Mondialisation, délocalisations, immigration : les oligarques sont les responsables de la crise

Les oligarques essaient de faire croire que leurs très mauvais résultats sont dus à la crise. Ils appellent l’opinion à soutenir les efforts qu’ils déploient pour protéger les Français. Double mensonge.

Premièrement, les responsables directs de la crise sont précisément les oligarques.

Deuxio : contrairement à ce qu’ils prétendent ils n’ont nullement pour objectif de servir l’intérêt général. Leur souci est de sauver les banques, épine dorsale du capitalisme financier mondialisé qu’ils ont mis en place ; de sauvegarder la mondialisation contre toute tentation protectionniste ; et de protéger leur Europe libre-échangiste contre les projets souverainistes.

Décrivons schématiquement la situation :

Les États européens sont fortement endettés. Certains d’entre eux, comme la Grèce, ne peuvent plus rembourser sans faire appel à l’aide des autres États. De grands États, comme l’Italie, éprouvent désormais à leur tour des difficultés pour refinancer leur dette et les mécanismes d’aide mis en place paraissent insuffisants.

Si plusieurs États endettés se révèlent dans les mois qui viennent incapables de rembourser leurs emprunts totalement ou partiellement, les banques qui ont consenti les prêts connaîtront d’importantes difficultés. Certaines seront mises en faillite, sauf à ce que les États qui en ont les moyens leur apportent une aide.

Les difficultés de remboursement de certains États risquent d’entraîner une réduction de l’activité économique déjà très faible : d’une part parce que ces États endettés doivent réduire leurs dépenses pour que les marchés et les autres États acceptent de continuer à leur prêter ; d’autre part parce que les difficultés des banques risquent de conduire celles-ci à réduire fortement leurs prêts à l’économie.

Un cercle vicieux risque de s’installer : les réductions des dépenses publiques et des prêts à l’économie contractant l’activité, les rentrées fiscales sont par là-même diminuées, ce qui fait que les déficits au lieu de se réduire se creusent. Nous en sommes là.

Pour tenter de sortir de cette situation délétère, on voit se dessiner deux scénarios principaux. Le premier conduit à un renforcement de l’UE afin de prendre en charge collectivement les pays en difficulté (accroissement de l’aide à ces pays via des mécanismes type FESF, financement des États par la BCE, émission d’euro-obligations, fédéralisation des politiques budgétaires…). Le second scénario est celui d’un éclatement de l’euro (voire de l’UE) suivi de dévaluations compétitives, selon un processus soit concerté soit sauvage.

Face à cette crise, les oligarques poursuivent un double objectif :

  1. – Ils cherchent tout d’abord à se défausser, en présentant la crise comme un évènement fortuit, qui s’impose à eux et auquel ils doivent faire face, réclamant de leur opinion qu’elle serre les rangs autour des capitaines qui, dans la tempête, se battent pour préserver les intérêts des peuples ;
  2. – Ils veulent ensuite utiliser la crise comme une occasion de prendre de nouvelles mesures qui iront dans le sens de leur intérêt (nous traiterons du premier point dans le présent article ; un second suivra pour évoquer l’autre aspect).

Cette attitude des oligarques est une nouvelle preuve de leur impudence et de leur cynisme sans bornes. Pour parvenir à ses fins l’oligarchie compte sur le fait que la crédulité et la passivité des peuples ne rencontrent elles-mêmes guère de limites (il semble ainsi que la cote de M. Sarkozy dans l’opinion soit en train de se redresser du fait même de la crise !).

Les oligarques font comme si la crise constituait un phénomène inopiné, indépendant de leur volonté et pour lequel ils ne portent aucune responsabilité. Il s’agit là d’un complet subterfuge : la crise est au contraire une conséquence directe des politiques qu’ils conduisent depuis quatre décennies. Chacun de ses aspects – l’endettement des États, la domination exercée par les marchés financiers, les tensions au sein de la zone euro, la dégradation des comptes extérieurs de pays comme la France, la croissance faible et le chômage – est une résultante des politiques suivies. Nous le verrons en nous fondant plus spécialement sur le cas de la France.

