Minute de silence interrompue : le témoignage d’une collégienne

Une collégienne scolarisée dans le Val-de-Marne, témoigne sur la minute de silence en l’hommage aux victimes des attentats de la semaine dernière qui a été interrompue par des élèves qui se sont identifiés aux terroristes.

Si t’es pas pour les musulmans, j’te bute.

Si c’est marine le pen qui gagne, elle va nous renvoyer chez nous; alors les terroriste ils vous feront la guerre et nous on va être pour eux…


Minute de silence interrompue : le témoignage d’une collégienne par leparisien

B7PQm98CUAEgQW0

Aljazeera censure Marine Le Pen qui évoquait le rôle du Qatar dans le financement du terrorisme. (vidéo)

Source

Extrait de l’article traduit:

Le leader du Front national, Marine Le Pen  a accordé un entretien de 15 minutes lundi à Al Jazeera English, sur les retombées des attentats à Paris, où des attaquants islamistes ciblés un magazine satirique français et une épicerie juive, tuant 17 personnes au total.

Selon une transcription de l’entrevue, Le Pen a déclaré à la chaîne: « Nous devons aller dans les mosquées fondamentalistes, nous devons cesser le financement étranger des groupes islamistes. Nous devons revoir notre politique étrangère et  cesser de rouler le tapis rouge aux pays qui financent le fondamentalisme; comme l’Arabie saoudite et le Qatar. « 

La mention au Qatar a immédiatement déclenché une réaction en chaîne  conduisant à la mise au rebut de l’intégralité de l’interview .

…. Un porte-parole d’Al-Jazira a dit: «. Nous diffusons des histoires et des commentaires sur le Qatar comme  nous le faisons avec tout les autres pays » Dans un courriel envoyé mardi matin, le porte-parole de la chaine a déclaré: «Vous avez tiré des conclusions hâtives. Marine Le Pen a fait quelques commentaires qui, étant donné l’actualité en France, ont été écarté au profit d’autres voix pour fournir un contexte. L’histoire est sortie plus tard avec exactement ce qu’elle a dit « .

lire l’article en anglais

et la transcription de l’interview de Marine Le pen:

voir la vidéo

UMPS/ Sarkozy et Fabius : Ah bon ? Y a un problème avec le Qatar ?

Article de Marianne.

Invités sur RTL et France inter ce matin, Nicolas Sarkozy et Laurent Fabius, interrogés sur le financement terroriste opéré par l’allié qatari, ont chacun récusé ces accusations. Sur ce plan-là, rien n’a changé, l’hypocrisie et le mensonge demeurent la règle.

L’union nationale de nos politiques a atteint ce matin un point inattendu. C’est sur le Qatar que Nicolas Sarkozy sur RTL et Laurent Fabius, sur France inter sont tombés d’accord. L’ancien président de la République et l’actuel ministre des Affaires étrangères ont chacun défendu la pétromonarchie comme un seul homme.


Nicolas Sarkozy, invité de RTL, le 12 janvier 2015 par rtl-fr

Nicolas Sarkozy réagissait notamment au déploiement d’une banderole lors du match Bastia-PSG : « Le Qatar finance le PSG…et le terrorisme ». Une accusation déplacée selon Nicolas Sarkozy : « Le Qatar est un pays ami de la France. Pas depuis moi, c’est François Mitterrand »« Vous croyez, a-t-il poursuivi, que François Mitterrand, Jacques Chirac, moi-même hier, François Hollande aujourd’hui, on aurait cette politique d’amitié avec le Qatar si nous pensions que le Qatar, c’était uniquement le financeur du terrorisme ? ».

C’est bien ça le problème. Habitué des tribunes VIP du PSG, et copain avec toutes les têtes fortunées et enturbannées de l’émirat, Nicolas Sarkozy fait régulièrement des conférences grassement rémunérées dans le pays. La dernière datant de décembre 2014.  On notera que Jean Michel Aphatie, grand donneur de leçon de journalisme, s’est d’ailleurs bien gardé de rappeler les « ménages » que l’ex-président fait régulièrement au Qatar. Ou de l’interroger sur le livre de Vanessa Ratignier et Pierre Péan, Une France sous influence, qui raconte par le menu comment Sarkozy a participé à faire du Qatar une puissance incontournable du Moyen-Orient.

De son côté, Laurent Fabius a été interpellé par un auditeur qui demandait au ministre des Affaires étrangères s’il ne fallait pas changer de diplomatie à l’égard du Qatar, soupçonné de financer le terrorisme. Dans cette période salutaire, où la plupart de nos représentants promettent d’aborder les « vrais problèmes », Fabius a déjà fait une exception. Notre ministre a en effet pris sa voix la plus grave : « C’est une accusation qui est revenue souvent. Nous avons effectué les vérifications nécessaires, par tous les services. Et cette accusation, pour la période depuis laquelle nous sommes au gouvernement, est infondée ». Laurent Fabius a même répété deux fois son affirmation pour bien la faire rentrer dans la tête des auditeurs éventuellement pas convaincus.


Interactiv’ Laurent Fabius « Les gestes contre… par franceinter

Il faut croire que le responsable du quai d’Orsay n’a pas les mêmes renseignements que… nos services de renseignements ! En juin 2012, le Canard enchaîné citait une note de la Direction du renseignement militaire français (DRM) qui décrivait précisément les financements terroristes opérés par l’émirat. « Selon les renseignements recueillis par la DRM, les insurgés touareg du MNLA (indépendantistes et laïcs), les mouvements Ançar Dine, Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique) et le Mujao (djihad en Afrique de l’Ouest) ont reçu une aide en dollars du Qatar ». « Les officiers de la DRM affirment, eux, que la générosité du Qatar est sans pareille et qu’il ne s’est pas contenté d’aider financièrement, parfois en leur livrant des armes, les révolutionnaires de Tunisie, d’Egypte ou de Libye », ajoutait l’hebdomadaire.

Le rapport venait corroborer une première note diffusée en mars par la DGSE qui précisait les financements de mouvements djihadistes dans le Nord du Mali. Plus récemment, en juin 2014, le site de défense américain Jane’s publiait une photo   d’avions de transports militaires qataris posés sur un aéroport contrôlé par des milices djihadistes libyennes. Dans son numéro daté du 28 novembre  dernier, Marianne évoquait aussi le rôle trouble du Qatar en Libye. Continuer la lecture de UMPS/ Sarkozy et Fabius : Ah bon ? Y a un problème avec le Qatar ?

Pas de leçons à recevoir ! de Bruno Gollnisch

Source

Comme nous l’a confié un  internaute avec une pointe d’agacement, « Si un rassemblement de rue suffit à résoudre les problèmes, pourquoi ne pas organiser la même chose avec des panneaux JE SUIS CHOMEUR » ?  Chômeurs, les rescapés de Charlie hebdo ne le seront pas dans l’immédiat. Alors que  les ventes du journal s’étaient spectaculairement  écroulées ces dernières années pour plafonner aux alentours de 40 000 exemplaires chaque semaine, le nouveau numéro de  Charlie hebdo  à paraître demain,  dont la une représente le prophète arborant une pancarte je suis Charlie,  a été tiré à trois millions d’exemplaires. Un tirage que même dans leurs rêves les plus fous les membres de l’équipe de l’hebdomadaire d’extrême gauche n’auraient jamais imaginé. Ils n’auraient pas imaginé non plus,  eux qui n’ont jamais  cessé de cracher sur le drapeau, la police, les militaires, les traditions, de voir le président   de la république  leur rendre hommage l’occasion d’une cérémonie organisée en mémoire de toutes les victimes à l’hôtel des Invalides cette semaine.

 Bruno Gollnisch rappelle à cette occasion  que ce sont des figures de la gauche et de l’extrême gauche,  les  amis et complices  de Charlie qui ont  fait circuler une pétition en  2011 pour (exiger) que le gouvernement français renonce au transfert des cendres du général Marcel Bigeard (décédé en juin 2010), héros notamment de la lutte antiterroriste,  à l’hôtel des Invalides à Paris. Une  « initiative» jugée « historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse ». Pétition qui fut signée notamment par  d’anciens terroristes du FLN, le Président d’honneur du Mrap, Mouloud Aounit,  l’ex ministre communiste Anicet le Pors, le secrétaire national du PC, Pierre Laurent, le député écolo-gauchiste Noël Mamère, le président de la LDH, Pierre Tartakowsky…

