition judiciaire. Ils sont repartis avec les dossiers d’Agir pour la citoyenneté, créé et présidé par Zéribi, afin de vérifier ses financements. Des soupçons pèsent en effet sur l’utilisation de ses fonds lors des élections législatives de 2007 et 2012, auxquelles Karim Zéribi était candidat.

Dans les écoutes téléphoniques, retranscrites dans les dossiers d’instruction concernant les Guérini, Karim Zéribi apparaît à de nombreuses reprises en conversation avec Alexandre Guérini. Elles montrent une connivence certaine de Zéribi avec Alexandre Guérini, de même que le démontrent certains textos interceptés par les enquêteurs de la gendarmerie. […]

« Ça va mon alex? Bises. K » « Mon ami. Je suis avec XXX. Super mec. Il est passé […] pour te voir. Il a un souci concernant l’aide du cg [conseil général, NDLR] pour son événement. Bises. K. »

Et quand il se plaint de ses relations avec Jean-Noël Guérini, c’est pour louer la qualité de celles qu’il entretient avec Alexandre : « Je trouve dommage le manque de confiance et la méfiance à mon encontre. J’aurais besoin d’une discussion franche avec jn [Jean-Noël Guérini, le président du conseil général, NDLR] à ce sujet [après-européennes]. Je suis un mec entier, pas un tricheur, quand j’aime et je respecte quelqu’un, je me donne à fond. Je demande une seule chose, que ce soit réciproque. Je regrette de ne pas entretenir avec jn les mêmes relations qu’avec toi : amitié, confiance, respect réciproque avec l’envie de réussir ensemble. Je t’embrasse. Ton ami. K. »

Cerise sur le gâteau, pour une embauche à la RTM (Régie des transports de Marseille), il sollicite le soutien d’Alexandre Guérini : « J’ai trouvé le mec qu’il me faut pour la com à la rtm. J’espère que tu soutiendras mon choix. K. » Dans une interview récente au journal Aujourd’hui en France, Zéribi réclamait au PS « la fin de tout un système clientéliste ».

Le Point, merci à Joe le rassis