Continuer la lecture de Mondialisation, délocalisations, immigration : les oligarques sont les responsables de la crise

A Paris, les subventions aux crèches confessionnelles irritent certains élus de gauche

C’est un rituel annuel. Lors du vote du budget, les élus du Conseil de Paris s’empoignent sur la légitimité des subventions accordées par la Ville à une vingtaine de crèches confessionnelles, et notamment les crèches juives, qui accueillent un millier d’enfants. Mercredi 14 décembre, des subventions de plus de 2 millions d’euros ont été accordées à ces structures. Un financement jugé contraire au principe de laïcité par certains élus de gauche.

“Il n’est pas acceptable que la ville de Paris méprise ainsi la loi de 1905 et accorde, ni plus ni moins, 2,3 millions d’euros à des structures confessionnelles“, en majorité des crèches d’obédience juive ou gérées par des associations loubavitch (orthodoxes), a déploré Danielle Simonnet, élue du PG, dont le groupe a voté contre.

Source

De gaulle: « vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale »

Petit message du Général de Gaulle à l’adresse des journalistes tel que: Caroline Fourest, Laurent Joffrin, Nicolas Demorand, Paul Amar, Jean-Jacques Bourdin, Alain Duhamel, Olivier Duhamel, Ruth Elkrief, Jean-Pierre Elkabach, David Pujadas, Claire Chazal, Michel Field, Olivier Mazerolle, Audrey Pulvard, Patrick Cohen, Mélissa Theuriau, Maurice Szafran, Isabelle Giordano, Laurent Delahousse, Anne-Sophie Lapix, Nicolas Domenach, Laurence Ferrari, Michel denisot, Christophe Barbier, Serges July, Yves Calvi, Daphné Roulier, Alain Marschall, Olivier Truchot, PPDA, Abel Mestre, Arlette Chabot, Michelle Cotta, les larbins et les potiches d’Itélé ou de BFM, l’équipe du Canard Enchainé, du Monde, de Charlie Hebdo, de RTL, de RMC, de France Info, de Europe 1, de France inter, du Monde diplo, de Télérama, de l’Humanité, de Libération, du Nouvel Obs, de l’express, de la tribune, du Figaro, de Politis, et de tous les baveux qui se croient malins… la liste est longue

« Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse.

Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d’austérité ni d’effort ! Pétain avait trouvé l’arrangement. Tout allait se combiner à merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre.

Bien sûr, cela représente 5% de la nation, mais 5% qui, jusqu’à moi, ont dominé. La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. Cette classe qui s’est de plus en plus abâtardie, jusqu’à devenir traîtresse à son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce sentiment. Le populo a des réflexes sains. Le populo sent où est l’intérêt du pays. Il ne s’y trompe pas souvent. En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale ! »


Extrait de C’était De Gaulle, par Alain Peyrefitte

Sur le Titanic, vers la catastrophe économique et démocratique – N. Farage

L’impétueux et réjouissant Nigel Farage a encore une fois lancé quelques attaques bien senties contre les inconscients et incompétents qui sont à la barre de l’Europe en perdition…. un véritable sabordage… on a beau les considérer comme nos plus fidèles ennemis, la souveraineté et l’esprit d’indépendance des anglais nous les rendrons toujours sympathiques…

Si vous souhaitez voir les interventions de Nigel farage, et notamment la leçon de démocratie qu’il inflige à Sarkozy, c’est ICI

La gauche parisienne bafoue la République et les principes laïques

La gauche s’indigne de voir des catholiques ramollis du bulbe manifestés contre des pièces de théâtres qu’ils jugent blasphématoires. La gauche devrait se souvenir que manifester est un droit et qu’elle n’en a pas le monopole.Mais elle serait surtout bien inspirée de cesser de détourner la loi de séparation de l’Église et de l’État en faveur de l’islam. Dernier exemple en date: la construction dans le 18ème à Paris de l’Institut des Cultures d’Islam.
Une appellation en forme de subterfuge qui permet aux pouvoirs publiques de financer légalement un lieu culturel, qu’il aurait été illégal de subventionner si celui-ci avait été prévu pour des manifestations cultuelles. Or, comme souvent dans ce cas là, l’Institut des Cultures d’Islam comporte en son sein pas moins de… deux mosquées. Et l’association « culturelle » qui bénéficie des subventions est en réalité une association cultuelle déguisée. Évidement la mairie de Paris se défend en affirmant que les mosquées seront payées par les fidèles… avec la garanti de la Mairie de Paris. Ce qui signifie que si les adorateurs d’Allah ne parviennent pas à réunir la somme de 7 millions d’euros, c’est le contribuable parisien qui se portera garant et payera. Elle est pas belle la vie au pays du socialisme BOBO.
Notons que la religion musulmane est la deuxième religion de France en nombre de fidèles. Les autres religions plus faibles en « soldats » n’ont jamais contraint l’État à modifier sa loi. Il serait temps de se demander si les pressions des institutions musulmanes ne sont pas faites pour mettre à bas la laïcité qu’ils trouvent un peu trop restrictive à leur gout.

