Après Cologne, une vague d’agressions sexuelles atteint la Finlande

La police finlandaise rapporte une hausse des agressions sexuelles.

 Les autorités finlandaises sont préoccupées par la forte augmentation du nombre d’agressions sexuelles, rapporte le quotidien britannique The Telegraph.

D’après les forces de l’ordre, pendant les fêtes du Nouvel an, de nombreux cas de harcèlement sexuel ont été enregistrés en Finlande. Un des incidents a eu lieu à la veille du Nouvel an, quand des personnes ont cherché à reproduire le même scénario qu’à Cologne.

« Pour la Finlande, les agressions sexuelles c’est quelque chose de nouveau. Nous n’avons jamais connu de harcèlements pareils à l’occasion du Nouvel an », a déclaré le chef adjoint de la police d’Helsinki Ilkka Koskimaki.

Continuer la lecture de Après Cologne, une vague d’agressions sexuelles atteint la Finlande

AGRESSIONS SEXUELLES À COLOGNE : MARINE LE PEN DIT SON « EFFROI »

La présidente du FN, Marine Le Pen, a fait part samedi de son « effroi » au sujet des agressions sexuelles intervenues le soir de la Saint-Sylvestre à Cologne en Allemagne, pour lesquelles la majorité des suspects, selon la police allemande, sont réfugiés ou immigrés illégaux.

« L’effroi suite aux agressions de Cologne : la dignité et la liberté de la Femme, un acquis précieux que nous avons le devoir de protéger », a déclaré la dirigeante du parti d’extrême droite sur Twitter.

Le nombre de plaintes liées aux violences de Cologne (ouest) lors de la nuit du Nouvel An a grimpé à 379, dont 40% pour des agressions sexuelles, et les suspects sont principalement des « demandeurs d’asile » ou des « immigrés en situation illégale », a indiqué samedi la police allemande.

Révélées à mesure que s’accumulaient les plaintes de femmes victimes d’agressions sexuelles ou de vols en plein centre-ville, les agressions de Cologne scandalisent depuis l’Allemagne.

Continuer la lecture de AGRESSIONS SEXUELLES À COLOGNE : MARINE LE PEN DIT SON « EFFROI »

Marck : La colère du maire après l’intrusion de migrants dans une cour d’école

Trente à cent migrants, selon la municipalité, auraient été délogés par la police aux frontières (PAF) sur la zone Transmarck au niveau des parkings sécurisés de poids lourds. Le groupe serait alors remonté dans les différentes rues de la ville pour rejoindre le camp Jules-Ferry, situé chemin des Dunes à Calais, et se serait introduit dans une propriété privée constituée d’un bois et qui donne sur l’arrière de l’école maternelle des Hautes-Communes. Le mur d’enceinte de cette propriété, situé rue Jacques-Prévert, est démoli en plusieurs endroits.

Les migrants seraient arrivés juste avant l’arrivée des élèves, vers 8 h 15. La police municipale qui assure la sécurité des écoles dans le cadre du plan Vigipirate était sur place. Les migrants ont d’eux-mêmes rapidement quitté l’établissement. Ils n’ont fait que traverser la cour, sans pénétrer dans le bâtiment scolaire.

 

« Je demande le soutien de l’État »

« Je suis scandalisé par ce qui est arrivé, a indiqué le maire, ce vendredi. Nous sommes en lien avec les services de la préfecture pour assurer la sécurité des écoles. J’exige que les migrants ayant pénétré dans l’enceinte scolaire soient retrouvés, poursuivis et condamnés pour intrusion dans un établissement scolaire, ce qui constitue un délit puni par notre code pénal. » Une entreprise calaisienne est sur place afin de chiffrer le montant de travaux d’installation de grilles plus solides car celles par lesquelles sont entrés les migrants sont usées voire inexistantes. « J’ai prévu un plan pluriannuel à hauteur d’1 M € pour sécuriser les écoles, a précisé le maire. On devait commencer en 2016 par Victor-Hugo mais on ajoutera les Hautes-Communes. Nous demandons le soutien de l’État car ce n’est pas à la municipalité de payer les conséquences d’une situation dont on a hérité. » La directrice de l’école des Hautes-Communes n’a pas souhaité s’exprimer.

La préfecture a été alertée. Lorsque la police nationale est intervenue, il n’y avait plus de migrants présents dans la cour.

 

Continuer la lecture de Marck : La colère du maire après l’intrusion de migrants dans une cour d’école

Mais comment Hollande va-t-il faire pour former 500.000 chômeurs de plus?

Le chiffre se veut choc : 500.000 chômeurs supplémentaires en formation, dès cette année. Voilà la dernière carte de François Hollande pour inverser la courbe du chômage. C’est un pari osé du Président dont nul ne sait s’il peut vraiment être atteint. Il repose sur quelques observations simples. Les demandeurs d’emploi en formation ont davantage de chances de retrouver un poste que les autres. Au bout de six mois, près d’un sur deux a signé un contrat de travail (45,6%). Sans formation, ils sont seulement un sur trois (33,9%). C’est encourageant à défaut d’être miraculeux.

Malheureusement, la France forme relativement peu de chômeurs : seulement 10% chaque année, contre le double en Allemagne. La faute à l’enchevêtrement des structures (une dizaine pour le financement, une autre dizaine pour l’indemnisation), à la dispersion des responsabilités entre l’Etat, les régions, les chambres consulaires, les branches, etc.

Les experts tablent sur un maximum d’un million de formations

L’enjeu est donc patent, et de longue date. C’est un serpent de mer dans les débats sociaux. Des efforts ont heureusement déjà été faits, et le nombre de demandeurs d’emploi formés a pu être augmenté depuis un point bas en 2009. Actuellement, les différents dispositifs permettent de former près de 700.000 personnes, un record sans doute atteint l’an dernier.

En mettant la barre à 500.000 supplémentaires, François Hollande a donc fixé un objectif très élevé, supérieur même aux projections les plus optimistes des experts consultés, tablant sur +300.000 au maximum. Le président du Sénat Gérard Larcher, fin connaisseur du système de formation, n’y croit pas. Pas plus que les organisations patronales.

De quoi inverser artificiellement la courbe du chômage?

Continuer la lecture de Mais comment Hollande va-t-il faire pour former 500.000 chômeurs de plus?

Pourquoi le Japon refuse-t-il toute immigration ?

En complément: les asiatiques en France vivent de façon très communautaire sans jamais chercher à nous imposer leur mode de vie. Pourtant un certain nombre d’entre eux pourrait, comme le font les africains, nous faire du chantage émotionnel en tenant un discours de repentance sur la colonisation française en Indochine. II n’en est rien.
Pourquoi ? Parce que leur culture les rend hostile à tout forme de victimisation.
Les Japonais ne détestent pas les étrangers, bien au contraire.
C’était en juillet 2003. S’appuyant sur une étude des Nations unies, le New York Times publiait un éditorial dans lequel on pouvait lire : « Le Japon a besoin de 17 millions d’immigrés d’ici 2050. Afin de restaurer son équilibre démographique, les Japonais devront surmonter leur aversion naturelle pour les étrangers et accepter de devenir un État multiculturel tout comme les États-Unis ». Douze ans plus tard, combien le Japon a-t-il accueilli de réfugiés syriens ? Onze, tous japanophones. Plus généralement, l’an dernier, la population du Japon s’est réduite de 350.000 unités et le solde migratoire net a été nul, comme l’année précédente et comme toutes les autres depuis aussi longtemps que des statistiques existent. En quelques chiffres, vous avez là ce qui constitue une des caractéristiques les plus controversées de la société japonaise : le refus de toute immigration, en dépit de la pression internationale, en dépit du vieillissement de sa population, même à titre humanitaire.
Pourquoi le Japon refuse-t-il toute immigration ?Les Japonais ne détestent pas les étrangers, bien au contraire. Ils adorent voyager et, réciproquement, il n’est pas un pays où un touriste ne se sente autant en sécurité qu’au Japon. Rappelons aussi que [par tête d’habitant] le Japon contribue davantage que les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni au budget de l’ONU. Mais les Japonais sont par-dessus tout attachés à leurs traditions et à un mode de vie qui a hissé l’exigence de courtoisie dans les rapports humains à un niveau inégalé. En aucun cas ils ne veulent prendre le risque de bouleverser un ordre des choses enraciné dans leur histoire et qui leur convient parfaitement.

Continuer la lecture de Pourquoi le Japon refuse-t-il toute immigration ?

