L’université française est morte

L’université française est morte. Morte en tant qu’université, c’est-à-dire communauté scientifique où la recherche s’associe à un enseignement spécialisé de haut niveau. Il reste quelques établissements pédagogiques post-baccalauréat. Mais l’université a été tuée par la médiocrité.

 Postes « secondarisés »

On se figure que l’université recrute les meilleurs professeurs. C’était vrai, ce l’est de moins en moins. La spécialisation disparaît au profit de postes pédagogiques ou didactiques. En ce domaine, l’année 2003 fera date : en lettres, aucun poste de maître de conférences en littérature du XIXe siècle n’a été proposé, parmi un déferlement de postes de « technique d’expression ».

En clair : l’université n’est qu’une sorte de lycée où il faut s’efforcer d’apprendre aux étudiants à construire une phrase. Quantité d’enseignements pour lesquels on ne dispose pas d’un universitaire en titre sont confiés à des vacataires empruntés aux lycées.

Ou bien on recrute des professeurs agrégés (PRAG), soutiers de l’université devant assurer le double d’heures pour le même salaire, écrasés de travail et qui n’ont pas le temps de se consacrer à la recherche.

 Carences du recrutement

Lorsqu’un vrai poste est proposé au concours, le « localisme » galopant fait en sorte qu’il soit attribué, non au plus méritant, mais à celui qui est déjà sur place et qu’on a prévu à l’avance d’y installer. Les concours tendent à devenir de faux concours. Des candidats envoient des dossiers volumineux, traversent la France entière, pleins d’espoir et d’angoisse, pour faire de la figuration démocratique dans un spectacle où tout est déjà réglé. L’intitulé du poste correspond très précisément à la thèse du candidat local. Un président d’université électronicien s’introduit dans une commission de littérature pour faire élire le candidat local. Un conseil d’administration casse l’élection d’un candidat qui n’est pas local. On fait élire sa femme, son fils, son beau-frère, le fils du pharmacien du centre-ville, qu’importe la qualité de (…)

Article de Pierre Jourde pour le Monde diplomatique

Cette détestation de l’homme occidental devenue centrale dans la société française

Si l’on veut se faire une idée concrète de ce à quoi pourrait correspondre le risque zéro, en théorie inexistant dans la pratique, il suffit de songer à l’impossibilité de voir SOS-Racisme ou le MRAP réclamer des comptes à Libération pour son article de jeudi dernier s’indignant du trop de blancs au sein du gouvernement français.

On a suffisamment glosé, et à juste titre, sur l’indigence glauque du propos pour que l’auteur de Réflexions sur la question Blanche n’en rajoute une couche quant à l’évidence de ce racisme de plus en plus visible par tous,

à la notable exception des associations auto-désignées pour l’éradiquer.

Je m’autoriserai néanmoins deux observations en profondeur :

Cette question Blanche, ou pour la dire autrement : cette détestation pathologique de l’être occidental n’a rien de périphérique :

elle est omniprésente, obsessionnelle et centrale. Sans la comprendre, impossible d’appréhender le monde qui est, les questions sociétales, à commencer par celle de l’immigration, comme les problèmes internationaux et leur traduction médiatique.

Ceux qui, comme le journal précité, sont obsédés par elle sont bien entendu ceux qui applaudiront le plus à la proposition de François Hollande de bannir le mot «race» de notre Constitution.

Pour eux, et on me permettra de Continuer la lecture de Cette détestation de l’homme occidental devenue centrale dans la société française

L’immigration, l’autre fardeau de la Grèce

Piégée entre une Turquie laxiste et le renforcement des frontières en Europe, la Grèce est devenue un véritable Etat-tampon pour les immigrés du monde entier qu’Athènes doit assumer seule, et en pleine récession.

(…)Chaque jour, plus de 300 immigrés débarquent illégalement en Grèce par la Turquie. Ce qui représenterait entre 80% et 90% de l’immigration clandestine de l’Union européenne. Longtemps, la Grèce a pourtant été un pays d’émigration. «Dans les années 1980, il n’y avait pas d’hommes de couleur en Grèce», se souvient Diamando, enseignante et militante du collectif Stop Evros Wall («Arrêtons le mur de l’Evros»). En 1991, on recense 197.000 étrangers en Grèce, en majorité des Albanais. Dix ans plus tard, en 2001, le nombre d’immigrés franchit la barre du million.

