IVG/Louis Aliot à Pascal Clark: c’est vous qui êtes dégeulasse, faites votre travail.(vidéo)

Louis Aliot, vice-président du Front National en charge du Projet et Directeur opérationnel de la campagne de Marine Le Pen en charge du Pôle Rassemblement national, est l’invité de Pascale Clark dans l’émission « le 7/9 » sur France Inter.
Il revient sur les propositions de l’arriviste et du parvenu Sarkozy qui chasse sur le terrain des souverainistes. Mais vous remarquerez encore une fois le gauchisme de la radio publique France Inter. Pascale Clark, transfuge de canal+, est l’exemple même de la bobo parisienne. Indignée par la proposition de Marine Le Pen qui souhaite ne plus rembourser l’IVG de confort ( avortement contraceptif), la journaliste se transforme en procureur et s’exclame  » c’est dégueulasse ». Louis Aliot aura beau lui préciser que le terme d’IVG de confort est terme de médecine, employé notamment par des professeurs dans un article du Figaro. Son jugement est fait  » c’est dégueulasse ».

Notons que l’on se fout de l’opinion de cette mégère apprivoisée par le système, mais c’est ainsi: les journalistes, qui ne sont même plus capables de faire autre chose que de se copier entre eux (ce qui leur évite de travailler leurs dossiers), se prennent pour des juges. Pascal Clark est l’incarnation de cette caste médiatique essentiellement constituée de ceux que Ortega y Gasset désignait comme l’Homme masse. Un Homme moyen. Un Homme conformiste. L’ Homme du nivellement épris d’égalitarisme et qui se complait dans une médiocrité démagogique. L’Homme-masse, c’est l’enfant gâté, sans passé ni tradition. Un pays dans lequel l’Homme masse s’est substitué à une élite « aristocratique » et exigeante est un pays qui court à sa perte.


Louis Aliot par franceinter

Notons qu’il y a aujourd’hui 200 000 femmes qui avortent par an en France…le même chiffre que le nombres d’immigrés qui rentrent légalement. Précisons aussi que, contrairement à ce que suggèrent quelques journalistes, la loi Veil (1975) ne prévoyait pas le remboursement de l’IVG. Ce remboursement est venu plus tard, en 1982 par la loi Roudy.

« Lire l’article: IVG de confort » Source : Le Figaro – Santé

De plus en plus d’avortements de «confort»

Par – le 25/02/2009

Certains gynécologues-obstétriciens se détourneraient de cette pratique à cause des dérives constatées ces dernières annnées.

La pénurie annoncée de praticiens de l’avortement ne serait pas uniquement liée à un problème de restructuration hospitalière ou de renouvellement de génération, mais au désinvestissement de professionnels qui se posent de plus en plus de questions face à la consommation» de l’IVG. C’est en tout cas ce qu’observe le Dr Grégoire Moutel, responsable du laboratoire d’éthique médicale de l’université Paris-Descartes. «Beaucoup de professionnels, qui ne sont pas du tout des militants pro-vie, changent aujourd’hui de regard après avoir trop vu de glissements sur la pratique, explique-t-il. À l’origine, les indications d’un avortement impliquaient une détresse matérielle ou psychologique de la femme, elles sont aujourd’hui plus de l’ordre du confort, ce qui n’est pas dans l’esprit de la loi.»

Continuer la lecture de IVG/Louis Aliot à Pascal Clark: c’est vous qui êtes dégeulasse, faites votre travail.(vidéo)

Les instituts de sondages sont-ils indépendants ?

Les instituts de sondage sondent. Tous les jours. Heure par heure. Sur tout et n’importe quoi. C’est la « démocratie » d’opinion et sondagière à tous les étages. Les média s’en repaissent. Ils s’en gavent et ils nous gavent. Ils ont vite compris que ce serait le mauvais cholestérol du débat d’idée. Mais les idées ils s’en foutent les média. Ce qu’il veulent c’est du jeu, du pronostic, de la superstition, de la pseudo-science, du fumeux. Tout est bon pour attirer le gogo, le maintenir sous le joug servile de la médiacratie.
Que tout ceci soit du charlatanisme, n’a aucune importance. Que les instituts de sondages entretiennent des relations privilégiées avec les partis politiques dominants ne posent aucun problème aux média. A quoi bon s’en offusquer puisque les propriétaires des principaux média français ont leur jetons de présence dans les conseils d’administrations des instituts de sondage auquel ils commandent des études. Et à l’inverse il suffit de regarder les participations croisées des actionnaires et propriétaires des instituts de sondage dans différents types de sociétés, dont les groupes de médias ou bien certains think –tanks pour comprendre que tout ceci est une magnifique entreprise de propagande et de manipulation.(1)

Faisons un rapide tour des propriétaire:

L’entrepreneur Vincent Bolloré, influent dans les média et ami du Président Sarkozy, détient désormais l’intégralité du capital de CSA-TMO tandis que l’actuelle présidente du MEDEF, Laurence Parisot, était encore présidente de l’IFOP il y a peu.

En ce qui concerne Ipsos, créé en 1975 par Didier Truchot et Jean-Marc Lech, le groupe Pinault( un ami de Sarko et Hollande) y réalisait en 1997 une prise de participation. Nicolas Bazire, aujourd’hui examen pour complicité d’abus de biens sociaux, en fut l’ administrateur. Une fonction qui ne l’empêcha pas de prendre la tête de la Fondation pour l’innovation politique « cercle de réflexion » de l’UMP chargé d’anticiper l’élection présidentielle de 2012.
Soulignons aussi que le socialiste benoit Hamon fut pendant quelques années le directeur du planning stratégique d’Ipsos.Comme quoi au PS, on sait aussi travailler avec l’UMP quand c’est une question de gros sous.

L’institut BVA est géré par Edmond de Rothschild Investment Partners, principal actionnaire du journal de gauche Libération et très présent dans l’équipe de François Hollande et les affaires du Parti socialiste.

Opinion Way.: Cet institut est proche du Figaro et de Patrick Buisson, spécialiste des études d’opinion et conseillé de sarkozy. En 2009, la cour des comptes, alors présidée par Philippe Seguin, révélait que l’Élysée finançait les sondages d’Opinion Way publiés par le Figaro.

Bien que la plupart des sondeurs travaillent de façon « confidentielle » pour la présidence, un seul est cité par la Cour, sans doute en raison de l’importance de ses relations avec l’Elysée : Opinion Way. Le cabinet anonyme a facturé en un an 392 228 euros à la présidence pour participer au « politoscope » bimensuel du sondeur. Or, cette enquête est régulièrement publiée par LCI et Le Figaro et il s’avère que « la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence » ne fait « pas apparaître de différence »… Au moins quinze autres sondages parus dans la presse, réalisés par des instituts non précisés, ont également été facturés (en partie ?) à l’équipe présidentielle.

La Cour des comptes s’interroge sur le bien-fondé de la dépense pour l’Elysée.source

Alors peut-on encore décemment croire à l’indépendance des sondages qui nous sont données ?

Michel Field: un gauchiste devenu le chien de garde de l’UMPS (vidéo)

Lundi soir, dans Parole de candidat sur TF1, Michel Field interroge – pour la énième fois – Marine Le Pen au sujet de la « coïncidence troublante » entre la citation, par son père, de l’auteur collaborationniste Robert Brasillach et sa présence dans un bal à Vienne avec « le gratin des nostalgiques du troisième Reich » comme disent les anti-fascistes de carnaval. Michel Field fut plus discret et moins curieux quelques minutes plus tard avec Mélenchon. Pourtant il avait là une nouvelle occasion d’exercer sa vigilance de petit flic. Pourquoi ne poser aucune question sur le soutien qu’a manifesté Mélenchon en faveur de l‘antisémite grec  Mikis Theodorakis ?. Et pourquoi aussi ne rien dire sur ses accointances avec des islamistes. Ce laxisme s’expliquerait-il par un réflexe de connivence idéologique ? Ou par un sentiment nostalgique pour le passé gauchiste qu’ont en commun ces deux révolutionnaires devenus de grands bourgeois.
Hier alliés de Mao, Hồ Chí Minh, Fidel Castro… aujourd’hui complices comme des brigands. Car, franchement, quelle valeur peut bien avoir leur indignation de procureur quand on sait l’horreur des massacres qu’ils ont tout à la fois soutenu et nié ? Qui sont ces foutriquets aux mains pleines de sang pour délivrer des certificats de bonne conduite ?