Si les Français,  peuvent être légitimement « surpris » de  voir les vieux bolchos libertaires de  Charlie Hebdo honorés aux invalides, les autorités pénitentiaires l’ont été aussi par le parcours de certains détenus. Certes, si le comportement des embastillés permettait de préjuger de leur réinsertion,  les choses seraient peut être  plus simples. Une dépêche Reuters  rapporte ainsi que « Amedy Coulibaly, qui a tué cinq personnes la semaine dernière à Montrouge et Paris, était un détenu exemplaire avant sa libération en mai 2014, a déclaré lundi le porte-parole du ministère de la Justice, soulignant la difficulté de la lutte contre la radicalisation en prison. Chérif Kouachi, auteur avec son frère Saïd de l’attaque armée contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, ne s’est pas non plus distingué en détention par des appels à la prière ou au djihad… »

Autre membre de cette bande  (islamique) des Buttes-Chaumont,  l’imam responsable parait-il de leur endoctrinement,  Farid Beneyettou,  actuellement  infirmier stagiaire à l’hôpital de la Salpêtrière, donne lui aussi  toute satisfaction… voilà qui est rassurant.  Comme l’est aussi cette anecdote qui nous a été confiée par un membre d’Air France travaillant au sol. Il  nous a  expliqué avoir vu « tous les barbus de la maintenance de  Roissy »  -« engagés en priorité  parce qu’ils résident dans le   9-3 »-,  « se réjouir bruyamment et publiquement  à l’annonce  des attentats… ».

Sur le site d’@rrêt sur images, son fondateur,  Daniel Schneidermann, qui était à la manif parisienne de dimanche  -dans laquelle « il y a aussi Bruno Gollnisch » lui explique-t-on !-  nous livre le fruit de quelques unes de ses Continuer la lecture de Pas de leçons à recevoir ! de Bruno Gollnisch

Terrorisme : quand Manuel Valls faisait la leçon à la droite (vidéo)

VIDÉO. Lorsqu’il était à l’Intérieur, le Premier ministre a eu des phrase

La scène se passe le mardi 13 novembre 2012, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. En réponse à une question du député UMP Éric Ciotti qui critique la politique pénale menée par la garde des Sceaux Christiane Taubira, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls prend la parole et s’emporte : « Le retour du terrorisme dans ce pays, c’est vous », s’exclame-t-il après une anaphore accusatoire à l’adresse de la droite. « Vous n’avez pas protégé les Français, vous n’avez pas été capables de les protéger », ajoute-t-il. Le président Claude Bartolone ne parvient pas à calmer le tollé suscité par cette intervention et suspend la séance.


Nov. 2012, Manuel Valls à l'UMP : "Le retour du… par LePoint

À l’époque, Manuel Valls fait une allusion évidente aux assassinats perpétrés par Mohamed Merah en mars 2012, quelques semaines avant l’élection présidentielle.

À l’heure où le gouvernement réclame et obtient l’union sacrée contre la barbarie, ces propos résonnent mal. Comme une fausse note au milieu d’un concert harmonieux. Le débat politique n’est pas un exercice pour Bisounours. Il convoque souvent la pugnacité, l’exagération, la mauvaise foi et même, pourquoi pas, l’agressivité. Mais il est des sujets trop graves pour relever de cet exercice convenu. Le terrorisme en tête. Aucune personne censée ne peut envisager sérieusement que le gouvernement de François Fillon ait favorisé, de quelque manière que ce soit, le retour du terrorisme. « Tout ce qui est excessif est insignifiant », disait Talleyrand. Dans ce cas précis, c’est aussi nuisible à la démocratie.s malheureuses sur la capacité de la droite à lutter contre le terrorisme.

suite de l’article

Cent Houellebecq pour cinq Zemmour !

« Soumission » le dernier livre du romancier, s’est écoulé à 250 000 exemplaires depuis sa sortie le 7 janvier, jour de l’attentat contre « Charlie Hebdo ».

Profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris, l’un des journalistes assassinés à Charlie Hebdo, Michel Houellebebq avait décidé jeudi 8 janvier de suspendre la promotion de Soumission, son nouveau roman. Le livre, sorti le 7 janvier, le jour même du passage à l’acte des frères Kouachi, était promis à une polémique sans fin. Et pour cause, l’écrivain y décrit une France dirigée par le chef d’un parti musulman. Un sujet rendu encore plus sensible par les événements tragiques de ces derniers jours. Reste que le livre fait un véritable carton dans les librairies. Le premier tirage de 150 000 exemplaires est déjà épuisé. Un deuxième de 50 000 exemplaires a été livré vendredi 9 janvier. Et un troisième de 50 000 exemplaires est diffusé depuis ce lundi matin.

