Mélenchon un candidat sous faux drapeau.

Poutou avoue qu’il trouve certaines idées de Mélenchon intéressantes, mais s’inquiète de le voir reprendre le drapeau Bleu Blanc Rouge. Q le garde rouge du trotskisme se rassure: les drapeaux français qu’agite Mélenchon sont des leurres. Ils sont là pour faire croire que l’internationaliste est devenu un aimable patriote au même titre que Marine Le Pen. Mélenchon est un filou; il a parfaitement travaillé le marketing politique qui lui sert aujourd’hui à maquiller sa vraie nature: celle  d’un candidat socialo-communiste, grand serviteur du système depuis 40 ans.

Pour que son entreprise d’enfumage fonctionne le Chaviste français a imposé une discipline de fer à ses sbires; les consignes sont drastiques : Ne jamais chanter l’internationale ( Chant que Mélenchon entonnait à la fin de chaque meeting en 2012 mais aussi pour les européennes), ne jamais mettre un fond rouge sur la scène, ne jamais brandir des pancartes communistes ou toutes autres signes extérieur d’appartenance à l’extrême gauche. Le but encore une fois est de tromper les électeurs.

Mélenchon pratique ce que nous avons souvent dénoncé sur ce site: le patriotisme de tribune. Un peu comme les supporters de foot qui agitent les drapeaux bleu blanc rouge pendant tout un match mais qui, aussitôt sortis du stade, s’en vont voter pour des candidats européistes, multiculturalistes, immigrationistes, internationalistes ou mondialistes.

Que Poutou se rassure Mélenchon est un candidat sous faux drapeaux: celui qu’il cache dans sa manche de magicien est rouge du sang des 100 millions de morts du communisme.