La grosse colère de Nicolas Sarkozy après la révélation de son escapade à Abou Dhabi le 2 février

Le Lab Europe1

Officiellement, il n’y avait aucun problème à voir Nicolas Sarkozy donner une conférence à Abou Dhabi lundi 2 février, alors même que son parti se déchirait sur les consignes à donner pour le deuxième tour de la législative partielle dans le Doubs. Non, vraiment aucun problème.

B9f8EdjCAAEDY2lEt pourtant, quelle ne fut la colère de Nicolas Sarkzoy lorsqu’il découvrit, dans les colonnes de Marianne, que son escapade aux Émirats arabes unis avait fuitée. C’est ce que rapporte le Canard Enchaîné du mercredi 11 février. Selon l’hebdomadaire, l’ancien chef de l’État était un chouia énervé. Il a dit :

Bande de salopards ! Jaloux ! Minables ! Ils ne me lâcheront jamais ! Est-ce que c’est de ma faute si je suis demandé partout dans le monde ?

Une colère à destination d’on ne sait trop qui même si Nicolas Sarkozy semble surtout l’avoir mauvaise envers ceux qui ont informé la presse de son déplacement. Des sources que l’ancien président est bien décidé à identifier. Toujours cité par le Canard, il ajoute :

L’ambassade de France aux Émirats arabes unis ? C’est possible, mais ça m’étonnerait ! L’ambassade n’aurait pas filé l’info à ‘Marianne’. Non, ça vient de chez nous, j’en suis sûr !

Voilà qui ne va pas arranger l’ambiance au sein de l’UMP, déjà bien tendue après le Lire la suite

Stéphane Tiki, le président des jeunes UMP, n’a pas de papiers (Le Canard enchaîné ) (Maj: En réaction Stéphane Tiki démissionne de la présidence)

Addendum: Face au tolet provoqué par cette révélation, le clandestin Stéphane Tiki décide de prendre ses distances avec la direction des jeunes de l’UMP: Lire la suite

SwissLeaks : Matthieu Pigasse s’interroge sur la publication des noms des personnalités dans « Le Monde »

Rappel: Mathhieu Pigasse est vice-président de la banque Lazard. Il est aussi le mécène de la gauche, conseillé de F. Hollande, actionnaire du journal Le Monde, des Inrocks….

——

SwissLeaks : les réserves de Matthieu Pigasse

Le vice-président de la banque Lazard a appelé à ne pas tomber dans la « délation » après les révélations du « Monde » – dont il est actionnaire et « fier » – sur le scandale SwissLeaks.
Le vice-président de la banque Lazard, Matthieu Pigasse, le 21 novembre 2012 (Archives). ( AFP / FABRICE COFFRINI, AFP )

Le vice-président de la banque Lazard, Matthieu Pigasse, le 21 novembre 2012 (Archives). ( AFP / FABRICE COFFRINI, AFP )

Dimanche soir, « Le Monde » a révélé le dossier SwissLeaks, un vaste système d’évasion fiscale organisé par la banque HSBC qui a permis à 100.000 particuliers, clients de la banque suisse, et 20.000 sociétés offshore de faire échapper près de 181 milliards d’euros aux législations fiscales de nombreux pays.

Le quotidien du soir a également publié les noms de plusieurs personnalités apparaissant sur les listings dont il a obtenu copie. « Du show-biz au milieu des affaires en passant par le monde de l’art et du sport« , écrit le quotidien. Parmi elles, le footballeur Christophe Dugarry, la réalisatrice Lisa Azuelos (« LOL »), l’artiste Christian Boltanksi, le chanteur Philippe Lavil, le sénateur Aymeri de Montesquiou et le comédien Gad Elmaleh, qui a été moqué sur les réseaux sociaux. Plusieurs d’entre eux, dont l’humoriste, ont démenti l’information ou affirmé avoir régularisé leur situation depuis les faits qui datent de 2006 et 2007.

Invité de « France Inter » ce mardi 10 février, Matthieu Pigasse s’est dit « fier » du « travail d’investigation remarquable fait par ‘Le Monde' ». Membre du trio d »actionnaires majoritaires du quotidien avec Pierre Bergé et Xavier Niel, le banquier a cependant noté qu' »il y a un juste équilibre à trouver entre le fait de divulguer des informations d’intérêt général, d’intérêt public », et le fait « de ne pas tomber dans une forme de Maccarthisme fiscal et de délation ».

Il a assuré vouloir avoir, en tant qu’actionnaire, « une discussion (…) avec la direction éditoriale du ‘Monde' ». « C’est une interrogation légitime, je trouve », a-t-il souligné.

