Nicolas Dupont-Aignan reprend à son compte le «grand remplacement»

Ce qui est drôle c’est qu’il continue à dénigrer et mépriser Marine Le Pen alors qu’il tient des propos plus extrémiste qu’elle… ça devient vraiment n’importe quoi la politique dans ce pays.


Le fondateur de Debout la France estime que le nombre d’immigrés illégaux a explosé et accuse le pouvoir socialiste de combler le déficit des naissances en favorisant le remplacement de la population française.

Ni système ni extrême, c’est le credo défendu par Nicolas Dupont-Aignan et son mouvement Debout La France (DLF) de longue date. Une manière pour l’ancien élu UMP de se positionner dans un créneau situé entre la droite modérée et le Front national sur l’échiquier politique. En difficulté dans les sondages, le maire de Yerres, dans l’Essonne, a décidé de marquer les esprits en adoptant un positionnement sur l’immigration qui dépasse les positions officielles du FN, en reprenant à son compte la théorie du «grand remplacement». «En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant!», a lancé le candidat ce mardi sur Twitter.

«Faire ce constat, ce n’est pas être extrême sur les questions migratoires, qui prennent une ampleur démentielle. Moi contrairement à l’extrême droite, je ne juge pas les hommes, mais le phénomène», se défend Nicolas Dupont-Aignan, auprès du Figaro. «Si nous voulons un État en capacité d’assimiler les nouveaux venus, il faut d’urgence réguler l’afflux de nouveaux migrants», avant de dérouler une démonstration chiffrée que ne renierait pas l’inventeur du concept de «grand remplacement», le théoricien d’extrême droite Renaud Camus.

«En 5 ans, la France a accueilli près d’un million d’immigrés légaux (…) le nombre de titres de séjour accordés a encore augmenté en 2016 pour atteindre 227.550. Le nombre d’immigrés légaux annuels a ainsi explosé de 32,3% par rapport à il y a 10 ans! À cette immigration légale s’ajoute l’ensemble des clandestins qui vivent sur notre territoire en bénéficiant de l’appel d’air social, tout en

profitant du laxisme socialiste en matière d’expulsions: au moins 300.000 au regard des bénéficiaires de l’AME», dénonce le député, communiqué à l’appui.

«L’obsession» pour la démographie africaine

«Il faut arrêter d’avoir peur des mots. Cette prise de position est tout à fait réfléchie et je brise ce tabou volontairement. Je ne suis pas pour l’immigration zéro, mais pour la prise en compte de ce remplacement rampant», insiste encore le candidat. Dupont-Aignan ajoute qu’il s’agira-là de l’un de ses axes principaux de campagne, «avec la relocalisation de l’emploi». Pour faire face à ce qu’il dénonce, le candidat, qui se revendique du «gaullisme social», propose de rétablir le contrôle aux frontières, la restriction du regroupement familial, la refonte du système d’asile et de l’accès aux prestations sociales ou encore «un plan Marshall pour l’Afrique».

«Le choc démographique historique qui s’annonce en Afrique devrait être une obsession de tout futur chef d’État. La population pourrait y croître dans les années à venir d’un million d’individus. Si je suis président de la République, il y aura une carte de l’Afrique placardée dans mon bureau», annonce encore le candidat. Aucun grand parti actuel ne reprend à son compte la théorie du «grand remplacement», jugé complotiste jusqu’au sein de la direction du FN.

Seul le Siel de Karim Ouchikh, ancien allié du FN, qui se rêve en centre de gravité de «la droite hors les murs», et quelques représentants de courant, comme Robert Ménard, adoptent cette grille de lecture. C’est probablement ce courant orphelin de chef charismatique, depuis que Marine Le Pen a officiellement favorisé la ligne Philippot au détriment de celle de sa nièce, que cherche à capter Nicolas Dupont-Aignan. «Mais pas du tout, je ne calcule pas. Je m’adresse aux concitoyens qui le vivent au quotidien», jure pourtant l’intéressé.

 

D'autres articles: