Orange : Roués de coups par une bande de quinze jeunes

Serge Gradassi est révolté. Révolté par la violence avec laquelle une quinzaine de jeunes de 15 à 17 ans, s’en est pris à ses deux enfants de 11 et 13 ans et deux de leurs amis du même âge. Alors qu’ils se rendaient à leur entraînement au Rugby club orangeois comme chaque vendredi soir, la bande issue des quartiers alentours les a tabassés. Deux des quatre jeunes sportifs ont été blessés. Les faits se sont produits peu avant 17 heures au stade Costa à Orange.

Source : Le Dauphiné

Ce mystérieux “visiteur du soir” de Montebourg qui travaille chez la Banque Lazard (vidéo)

La banque Lazard a pour directeur Matthieu Pigasse qui est propriétaire des Inrocks, actionnaire du journal Le Monde, membre actif du Think tanks du PS Terra Nova. Militant de gauche, Matthieu Pigasse est au cœur d’une vive controverse sur les conditions dans lesquelles Lazard aurait décroché un mandat auprès du gouvernement. Dans la torpeur de l’été, Lazard avait été retenu pour conseiller Bercy à l’occasion de la création de la Banque publique d’investissement. Or, Matthieu Pigasse est aussi le propriétaire des Inrocks, qui ont embauché Audrey Pulvar, la compagne d’Arnaud Montebourg,un des ministres de Bercy. Pour le ministre du Redressement productif, l’affaire est entendue: à l’avenir, il faut «faire cesser toute collaboration» entre la banque Lazard et l’État, a-t-il plaidé la semaine dernière sur Mediapart…

Une leçon d’éthique à laquelle nous souscrivons bien volontiers, sauf que dans un article du Midi Libre on apprend que le ministre du redressement productif reçoit régulièrement la visite de Jean-Louis Beffa, un homme d’affaires occupant le poste de “senior advisor” à la banque Lazard..

Cette information dévoilée au préalable par l’hebdomadaire professionel la Lettre A.fait tache pour quelqu’un qui cherche à se faire plus blanc que blanc.

Décidément en matière de conflit d’intérêt et de collusion avec la grande finance, le gouvernement normal de Hollande n’a rien à envier à celui de Nicolas sarkozy. Mais on le dit moins…..

Quand Montebourg déclarait à Médiapart que son activité ministérielle ne l’amène pas souvent à fréquenter des banquiers :(sic)

 

Montebourg en direct de Mediapart : Pulvar… par Mediapart

Lire l’article du Midi libre.

Des contacts “discrets” mais “réguliers”
Continuer la lecture de Ce mystérieux “visiteur du soir” de Montebourg qui travaille chez la Banque Lazard (vidéo)

Polémique sur le racisme anti-blanc : retour sur les critiques émises

Et aussi, polémique autour d’une campagne dans le métro new-yorkais comparant les djihadistes à des « sauvages », L’Egypte de Mohammed Morsi et l’Occident…

Tribune de Gilles William Goldnadel  pour Atlantico

Les semaines se suivent et commencent à se ressembler. Cela a débuté par un ouragan planétaire à l’encontre de la bande-annonce d’un navet qui n’a jamais poussé, puis il a soufflé jusque dans le Maine contre des caricatures stupides diffusées opportunément par un journal satirique parisien à diffusion médiocre. Voilà à présent que cette tempête finit dans le bénitier de la gauche bien-pensante qui jette l’anathème sur un leader de la droite française, coupable d’avoir écrit ce qu’elle avait fini elle-même par reconnaître à bas bruit.

Autrement dit, voilà à présent trois semaines qu’une polémique virtuelle l’emporte sur la cruelle réalité des massacres en Syrie comme sur celle de l’aggravation de la situation économique.

Au-delà du constat sur la folie médiatique de l’époque, se profile l’enjeu de cet emballement : ni plus ni moins que le droit de parler, d’écrire et même de dessiner.

Il est en effet clair, en creux, que ce qui se joue est le droit pour les occidentaux de nommer les choses, quand bien même elles seraient déplaisantes pour ceux qui ne le sont pas.

Ainsi, et pour l’exemple, polémique dans Le Monde et sur TF1 à propos d’une campagne dans le métro new-yorkais qualifiant crument les djihadistes de « sauvages ». Les djihadistes ce sont bien ces gens qui ont scié en deux Daniel Pearl et quelques autres ? Pas très gentil pour les sauvages, penserait sans doute un Lévi-Strauss. Mais cette campagne, et c’est bien possible, est susceptible d’être dangereuse pour la sécurité du métropolitain. Raison pourquoi, un juge new-yorkais a été conduit, après arbitrage, à autoriser l’affiche problématique. Allez comprendre pourquoi, Guillaume Debré, sur TF1, a cru devoir interroger un musulman américain qui a dit tout le mal qu’il pensait de l’affiche incriminée. Et moi qui pensais qu’il fallait tout faire pour ne pas amalgamer musulmans paisibles et islamistes radicaux. Continuer la lecture de Polémique sur le racisme anti-blanc : retour sur les critiques émises

Michel Onfray banni d’une exposition sur Camus par Aurélie Filipetti pour déviance idéologique

Ancien soutien du NPA dont il a divorcé par refus du sectarisme puis ensuite du Front de Gauche qu’il a également quitté pour cause d’adulation trop appuyée au communisme à la sauce sino-cubaine, ainsi que pour la forte proximité du parti de Jean-Luc Mélenchon avec la mouvance islamiste, le peccamineux Michel Onfray est devenu ces derniers temps l’un des hommes à abattre.

Après avoir tapé sur le sacro-saint Dr Freud et sur Jean-Paul Sartre qu’il aurait le mauvais goût de ne pas aduler, voilà qu’il avait récidivé en acceptant d’être commissaire d’une exposition sur Camus devant avoir lieu en 2013 à Aix-en-Provence pour le centenaire de la naissance de l’écrivain.

Choisi par la maire UMP Maryse Joissains-Masini, Michel Onfray, connu pour son admiration pour l’écrivain, avait été préféré à l’historien et ancien trotskyste Benjamin Stora un peu trop pro-FLN.

Stora, en effet, n’hésite pas quand cela arrange sa position, à « oublier » ou à passer sous silence certains faits historiques d’importance, à seule fin de faire passer les membres du FLN pour de doux agneaux innocents, quand ils étaient en réalité coupables des pires atrocités et qu’ils ont tué bien plus d’Algériens – leurs frères de patrie et parfois de religion – à eux seuls que les Français n’en ont jamais tués. Et il faut voir avec quelle cruauté…

Aurélie Filipetti, notre ministre de la Déculture, celle-là même qui considère notre pays comme étant « la France moisie, la France rancie », n’a que peu goûté au choix de la mairie. Dans une attitude plus proche de la sale gamine faisant un caprice plutôt que de l’attitude digne que sa position exige, elle a donc décidé en boudant de se retirer de l’exposition en lui refusant à la fois sa présence et sa contribution financière.

Il faut noter au passage que celle-ci a semblé moins regardante lorsqu’il s’est agi d’inaugurer ces jours-ci une plaque à la mémoire d’Elsa Triolet et Louis Aragon, une cérémonie durant laquelle elle a salué Continuer la lecture de Michel Onfray banni d’une exposition sur Camus par Aurélie Filipetti pour déviance idéologique

L’Etat doit secourir Florange ! (marine Le Pen)

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Marine Le Pen dénonce avec fermeté l’ultimatum posé par Mittal à l’État français, et plus encore la mollesse et l’indignité de la réaction du gouvernement Ayrault face à l’injonction d’un groupe privé.

Les activités de Florange doivent être maintenues et l’emploi sauvegardé.

La viabilité du site ayant été démontrée par le rapport Faure, remis en juillet dernier au fort mal nommé ministre du Redressement productif, l’État se doit d’agir pour préserver les intérêts de la France dans l’industrie sidérurgique.

Marine Le Pen propose et demande à ce que l’État intervienne immédiatement en prenant le contrôle du site pour un euro symbolique.

Cette activité stratégique pourra ainsi être préservée en attendant l’offre d’un repreneur sérieux et conscient du potentiel industriel du site.

Dans le même temps, nous demandons le vote d’une loi « achetons français », réservant les marchés publics de fourniture et de construction aux entreprises utilisant des produits extraits ou fabriqués en France.

 Il est impératif de soutenir l’activité sidérurgique sur notre territoire, par l’établissement d’une priorité nationale de l’acier, sur le modèle protectionniste actuellement en vigueur aux États-Unis (Buy American Act).

Jacques Sapir ne signera pas l’appel du Front de gauche contre le TSCG.

Il s’agit d’un appel signé par des proches du Front de Gauche qui vise à refuser le TSCG.

Sapir explique fort bien en quoi la position du front de Gauche par rapport à l’euro est incohérente : pour faire vite, la rigueur actuelle, insensée, est inéluctable si l’on maintient la monnaie unique.

Le mieux est de lire l’article très clair de Jacques Sapir, tous ses arguments sont excellents et sa conclusion est sans équivoque :

Ce texte [l’appel du front de Gauche à refuser le TSCG] repose sur un constat très incomplet de la situation actuelle. Il ne va pas à la racine du mal et ne permet pas à ses lecteurs d’avoir une réelle intelligence de la question qui est réellement posée. Je puis partager certaines des affirmations avec les auteurs de ce texte, et en particulier leur refus du TSCG; mais là où nous divergeons radicalement c’est sur les propositions. Le TSCG est le produit d’une stratégie qui vise à la survie coûte que coûte de la zone Euro. Soit on accepte cette stratégie, et on ne mégotera pas sur ses conséquences (comme le dit sans fard Jean-Marc Ayrault), soit on la refuse. Si l’on veut RÉELLEMENT refuser le TSCG il faut alors en tirer TOUTES les conséquences et appeler à la dissolution rapide de la zone Euro.

Valls dévoile la plaque de la mosquée de Strasbourg… écrite exclusivement en arabe !

“Il y a des images qui en disent plus que de long discours”, c’est ce que devrait se dire le sarkozyste en devenir, manuel Valls.  À l’occasion de l’inauguration de la mosquée de Strasbourg le ministre de l’intérieur a insisté sur la nécessité de construite l’Islam de France. Quand il a dévoilé au public la plaque de la mosquée, celle-ci était écrite en arabe !

Le changement c’est vraiment maintenant ?

Roberd Menard crée le site Boulevard Voltaire.

Ce que n’est pas 
Boulevard Voltaire

Boulevard Voltaire 
n’est pas la filiale française d’une entreprise commerciale nord-américaine.

Boulevard Voltaire 
n’est pas une officine spécialisée dans les révélations exclusives d’origine policière, politicienne ou ramassées dans le caniveau.

Boulevard Voltaire
 n’est pas une petite succursale adossée à un grand groupe de presse.

Boulevard Voltaire
 n’est pas le cache-sexe d’un parti politique.

Boulevard Voltaire
 n’est pas la vitrine d’une secte.

Boulevard Voltaire
 n’est pas au service secret d’intérêts cachés.

Boulevard Voltaire
 n’a aucun fil à la patte et toute ressemblance de ce nouveau site avec des sites déjà existants ne pourrait donc être que fortuite.

Ce qu’est 
Boulevard Voltaire

Boulevard Voltaire 
est créé et animé par un groupe de journalistes attachés à leur indépendance, réunis par une commune passion de l’information, de l’analyse, de l’investigation, de la réflexion et du débat.

Ils n’auront pour juges que leur conscience et ne devront de comptes qu’à leur public.

Boulevard Voltaire a pour objectif d’intervenir en toute liberté dans le champ de l’actualité, de la politique, de la société, de la culture, avec l’ambition, qui n’est pas mince, de réunir et de fédérer autour de son site, dans ce qui fut le pays des Lumières et des révolutions, le cercle en voie de disparition des empêcheurs de penser en rond.

Ce site ne sera pas à mettre sous tous les yeux. Boulevard Voltaire ne s’adresse pas à ceux qui n’ont pas besoin d’être informés pour porter un jugement. Boulevard Voltaire ne plaira pas à ceux qui admettent toutes les opinions sauf celles des autres. Boulevard Voltaire n’est pas fait pour ceux qui ont d’autant plus facilement réponse à tout qu’ils se posent moins de questions. Boulevard Voltaire ne sera ni un fournisseur ni un vendeur de prêt-à-penser. Tant pis pour ceux qui sont politiquement sectaires, intellectuellement préformatés, moralement indifférents.

Il pourra nous arriver de nous tromper, mais ce sera de bonne foi. Il pourra aussi nous arriver d’avoir raison avant les autres et même contre la majorité. D’avance, nous ne nous en excusons pas. Que l’on ne compte pas sur nous pour voler à la rescousse des idées reçues, des préjugés enracinés et des impostures dans le vent.

