Toulouse : La foule s’en prend aux policiers, le chien les fait fuir

Des policiers ont été pris à partie par un groupe d’individus agités, mardi soir, place Arnaud-Bernard à Toulouse. Il était aux environs de 22 h 30 lorsqu’une patrouille de police a été intriguée par l’étrange manège des occupants d’une voiture. Arrêtés en pleine voie de circulation, ils klaxonnaient sans bouger.

Les fonctionnaires de police se sont donc approchés et ont procédé au contrôle des deux individus. Ils se sont alors aperçus que l’un d’entre eux dissimulait dix grammes d’herbe de cannabis dans son caleçon.

Ils ont donc procédé à l’interpellation de ces deux hommes. Un spectacle que certaines personnes présentes sur la place Arnaud-Bernard n’ont pas du tout apprécié.

Rapidement, un attroupement s’est formé autour des policiers et des deux interpellés. Un chien de la brigade canine a donc été sorti du véhicule mais les «manifestants» n’ont pas obtempéré aux ordres de dispersement. Muselé, le chien policier a dû se jeter sur l’un d’eux qu’il a percuté au niveau du visage et de la poitrine sans occasionner de blessures.

Face à ce spectacle, la foule s’est spontanément dispersée. Les deux hommes âgés de 34 ans, ont été conduits au commissariat central, l’un pour infraction à la législation sur les stupéfiants ; l’autre parce qu’il conduisait sans permis.

La dépêche du midi

Nice : Un policier roué de coups par cinq agresseurs d’origine cap-verdienne (video)

Addendum : France 2 oublie de préciser les origines des agresseurs:

Addendum :

Nice : un policier en civil agressé par une… par BFMTV

Le policier, frappé à terre, a réussi à s’extirper, mais ses agresseurs l’ont rattrapé et projeté à travers la vitrine d’un salon de coiffure avant de prendre la fuite.

Les cinq agresseurs présumés, d’origine cap-verdienne, âgés d’une vingtaine d’années, ont ensuite été interpellés et placés en cellule de dégrisement avant de pouvoir être interrogés.

Pendant l’agression, cinq autres malfaiteurs, qui n’avaient aucun lien avec les premiers agresseurs du policier, en ont profité pour dérober son scooter.

Ouest-France

23% : le vrai déficit de l’État prévisible pour 2013

On rapporte le déficit au PIB alors que c’est au budget de l’État qu’il faut le comparer. Un objectif de déficit auquel de toute façon personne ne croit plus.

(…)

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire plusieurs fois mais ceci doit être répété et répété et répété encore, on n’évalue pas un déficit sur autre chose que ses recettes, c’est-à-dire sur sa capacité à rembourser. Or le PIB est le Chiffre d’Affaires de la maison « France » dont l’État ne perçoit à son profit qu’une part. C’est donc bien sur cette part que doit être rapporté le déficit pour en évaluer authentiquement l’importance (lorsque vous empruntez, votre banquier vous demande VOS revenus, pas le chiffre d’affaires de votre employeur !).

Or 20% de déficit, cela veut dire que l’an prochain, à partir du 19 octobre 2013, l’État empruntera l’intégralité de ses dépenses. En soi, c’est déjà inacceptable. Dans 10 ans, dans 15 ans, dans 20 ans, vos enfants paieront à travers leurs impôts le remboursement des dépenses de l’État en octobre, novembre et décembre 2013 ! Un budget ne doit pas être en déficit. Zéro déficit est le seul objectif réaliste. Le déficit budgétaire n’est acceptable qu’en période extraordinaire (guerre, catastrophe naturelle, reconstruction comme en Allemagne etc.) ou dans le cadre d’investissements visant à augmenter les recettes de l’État à terme.