Pour se faire une petite idée du succès de Houellebecq, il faut savoir que, pour 100 exemplaires vendus de Soumission, il se vend 9 exemplaires de Vernon Subutex, le dernier roman de Virginie Despentes, pourtant numéro deux des ventes, selon Datalib, un réseau de librairies indépendantes. Le romancier, auréolé du prix Goncourt en 2010, représente à lui seul 4 % du chiffre d’affaires de certaines librairies. Dans une grosse librairie de Paris au coeur du Quartier latin, 642 exemplaires ont été vendus depuis sa sortie. Il en reste 396 en stock. À Toulouse, non loin de la place du Capitole, c’est plus de 300 exemplaires qui se sont arrachés le 7 décembre.

(…) Le Point

[Charlie Hebdo] Rémi Brague : «Dans les gènes de l’islam, l’intolérance»

Article du Point de la semaine du 7 janvier 2015

Remi Brague, membre de l’Institut, philosophe, historien de la pensée médiévale arabe et juive.

« L’attentat contre les dessinateurs de Charlie Hebdo rappelle de vieilles histoires qu’il me faut malheureusement rappeler ici.

A l’époque de Mahomet, dans l’Arabie du début du 7e siècle, il n’y avait évidemment pas de journalistes. Mais il y avait des poètes. Ils influençaient l’opinion, comme le font de nos jours les organes de presse.

Lorsque Mahomet se mit à prêcher son dieu unique, prétendit en être le messager et se mit à légiférer en son nom, déclarant ceci « permis» ou cela «interdit», certains de ces poètes se moquèrent de lui.

Mahomet ne tolérait pas qu’on mette en doute sa mission prophétique. Il demanda donc qui allait le débarrasser d’eux. Des volontaires se présentèrent et les assassinèrent. Leurs meurtres sont racontés dans la plus ancienne biographie de Mahomet.

Mahomet assura les assassins qu’ils n’avaient commis aucune faute, un peu dans l’esprit du verset du Coran: « Ce n’est pas vous, mais Dieu qui les a tués ».

On comprend l’embarras des musulmans d’aujourd’hui. [Car] comment dire que ces agissements n’ont rien a voir avec l’islam?

Le Coran appelle Mahomet « le bel exemple », qu’il est loisible, voire louable, d’imiter. Comment ne pas comprendre que certains se croient autorisés à commettre en son nom et pour le venger ce genre de crimes ?

Nigel Farage : « l’Occident tient sa part de responsabilité dans les attentats qui se sont déroulés à Paris »

Le chef de file de l’UKIP Nigel Farage a déclaré que l’Occident tient une part de responsabilité dans les attentats qui se sont déroulés à Paris en raison des guerres dans lesquelles il est impliqué mais également en raison d’une immigration de masse.

Il a en effet déclaré au Parlement européen : « Il suffit de penser à notre politique étrangère en Afghanistan, en Iraq, en Libye et mieux encore en ayant essayé d’armer les rebelles syriens »

« On nous a dit que nous faisions tout ça pour rendre nos rues plus sûres alors qu’en fait cela n’a fait qu’exacerber des sentiments d’hostilités parmi la communauté musulmane et in fine cela a produit exactement l’effet inverse. »

Il a enfin rajouté que l’immigration de masse avait rendu absolument impossible à certaines communautés la possibilité de pouvoir s’intégrer.

« Le pire de tout est que nous avons été coupables de faiblesse, d’un manque de courage et d’un manque d’affirmation de l’identité de notre peuple »

« Nous avons fermé les yeux sur certaines minorités qui ont des comportements et des pratiques qui ne seraient pas tolérés parmi d’autres pans de la population »

« Nous avons autorisés des prêcheurs distillant la haine autour d’eux et proférant des Continuer la lecture de Nigel Farage : « l’Occident tient sa part de responsabilité dans les attentats qui se sont déroulés à Paris »

Montpellier : bagarre au couteau dans un TER à quai, deux blessés sérieux

Une violente rixe entre deux bandes d’une dizaine d’individus a semé la panique ce lundi 12 janvier à la gare de Montpellier.

