Le nombre d’exilés fiscaux atteint des records

Addendum 18 décembre 2012:

30 à 50 % d’augmentation de demande pour partir.

Première publication 11 décembre 2012

Il n’y a pas que Gérard Depardieu à avoir franchi la frontière ces derniers jours pour des raisons fiscales. Ils seront 5000 cette année à avoir quitté la France pour payer moins d’impôts en 2013 selon les estimations de Bercy.

La fuite de nos entreprises, de nos capitaux et de nos talents atteint aujourd’hui une ampleur sans précédent. Comme l’a montré le récent colloque de Génération entreprise, groupe réunissant plus de 80 députés issus du secteur privé, les chiffres sont alarmants : on estime que 5.000 contribuables seront partis dans l’année qui vient, selon un chiffrage réalisé par le croisement de données de Bercy, de cabinets d’avocats fiscalistes, de banquiers, d’assureurs, d’entrepreneurs… C’est 5 fois plus qu’il y a un an !

La France se vide de son sang entrepreneurial, il faut stopper au plus vite l’hémorragie ! Continuer la lecture de Le nombre d’exilés fiscaux atteint des records

Management de l’islam à la STIB (Transport en commun Bruxellois)

A la suite de l’article À la RATP, les barbus refusent de conduire un bus si une femme les a précédés (vidéo) notre lecteur belge Aliènor nous a signalé que 90% de la STIB était composée de musulmans. Nous avons trouvé un article qui fait le point sur le management de l’islam au sein de cette société de transport en commun Bruxelloise. Bien que l’auteur de cet article prenne  toutes les précautions qui sont d’usage dans le monde des beni-oui-oui, on constate que  l’islamisation de l’Europe est une réalité.

Merci encore à Aliènor.

Lu sur Alter Echos

L’auteur relève par exemple la constitution de groupes ethnoreligieux (musulmans et non-musulmans) dans les réfectoires qui développent mutuellement des stratégies d’évitement. Des lieux de prière, pendant les pauses, feraient l’objet de négociations officieuses entre la direction et les travailleurs musulmans. Ainsi, les salles de détente ou de repos, les vestiaires et même des véhicules en fin de trajet sont parfois transformés discrètement en lieux de prière.

« Les travailleurs allochtones ne font pas de la question de la prière une revendication explicite, ce qui n’en constitue pas moins une pratique réelle sur le terrain tandis que la direction de la Stib dicte la règle, mais ferme les yeux sur son exécution, cet aménagement garantit une paix sociale à la Stib et assure un certain bien-être au travail aux conducteurs arabo-musulmans », décode Lamghari.

Le repas halal dans les cantines n’est pas non plus une revendication, du moment qu’il existe un repas de substitution ou la possibilité d’apporter son propre repas. Mais l’un des plus gros soucis de personnel à la Stib se pose visiblement pendant le jeûne du Ramadan, une période de forte demande de congés ou avec un fort taux d’absentéisme motivé par des certificats médicaux. Problème ignoré par le passé, le Ramadan fait maintenant l’objet d’une attention particulière du management de l’entreprise pour coordonner les équipes et il semble qu’une solution pragmatique ait été trouvée : le chef d’équipe demande aux Maghrébins de venir travailler pendant les congés de Noël et de Nouvel An tandis que les Belges font pareil pour la fête du mouton.

Mais tout n’est pas seulement une question de congés car les dirigeants s’inquiètent aussi d’une possible pression communautaire des musulmans pratiquants envers les travailleurs musulmans non pratiquants car certains employés seraient contraints de se cacher pour boire ou manger pendant cette période.

Les « barbus »

Plus inquiétant encore, le livre analyse les problèmes liés au rapport à la femme de certains travailleurs dans l’entreprise. Il faut savoir que depuis 2006, sous la pression du pouvoir politique, la Stib travaille sur la question de la diversité et l’axe principal de cet effort se rapporte au souci d’augmenter la présence des femmes au sein de l’entreprise.