Pourquoi, dira-t-on, placer, en 2012, un site sous l’invocation de l’auteur de Candide, de Zadig, de L’Ingénu, de Mahomet, de l’infatigable défenseur des Calas, de l’inflexible adversaire de toutes les Inquisitions ? C’est parce que la lutte est toujours la même, et toujours à recommencer, contre l’ignorance, l’intolérance, le fanatisme et la sottise.

Avec Boulevard Voltaire, il n’y aura ni totem ni tabou. Boulevard Voltaire sera un lieu de rencontres, de dialogue et de débats. Sur Boulevard Voltaire, la liberté sera chez elle.

Nous comptons sur vous pour l’aider à vivre.

Dominique Jamet, le 1 octobre 2012

Suède : L’État souverain se met au régime, dévalue sa monnaie et retrouve une économie prospère. (vidéo)

La Suède est le parfait contre-exemple du discours de propagande qui affirme qu’un petit pays ne peut pas s’en sortir tous seul dans la compétition mondiale.

Ce pays, qui compte à peine 9 millions d’habitants, a fait le choix de refuser l’euro. Et alors que nous empilons les plans d’austérité et que nous nous apprêtons à perdre notre souveraineté budgétaire, l’État Suédois a dévalué librement sa monnaie de 20%. Une décision qui a relancé ses exportations et rétabli sa balance commerciale.
Dans le même temps, le gouvernement a fait maigrir le mammouth de la fonction publique, reclassé intelligemment ses effectifs et supprimé un grand nombre de subvention versées à des associations inutiles. (1)

Résultat de l’opération : le retour à une économie saine et prospère.(2)

Ça ressemble au programme d’un rassemblement patriote comme nous en rêvons… mais c’est malheurusement à milles lieues de l’horizon que s’est fixé notre gouvernement normal.

 

 


(1) Ces sacrifices sont possibles parce que l’État a su conserver sa souveraineté monétaire. Ce n’est d’ailleurs pas ce point qui intéresse le journaliste. Il semble plus séduit par la réduction du nombre d’hôpitaux et la mise en place d’une école à la carte soumise à la concurrence. Des décisions que je trouvent personnellement dangereuses. Mais nous sommes entrés dans une ère de propagande, alors le journaliste nous sert la vision libérale de l’oligarchie qui vise à préparer la population au tour de vis de l’austérité.

(2) Voir aussi: Pendant ce temps, en Suède, on baisse les impôts des retraités

Mensonges médiatiques, mensonges historiques : L’Algérie vue par Le Monde en 2012

Le conformisme, l’inculture et l’absence de tout regard critique ne cessent de progresser dans les médias. A partir du moment où une affirmation est politiquement ou historiquement correcte les journalistes se croient tout permis : à-peu-près et invraisemblances s’accumulent. Les faits n’interviennent plus, seule compte l’idéologie. Voici un décryptage d’un article du Monde. Le très rigoureux Pierre Milloz y compare ce qu’il a connu de l’Algérie et ce qu’en dit Le Monde.
Polémia.

Traitant d’une récente exposition sur l’Algérie, Le Monde évoque dans son numéro du 20 septembre dernier, sous la signature de Catherine Simon, « les tombereaux de morts “indigènes” que 130 années de colonisation ont laissés derrière elles ».

Des tombereaux… J’ai couru au dictionnaire Larousse : « Caisse montée sur deux roues, servant au transport des matériaux et se déchargeant par basculement ». Mme Catherine Simon ne dit pas où se faisait le basculement, mais son lecteur est invité à le deviner : la mer, sans doute, ou pis encore les charniers, bien sûr.

Et moi qui ai passé les trente premières années de ma vie en Algérie, et qui n’étais pas au courant ! Et mes grands-parents ne m’en ont jamais parlé ! Bien que leur ancienneté remontât aux années 1880, ils ne devaient pas être au courant non plus. Et pas davantage mes parents. Il est vrai qu’ils n’ont guère quitté Alger et que les services secrets massacraient sans doute plus facilement ailleurs que dans les grandes villes.

Pourtant l’expérience de mes beaux-parents plaide en sens contraire : ils ont vécu la plus grande partie de leur vie dans des petites villes « de l’intérieur », comme on disait, et il semble que durant toutes ces années ils n’aient pas davantage remarqué les hécatombes méthodiques d’ « indigènes ». Les tombereaux étaient assurément nombreux et chargés et pourtant malgré les carnages la population augmentait rapidement de 3.750.000 en 1886 à 9.730.000 en 1954.