En tout état de cause, ce flou entre le cultuel et le culturel est une hypocrisie que ne supporte plus les militants de l’Union de Défenses des citoyens et des contribuables de Paris. Ils ont donc décidé de demander des comptes à Delanoë, qui, nous le savons, en matière de finance n’est pas aussi transparent que l’eau bénite.

Voir la première vidéo de l’intervention de l’UDCC.

Hollande s’adresse aux français avec un drapeau algérien comme soutien !

Les socialistes l’espèrent: François Hollande sera le futur président de tous les français. Mais pour l’instant il est le candidat des socialistes et… des algériens.
C’est du moins ce que semblent croire certains électeurs qui, lorsque le candidat PS répond à des questions devant des caméras de télévisions, brandissent derrière lui le drapeau de l’Algérie. Le groupe de réflexion du Parti socialiste Terra Nova doit d’ailleurs se réjouir de ce genre de manifestation. Voilà en effet la preuve que leur théorie qui vise à trouver des électeurs de substitutions aux ouvriers que la gauche a perdu, est juste, pertinente et efficace.

Mais il serait plus honnête envers nos amis algériens de leur dire la vérité : François Hollande s’est certes engagé à soutenir l’adhésion du FLN à l’Internationale Socialiste lors de l’une de ses visites en Algérie. Il a certes fait quelques génuflexions de repentance sur la colonisation (en omettant de souligner le sort que réserva le FLN aux Harkis et aux pieds noir). En élève consciencieux, il a bien fait ses devoirs de mémoires en rendant hommage aux victimes du 17 octobre 1961 sans dire un mot des atrocités auxquelles s’exposaient les algériens résidants en métropoles quand ils refusaient de payer l’impôt révolutionnaire imposé par le FLN.

Oui, Oui, Hollande a fait tout ça, mais il ne sera jamais le candidat des algériens…

Alors un conseil, si vous êtes algérien n’espérez rien de Hollande… et si vous êtes français, achetez un drapeau.. français !… ça fera plaisir à Bayrou (qui ne devrait tarder à venir vous voir lui aussi) !!!!

Aujourd’ hui la récession, demain la dépression ?

L’INSEE vient de révéler un secret de polichinelle: la France est en récession… Alors maintenant nous pouvons être convaincus que l’addition va être salée car: récession + plan de rigueur= Dépression.
C’est donc vers une dépression économique que nous entrainent les européïstes de l’UMPS.
D’autant que l’euro, comme on pouvait le prévoir, est aujourd’hui attaqué par les marchés. Dans une europe idéale cela aurait pu représenter un bol d’air artificiel en faveur de notre économie. Mais nous ne sommes pas au pays des Bisounours, et si la baisse de l’euro continue c’est l’asphyxie programmé de la vieille Allemagne qui risque d’être au bout du tunnel… or l’Allemagne ne va pas accepter très longtemps de se laisser étouffer !

Il ne s’agit donc plus de se contenter des petits débats de gestionnaires que nous servent les Bayrou, Sarko et Hollande.
Il s’agit aujourd’hui d’éviter à la France de sombrer vers les abîmes… voilà tout l’enjeu des prochaines présidentielles.

Standard & Poor’s : Dégradation de la note française ?

