Mgr Najeeb, archevêque de Mossoul : “Je suis très inquiet pour la France et pour l’Europe. Partout où la culture et les racines reculent, c’est la civilisation qui est menacée”

Dans la nuit du 6 au 7 août 2014, les djihadistes de l’Etat islamique entraient dans Mossoul. C’est alors le début d’un long cauchemar pour les chrétiens de la seconde ville d’Irak. Après avoir vu leurs maisons marquées de la lettre ن, signifant « Nazaréen » en arabe, les chrétiens de Mossoul – environ 10 000 personnes – reçoivent un ultimatum de 24 heures : d’ici là, ils ont le choix entre fuir, se convertir, ou mourir

[…]

En fuyant la région, vous avez sauvé de précieux manuscrits de la destruction. Pourquoi Daesh s’en est pris avec autant de virulence au patrimoine culturel et spirituel des territoires occupés ?

La destruction du patrimoine culturel et spirituel n’est pas spécifique à Daesh. C’est un des fondements de l’islam radical qui veut faire table rase du passé antéislamique, considérant comme impie ou inutile tout ce qui a précédé l’instauration de l’islam sur un territoire donné.

[…]En Irak et en Syrie, les djihadistes ont systématiquement ravagé le patrimoine historique et tout spécifiquement les objets sacrés. J’ai vu des statues antiques, comme des Taureaux ailés de Ninive et de Nimroud ou des gravures des civilisations Sumérienne ou Babylonienne, complètement détruites. Daesh considère que ce sont des objets d’idolâtrie. Pour les icônes, ils avaient pour habitude de crever les yeux et de percer le coeur des saint représentés, pensant ainsi faire mourir leur présence réelle.

[…]

Vous avez été invité pour témoigner de votre combat devant le Parlement Européen. Qu’attendez-vous de l’Union européenne ?

J’essaie de sensibiliser les décideurs européens au drame des chrétiens d’Orient et des minorités persécutées comme les Yézidis et les Mandéens. J’espère que les parlementaires et les membres de l’administration européenne pourront s’emparer de cette grave question et utiliser leurs moyens pour garantir la sécurité et l’épanouissement, dans la paix, des chrétiens d’Orient. J’essaye aussi de leur faire comprendre que l’exil des chrétiens d’Orient n’est pas une solution. Cela signifierait la fin de la présence chrétienne au Proche-Orient, ce qui serait dramatique.

[…]

Vous parlez de l’importance des racines, de la culture. En France, certains s’attèlent à les détruire ou les remplacer. Cela vous inquiète-t-il ?

Je suis bien sûr très inquiet pour la France et pour l’Europe. Partout où la culture et les racines reculent, c’est la civilisation qui est menacée. Ceux qui croient obtenir des avancées sociétales en luttant contre l’ordre naturel se font les alliés inconscients de projets totalitaires, dont ils pourraient bien être les premières victimes. L’histoire, ancienne et récente, l’a montré d’une manière cruelle.

[…]Valeurs Actuelles