Politique,  vidéo

Michel Onfray dévoile le vrai visage de Mélenchon

Dans on n’est pas couché

« Je l’ai soutenu un temps oui. Ben ça a commencé le 5 janvier 2011 quand je l’ai entendu dire à France Inter que Cuba n’était pas une dictature. Et quand le journaliste lui a demandé de répéter il a dit : ‘Oui, Cuba n’est pas une dictature.’ Alors voilà cet homme qui nous dit que la Ve République, la Constitution de 1958, sont quasiment fabriqué par un fasciste qui s’appelle le général de Gaulle mais qui trouve en même temps que Fidel Castro n’est pas un dictateur. Un personnage qui nous a dit du bien de Hugo Chavez, qui, lui, un temps, disait à Khadafi que s’il voulait finir ses jours tranquilles, il pourrait bien l’accueillir. »

Et Onfray de dégainer son arme fatale :

« Quand Jean-Luc Mélenchon nous dit qu’il n’y a pas de problèmes avec l’islam mais qu’il y a toujours des problèmes avec le christianisme… Moi je suis athée, moi ; donc il y a un problème avec LES religions, toutes les religions. Quand il nous dit qu’il vaut mieux que le Tibet soit chinois parce que, quand le Tibet est chinois on n’a pas ses bonnets pointus, jaunes là, de Tibétains, avec leur lama, on sait qu’il est franc maçon, j’pense qu’avec son tablier, il a l’air tout aussi ridicule qu’un Tibétain avec son chapeau pointu jaune. » (vidéo à partir de 10’50 jusque 12’34)

On invite Mélenchon et ses mélenchonistes à lire: Cuba, totalitarisme tropical de Jacobo Machover

Depuis sa prise du pouvoir en 1959, Fidel Castro règne en maître à Cuba. Le Lider Maximo a résisté à toutes les offensives, toutes les tentatives de déstabilisation et tous les bouleversements de l’histoire, y compris l’effondrement de son principal soutien, le régime soviétique. Expert en art de transformer ses déconvenues en victoires, il a su recouvrir l’extrême violence de son pouvoir du voile du romantisme révolutionnaire. Ainsi l’implacable Ernesto Guevara est-il drapé dans la légende libertaire du Che, ainsi la douleur de l’exil, la brutalité de la répression, l’abîme de la pauvreté s’effacent-ils au son nostalgique de la salsa. Au moment où l’après-Castro se prépare, Jacobo Machover écrit dans ce livre l’histoire du castrisme du point de vue de ses victimes.

Du même auteur, on conseillera aussi La face cachée du Che. Une étude sur une icône pour la jeunesse que la gauche nous présente comme un gentil libertaire, alors que tout prouve qu’il fut un tortionnaire stalinien.