Plus la crise avance, et plus François Lenglet devient lucide, sage, raisonnable. Souvenez-vous le rôle d’opposant à Marine Le Pen qu’il avait docilement interprété lors de l’émission inquisitoriale: Des paroles et des actes. Un vrai rôle de composition puisque, comme nous l’avons fait remarquer à plusieurs reprises (1), Lenglet est sans doute l’un des chroniqueurs économiques du système dont les analyses sont les plus proches de celles de Marine Le Pen et de Dupont-Aignan.
Invité sur le plateau de « C à dire » pour parler de la future dégradation de la note française, que les marchés ont déjà avalisé en relevant les taux d’emprunts de la France, le directeur de la rédaction de BFM/business souligne que:


Si la France était dégradée de 2 crans, ce qui a été suggéré, ça serait un véritable choc.”

et il fait remarquer au passage un petit détail qui a son importance: seuls les pays qui ne sont pas dans la zone euro bénéficient d’un bon triple A. Une analyse que partage l’économiste Jean-Jacques Rosa et qui va à l’encontre de la pensée des européïstes pour qui la petite France ne pourra jamais résister à la voracité des géants chinois, Indiens, ou Américains. Pour nos chers européïstes, seule une plus grande intégration dans une Europe sous commandement Allemand peut nous sauver…. au risque de nous faire disparaitre !

(1):
François Lenglet comme Marine Le Pen pense que la dévaluation c’est la solution…

Sortie de l’euro : François Lenglet rejoint Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan

Chirac condamné à 2 ans de prison avec sursis… et pour Delanoë ce sera combien ?

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi 15 décembre Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. L’ancien président a été reconnu coupable de « prise illégale d’intérêts », d' »abus de confiance » et de « détournement de fonds publics ». L’ancien chef de l’Etat, âgé de 79 ans et absent au procès, a la possibilité de faire appel.

Le volet jugé à Paris concerne 21 emplois rémunérés par la mairie de Paris de 1990 à 1995, alors que Jacques Chirac était maire de Paris. Selon les juges d’instruction qui ont renvoyé l’ancien président en correctionnelle, les personnes employées auraient en réalité servi à renforcer la campagne électorale du RPR à la présidentielle de 1995, remportée par Jacques Chirac.

On attend que la justice se penche maintenant sur les emplois fictifs de Delanoé.

Allemagne : “1 rue Sésame” à la mosquée

En Octobre dernier, les profs de 5e du collège Saint-Pierre des Essarts n’ont rien trouvé de mieux pour partir à la découverte de l’AUTRE que de faire visiter à leurs élèves une mosquée de La Roche. Avec l’esprit critique qui équivaut à celui d’une huitre, le petit journaliste de Ouest France y voyait, je cite: Une bonne manière de comprendre au mieux leur programme scolaire, s’intéressant aux débuts de l’Islam.
L’école de la république sous influence de la gauche et des dogmes pédagogistes en est à un tel point de délabrement que l’on ne s’étonne plus de ce genre de mièvrerie bienpensante.

En revanche, les Allemands semblent bien décidé à passer à la vitesse supérieure. En effet, la version allemande de “1 rue Sésame”, une émission de télévision pour enfant, vient de diffuser un épisode “spécial islam” où deux petites allemandes partent à la découverte de la mosquée locale. Rien n’y manque : ablutions, port du voile, lecture du coran…
Voilà donc les petits allemands soumis aux dogmes du multiculturalisme, du différentialisme et du relativisme. Car il ne s’agit pas ici d’éducation mais de propagande. Jusqu’où iront nos multiculturalistes et nos immigrationistes ?

Pour éviter la mort économique de la France, Jacques Sapir souhaite la dissolution de la zone euro !

Bien que lucide sur la situation, Sapir n’a jamais considéré la sortie de l’euro comme solution principale pour éviter le pire… aujourd’hui il ose… et y voit même l’unique moyen de contourner la destruction inévitable de notre économie si nos européistes persistent à vouloir maintenir l’euro… Bienvenu au club !


Sapir: il faut dissoudre la zone euro par trossy2

Quand Bayrou « le patriote » defendait l’Europe des Banquiers et de la finance.

Si la crise a une vertu c’est bien celle de révéler au grand jour le cynisme et l’arrivisme de certains de nos représentants politiques. Car qui aurait cru qu’un jour on entendrait des européistes comme Bayrou, Hollande ou Sarkosy défendre le patriotisme économique ? Qui aurait cru qu’un jour ils seraient capables de tourner le dos avec autant d’aisance aux principes idéologiques qui ont guidé leur parcours politique depuis plus de 30 ans ?

