vidéo

Nuit chaude à Carcassonne : des individus cagoulés entrent chez les CRS et 18 voitures brûlées

Carcassonne a connu une nuit particulièrement agitée. Des individus cagoulés, qui avaient cisaillé la clôture, se sont introduits, jeudi à 2 heures du matin dans la caserne CRS avant d’être mis en fuite. Dans les heures qui ont suivi, 18 voitures ont brûlé dans 7 incendies volontaires allumés aux quatre coins de la ville.

Les événements qui ont secoué la nuit de mercredi à jeudi, à Carcassonne, semblent bien avoir fait monter d’un cran ce qu’il est convenu de classer au rang des violences urbaines. Alors que d’importantes forces de police et de gendarmerie étaient rassemblées dans la ville, dès mercredi soir, afin de réaliser, jeudi au petit matin, une opération d’envergure sur un camp de gens du voyage, (lire en page suivante), une série d’incidents graves a secoué la ville, justifiant une intervention du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, la mise en place d’une cellule de crise à la préfecture et l’envoi immédiats de très importants renforts de gardes mobiles.

La première alerte de cette nuit chaude, et celle qui semble le plus inquiéter les autorités, se situe à 2 heures du matin à la caserne de la CRS 57, route de Narbonne, à la sortie de Carcassonne.

Deux hommes cagoulés, après avoir neutralisé une partie du système de vidéosurveillance, ont cisaillé la clôture avant de s’introduire dans l’enceinte de la caserne. Repérés et poursuivis par les hommes de garde, ils prenaient la fuite jusqu’au parking tout proche où les attendait une voiture.

Même si cette caserne est située dans un quartier sensible, c’est la toute première fois dans son histoire qu’elle fait l’objet d’une intrusion. On ignore évidemment quelles étaient les intentions de ces hommes cagoulés et si leur tentative est à mettre en relation avec les incidents qui allaient suivre.

Le fait est que dans les heures suivantes, 7 foyers d’incendies volontaires à l’encontre de voitures en stationnement vont être allumés, non pas simultanément, mais successivement et ce aux quatre coins de la ville et à chaque fois dans des quartiers qui ne sont pas l’objet de vidéosurveillance…

La Dépêche

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE