Comment Michèle Tribalat a été harcelée par Hervé Le Bras pour ne pas donner les vrais chiffres de l’immigration

Hervé Le Bras est le seul démographe qui ait accès aux média depuis plus de trente ans. Hervé le Bras est un « scientifique » engagé à gauche. Au début des années  80 il publie un livre avec Emmanuel Todd: « L’Invention de la France ». Un livre bidon qui sera la bible de tous les immigrationistes et qui scellera la politique migratoire pour les 40 ans qui suivront sa publication.

En 2013 les deux mandarins de la démographie française récidivent avec « Le mystère français ».  Là encore une recherche prétexte à assener leur idéologie immigrationiste. (voir le dernier article d’Hervé Le Bras  dans Libération: «L’identité française, je suis parti à sa recherche chapitre après chapitre : ce concept ne marche pas». ou encore l’article immonde d’Emmanuel Todd : « Les élites trahissent le peuple, mais le peuple est médiocre »)

Ces deux pseudo-scientifiques se comportent comme de véritables censeurs. Ce que révèle Christophe Guilluy sur les méthodes utilisées par Hervé le bras n’est pas très étonnant. C’est même la norme dans la recherche en science humaine.


Témoignage de Christophe Guilluy :

« Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire.

Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes.

C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques (Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes l’ont harcelée.

Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970, Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu de statistiques ethniques sous Vichy !

Qu’importe, le scud était lancé. Interdit de donner les vrais chiffres de l’immigration. En grand manipulateur, Le Bras – et avec lui les réseaux du Monde et la mafia universitaire – a toujours communiqué sur le solde migratoire, arnaque complète. Le tour de passe-passe a beau être énorme, il n’en a pas moins été reçu comme vérité intangible. Or, on ne peut pas considérer qu’il n’y a pas d’immigration au prétexte que de jeunes Français surdiplômés s’installent en masse à Londres ou ailleurs. Tribalat n’en est pas restée là, puisqu’elle s’en est prise à Todd, autre vache sacrée, sur la question des mariages mixtes, autre arnaque. »

Éléments, avril-mai 2017

via Breizh-Info