Aujourd’hui, pour un pays de 11 millions d’habitants, il y aurait 2 millions d’étrangers en Grèce, dont la moitié des clandestins.

En l’espace de cinq ans, les chemins de l’immigration en Europe se sont déportés de la Méditerranée, via l’Italie et l’Espagne, vers la Grèce et le fleuve Evros. Entre 2009 et 2010, selon Frontex, l’Agence européenne aux frontières, les routes de la Méditerranée centrale (Italie et est de l’Espagne) et de la Méditerranée occidentale (sud de l’Espagne), ont connu respectivement une baisse de trafic de 60% et 31%. Pendant ce temps,

le chemin gréco-turc a enregistré une hausse de 345%. Ainsi, en 2010, près de 50.000 immigrés ont franchi cette frontière.

Face à cet énorme problème de flux humains, la Grèce paraît bien désunie. Aux portes de l’Union européenne, Continuer la lecture de L’immigration, l’autre fardeau de la Grèce

Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon (vidéo TF1)

Marine Le Pen était annoncé à 32 % dans les sondages il y a 3 jours. Elle fait 42 %. Jean-Luc Mélenchon était donné à 29% et vainqueur au deuxième tour. Il fait 22% et est éliminé.

Moralité: les sondages nous ont grugé et le petit sans peuple restera sans peuple.

Mélenchon: (…) Elle a raison de dire qu’elle est en tête, et elle a un travail de dix ans devant des incapables et des bons à rien qui n’ont pas su endiguer sa progression (…)

Marine Le Pen: Monsieur Mélenchon appelle donc à voter pour des incapables, pour des menteurs, pour des tricheurs… et bien il exprime qu’il fait parti du système.

Corruption: Fraude aux prestations sociales, une élue PS en garde à vue

Les ennuis judiciaires s’accumulent pour Norhouda Spicher, adjointe au maire (ndlr: PS) d’Abbeville. Après une mise en examen peu avant la mi-mai pour aide au séjour irrégulier d’un étranger, qui lui a valu le retrait de ses délégations, l’élue a été à nouveau placée en garde à vue hier matin dans une autre affaire.

Entendue par les policiers abbevillois, il lui est reproché d’avoir perçu des prestations sociales, de juin 2008 à novembre 2010, qu’elle n’aurait pas dû toucher. Selon nos informations, le montant approcherait les 20 000€. Sur cette même période, l’élue abbevilloise percevait de la municipalité une indemnité de quelque 1 500€ mensuels. Après des vérifications, la Caisse d’allocations familiales a porté plainte auprès du procureur de la République d’Amiens.

Suite à la garde à vue d’hier, Norhouda Spicher a été présentée au procureur de la République d’Amiens dans l’après-midi. Ce dernier l’a convoquée devant le tribunal correctionnel fin juin prochain pour fraude aux Revenu minimum d’insertion (RMI), Revenu de solidarité active (RSA), à l’aide personnalisée au logement (APL) et à la prime de Noël. Hier, Mme Spicher et son avocat, Me Diboundje, étaient injoignables.

Suite et source : Le courrier Picard,

« Rose Mafia 2 », l’acte II en librairie

À l’occasion de la sortie de « Rose Mafia 2 L’enquête », la suite du sulfureux livre à succès de Gérard Dalongeville, ex-maire PS d’Hénin, entretien avec son auteur, Martin Leprince, correspondant à Paris de « Nord éclair ». (…)

Ce qui m’a rapidement sauté aux yeux durant cette enquête,

c’est que les irrégularités dépassent la seule commune d’Hénin-Beaumont et le seul mandat de Gérard Dalongeville.

 

Comment s’est déroulée votre enquête ?