Si il est bon dans une démocratie de tenter de démasquer les politiques, il devient urgent de dévoiler qui sont réellement ces « journalistes » omnipotents et menteurs.

Michel Field: De la Révolution prolétarienne aux plateaux de TF1

Au Lycée Claude-Bernard, Michel Field est responsable lycéen de la Ligue communiste. Il y milite de 14 à 20 ans. Élève brillant mais frondeur, il est à la fois présenté au concours général et exclu du lycée Claude-Bernard à l’automne 1971 au moment où un mouvement de protestation agite le milieu lycéen (parmi les leaders de l’époque : Jean-Christophe Cambadélis). À la suite de son exclusion, Michel Field fait paraître une tribune dans Le Monde. Il est l’un des leaders du mouvement lycéen contre la Loi Debré (1973) : lors d’un débat télévisé, il lance un fameux « rigolo ! » au ministre de l’Éducation, Joseph Fontanet.

Il obtient son agrégation de Philosophie et devient professeur à l’École normale d’institutrices de Douai puis à l’École normale d’instituteurs de Versailles. En 1992, il quitte l’enseignement, et arrive à France 2 où il crée et présente « Le cercle de minuit ».

Au fil des ans, le révolutionnaire devient un présentateur à tout faire de la télévision française. Il n’est donc pas étonnant que Michel Field soit l’un des « héros » -involontaire- du film Les Nouveaux Chiens de garde qui dénonce la collusion des journalistes avec les pouvoirs économiques et politiques. Dans l’extrait qui suit vous allez découvrir  Michel Field faire des « ménages » pour le groupe Casino (ces prestations commerciales sont normalement interdites aux journalistes), et animer un meeting de l’UMP pour le « oui » au Traité constitutionnel européen, où il fait acclamer son patron sur Europe 1, le milliardaire et marchand d’armes, par ailleurs intime de Nicolas Sarkozy, Arnaud Lagardère. Il est aussi un invité récurrent des dîners du Siècle, où se réunit toute l’oligarchie française.

Ancien trotskyste, homme-sandwich pour Casino, animateur de meeting UMP, membre du Siècle… Le cas Michel Field illustre parfaitement de quelle manière les médias dominants recyclent l’impertinence, digèrent la contradiction.
Michel Fiel est un cerbère du système; ce qui explique qu’il ait montré les crocs ce lundi soir face à Marine Le Pen… son ami sarko lui a surement dit avant l’émission: « Allez Michel: attaque t’auras ton no-n’os ( OUAF! OUAF!)… gentil le chien….

Olivier Delamarche : « Il faudrait placer Bernanke et Draghi en prison » (vidéo)

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion, le 06 mars 2012 sur BFM Radio, met les points sur les i, dans l’émission « Intégrale Bourse. »

« Les Grecs n’en finissent plus de mourir. »

« J’en ai rien à faire de monsieur Mario Draghi et de monsieur Bernanke, c’est deux crétins qui nous emmènent vraiment dans le mur, ce sont des types qu’il faudrait enfermer en prison, pourquoi ? Parce que ce sont des types qui ont depuis le départ choisi une voie qui n’était pas la bonne, ils nous inondent de billets qui valent de moins en moins cher (…), c’est ridicule, est-ce qu’ils ont relancé la croissance ? Non ! »

la Grèce: défaut ou pas défaut (vidéo)

La Grèce va t-elle enfin faire défaut pour relancer son économie ? Les créanciers privés doivent se prononcer avant jeudi soir 20h (8 mars 2012), pour savoir s’ils acceptent ou pas de participer à l’effacement de la dette grecque.

Marie Coeurderoy précise que l’opération peut être acceptable si 80 % des créanciers se résolvent à perdre 75 % de leurs créances. Si ces derniers n’acquiesçaient pas cette proposition « la Grèce sera obligé de forcer ces créanciers privés et elle sera belle et bien en défaut de paiement ! »

La Grèce comme le Phœnix pourrait renaitre de ses cendres si elle acceptait d’acter définitivement le fait de faire défaut.

