Politique

Nuit chaude et violences urbaines à Carpentras, policiers et pompiers pris dans un guet-apens

Vers 2 heures du matin, les policiers sont appelés dans le quartier pour des coups de feu. Un équipage de la Bac (brigade anticriminalité) et un autre de police secours se rendent sur place. Ils sont caillassés (…).

Vers 3 h 15, les pompiers de Carpentras sont appelés dans ce même quartier des Amandiers pour un incendie “du côté du collège Raspail”. (…) A leur arrivée, les deux premiers fourgons de pompiers s’engagent dans la cité, à la recherche du feu en question. C’est alors qu’ils tombent à leur tour dans un véritable guet-apens, à hauteur du collège : des conteneurs à ordures et de grosses pierres barrent la route. Les pompiers s’arrêtent. Des pierres sont lancées dans leur direction. (…)

Les policiers carpentrassiens qui entre-temps avaient reçu des renforts d’Avignon, se sont trouvés face à une vingtaine d’individus, aux visages dissimulés, et qui les ont caillassés eux aussi, sans dommages, là non plus. Les forces de l’ordre ont finalement réussi, progressivement, à disperser les individus qui les avaient pris pour cibles.

Les pompiers ont pu alors pénétrer dans la cité HLM, avec quatre véhicules et une douzaine d’hommes, pour éteindre le feu qui était bien réel.

Il avait été allumé dans une cabane de chantier préfabriquée, située à l’intérieur de l’enceinte du collège Raspail, à l’endroit où sont actuellement menés des travaux d’aménagement.

Suite et source : Le Dauphiné