Aujourd’hui, pris à la gorge par le réel, les bras ballants et les pieds à 20 mètres du sol, ils suffoquent, gigotent, s’agitent comme un condamné au bout d’une potence. Regardez les bien parcourir les usines que leur politique a livré aux marchés voraces. Regarder les bien ramper devant des ouvriers devenus une variable d’ajustement. Observez les bien! Ils font comme si ils n’avaient jamais rédigé, signé, ratifié l’ensemble des traités qui nous privent aujourd’hui de notre souveraineté. Entendez dans leurs bouches les mots qui hier encore valaient à celui qui osait les prononcer les pires insultes de la part de leurs chiens de garde.

Car il faut se souvenir de ce que fut leur stratégie. De Maastricht au vote de la constitution européenne, les européistes tel que : Bayrou, Cohn Bendit, Hollande ou Sarkozy, ont usé du pire terrorisme intellectuel pour rabaisser, ostraciser, mépriser et vampiriser leurs adversaires.
Aujourd’hui encore, alors qu’ils n’ont rien vu venir (le PS en avril prévoyait dans son projet une croissance de 2,5%), ils prêchent des sermons de circonstance… mais ils sont aussi crédibles que DSK faisant vœu de chasteté dans un lupanar.

Regardez et écoutez ce que disait François Bayrou en 1997. Face à un Jean-Pierre Chevènement lucide et prophétique, le Bearnais défendait de façon péremptoire la monnaie unique et l’Europe technocratique de Maastricht…. loin, très loin du slogan marketing: Achetez Français !

Qui peut croire en la sincérité du Delorien Hollande quand il dit pouvoir réviser le dernier traité, imposer à l’Allemagne des eurobonds et l’obliger a accepter une banque européenne moins indépendante ? Qui peut se laisser encore séduire par le fédéraliste et libre échangiste Bayrou quand il nous convie à acheter français alors qu’il faudrait rétablir des frontières qu’il veut maintenir ouvertes…? (voir vidéo de Zemmour) Y-a-t-il des gens assez sots pour continuer à donner du crédit aux balivernes de ces candidats qui n’ont pour seule boussole l’air du temps et le catéchisme libre échangiste qui nous a entrainé au bord du précipice ? Ils vous parlent de la grandeur de la France, en vous précisant qu’elle est trop petite. Ils vous endorment avec la Nation, alors qu’ils ne rêvent que d’Europe fédérale. Ils promettent la ré-industrialisation alors qu’ils favorisent en sous-main les délocalisations à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Europe comme l’a si bien souligné Florian Philippot au micro de RMC.

Le temps est venu de ne plus se laisser intimider par ces tartuffes et leurs valets médiatiques.

Jérôme Cortier

Christian Bourquin, président PS du conseil régional Languedoc-Roussillon : Deux mois de prison avec sursis !

Et encore un. Cette fois c’est du côté de l’Hérault que la justice a décidé de mettre un baron du féodalisme PS à l’amende. Le super cumulard président du conseil régional Languedoc-Roussillon, comparaissait avec trois autres personnes, pour des faits remontant à 1999, lorsqu’il était président du Conseil général des Pyrénées-orientales. Il est soupçonné d’avoir influencé la décision du Conseil général en faveur de la société Synthèse d’un de ses proches, Pascal Provencel (militant socialiste ), pour l’obtention du marché de la communication de l’institution. Présumé innocent tant qu’il n’a pas été définitivement condamné, Christian Bourquin risque deux mois de prison avec sursis.
La même peine a été requise contre Provencel, et des amendes de 5.000 euros avec sursis et 3.000 euros avec sursis respectivement contre Jean-Pierre Lanotte, ancien directeur des affaires financières et juridiques du conseil général, et Pierre Bolte, responsable des achats du Conseil général à l’époque.

Il faut souligner que Christian Bourquin vient d’être réintégré au PS, après en avoir été écarté pour avoir figuré sur la liste Frêche, alors que le PS présentait une liste officielle.

Dommage !. Encore raté. Délibéré le 12 janvier prochain.

Revue de presse et commentaires sur l'actualité