De nouvelles mesures seront obligatoires en 2013… Continuer la lecture de 23% : le vrai déficit de l’État prévisible pour 2013

L’Histoire fabriquée, un livre de Vincent Badré (audio)

Vincent Badré, professeur d’histoire-géographie en banlieue parisienne est l’auteur de L’Histoire fabriquée ? – ce qu’on ne vous dit pas à l’école. Il est l’invité d’ Annet Sauty de Chalon, dans le studio de Canal Académie. Comparaison de ce que disent (ou ne disent pas) les manuels scolaires sur des faits historiques… […]

Noël : Contrairement à l’Aïd-el-Fitr, aucun communiqué sur le site de l’Élysée

Aucun vœux du Président Hollande à l’occasion de Noël sur le site de l’Élysée. En revanche pour l’Aïd-el-Fitr :

« A l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, qui consacre la fin du mois de Ramadan, j’adresse tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite aux musulmans de France. »

Agrandir l'image
Agrandir l'image

Source : Fdesouche

Noël, la beauté dans la vie

Texte de l’Historien Dominique Venner

Nous approchons des fêtes de Noël (l’autre nom du Solstice d’hiver). Associée au sapin toujours vert, Noël a toujours été célébrée dans le pays d’Europe depuis des temps immémoriaux comme la grande fête présageant le renouveau de la Nature et de la vie après la dormition de l’hiver. On ne peut s’empêcher de penser que l’Europe, elle aussi, sortira un jour de son actuelle dormition, même si cela est plus long que dans le cycle de la Nature.

Noël est la fête des enfants. C’est aussi une fête où la beauté a toute sa place. N’est-ce pas l’occasion de réfléchir sur cette notion vitale, l’une des trois composantes de la « triade homérique » : « la Nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon » ?

Plutôt qu’une dissertation sur la beauté, j’ai envie d’offrir à ceux et celles qui me lisent quelques conseils pratiques, sans oublier cependant une réflexion a méditer : l’esthétique fonde l’éthique (le bien est défini par ce qui est beau) tout comme l’éthique fonde l’esthétique (le bien est inséparable du beau).

Cultivez la beauté (sens esthétique) pour vous-même et pour vos proches. La beauté n’est pas affaire d’argent et de consommation. Elle réside en tout, principalement dans les petits détails de la vie.

Elle est offerte gratuitement par la nature : poésie des nuages dans un ciel léger, crépitement de la pluie sur une toile de tente, nuits étoilées, couchers de soleil en été, premiers flocons de neige, couleurs de la forêt en hiver, premières fleurs du jardin, hululement de la chouette dans la nuit, odeur d’un feu de bois au-dessus d’une chaumière dans la campagne…

Continuer la lecture de Noël, la beauté dans la vie

Bernard Lugan : «C’est pour nos sociétés européennes que la colonisation fut une catastrophe»

Bernard Lugan historien, spécialiste de l’Afrique, revient sur la «bataille des mémoires» à propos de la colonisation.

Le débat sur la colonisation est stérile car il a échappé aux historiens pour être monopolisé par des groupes mémoriels. Or, la Mémoire n’est pas l’Histoire. L’historien est un peu comme un juge d’instruction : il travaille à charge et à décharge […].

Vous avez écrit que «la question coloniale sert à désarmer moralement les Français». Pouvez-vous expliquer ?

Si nous faisons le bilan, c’est pour nos sociétés européennes que la colonisation fut une catastrophe. Aujourd’hui, elle est devenue une véritable «tunique de Nessus» qui fait peser sur les générations européennes à venir une hypothèque d’autant plus lourde qu’elles ne l’ont pas signée et dont elles demanderont un jour pourquoi elle sont condamnées à en honorer les traites.

Combien de temps encore les jeunes européens accepteront-ils en effet de se soumettre aux incantations accusatoires de ceux qui veulent leur faire croire que, puisque, et par postulat, leurs grands-parents ont «pillé» l’Afrique, ils sont donc condamnés à subir et à réparer ? D’autant plus qu’ils ont sous les yeux le spectacle de ceux qui, tout en accusant la France de tous les maux, forcent cependant ses portes pour y trouver de quoi survivre ou pour s’y faire soigner.

Laissons parler les chiffres. Il y eut au maximum 1 500 000 nationaux (ou Européens) installés dans tout l’Empire français, dont les deux tiers dans la seule Algérie.