Si l’on interrogeait Mme Simon elle expliquerait sans doute que les tueries et les tombereaux qui en évacuaient les résultats constituaient un phénomène propre au bled. Continuer la lecture de Mensonges médiatiques, mensonges historiques : L’Algérie vue par Le Monde en 2012

Maroc-France : le taux de refus de visas pour les marocains “parmi les plus bas au monde”

(…) “Les services consulaires français au Maroc délivrent près de 160.000 visas par an. Le taux de refus y est parmi les plus bas au monde dans notre réseau consulaire (7% en moyenne)”, a affirmé Mme. Conway dans un entretien publié vendredi dans la presse.

Elle a souligné que dans plus de 40% des cas, des visas dits “de circulation” permettant de se rendre en France plusieurs fois sont délivrés au moment où les services consulaires le juge possible.

Elle s’est félicitée, par ailleurs, du nombre des étudiants marocains qui forment la plus grande communauté d’étudiants étrangers en France, faisant savoir que près de 5.000 à 6.000 étudiants marocains sur un total de 60.000 étudiants arrivent chaque année en France, “ce qui montre que la France est largement ouverte”. (…)

Elle a, en outre, relevé que l’aide annuelle moyenne de l’Etat français est de 2.235 euros/élève hors bourses toutes nationalités confondues , tout en garantissant la persistance de cette contribution dans les prochaines années.

Source : Défrancisation via Algérie1.com

Immigration : le député PS René Dosière veut limiter l’immigration.

Dans son dernier ouvrage, «L’Etat au régime», le député socialiste de l’Aisne René Dosière propose des pistes de réforme pour faire maigrir l’Etat et réduire les dépenses publiques. Et face aux excès générés par l’aide médicale d’Etat dispensée aux clandestins, René Dosière appelle à « limiter l’immigration ».
Oui, vous avez bien lu : limiter l’immigration. Certes on n’en est pas à l’arrêt de l’immigration, mais ne boudons pas notre plaisir, c’est un premier pas franchit vers une politique de raison… et vers le changement.

Cette proposition, qui va faire rugir de colère nos vertueux immigrationnistes, confirme que l’immigration est loin d’être une richesse pour la France.
On se demande comment vont faire les média et les militants anti-racistes pour lutter contre les “fascistes” si même des députés socialistes se mettent à parler comme Marine Le Pen.

Extrait de l’Entretien de René Dozière dans le Cri du Contribuable.

«Les organismes de Sécurité sociale devraient impérativement être équilibrés» écrivez-vous. Etes-vous d’accord avec la suppression du forfait AME de 30 € par le ministre de la Santé Marisol Touraine ?

L’AME (aide médicale d’Etat) est une disposition qui s’applique aux clandestins, qui n’ont aucune couverture, pour des raisons humanitaires. Leur état de santé doit parfois faire l’objet d’une prise en charge médicale.

Le rapport du comité d’évaluation sur l’AME, réalisé par le député Goasguen, montre que ce système ne fonctionne pas. Son budget explose. Mais le problème est d’avantage celui du dysfonctionnement entre les caisses de Sécurité sociale.

Ceux qui reçoivent l’AME n’ont rien du tout, donc je ne suis pas contre une participation des contribuables. Il faut réorganiser l’organisation de l’AME pour mieux maîtriser les choses.

Il faut aussi limiter l’immigration. Mais comment empêcher les gens de risquer leur vie pour venir s’installer clandestinement chez nous ? Il vaut mieux les renvoyer chez eux lorsque nous constatons leur présence. Le problème dépasse de beaucoup l’AME.

Saint-Etienne : le Maroc devient propriétaire de la mosquée du Soleil.

Et encore un établissement musulman construit sur notre territoire national qui devient la propriété d’un pays étranger !(1) L’avenir religieux, culturel et politique de ce qu’il est encore convenu d’appeler la France s’annonce radieux !

Baptisée Mohammed VI en hommage au roi du Maroc, la grande mosquée de Saint-Etienne est passée, ce mois-ci, dans l’escarcelle de son généreux mécène.Après avoir bénéficié de larges subsides du souverain (plus de 4 millions d’euros), l’établissement a été cédé au patrimoine du ministère des Affaires islamiques marocain.