Mais certains travailleurs arabo-musulmans invoquent des arguments religieux pour garder une distance avec les femmes en refusant par exemple de donner la poignée de main à une collègue ou de refuser qu’une femme soit à la conduite d’un bus.

L’auteur limite ce genre de problème à un groupe de travailleurs « barbus » musulmans fondamentalistes. Continuer la lecture de Management de l’islam à la STIB (Transport en commun Bruxellois)

Belgique : le parti ISLAM admet vouloir imposer la charia (vidéo)

« Je pense qu’un musulman doit être vraiment fidèle à ses croyances. Tout musulman – un milliard et demi de musulmans sur la planète, savent très bien que si on embrasse l’islam, on embrasse aussi tout ce qui va avec, c’est-à-dire le coran, la tradition prophétique, et l’exemple de la biographie du prophète. Moi en tant que musulman, je peux pas être contre le coran, c’est un non-sens. » – Redouane Ahrouch

Poste de veille

Saint-Ouen : des consignes policières pour ne pas intervenir dans les cités (vidéo)

La police des polices enquête après la diffusion le 25 novembre dernier sur TF1 d’un reportage sur le trafic de drogue à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis où des policiers en patrouille déclaraient ne pas avoir le droit de pénétrer dans une cité cernée par des guetteurs et des dealers.

Selon les informations du Parisien, le sommet de l’État a été choqué par ces images tournées à la caméra cachée aux abords de la cité Emile Cordon, devenue depuis plusieurs mois un point de deal important de la ville. Le quartier est classé en Zone de sécurité prioritaire.

L’Inspection générale des services cherche à retrouver et à interroger les deux CRS filmés qui ont déclaré : « On a des consignes » pour ne pas entrer dans la cité. « Il faut que les dealers puissent continuer de vivre, et il faut que les habitants soient rassurés. » Un des deux agents estime même qu’il n’y a pas de volonté que le trafic s’arrête.

Suite et source : Le Figaro

 

 

Toulouse. Exécuté à la Kalachnikov à la sortie d’une station-service

La ville de Toulous va-t-elle finir par ressembler à Marseille. ?. Les faits qui s’y déroulent me pousse à le croire.

Nordine Belkacemi avait 32 ans. Quand les secours, alertés à 1 h 10, sont arrivés sur place, il était en sang, toujours au volant, le corps criblé par une quinzaine d’impacts de balle. Ses blessures étaient particulièrement graves avec, notamment, deux balles dans la tête. Il a été immédiatement transporté aux urgences de l’hôpital Purpan situé à moins de 300 mètres mais malgré leurs efforts, les médecins n’ont pas pu le sauver. Nordine Belkacemi, père de famille, est mort peu après 3 heures, alors que les policiers poursuivaient leurs constatations autour de sa voiture criblée de balles. Les spécialistes de l’identité judiciaire ont retrouvé sur place 27 douilles de gros calibre.
(…)
Motivé par quoi ? La question paraît essentielle. Nordine Belkacemi travaillait au Room 157, une discothèque connue de l’agglomération toulousaine. L’ex-Villa Garden a été reprise en juin pour Kamel Touat, un gérant qui avait pris ses distances avec l’établissement après une affaire de violence qui avait entraîné la fermeture de la discothèque pendant un mois et demi.

Affaire Depardieu : « La France fait ses choix fiscaux, ce n’est pas de notre responsabilité ! » (RTL)

L’imbroglio Depardieu a suscité une jolie polémique en France ce week-end : l’acteur a adressé dimanche une « lettre ouverte » à Jean-Marc Ayrault, réglant ses comptes avec le Premier ministre, qui avait qualifié son attitude de « minable ». L’acteur s’exile en Belgique sous les tirs nourris du gouvernement, qui n’a pas apprécié l’initiative.