Les « économistes à gages » sur la sellette

On a encore vu, lors de l’émission Parole de candidat sur TF1, des économistes ou journalistes économiques s’opposer de façon fielleuse et mensongère aux propos de  Marine Le Pen.

Un exemple de mensonge relevé parmi une série d’autres:

EDF et GDF.

Marine Le Pen prétend que si les prix comme celui de l’énergie augment c’est en partie à cause de la privatisation partielle de nos entreprises publiques. Le journaliste prétend qu’il n’y a pas eu de privatisation d’EDF-GDF. Or cet ancien monopole, après un changement de statut,(  la loi 2004-803 du 9 août 2004, transforme l’EPIC en société anonyme .) a bien été ouvert aux actionnaires privées dans le cadre d’une privatisation partielle comme le commandait l’Europe de Bruxelles.

 

La loi no 2006-1537 relative au secteur de l’énergieautorisant la privatisation de Gaz de France est finalement adoptée le 7 décembre 2006 après une bataille parlementaire qui verra l’opposition déposer plus de 140 000 amendements et le gouvernement menacer d’utiliser le « 49-3 » (adoption sans vote).

( voir les article: Électricté de France, Gaz de France)

 

Aujourd’hui EDF a 15 % d’actionnaires privés, et GDF 64 %.  Marine Le Pen a donc eu raison de parler d’une privatisation partielle.

De plus, le journaliste de TF1 prétend que cette augmentation est due à l’investissement nécessaire dans le parc Nucléaire. Là aussi, notre économiste oublie de parler de la loi NOME.  Cette  loi entrée en application le 1er juillet 2011  et qui vise à favoriser la concurrence dans le marché de l’électricité, a , comme le soulignait le nouvel Observateur en 2010, ouvert la voie à la hausse des prix. D’autre part, le financement des investissements dans le nucléaire peut fort bien être financé par des emprunts, puisqu’il correspond à un prolongement sur 10 à 20 ans de l’utilisation des centrales. Prétendre  comme le fait le pseudo-expert que ces investissements doivent être financés sur 5 ans c’est confondre la durée des travaux avec la durée des remboursements. C’est comme prétendre que puisque la construction d’une maison prend un an, il faut pouvoir payer les travaux en 1 an, même si la maison dure 50 ans.

Alors pourquoi cette malhonnête de la part de nos économistes médiatiques ? Peut-être parce qu’ils ont tous des intérêts dans ce système, comme le souligne l’article du Monde diplomatique dont on vous propose quelques extraits.

Pour lire l’ensemble du texte c’est ici: Le Monde Diplomatique

 

Les « économistes à gages » sur la sellette

Éditoriaux, matinales radiophoniques, plateaux de télévision : en pleine campagne présidentielle, une poignée d’économistes quadrillent l’espace médiatique et bornent celui des possibles. Présentés comme universitaires, ils incarneraient la rigueur technique au cœur de la mêlée idéologique. Mais leurs diagnostics seraient-ils aussi crédibles si ces « experts » rendaient publiques leurs autres activités ? Continuer la lecture de Les « économistes à gages » sur la sellette

Plus de porc à Pantin, ni de viande non halal

Il a pris sa retraite à 58 ans, le jour de l’ouverture de la chasse. Le temps n’était pas mauvais. L’un de ses derniers clients lui a fait la surprise de déboucher une bouteille de champagne à la boutique. Une autre lui est tombée dans les bras en pleurant. C’était il y a tout juste cinq mois, le 25 septembre 2011, après quarante-quatre années de boucherie, et Yves Béguin veut croire que c’est par attachement à sa bonne viande : « Quand je suis parti, les gens ont congelé des paupiettes. »

A Pantin (Seine-Saint-Denis), M. Béguin était le dernier de sa lignée. De celle qu’il appelle, avec son parler fort et son accent natal d’Etricourt (Somme), les « traditionnels ». Comprendre, les bouchers qui ne sont pas « halal ».

Depuis son départ, cette commune de 52 000 habitants de la petite couronne parisienne n’a, pour la viande à la coupe, plus que des boucheries musulmanes. Et à commencer par le maire, Bertrand Kern (PS), qui l’a « obligé à faire un an de plus », M. Béguin sait que ça en a chagriné plus d’un.

