La fièvre du Frexit atteint le cœur de l’establishment français

Texte traduit et publié sur Fortune

Par Ambrose Evans-Pritchard – Texte d’origine tiré de The Telegraph, 21/10/2013

Les appels au démantèlement de l’union monétaire se répandent dans les échelons supérieurs de la politique étrangère française, et en contaminent le noyau dur pro-européen.

Un livre étonnant, signé par François Heisbourg – La Fin du Rêve Européen – prêche l’interruption de ce qu’il appelle le “cancer de l’euro“, seule façon selon lui de sauver, avant qu’il ne soit trop tard, ce qui peut encore l’être du projet incarné par l’Union Européenne.

Le rêve a tourné au cauchemar, affirme-t-il, et il nous faut faire face à la réalité : c’est l’UE elle-même qui est à présent menacée par l’euro. Les efforts consentis pour son sauvetage accentuent encore cette mise en danger.

Rien n’est pire que de devoir affronter les petits matins blêmes d’une crise interminable, mais nous nous réfugions dans le déni de la réalité, et Dieu sait que le déni est depuis bien longtemps le mode opératoire de base de ceux qui dirigent les institutions européennes.

A un certain point, insiste-t-il, les dirigeants européens devraient relancer l’euro, mais une fois seulement acquises les fondations d’un vrai fédéralisme, qui lui sont nécessaires, et seulement pour une avant-garde de pays acceptant pleinement toutes les implications d’une monnaie fédérale.

Cet appel à mettre l’euro en pause, et ce pour le bien de l’Europe, constitue une nouveauté. Au vrai l’AfD, le parti anti-euro d’Allemagne, l’avait également lancé, mais avec un propos bien différent. Le livre de Heisbourg est un défi frontal à la doctrine Merkel (une doctrine largement rhétorique, et que contredisent les actes de l’Allemagne), doctrine selon laquelle un effondrement de l’UEM ferait resurgir tous les vieux démons du 20ème siècle.

Bien sûr, une désintégration de l’euro pourrait en effet avoir des conséquences aussi calamiteuses, si jamais on en vient à perdre, après des années de pourrissement de la crise, le contrôle des évènements – et tel semble bien être le cours que suivent les choses – mais quelle sorte d’argument est-ce donc là ? Il serait grand temps que quelque représentant autorisé des élites européennes prenne sur lui de démonter cet argument et de le montrer pour ce qu’il est, une niaiserie sentimentale et un mésusage de l’Histoire.

Le professeur Heisbourg est certainement un insider, et en cela il est un animal assez différent de la dirigeante du Front National, Marine Le Pen(1), qui domine aujourd’hui les sondages et appelle à terminer l’UEM et à restaurer le franc français.

Pur produit du Quai d’Orsay, Heisbourg est un ardent fédéraliste et, de longue date, un Continuer la lecture de La fièvre du Frexit atteint le cœur de l’establishment français

La Chine veut devenir un géant mondial de l’or

Depuis deux ans, la Chine s’est lancée dans une politique d’achats massifs d’or. Les acquisitions de métal précieux auraient permis à l’Empire du milieu de devenir officieusement le 2e pays au monde pour ses réserves.

Une première salve avait été tirée en 2009: 454 tonnes d’or acquises en quelques mois. Pour les analystes, cette offensive corrigeait une incohérence économique: géant économique, l’Empire du milieu restait une puissance modeste sur le plan des réserves en métal précieux.

Ces deux dernières années, les autorités financières chinoises ont passé la vitesse supérieure: plus de 2500 tonnes d’or auraient rejoint les réserves nationales chinoises, soit autant que le montant total des stocks d’or français (2435,4 tonnes d’or). Et en 2013, la barre des 1000 tonnes devrait être franchie. Jamais aucun pays n’avait acheté un tel volume de métal jaune en une année. Le seul premier semestre avait vu les réserves gonfler de 700 tonnes (54% de plus que sur la même période de 2012).

L’or est au plus bas depuis trois ans

L’Asie se positionne désormais comme le continent qui attire le métal jaune: en dehors des pays du Moyen-Orient très gourmands traditionnellement, les deux principaux importateurs mondiaux sont désormais l’Inde et la Chine.

Des achats d’or renforcés par la moindre tension sur le marché du métal précieux: à moins de 1300 dollars l’once d’or lundi 11 novembre, les circonstances sont favorables à des acquisitions, plus qu’elles ne l’ont été depuis plus de trois ans… et la dernière vague d’achat massif.