«Nous cherchions un bienfaiteur institutionnel, explique Aldo Oumoudan, conseiller du rectorat et chargé de communication pour le centre culturel marocain. C’est nous qui avons fait la demande, pas eux. Nous avons chiffré notre budget de fonctionnement annuel à 500 000 euros. Il nous est impossible de le financer sans ressources extérieures. Il faudrait que chaque fidèle verse 150 euros par mois à vie. Grâce à la cession, nous bénéficierons de subventions».
Une première en France qui suscite l’interrogation. «En tant que personnes privées, nous nous réjouissons de voir un lieu de culte permettre aux fidèles de pratiquer leur foi, mais en tant qu’élus, nous sommes inquiets de cette décision qui semble semer le trouble, y compris dans la communauté musulmane, a expliqué, lundi soir en conseil, Gaël Perdriau, président de l’Union pour l’Avenir des Stéphanois. Nous avons besoin de construire un Islam de France et non un Islam en France, il nous semble donc indispensable de clarifier cette situation, afin de comprendre l’étendue exacte des prérogatives accordées au royaume du Maroc, notamment en ce qui concerne la pratique du culte, et ce afin de dissiper tous les malentendus qui pourraient voir le jour».

Source : la gazette de la Loire

(1) voir
Strasbourg : Création d’une faculté libre de théologie islamique pilotée par l’État turc
L’islam en France : Paris sous influence étrangère

Amiens : nouvelle agression dans un établissement scolaire

Ce jeudi, une assistante d’éducation a été agressée à l’entrée du collège César-Franck à Amiens-Nord.

L’équipe enseignante a décidé de poursuivre le travail mais l’émotion est grande dans cet établissement qui a déjà été victime des émeutes d’août dernier. D’autant que cette agression intervient à peine 10 jours après une autre agression d’une enseignante au lycée l’Acheuléen.

Ce jeudi, les coups portés ont tout de même été moins violents que ceux du 18 septembre. Vers 13 h 30, une assistante d’éducation surveille les entrées et sorties d’élèves de l’établissement. Un jeune homme tente alors d’entrer au sein du collège. Ce que lui refuse la surveillante. Le ton monte et l’individu tente alors de lui voler les clefs du collège. C’est alors qu’elle reçoit un coup sur les mains.

Le principal de l’établissement intervient et lui aussi est pris à partie. Le jeune homme lui lance une bobine de fil électrique que l’enseignant arrive à éviter.

Courrier Picard

Béziers : Guillaume Vouzellaud (FN) agressé, hier soir, en centre-ville

Agressé, hier soir, aux alentours de 19 h, à la sortie de sa permanence en plein centre-ville de Béziers, Guillaume Vouzellaud (FN) se repose actuellement chez sa compagne France Jamet, dans le Montpelliérain.

Guillaume Vouzellaud (FN) a été agressé en raison de son appartenance politique. Cet acte peut donc venir d’un adversaire (Gauche/Droite) ou des racailles de la diversité qui se sentent très certainement menacées par le score que font les patriotes à Béziers.

Est-ce que cette agression  fera autant de bruit que l’affaire Montebourg-Pulvar ? NON. Si l’agressé avait été du PS, de l’UMP, du Front de gauche, ou des verts,  la chorale médiatique entonnerait déjà l’opéra des indignés.

Mais Guillaume Vouzellaud n’est pas une bonne victime. Il n’appartient pas au bon camp. Ni journaliste bobo ni politicien de la gôche morale, Guillaume Vouzellaud (FN) n’a pas de relais au sein de la caste. Il peut bien se faire massacrer pour son appartenance à un parti démocratique et légal, personne ne viendra pleurer sur sa dépouille.

Pire même. Aux yeux de la gauche cette agression est assimilable à un acte de résistance.  Et dans la résistance tous les moyens sont bons. Que ce soit ceux de la terreur ou des fascistes les plus endurcis, cela n’a pas d’importance. Les agresseurs sont au service de la dictature du Bien, ils sont les bons, ils sont de… gauche ?!?

Article du Midi Libre:

Il était aux environs de 19 h, hier soir, quand le secrétaire départemental du Front National, Guillaume Vouzellaud, candidat aux dernières élections législatives sur la circonscription de Béziers, a été agressé par deux individus qui l’attendaient à la sortie de sa permanence, au 11 avenue Jean-Moulin.

Frappé à la tête, peut-être à l’aide d’un objet contondant, il souffre également d’une fracture de l’humérus et de multiples contusions.(…)

Midi Libre

Rappel:
Continuer la lecture de Béziers : Guillaume Vouzellaud (FN) agressé, hier soir, en centre-ville

Revue de presse et commentaires sur l'actualité