Or, aujourd’hui, les populations originaires de notre ancien empire et vivant en France, comptent plus de 6 millions de personnes, naturalisés compris, soit quatre fois plus qu’il n’y eut de «colons». Là est le vrai bilan colonial.

Atlantico

Paris : Un trek «ethnique» organisé au «quartier africain» de la Goutte-d’Or

Le tour-opérateur Atalante, spécialisé dans les randonnées à l’autre bout du monde, organise tous les mois un « City trek Afric’ à Paris ». Pendant trois heures, dix à douze promeneurs, accompagnés par Jean-Marc Bombeau et Mohamed Sissokho, deux habitants du quartier de la Goutte-d’Or (XVIIIème arrondissent), pénètrent chez les disquaires et les marchands de légumes avant de découvrir l’univers des vendeurs de cheveux et de déjeuner autour d’un poulet yassa.

A certains moments, on ressent pourtant comme un malaise face à cette dizaine de touristes blancs observant avec curiosité les mœurs des Africains. […] On a déjà assisté à une scène du même genre quelque part. C’était à Mopti, au Mali.

Le trek «ethnique» constitue un marché encore embryonnaire mais en pleine expansion. « Nous songeons à en proposer trois ou quatre l’an prochain consacrés au Paris chinois ou indien« , assure David Noguès, directeur commercial d’Atalante. La concurrence est vive. Huwans Clubaventure vend déjà depuis 2004 des « cityrandos » qui accueillent chaque année 400 personnes. Au programme : cérémonie du thé dans un temple coréen, rencontre avec un pope dans une église russe, participation au défilé en l’honneur de Ganesh dans le quartier indien. […]

Le Monde

Philippe Béchade : « Ce n’est pas l’euro, c’est le modèle social européen qui éclate ! » (vidéo)

La crise est une aubaine pour les européïstes. Elle leur donne l’occasion de briser les Nations, les peuples et leur modèle social. On l’a souvent écrit : si le gouvernement choisit de sauver l’euro il devra organiser la fin du modèle social français. Cette solution se fera sans le consentement du peuple, au prix d’un chômage endémique et d’une précarité de plus en plus en grande. L’Europe fédérale sera une réalité et l’euro pourra peut-être survivre. Au nom de leur délire idéologique, et en raison de leur irresponsabilité passé, présente et future, nous allons payé le prix le plus fort…

« Pour maintenir la zone euro une et entière, comme on ne peut pas s’ajuster par la devise, on va s’ajuster par les salaires, qui chutent de façon abyssale en Espagne et qui commencent à chuter également en Italie, on s’ajuste par la baisse des retraites, on s’ajuste par la baisse des prestations chômage… En fait, l’euro se maintient mais le pouvoir d’achat des Européens s’effondre. Est-ce que c’est ça le résultat auquel on veut parvenir ? »

Hans Werner Sinn : L’Union Bancaire ne sauvera ni l’Europe ni l’Euro.

Lu sur le blog d’Olivier Demeulenaere

« Il est difficile de contester la compétence de Werner Sinn. On est loin des ronrons politiciens ou des phrases creuses des officiels. Président de l’IFO allemand de recherche économique, il a toutes les distinctions imaginables dans son pays. Chaire d’Economie et de Finances Publiques à l’Université de Munich, chercheur invité à la London School of Economics, à Princeton, à Stanford, etc.

Il vient de republier un entretien dans le Handelsblatt. Comme on en parle peu, nous en profitons pour combler cette lacune et rappeler ses positions : Ce sont celles de quelqu’un qui a accès à toutes les informations, même celles que l’on cache, et qui ne pratique pas la langue de bois. Il est l’ennemi de la bien-pensance européenne. Vous ne lirez pas cela chez les économistes payés par les banques ou dans les médias.

