Michel Onfray sur la mort de Fidel Castro et les pleureuses de gauche