L’assaillant islamiste du commissariat de Barbès aurait transité par un camp de réfugiés outre-Rhin

L’homme, tué jeudi alors qu’il tentait d’attaquer un commissariat du 18e arrondissement de Paris, a vécu « dans un foyer de demandeurs d’asile » à Recklinghausen en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a affirmé, samedi 9 janvier, la police judiciaire régionale allemande.
Le site, situé dans l’ouest du pays, a été perquisitionné, selon un communiqué des forces de l’ordre. « Aucun indice de possibles autres agressions » n’y a été trouvé. Précisant avoir procédé à ces fouilles sur information des autorités françaises, la PJ assure que « les enquêtes se poursuivent ».
On ignore pour l’heure si l’homme, dont l’identification était toujours en cours, mais qui a été reconnu par ses proches comme un Tunisien de 24 ans nommé Tarek Belgacem, était enregistré comme demandeur d’asile outre-Rhin. Une source proche du dossier a affirmé à l’Agence France-Presse que c’était effectivement le cas.

(…) Le Monde

Nouvelle révélation autour de l’homme abattu, vendredi midi, devant le commissariat de la Goutte d’or, à Paris, après avoir tenté d’agresser les policiers en faction. Selon Die Welt, il vivait en Allemagne comme demandeur d’asile, révèle le journal allemand dans son édition de dimanche.

Metronews


 

Encore une fois: merci à nos artistes bobos et à la gauche angélique

artrefu

La légende contestée de Lassana Bathily

Il est mon Français préféré! », avait dit de lui le président François Hollande. C’était à l’occasion de la naturalisation en urgence de Lassana Bathily, suite à la prise d’otages du 9 janvier 2015 dans l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes.

Peu après, Barack Obama, lors d’un sommet international, a montré en exemple aux « peuples du monde entier (…) les actes héroïques du modeste employé de ce supermarché (…) un musulman, qui a caché des clients juifs et leur a sauvé la vie. »

L’histoire du jeune manutentionnaire malien, alors sans-papiers, a fait rêver le monde entier. Elle évoquait celle des Justes qui pendant la Seconde Guerre mondiale, eux aussi, ont « caché des Juifs ». Hasard ou coïncidence ? Aux Etats-Unis, le Centre Simon Wiesenthal, dédié à la mémoire de l’Holocauste, a décerné sa « médaille du courage » en 2015 au « héros » international de « la fraternité entre les peuples »

Ex-otages en colère

Cette histoire était belle. Trop belle? Elle est contestée fermement par les principaux intéressés, à savoir les six clients adultes de l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, cloîtrés pendant quatre heures -une éternité- dans un congélateur du sous-sol avec un bébé de onze mois. Criant au mensonge, ces ex-otages sont en colère!

Continuer la lecture de La légende contestée de Lassana Bathily

Un policier allemand : « Nous avons ordre d’ignorer les crimes commis par les migrants »

Article  BILD traduit par Fdesouche

Les terribles attaques et agressions sexuelles survenus à Cologne et dans d’autres villes d’Allemagne n’en finissent pas de secouer le pays. De plus en plus, de nouveaux délits sont mis en lumière.

Version originale

Hessen: Ein hochrangiger Polizeibeamter aus Frankfurt/M. erklärt BILD: „Bei Straftaten von Tatverdächtigen, die eine ausländische Nationalität haben und in einer Erstaufnahmeeinrichtung gemeldet sind, legen wir den Fall auf dem Schreibtisch sofort zur Seite.“

Der Beamte weiter: „Es gibt die strikte Anweisung der Behördenleitung, über Vergehen, die von Flüchtlingen begangen werden, nicht zu berichten. Nur direkte Anfragen von Medienvertretern zu solche Taten sollen beantwortet werden.“

Traduction :

Région du Hesse : Un policier haut gradé de Francfort explique au BILD :« Pour les délits commis par des criminels possédant une nationalité étrangère et qui sont enregistrés dans un centré de réfugiés, nous classons immédiatement le dossier sans suite ».

Le policier continue : « Il y a de strictes instructions venant de la hiérarchie pour ne pas reporter les crimes et délits perpétrés par les migrants. Seules des requêtes directs émises par des journalistes ou des médias peuvent être suivis d’effet ».

 

BILD