Peu après 17 h, deux bandes ont commencé à s’affronter à l’entrée de la gare puis, jusque dans le TER qui était à quai et qui devait prendre la direction de Lunel. C’est là que les couteaux ont été sortis : deux jeunes âgés de 16 et 23 ans ont été blessés, l’un à la jambe, le second à l’abdomen. Ils ont été évacués par les pompiers vers les urgences. La victime touchée au ventre serait grièvement blessée. (…)

Source

Attentats en France : à Marseille, la mobilisation moins importante interroge

Addendum : Samia Ghali, sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, avoue avoir été « choquée par certaines caricatures » de Charlie Hebdo.

Entre 45.000 et 60.000 personnes ont défilé à Marseille, une mobilisation moins importante que dans d’autres villes.

La moindre mobilisation à Marseille lors de la marche républicaine interroge le préfet de police des Bouches-du-Rhône, qui dit espérer que ce chiffre « ne dise pas tout ».

Deux manifestations ont eu lieu samedi et dimanche à Marseille, qui ont rassemblé respectivement selon la police 45.000 et 60.000 personnes, soit, en tenant compte des personnes qui ont défilé deux fois, une mobilisation de 80.000 à 90.000 personnes, a estimé Jean-Claude Bonnetain lors d’un point de presse.

« C’est moins que dans d’autres villes de moindre importance démographique. Je le relève, je ne l’analyse pas », a-t-il ajouté. « J’espère que ce chiffre à lui seul ne dit pas tout de la mobilisation des Marseillais autour des valeurs de notre République », a-t-il encore estimé.
110.000 personnes à Grenoble, 140.000 à Bordeaux et 300.000 à Lyon

A titre de comparaison, la marche républicaine de dimanche a rassemblé 110.000 à Grenoble, 140.000 à Bordeaux ou 300.000 à Lyon, autant de villes moins peuplées que Marseille, la deuxième ville de France.

« Le terrorisme est deux fois dévastateur », a encore estimé M. Bonnetain: « Par les faits Continuer la lecture de Attentats en France : à Marseille, la mobilisation moins importante interroge

Entretien avec G.-W. Goldnadel: la compassion devient hypocrite et même contre-productive lorsque l’on n’ose pas nommer le nom de leurs assassins.

Avec le recul, quelle est votre analyse sur les attentats de la semaine dernière à Charlie Hebdo, Montrouge et porte de Vincennes ?

Je ne suis malheureusement pas étonné de ces attentats qui étaient prévisibles et dont je subodore qu’ils devraient resurgir à plus ou moins long terme. Non seulement certaines têtes bien pensantes se sont acharnées à dénoncer les écrits pessimistes de Finkielkraut, Houellebecq ou encore Zemmour parce qu’ils ont le tort d’avoir raison, mais je suis persuadé que d’autres attaques sont programmées. À l’intérieur même de nos frontières, dans nos banlieues devenues véritables zones de non-droit, il existe de nombreux Kouachi et Coulibaly, prêts à prendre les armes pour accomplir leurs basses œuvres. Ces personnes ne représentent qu’une minorité, cependant loin d’être négligeable, mais elles sont prêtes à passer à l’acte, quand elles le veulent.

Pourquoi n’avez-vous pas pris part à la manifestation de dimanche 11 janvier ?

Le dimanche, je ne vais pas à la messe. Entendez par là que, si je comprends cette démarche, et que je la respecte, je ne souhaite en aucun cas répondre à la pression, d’où quelle vienne. Contre les prêcheurs de haine, le prêchi-prêcha ne m’intéresse pas. Cela ne veut en aucun cas dire que la compassion n’est pas nécessaire dans de tels moments. Je suis bien sûr solidaire de toutes les victimes de ces attentats aussi aveugles qu’abjects. La seule et nécessaire compassion pour les victimes ne suffit pas. Elle devient hypocrite et même contre-productive lorsque l’on n’ose pas nommer le nom de leurs assassins.

Je constate qu’avant même cette manifestation, nos politiques et certains médias ont banni ce mot « islamiste » de leur vocabulaire. Ils ne l’emploient plus, comme s’il était devenu tabou. On va jusqu’à taire le nom du bras armé des assassins : l’islamisme radical, lui-même bourreau de l’islam pacifique.

Je n’y participe pas non plus parce que ces grand-messes constituent autant de duperies. Continuer la lecture de Entretien avec G.-W. Goldnadel: la compassion devient hypocrite et même contre-productive lorsque l’on n’ose pas nommer le nom de leurs assassins.

Revue de presse et commentaires sur l'actualité