Mais la Chine ne se contente pas d’acheter l’or à l’étranger. La production de ses mines monte en puissance: elle «devrait atteindre 430 tonnes cette année, contre seulement 403 Continuer la lecture de La Chine veut devenir un géant mondial de l’or

La crise immobilière espagnole: des propriétés qui valaient 100.000 euros en 2006 se retrouvent désormais à la vente pour 28.500 euros

Les médias ont rapporté le mois dernier l’intérêt accru des Belges pour l’immobilier espagnol à titre de résidence secondaire. Les citoyens belges ont acquis 78% de plus de résidences secondaires espagnoles au cours du second trimestre de 2013 par rapport à la même période de l’année dernière. La crise économique et la surabondance de l’immobilier ont provoqué une baisse de 37% des prix des logements en Espagne au cours des cinq dernières années, qui rendent le marché immobilier espagnol plus attractif que jamais pour les investisseurs étrangers.

espagne-economie-immobilier-323642Et ce n’est pas fini. Les analystes de Fitch Ratings qui suivent ce marché ont constaté que les institutions financières qui ont acquis des propriétés par saisie immobilière s’en débarrassent à un rythme plus rapide. Au cours du premier semestre de cette année elles ont revendu 44% des biens confisqués alors qu’elles n’en avaient revendu que 31% à la fin de l’année dernière.

Avec un chômage qui touche 26% des actifs espagnols, soit 4,8 millions de personnes sans emploi, la population d’Espagnols qui peuvent se permettre d’acheter une maison Continuer la lecture de La crise immobilière espagnole: des propriétés qui valaient 100.000 euros en 2006 se retrouvent désormais à la vente pour 28.500 euros

Immigration : les Français se raidissent

Les Français se sont raidis face à l’immigration depuis 2006, deux tiers estimant désormais que les immigrés sont mieux traités qu’eux, selon un sondage Ifop pour Valeurs actuelles à paraître demain.

67% des personnes interrogées sont d’accord avec la phrase: « On en fait plus pour les immigrés que pour les Français », alors qu’ils n’étaient que 40% en avril 2006. De même, une écrasante majorité (86%) juge qu’il « faut passer d’une immigration subie à une immigration choisie », contre 62% en avril 2006. Sur cette question, l’évolution est particulièrement marquante chez les sympathisants de gauche (49% le pensaient en 2006, 82% aujourd’hui). […]

À l’inverse, seul un tiers (37%) considèrent aujourd’hui que « l’immigration est une chance pour la France » contre 49% en février 2007. […]

 

Le Figaro

Artisans et commerçants « sacrifiés, mais pas résignés » (vidéo)

Après le rouge des bonnets bretons, place au noir sur les vitrines ou les camions des commerçants et artisans, symbole d’une nouvelle fronde à venir contre la fiscalité.

« Toutes les heures, c’est six entreprises qui disparaissent. » Jean-Pierre Crouzet, patron de l’Union professionnelle artisanale (UPA), a des arguments chocs. Le péril guette, selon lui, les artisans et commerçants, menacés de disparaître sous le poids grandissant des prélèvements sociaux et fiscaux.

Sous l’égide de leur syndicat, ils ont décidé d’appeler les Français à défendre leurs entreprises de proximité.

Ils réclament un allègement des charges sociales

Pas de manifestation de rue, a promis le président de l’UPA pour éviter toute récupération. Mais dès aujourd’hui, des affichettes noires barrées des mots « sacrifiés, mais pas résignés » et portant l’adresse d’un site Internet où signer une pétition de soutien seront placardées un peu partout en France. Un film est déjà diffusé sur la Toile.

(…)Que réclament-ils? Le « retrait de toutes les charges sociales supplémentaires » qui pèsent sur les 2,3 millions de travailleurs indépendants « depuis le 1er janvier 2013 ». Mais aussi la « révision du mode de calcul de l’impôt sur le revenu des travailleurs indépendants ». Le gouvernement est prévenu.

Assurance-vie : nouveau tour de vis fiscal

La réforme présentée ce matin en Conseil des ministres va alourdir la fiscalité des contrats de plus d’un million d’euros lors d’une succession. Deux nouvelles formules sont aussi créées.

