Politique

Mulhouse : un fourgon de la police incendié

Depuis le début du mois d’août, les incidents se multiplient entre forces de l’ordre et jeunes du quartier de Bourtzwiller et de manière plus épisodique ceux des Coteaux. La nuit dernière, un fourgon en patrouille a été incendié. Neuf personnes ont été interpellées.

Tout a commencé mercredi vers 19 h rue Pierre-Loti dans le quartier des Coteaux. Une patrouille de la police municipale a découvert une moto signalée volée.

Les fonctionnaires ont été immédiatement encerclés par une vingtaine de jeunes très hostiles. Il a fallu faire appel à des renforts, ceux de la BAC, la brigade anticriminalité. Au lieu de se disperser, le groupe a commencé à jeter des pierres sur les policiers.

Ces derniers ont dû faire usage de leurs Flash-Ball.

Peu avant minuit, c’est à Bourtzwiller que les violences urbaines se sont poursuivies. Un feu de poubelles rue Saint-Nazaire a nécessité l’intervention des pompiers et des policiers et comme à chaque fois, les uniformes ont été accueillis par des jets de pierres.
Un véhicule de l’UOP incendié au cours de la soirée

À l’arrivée des renforts, un fourgon de l’UOP (Unité d’ordre publique) du commissariat a été la cible de jets de cocktails Molotov, cinq en tout. Mais un seul a atteint sa cible, embrasant le côté droit du véhicule. L’essence s’est même infiltrée dans le véhicule dont l’habitacle a commencé à brûler.

Heureusement, les policiers ont pu sortir à temps du véhicule et utiliser les extincteurs.

Personne n’a été blessé, souligne-t-on à la direction du commissariat, « mais la situation devient de plus en plus dangereuse et critique ».

Les assaillants, une dizaine, tous cagoulés ont pris la fuite. Dans leur course, ils ont tenté de se débarrasser de leurs vêtements sans doute pour pouvoir se fondre dans la masse des curieux. Mais un équipage de la BAC a réussi à en interpeller six au niveau des rues du 15-Août et de l’Armistice (trois majeurs et trois mineurs, âgés de 15 à 19 ans). Le plus connu des services de police était déjà sous le coup d’un contrôle judiciaire avec interdiction de sortir au-delà de 22 h.

Dernières Nouvelles d’Alsace