Si on lui demande est-ce que la politique de la BCE est efficace, il répond : «Tout ce que Draghi a fait, c’est d’expliquer aux investisseurs, aux banques, aux hedge funds que les contribuables des pays encore sains allaient payer et faire en sorte que eux puissent faire leur plein sur leurs créances »

Sur la fameuse Banking Union scélerate : « Cela collectivise les dettes des banques. Ces dettes sont trois fois supérieures à celles des souverains. Ce sont normalement les créanciers qui devraient supporter les pertes, pas les contribuables, pas les retraités, pas les épargnants. Les banques devraient être autorisées à faire faillite. L’Union Bancaire ne sauvera ni l’Europe ni l’Euro. Elle ne va bénéficier qu’aux financiers de Wall Street, de la City et à quelques institutions financières allemandes. Les banques continuent à fonctionner sur le dos des citoyens sous couvert de la solidarité ».

Nous ne pouvons qu’applaudir la démystification de cette solidarité que l’on nous jette au visage !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sur l’Espagne : « La dette extérieure de l’Espagne est supérieure à toute la dette des pays en crise réunis , avec un chômage aussi gros que la Grèce. C’est une terrible combinaison. »

Cela fait plusieurs années que Sinn alerte sur ce qu’il appelle le scandale des soldes Target 2 de la Bundesbank (le système Target 2 est le système de paiement interbancaire de la zone euro). Avant la crise, Continuer la lecture de Hans Werner Sinn : L’Union Bancaire ne sauvera ni l’Europe ni l’Euro.

Documentaire Les Massacres de Septembre 1792 (vidéo)

Ah, Septembre 1792, le rêve de Mélenchon et ses amis. La gauche qui se réclame des idées révolutionnaires est peu loquace sur tous ces massacres. Elle en a surtout jamais tiré les leçons qui lui aurait permis d’être moins arrogante. Cette émission d’Alain Decaux revient sur les massacres de septembre 1792.

– – – – – – – – – – –

Les 2 et 3 septembre 1792, à l’instigation de meneurs comme le journaliste Jean-Paul Marat qui agitent la crainte des complots et celle, bien réelle, de l’invasion, des dizaines de sans-culottes envahissent les prisons parisiennes. À l’Abbaye, la Force, la Conciergerie, Bicêtre, ils massacrent les prisonniers prétendument contre-révolutionnaires. Au total un millier de victimes : aristocrates, prêtres réfractaires mais aussi droit commun et citoyens ordinaires.

Parmi les victimes figure la princesse Marie-Thérèse de Lamballe (42 ans), ancienne confidente de la reine, connue pour être aussi belle que vertueuse ! Elle avait été enfermée à la prison de la Force après avoir accompagné la famille royale à la prison du Temple. Son corps est mis en lambeaux par les émeutiers. Sa tête, plantée au bout d’une pique, est promenée sous la fenêtre de la cellule de la reine ! Avec ces massacres, la Révolution française entre dans sa phase la plus violente.


Les Massacres de Septembre 1792 par FrenchCarcan

Najate Haïe (Front de gauche) veut la suppression des visas pour les Algériens

Après le discours à Alger, ce jeudi, du président de la République François Hollande, Najate Haïe, porte-parole de Solidarités 21 et membre du Front de gauche, déclare dans un communiqué de presse:

« Je tiens à saluer le discours d’Alger de François Hollande. Enfin ! Un Président français reconnaît aux yeux du monde la responsabilité de la France dans le fait colonial et ses horreurs. (…) Je souhaite donc que la majorité de gauche au Parlement abroge la loi mémorielle scélérate votée par la droite qui voyait quelques mérites dans la colonisation. Non pour la remplacer par une autre, nous n’en avons nul besoin, mais pour faire disparaître cette tâche négationniste des lois de la République. Un premier pas décisif a été accompli pour que la collaboration des peuples et des gouvernements des deux rives de la Méditerranée s’engage dans une voie nouvelle et prometteuse pour tous. Elle passera à mes yeux, mais chaque chose en son temps, par la suppression réciproque des visas pour se rendre dans l’un ou l’autre pays.»

Suite et source : Bien Public

Revue de presse et commentaires sur l'actualité