>> J’ai disposé d’une période très courte : quatre semaines. Je suis venu plusieurs fois dans le Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont. Énormément de gens ne veulent pas parler. J’ai eu beaucoup de « off » de la part d’élus, de chefs d’entreprise ou de fonctionnaires. J’ai épluché beaucoup de résultats d’appels d’offres et de rapports de la chambre régionale des comptes (CRC).

Pour sa défense, le PS 62 rétorque que ce ne sont pas des preuves et qu’il n’y a eu aucune décision judiciaire…

>> Le Nord – Pas-de-Calais est en tête des régions qui comptent le plus d’irrégularités pénales dans l’attribution des marchés publics et ce devant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur !

Si ça, ce n’est rien, alors je ne sais pas ce qu’il leur faut ! Les rapports de la CRC ne sont pas juste des rapports pour dire qu’il faut améliorer telle ou telle organisation. Ce sont des constats de magistrats.

Et puis que dire des associations satellites autour du PS baptisées Les Amis de la Rose ? Pourquoi Alain Richard, le président de la commission d’enquête interne du parti, a demandé à Catherine Génisson de les dissoudre ?

Quelle était leur activité ? Souvent créées peu avant des élections, elles servaient en fait à financer des campagnes électorales de façon tout à fait illégale, via des encarts publicitaires d’entreprises qui n’avaient pourtant pas besoin de se faire connaître du grand public, mais plutôt d’obtenir des marchés publics. C’est mieux que des enveloppes d’argent liquide… (…)

Nord éclair

Les candidats islamogauchistes du Front de Gauche cajolent les musulmans (tract)

Nous avions pu lire la lettre du candidat mélenchoniste François Asensi aux musulmans de l’UAM 93. Clientélisme électoral, communautarisme, tout y était. L’islamo-gauchiste allait même jusqu’à appeler les “musulmans” de France à voter pour lui aux élections législatives en raison de ses positions pro-palestiennes. Pathétique !.

Aujourd’hui c’est un tract distribué par des militants du Front de Gauche à la sortie des mosquées de Montreuil et Bagnolet qui nous montre comment la gauche est capable de piétiner les principes républicains au profit d’un clientélisme électoral répugnant. Nous devons ce racolage communautariste au candidat Jean-Pierre Brard (Front de Gauche) accusé dernièrement d’islamophobie par le candidat PS Razzi Hammadi.(sic)

Sur ce tract Jean-Pierre Brard se veut rassurant envers les musulmans. Il leur rappelle qu’il fut le premier maire à permettre la construction d’une mosquée par le biais d’un bail emphytéotique. Il s’engage à aller plus loin avec la construction d’un cimetière musulmans, et s’engage à ne jamais voter une loi qui irait contre les intérêts de la communauté musulmane.

En matière de baise-babouche, on fait difficilement mieux…

Molenbeek : Deux policiers poignardés par un islamiste venu de France (vidéo)

La station de métro Beekkant est fermée à la circulation depuis 18h30 suite à une très grave agression perpétrée par un musulman radical.

il a attaqué les deux jeunes recrues policières par derrière en hurlant « Guerre sainte »

 

Deux représentants des forces de l’ordre ont été poignardés par un forcené à Molenbeek, dans la station de métro Beekkant. L’agresseur est un homme de 40 ans actif dans le milieu islamiste. Arrivé de Paris en Thalys, il portait sur lui des documents sur lesquels étaient rédigés des extraits du Coran. Après avoir pris ses renseignements sur les évènements qui sont survenus ces derniers jours à Molenbeek, il a pris le métro vers la commune. Au moment de l’ouverture des portes, il a attaqué les deux jeunes recrues policières par derrière en hurlant « Guerre sainte ». Selon nos sources, l’homme était clairement en Belgique pour « tuer du flic ». […]

La Libre.be

Le doyen de l’Université islamique de Gaza rappelle le devoir de conquérir Rome et l’Andalousie (veuf)

Le Dr Subhi Al-Yaziji, doyen des études coraniques à l’université islamique de Gaza a affirmé sur Al-Aqsa TV le 25 mai 2012:

 » La conquête de l’Andalousie est un vieux rêve, quelque chose que les musulmans doivent espérer et nous continuerons à l’espérer dans l’avenir. […] Nous plaçons nos espoirs en Allah et dans la confiance que le jour viendra où notre triomphe ne sera pas limité à la Palestine. Nos espoirs d’ aller au-delà – pour élever la bannière du califat sur ​​le Vatican, la «Rome» d’aujourd’hui (sic), en conformité avec le hadith du prophète Mahomet: «Constantinople doit être conquise, et ensuite Rome. »

 

Selon l’observatoire de l’islamisation, je cite:

La tradition musulmane rapporte en effet cette injonction de Mahomet, qui s’est en partie réalisée avec la chute de Constantinople en 1453.

Lors du 23 ème congrès de l’UOIF en avril 2009, le célèbre Frère Musulman koweitien Tareq Al-Suwaidan reçut des applaudissements nourris quand il rappella ce même hadîth de Mahomet. Nous avions été les seuls à alerter, voir notre article : Conquête de Rome évoquée au congrès de l’UOIF: 7 islamologues écrivent à l’Italie.

Le cardinal Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, favorable aux mosquées en Europe, s’abstiendra encore cette fois de s’indigner (tout comme il fut atone lorsque le grand mufti d’Arabie Séoudite a réclamé récemment la destruction de toutes les églises de la Péninsule Arabe). Préserver l’amitié avec les musulmans requiert d’être extrêmement compréhensif…

Il est urgent de dissoudre l’UOIF et de fermer les 400 mosquées membres de cette fédération islamiste (dont les idéologues antisémites ont été interdits de séjour), qui s’édifient souvent grâce à l’aide matérielle du Parti Socialiste.

 

source

Espagne : Les banques françaises sont très engagées (vidéo)

Les banques françaises sont, après les banques allemandes, les plus engagées en Espagne. Les risques sont sans commune mesure avec leur exposition sur la Grèce.

Pour l’heure, les banques françaises figurent parmi les établissements les plus engagés, juste derrière les banques allemandes, avec 132 milliards d’euros

Selon les dernières estimations établies à partir de chiffres communiqués par la BRI (Banque des règlements internationaux) à fin septembre 2011. Ce montant est en fort repli par rapport aux 183 milliards d’engagements à fin 2010, mais il reste très important. Il recouvre l’ensemble de l’exposition de nos banques que ce soit envers les ménages, les banques ou les entreprises espagnols.

Les sommes en jeu sont autrement plus importantes que les quelques 45 milliards d’euros d’engagements sur la Grèce (déjà provisionnés à hauteur de 75 % dans le bilan des banques françaises).



Lire la suite de l’article sur le Figaro

Béziers La Devèze : « Nous sommes calfeutrés chez nous, derrière nos clôtures et des grilles »

« Nous n’en pouvons plus, assurent les représentants d’un collectif d’habitants qui demeurent à proximité de la rue d’Alger dans le quartier de La Devèze. Nous n’osons plus rien dire de peur des représailles. Certains d’entre-nous vivent dans ce quartier depuis presque 50 ans. Aujourd’hui des petits jeunes nous insultent, nous intimident. Ce n’était jamais arrivé. Ce sont des menaces à peine déguisées. Résultat, nous sommes calfeutrés chez nous, derrière nos clôtures et des grilles alors que certains jouent les maîtres de la rue. Ce sont les rois. On ne leur dit rien. »

Nos témoins sont exaspérés, à bout de nerf. Ils ont bien appelé les policiers qui se sont déplacés, mais rien n’y fait. Dès le jeudi soir, cela depuis 3 ans, et jusqu’au dimanche, les riverains nous racontent être ennuyés par des jeunes qui jouent au foot, tapent contre les murs, crient, font du rodéo avec leurs voitures et qui se servent des rues d’Alger, de Constantine et d’Oran, comme des salons.

(…) « Je ne peux plus les supporter, insiste un des membres du collectif. (…) Je vais sortir mon fusil et tant pis pour les conséquences. En prison, a priori, je pourrai dormir la nuit. »

Source : Midi Libre,

Revue de presse et commentaires sur l'actualité