Jour J pour l’assurance-vie. Pierre Moscovici présente ce matin en Conseil des ministres la réforme du placement. Celle-ci sera intégrée dans la loi de finances rectificative et débattue au Parlement en fin d’année.

Tous les épargnants n’y trouveront pas leur compte. Certes, Bercy n’a pas retenu les propositions chocs du rapporteur général de la commission des finances, Christian Eckert, qui préconisait il y a peu qu’on alourdisse considérablement la fiscalité de l’assurance-vie. Mais, une fois de plus, il compte mettre à contribution les Français ayant une épargne importante.

Le gouvernement veut en effet davantage taxer en cas de succession les contrats supérieurs à un million d’euros par bénéficiaire. Ces héritiers seront imposés à 31,25 % (contre 25 % aujourd’hui), après un abattement de 152.500 euros. Ce qui devrait faire grincer beaucoup de dents. Car la note fiscale de nombreux détenteurs d’assurance-vie n’en finit plus de grimper.

Les prélèvements sociaux sur les vieux contrats d’assurance-vie en unités de compte viennent ainsi de passer à 15,5 %. Jusqu’à présent, ces contrats étaient imposés aux taux historiques, plus faibles. Cette mesure rétroactive touche plus de sept millions de personnes.

La réforme présentée aujourd’hui prévoit aussi de créer deux nouveaux types de contrats d’assurance-vie, davantage investis en actions et dans l’immobilier. Le premier, qui s’inspire du rapport Berger-Lefebvre, se veut grand public. Baptisé «Eurocroissance», il se situe à mi-chemin entre les fonds en euros dont le capital est garanti au jour le jour et les contrats multisupports investis en actions, mais c’est l’investisseur qui supporte le risque. Le capital placé sur les fonds Eurocroissance ne sera garanti qu’après huit ans, afin de permettre aux assureurs d’investir davantage dans des actifs plus risqués comme les actions, les PME non cotées ou l’immobilier.

Orienter l’épargne vers les entreprises Continuer la lecture de Assurance-vie : nouveau tour de vis fiscal

Emplois à domicile : 60.000 postes menacés en 2013

La hausse de 12 % en trois ans du coût à l’embauche a dopé le travail au noir. La Fepem appelle l’exécutif à réagir.

Un désastre se profile dans l’emploi à domicile, sans provoquer la moindre réaction dans la majorité. Après un premier trimestre calamiteux, où le volume d’heures déclarées a plongé de près de 8 %, suivi d’une accalmie au deuxième, les professionnels du secteur craignent une rechute au troisième. «C’est en septembre que les familles organisent les modes de garde et que les personnes âgées préparent l’hiver. Or tout les pousse cette année à réduire la voilure. Ou à basculer un certain nombre d’heures au noir», alerte Marie-Béatrice Levaux, la présidente de la Fédération des particuliers employeurs (Fepem).

Qui estime que les services à domicile pourraient perdre plus de 60.000 emplois déclarés en équivalent temps plein en 2013. Un gâchis absolu en cette période de chômage élevé.

Les services à la personne pâtissent bien sûr de la conjoncture. Les ménages dont le pouvoir d’achat a été atteint réduisent leurs dépenses de service.

«Ce qui a été le plus pénalisant, ce sont les hausses de charges décidées par les différents gouvernements: en moins de trois ans, le coût de l’emploi à domicile a augmenté de 12 %! Les ménages ont immédiatement réagi. Le travail au noir est l’évasion fiscale des classes moyennes», estime Marie-Béatrice Levaux.

La concordance des dates plaide pour elle. Les heures déclarées ne cessent de reculer Continuer la lecture de Emplois à domicile : 60.000 postes menacés en 2013

La France a financé la rénovation de 900 quartiers en Tunisie pour 150 millions d’euros

L’AFD [Agence Française du Développement], son principal partenaire technique et financier, accompagne l’activité de l’ARRU depuis plus de quinze ans. Elle a contribué par des financements cumulés de plus de 150 M€, à la réhabilitation de plus de 900 quartiers précaires concernant environ 2 millions d’habitants, et de quatre médinas.