Sévère réaction de Didier Reynders, ministre belge des Affaires Étrangères, contre le gouvernement de la France :

« La France fait ses choix fiscaux, ce n’est pas de notre responsabilité »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

CGT/ Le Syndicat du Livre : monopole, bonnes combines et gros sous

On dit de ses ouvriers qu’ils sont la garde prétorienne de la Centrale de Montreuil. On la présente encore comme l’aristocratie du syndicat. Depuis 1944, la CGT du Livre bénéficie d’incroyables privilèges. Sa responsabilité est lourde dans la crise de la presse.

 

« Par suite d’un mouvement social, la diffusion de notre précédent numéro n’a pu être assurée, nous prions nos lecteurs de bien vouloir nous en excuser ».

C’est devenu un classique des journaux les lendemains de parution perturbée : le petit mot encadré, non signé, se contentant de prendre acte des faits, sans jamais dénoncer les empêcheurs de diffusion.

S’il est un sujet tabou dans la presse, c’est celui-là : le Syndicat du Livre CGT. L’ultra puissant Syndicat général du livre et de la communication écrite (SGLCE-CGT), capable, sur une simple injonction, de bloquer la fabrication et/ou la distribution d’un journal.

Monopole de l’embauche depuis 1944

Malheur, donc, à ceux qui s’y opposent ! Créé en 1934 par la réunion de tous les syndicats des « ouvriers du Livre » (typographes, correcteurs, mécaniciens-linos, fondeurs…) sous le nom de Comité intersyndical du Livre, le syndicat bénéficie depuis 1944 du monopole de l’embauche – octroyé par le général De Gaulle ! – de ses ouvriers.

En contrepartie, le Livre CGT finance l’achat (avec quel argent ?) de rotatives par les journaux nouvellement « libérés » et doit garder le personnel qui imprimait les journaux collaborationnistes.

L’article 14 de la convention collective de travail des ouvriers des entreprises de presse de la région parisienne, où sont édités tous les quotidiens nationaux stipule que « l’embauchage s’effectue par le chef de l’entreprise ou son représentant en accord avec les délégués. »

La CGT, en clair, est un bureau de placement : elle contrôle toute les embauches dans toutes les filières. Un simple froncement de sourcil de sa part, et c’est la grève ! L’arme fatale de la non parution.

De cette arme fatale, le Parisien Libéré, en lutte ouverte contre le syndicat du Livre dans la seconde moitié des années 70, a failli en mourir.

Conflit entre la CGT du Livre et Le Parisien Continuer la lecture de CGT/ Le Syndicat du Livre : monopole, bonnes combines et gros sous

À la RATP, les barbus refusent de conduire un bus si une femme les a précédés (vidéo)

Vidéo du camarade Guy Sauvage de Riposte Laïque

Nous avons recueilli les témoignages de conductrices de la RATP, en colère ou déprimées, face aux MALTRAITANCES qu’elles subissent quotidiennement de la part de nombre de leurs collègues musulmans :

Humiliations, refus de serrer la main, insultes, menaces, dérogations illégales aux conditions de travail, pressions, ségrégation, discrimination, … bref, tout un ensemble d’attitudes affichées de MÉPRIS et de HAINE du féminin, par référence directe à leur « religion » archaïque.

Comme on dessert des quartiers sensibles, on embauche des gens issus de cette même catégorie.

A chaque fois on me rappelle que je suis impure, à chaque fois on me rappelle que je suis sale, au final je ne vais plus les voir, et donc je finis par m’isoler moi-même.