Source: le Monde

UE / Crise grecque : Etats-Unis d’Europe, euro-bonds, avec ou sans l’euro ?

Les média poussent à la bipolarisation de la campagne. Les candidats de l’UMPS font dans la démagogie et enfilent comme des perles des mesures de pacotille.
Pendant ce temps, en Europe la crise avance. Ce week-end, la Banque centrale européenne a débloqué la bagatelle de 1 000 milliards d’euros pour les prêter, une fois encore, à quelques 500 établissements financiers européens au taux très avantageux de 1%, à charge pour ces derniers de prêter aux États à des taux de 4, 5 ou 6%. Notons au passage que personne ne trouve scandaleux que la BCE fasse marcher la planche à billet. En revanche le monde médiaticopolitique ne trouve jamais de mot assez dur pour dénoncer l’idée que l’on pourrait faire la même chose avec la banque de France dans le cadre d’un retour à notre monnaie nationale.

Voilà donc la grande arnaque de l’Europe que nous ont construis en 30 ans le PS, l’UMP, les verts et le Modem.

En ce qui concerne la Grèce, nous l’avons souvent dit, l’acharnement contre la peuple Grec soutenu dés le début par le PS ( souvenons-nous que c’est Strauss-Khan alors président du FMI qui a donné le top départ du grand délire) et par l’UMP ressemble à une tragédie. Et les prochaines décisions qui risquent d’être prises ne vont rien arranger. Comme le souligne nicolas Doze dans sa chronique sur BFM/TV, les créanciers grecs vont devoir accepter de « bien vouloir abandonner 73 % de la dette que leur doit la Grèce ». Si les créanciers refusent, la Grèce fera défaut, et sera contrainte de faire appel aux CDS ( primes d’assurances) privées. Ce serait une première en Europe.

Ce qui pousse le chroniqueur vers une conclusion qu’il n’aurait même pas imaginé prononcer il y a un an:

« Le MES, mécanisme européen de stabilité, c’est le point de départ des États-Unis d’Europe et des euro-bonds, allons jusqu’au bout du processus, disons si on veut garder l’euro ou l’abandonner ? »

Une pétition du Parti Socialiste pour des menus sans porc à la cantine

Stéphane Troussel est conseiller municipal de La Courneuve et président du Groupe socialiste au Conseil municipal depuis 2008. Par l’intermédiaire d’une pétition au nom du Parti Socialiste, l’élu demandait des repas de substitution sans porc pour la rentrée scolaire de 2009.

C’est ça la nouvelle conception de la laïcité au PS.

Lu sur le site internet de Stéphane Troussel :

C’est notre conception de la laïcité : être ferme sur des principes mais s’adapter à la réalité quotidienne.

Petition Halal PS

Source: Stéphane Troussel

L’histoire des juges rouges (vidéo)

Pour compléter notre article: Marine Le Pen souhaite dépolitisé la magistrature !
, on vous propose cette vidéo sur le syndicat de la magistrature. Un syndicat au départ constitué de petit bourgeois d’extrême gauche et qui continue à faire la pluie et le beau temps en France.
Ce montage, réalisé par French Carcan, montre parfaitement l’influence politique qu’a pu avoir, et qu’a toujours, ce syndicat.

Durée: 29mn

Marine Le Pen souhaite dépolitiser la magistrature ! (vidéo)

Marine Le Pen a déclaré dans son discours de Marseille qu’elle supprimerait toute aide sociale aux délinquants récidivistes si elle arrivait au pouvoir.
Ce matin, sur RMC, devant le journaliste Jean jacques Bourdin, Christophe Régnard de l’Union Syndicale des Magistrats a jugé la proposition populiste et nous a servi son discours idéologique. Jean jacques bourdin aurait pu faire remarquer à son invité que l’un des premiers à avoir menacé de supprimer des allocations à des délinquants et des récidivistes, n’était autre que Roland Plaisance, député-maire communiste d’Evreux à la fin des années 80. Il ne s’agit donc pas de la lubie d’un cerveau ultra-répressif droitier. Mais Jean-Jacques Bourdin considère peut-être qu’un syndicaliste n’est rien d’autre qu’un expert libre, indépendant et objectif qu’il ne convient pas de contredire … surtout si ce même syndicaliste est un opposant à la bête immonde.