ofrtp-france-tunisie-hollande-20130704_paysage360

Cet accompagnement se poursuit aujourd’hui tout en évoluant pour faire face aux nouveaux défis auxquels est confronté le pays en matière de développement urbain.
L’ANRU intervient depuis 2004 dans la mise en œuvre du Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) dans les zones urbaines sensibles en France, et depuis 2009 dans la requalification des quartiers anciens dégradés. A ce titre, elle dispose d’une expérience reconnue en matière d’intervention dans les quartiers fragiles et plus globalement de gestion urbaine. C’est ce qui lui confère une expertise pouvant enrichir les réflexions d’autres opérateurs à l’international…

AFD

Le 5 novembre dernier, l’Agence tunisienne de réhabilitation et de rénovation urbaine (Arru), l’Agence française de développement (AFD) et l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) ont signé le renouvellement de leur partenariat en faveur de la rénovation urbaine, en présence du ministre délégué à la Ville, François Lamy.

Co-signé par Mohamed Salah Arfaoui, président-directeur général de l’Arru, Anne Continuer la lecture de La France a financé la rénovation de 900 quartiers en Tunisie pour 150 millions d’euros

Pendant que Valls joue les antifascistes d’opérette, les crimes et délits explosent.

Petit tour de quelque crimes et délits commis ici ou là en France pendant que Manuel Valls joue au résistant anti-fasciste et que les média font du racisme le problème numéro un des français. Manuel-Valls médiaCette liste recense des crimes et délits commis sur à peine 4 jours, et elle est loin d’être exhaustive

– SNCF : grosses perturbations en Normandie après l’agression d’un contrôleur. Le Parisien

– Mulhouse : poignardé parce qu’il demandait le silence

Un homme de 42 ans a été poignardé, lundi soir à Mulhouse, en bas de son immeuble par un groupe de jeunes à qui il demandait de faire moins de bruit. (…) Le Parisien 
– Lathuile (74). La gérante d’un camping tuée d’un coup de fusil par 2 malfaiteurs (…) France 3 Alpes

– Un bijoutier frappé et aspergé d’essence à Paris

Il était 20 heures, lundi, quand un bijoutier du boulevard Barbès s’est fait agressé dans son parking par trois individus qui l’ont frappé, menotté et aspergé d’essence pour obtenir les clés de sa boutique.TF1 News

– Mulhouse. Débordements à la patinoire : l’opération gratuité tourne court, des trams caillassés(…) DNA

 – Le Blanc-Mesnil (93) : une automobiliste traînée sur 100 m par son agresseur(…) Le Parisien

– Agen. Déchaînement de violence au tribunal, les juges se mettent à l’abri (…) La Dépêche

– Un conducteur de train agressé en gare de Vanves (92).Le Parisien

– Maisons-Alfort (94) : un homme poignardé dans le RER D (…) Le Parisien

– Nantes : un contrôleur de la Tan agressé à l’arme blanche dans le bus

En 2011, nous avions eu une seule menace avec arme, en 2012, on est passés à 9, et rien que pour ces 9 premiers mois de 2013, on est passés à 22 menaces avec arme.France 3 Pays de la Loire

– Côte d’Or : une nouvelle agression a eu lieu dans un car scolaire par 2 collégiens.(…) France 3 Bourgogne

– Alice, 98 ans, meurt après un vol à l’arraché à Reims L’Union

– Grenoble : Altercation entre jeunes et série de coups de feu Le Dauphiné Libéré

– Paris : un lycéen blessé d’un coup de couteau (…) Le Figaro

Plus de 61.000 fermetures d’entreprises en 2014 ?

Les estimations des spécialistes parlent d’un record qui menacerait des dizaines de milliers d’emplois.

Mais il est où Démondialisator ?

article_montebourg

L’INFO.2013 a été émaillée de plans sociaux, mais 2014 ne devrait pas connaître d’accalmie.

Selon la Coface, l’un de principaux assureurs de crédit en France, ce serait environ 61.500 entreprises qui devraient fermer pendant l’année. Le ministère de l’Economie prédit une multiplication des plans sociaux dans les mois à venir. Des dizaines de milliers d’emploi industriels sont menacés.

Les petites entreprises d’abord. Dans la somme des entreprises menacées pour 2014, tous les types d’entreprises sont susceptibles de subir la loi de la crise. Les grosses entreprises et les PME devraient être durement touchées. Néanmoins, ce sont surtout les Très Petites Entreprises (TPE), celles qui emploient moins de 10 salariés, qui devraient constituer le gros des défaillances…

Europe1

Revue de presse et commentaires sur l'actualité