J’ai été voir mon directeur des ressources humaines, je lui ai expliqué tout ça, il m’a dit qu’il était au courant, qu’il comprenait mais qu’il ne ferait rien au nom de la paix sociale… que c’est à vous de prendre sur vous sinon on va réveiller les fachos, on va apporter du conflit dans une entreprise qui tourne bien…

article à lire sur Riposte Laïque

Dans les cités, génération RATP
extrait d’un article du Bondy Blog d’octobre 2009 qui confirme la présence massive de musulman à la RATP

J’ai remarqué aussi que la RATP, ça attire les barbus muslims. Durant la formation, ils sont sérieux, suivent scrupuleusement les consignes, le visage rasé. Mais une fois le boulot en poche et le contrat signé, malgré qu’il ne faille pas montrer de signes ostentatoires de religion au travail, ils se laissent pousser la barbe et bossent avec. En même temps, c’est une aubaine pour eux, ce boulot : tout comme Mamadou, ils sont fonctionnaires, disposent de nombreux avantages et en plus de ça, ils ne sont pas obligés d’avoir un contact physique avec les usagers. Du coup la religion est respectée et le boulot assuré comme il faut. En même temps, la barbe, hein, des hommes la portent sans être musulmans pour autant… Jésus avait bien sa barbiche lui aussi.

et c’est sans oublier ce que doivent subir les parisiens sur certaines lignes de la RATP :

Nos banques sont désormais « européennes » . Merci les socialos !

Amis socialistes, François Hollande vient une nouvelle fois de vous planter un couteau dans le dos. Après vous avoir fait rêver avec une hypothétique séparation des banques de dépôts et des banques d’affaires, il vient de donner les clés de vos épargnes à la banques centrale européenne. Les fédéralistes sont aux anges, les europeïstes les plus totalitaires sabrent le champagne, les journalistes de la caste et autres propagandistes ne cachent plus leur joie (même si on en trouve encore qui pense que ça ne va pas assez vite et assez loin)… l’europe fédérale avance et c’est les peuples qui vont trinquer !

Regardez bien cette image, elle vous vous renseigne sur le totalitarisme des crétins. La prochaine fois, avant de voter... pensez à ce sourire.
Le sourire de la soumission et de la veulerie.

Les ministres des Finances de l’Union européenne ont trouvé un accord cette nuit pour mettre en place une supervision unique de leurs banques.(…)
Comment ça marche. La Banque centrale européenne (BCE) supervisera directement les plus grandes (celles dont les actifs sont supérieurs à 30 milliards d’euros ou représentent plus de 20% du PIB du pays). Soit 200 banques. Les autres établissements resteront surveillés par les autorités nationales mais la BCE aura la possibilité d’intervenir dès qu’elle l’estime nécessaire. Le mécanisme sera opérationnel le 1er mars 2014 mais la BCE pourra auparavant intervenir pour recapitaliser une banque dès qu’elle le juge nécessaire.

Source : Europe 1

Nous y sommes ! Après le budget des États, c’est au tours des banques. Personne n’a voté. C’est le fédéralisme européen que l’on nous impose. À sa tête : des superstructures non élues dont les intérêts sont loin d’être ceux des peuples. En donnant à la banque centrale le pouvoir de superviser les plus grosses banques d’Europe, les chefs d’États européens nous vendent à ceux qui vont finir par nous dépecer. Dorénavant tout se passera entre banquiers et banquiers centraux. Plus personne pour parasiter leur petite mafia. Forte de son magistère, la BCE pourra pousser à la faillite les établissements bancaires qu’elle estime néfastes. Dans quelques années il ne restera plus que quelques énormes banques qui, au service de la BCE, « dicterons » les politiques économiques que devrons mener les États européens.
L’union bancaire c’est l’europe des banquiers qui s’institutionnalise. Une pieuvre avec une banque centrale européenne qui possède 209 milliard d’actifs toxiques.
Il y a 2 ans, jour pour jour, les contribuables de la zone euro ont été obligés de la recapitaliser en urgence à hauteur de 5 milliards d’euros, ce qui correspond à la moitié de son capital, 10,76 milliards d’euros.

C’est donc une Bad Bank, qui va superviser les plus grosses banques d’europe, c’est à dire celles qui possèdent… votre épargne !

Bravo les socialopes !

Revue de presse et commentaires sur l'actualité