Et c’est sans doute ce qui explique pourquoi Jean-Jacques Bourdin a oublié d’interroger son syndicaliste-expert sur une autre proposition de Marine Le Pen, celle qui consiste à dépolitiser la magistrature. Car Bourdin, même si il feint de l’ignorer, sait qu’en France les syndicats dominants au sein de la magistrature sont toujours fortement engagés politiquement. Certains, se faisant le relais d’association ou de parti politique de gauche, n’hésitent même plus à « contourner » les lois votées par le parlement français afin d’imposer leur propre vision du monde.

En janvier 2010 Eric Zemmour dénonçait les juges qui avaient libéré une pleine barquette de clandestins débarqués sur une plage corse. L’Union des syndicats de magistrats, le plus gros syndicat de la profession, (celui de Christophe Régnard, l’invité du vigilant Bourdin,) avait réagi violemment en exigeant du Ministre de la Justice des sanctions contre… Éric Zemmour.

Elle est pas belle la magistrature ? Et le journalisme à la sauce Bourdin alors il est pas beau ?.

Regardez ce montage de French Carcan sur la façon dont les syndicats de la magistrature interviennent politiquement sur la question des immigrés clandestins. La tactique des juges: jouer le droit européen contre le droit national.
durée 12mn.


Zemmour, les Kurdes et les juges rouges par FrenchCarcan

Tarik Yildiz : “Ce n’est pas en fermant les yeux sur le racisme anti-blanc qu’on résoudra ce problème”(vidéo)

Tarik Yildiz, 25 ans, diplômé de Science-Po Paris, est actuellement attaché à un laboratoire du CNRS où il se consacre à la rédaction d’une thèse de sociologie politique relative à l’intégration sociale des populations musulmanes en France. Invité du site Enquête et débats il présente son livre “Le racisme anti-blanc. Ne pas en parler : un déni de réalité”, aux éditions du Puits de Roulle (8 €).


Tarik Yildiz sur le racisme anti blanc déni de… par enquete-debat

Frappée et traitée de « sale Blanche » elle attend une décision de justice

Les Bobos Arnaud Montebourg et Audrey Pulvard se sont répandus dans la presse-complice sur leur petite escarmouche avec des supporteurs éméchés du PSG. Ils en ont piteusement profiter pour instrumentaliser politiquement ce fait-divers en accusant Marine Le Pen.
Or ils auraient pu profiter de cette occasion pour s’indigner du racisme anti-blanc comme en a été victime cette jeune qui bizarrement n’a pas fait la une de l’actualité.

(…) L’adolescente de 17 ans avait été rouée de coups par l’équipe adverse au terme de la rencontre amicale au Stade Suzanne-Lenglen à Paris (XVe). (…) C’est Gilbert Collard, le très médiatique avocat, qui défend la joueuse du club de Saint-Germain-en-Laye.
_
Gilbert Collard a par ailleurs saisi le ministre de l’Intérieur afin d’obtenir des explications officielles sur le refus de prise en compte par des policiers du XVe arrondissement de Paris du caractère raciste de plusieurs insultes à l’encontre de la joueuse.

(…) Soudain au coup de sifflet final, une bagarre éclate et Noor, une attaquante de Saint-Germain, est violemment agressée par les Parisiennes. La Ligue a puni les membres de l’équipe Seizième ES. « Huit joueuses ont écopé de six mois de suspension et l’auteur des coups les plus violents a écopé de trois ans de suspension (…) »

Pour le club, le sujet est clos. Pas pour les proches de l’adolescente qui s’était vu prescrire cinq jours d’incapacité de travail. Elle souffrait d’une plaie de 10 cm sur le tibia ou encore d’une contusion à l’épaule et de nombreuses ecchymoses. (…) En plus d’une plainte pour coups et blessures, Gilbert Collard dénonce « des injures à caractère raciste ». « Noor a été traitée de sale Blanche par les filles qui l’ont agressée », a-t-il précisé après avoir rencontré sa jeune cliente.

Source : Le Parisien

Revue de presse et commentaires sur l'actualité