Nantes: le propriétaire de la Porsche incendiée est … électricien.

Cet électricien de 30 ans, passionné de voitures, se confie au Figaro. Il veut « écrire au préfet et au procureur de la République » pour réclamer des comptes.

À Nantes,

«J’étais au mauvais endroit, au moment.» Pascal (1), le propriétaire de la Porsche incendiée à Nantes en marge de la nouvelle manifestation contre la loi Travail, est aujourd’hui «consterné». Ce jeudi, cet habitant d’une petite ville de la Loire-Atlantique avait profité de ses vacances pour venir immatriculer une fourgonnette à la préfecture. Il était venu, pour cela, au volant de la voiture qui a fait le tour des réseaux sociaux. «Je suis juste un passionné de Porsche depuis que je suis gamin… C’est la troisième que j’ai depuis mes 28 ans», raconte-t-il au Figaro. «Sur Twitter, j’ai vu que les gens disaient que c’était une voiture de patron, alors que je ne suis qu’ouvrier!». D’autres internautes ont pris sa défense sous le hashtag #JeSuisPorsche.

Cet électricien de 30 ans s’était ainsi fait plaisir il y a trois mois en se payant cette «magnifique Porsche 911 type 996 Carrera 4S» de 2002, un modèle dont la cote varie «entre 35 et 42.000 €». «Ce sont des voitures extraordinaires, qui apportent beaucoup de plaisir… On les sort d’ailleurs très rarement», explique-t-il. Jeudi, Pascal a ainsi eu la très mauvaise idée de la conduire. «Je ne savais pas qu’il y avait une manifestation! Quand j’ai pris mon ticket d’horodateur, j’ai d’ailleurs croisé un policier: à aucun moment, il ne m’a dit que j’étais sur le parcours des manifestants», soupire-t-il. «Quand j’en ai vu d’autres qui étaient postés sur les balcons, je pensais que c’était dû aux attentats ou à un truc comme ça.»

Des gens «qui n’ont pas de cerveau»

C’est dans la file d’attente du service des cartes grises que le jeune homme a finalement appris que sa voiture flambait. «On était tous extrêmement anxieux, car on entendait les détonations à l’extérieur et on voyait les policiers utiliser les lances à eau contre les manifestants… Je me disais alors que je risquais bien de retrouver ma voiture rayée ou avec les essuie-glaces brisés», poursuit-il. «Et puis, à un moment, quelqu’un qui suivait les événements avec son téléphone a dit qu’une Porsche venait de prendre feu… J’ai tout de suite compris.» C’est finalement une amie qui l’a ramené chez lui, après qu’il a porté plainte au commissariat central de Nantes.

«Il n’y a pas de mots pour exprimer ce qu’il ressent», témoigne cette dernière. «Ceux qui ont fait ça sont des gens qui ne réfléchissent pas, qui n’ont pas de cerveau… Mais le plus paradoxal, c’est quand même qu’il s’est garé près de la préfecture, là il y a le plus de policiers et là on est en droit de penser qu’on est le plus en sécurité! Et ça n’a pas été le cas, loin s’en faut.» Le propriétaire de la Porsche incendiée «ne compte pas en rester là»: il va «écrire au préfet et au procureur de la République» pour réclamer des comptes. «Certes, ce n’était qu’une voiture, mais c’est un acte gratuit de vandalisme et de haine… Le droit de manifester, il a quand même ses limites», conclut son amie.