Un enseignant de Paris 13 démis pour avoir menacé de ne plus faire cours devant une étudiante voilée

Un enseignant de l’université Paris 13 Villetaneuse qui menaçait de ne plus faire cours devant une étudiante voilée a été déchargé de son enseignement, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L’incident a eu lieu lundi 2 février. Ce jour-là, l’enseignant, chargé de cours depuis 1987 dans cette université au nord de Paris, dispense un cours de droit des assurances à une quinzaine d’étudiants en master 2 de droit des affaires. Parmi eux, assise au premier rang, une étudiante voilée.

Hostile «au port de signes religieux dans l’espace public»

Remarquant la présence de l’étudiante voilée, il exprime son hostilité «au port de signes religieux dans l’espace public», sans s’en prendre directement à l’étudiante, a raconté un étudiant qui a souhaité garder l’anonymat.

«Il nous a dit qu’il avait grandi à Sarcelles, il a fait l’éloge du multiculturalisme mais il a aussi dit qu’il ne supportait pas l’affichage de signes religieux et qu’il ne s’attendait pas, après Charlie, à devoir faire cours devant une étudiante voilée», a ajouté cet étudiant, précisant que la jeune femme n’est pas «prosélyte».

Quatre étudiants ont alors pris sa défense, reprochant au professeur une prise de position «idéologique» sans rapport avec l’objet du cours, qui s’est ensuite poursuivi normalement.

Après cet incident, rapporté à la direction par plusieurs élèves indignés par «l’humiliation» infligée selon eux à leur camarade, l’enseignant a écrit à la responsable du master pour lui signifier son intention de ne plus faire cours devant une étudiante voilée.

Refus de «donner cours face à un visage voilé»

Anticipant qu’il devrait sans doute se «résoudre à ne plus donner de cours dans cette université ou ailleurs», il concluait ainsi son mail: «Si sa liberté à elle est de porter le voile en tout lieu, la mienne est de refuser, dans mon pays, au regard de notre histoire et de notre culture, de donner un cours face à un visage voilé».

Vendredi, la responsable a annoncé aux étudiants que cet enseignant «ne terminera(it) pas son cours de droit des assurances» et qu’un remplaçant lui serait trouvé.

Suspendu

Lire la suite

Multiculturalisme, violences urbaines, ghettos: Marseille, laboratoire des fractures françaises

Laurent Chalard est géographe et travaille notamment pour un think tank bruxellois, le European Centre for International Affairs. Vous pouvez le lire sur son blog ici.

Pour le géographe, la ville de Marseille incarne l’échec du multiculturalisme qui se traduit par une fragmentation socio-ethnique de grande ampleur.

En octobre 2013, le quotidien démocrate américain de référence, le New York Times, tenait des propos laudateurs sur la ville de Marseille, «capitale secrète» de la France, où le multiculturalisme, particulièrement apprécié par les journalistes new-yorkais, serait une réussite et constituerait un modèle pour le reste de l’hexagone, jugé peu ouvert sur le monde. Marseille est effectivement l’une des grandes villes pluriethniques de notre pays, avec une part importante de populations de culture musulmane d’origines magrébine et comorienne, qu’il est difficile de quantifier précisément, l’État ne faisant pas de statistiques ethniques et/ou religieuses. Les chiffres avancés, qui évoquent entre 150 000 et 200 000 personnes, soit plus ou moins 20% de la population totale, sont à prendre avec précaution, mais donnent un ordre de grandeur raisonnable.

Or, pour tout connaisseur de la situation locale, l’auteur de l’article a dû être victime d’une (mauvaise) galéjade de communicants politiques, particulièrement brillants, aboutissant à une légende dorée qui masque l’envers (ou plutôt l’endroit) du décor! En effet, comme viennent de le rappeler les tirs de kalachnikof de ce lundi 9 février 2015 dans la cité de la Castellane, un des quartiers les plus difficiles de la ville, le jour de la visite du premier ministre, Manuel Valls, Marseille est tiraillée par de nombreux problèmes et son fort taux de vote d’extrême-droite, le plus élevé des grandes villes-centres françaises avec Nice, témoigne malheureusement d’un multiculturalisme raté.

Ce dernier se traduit par une fragmentation socio-ethnique beaucoup plus intense qu’ailleurs, suivant une logique de tripartition du territoire communal.

Les quartiers «nord» de Marseille, en arrière du port, qui arrivent jusqu’au centre-ville (Belsunce), comptent une très forte proportion de populations d’origine extra-européenne et concentrent les difficultés sociales, suite à l’effondrement du système industrialo-portuaire de la ville dans les années 1970. Les différentes municipalités, de gauche comme de droite, ont pendant longtemps laissé à l’abandon ces quartiers, conduisant à un état de délabrement indigne d’un pays développé et à une criminalité prospère. Ils se présentent aujourd’hui sous une dominante de grands ensembles, mélange de logements sociaux et de copropriétés dégradées, qui ont été quitté massivement par les classes moyennes dans les années 1980, et pour le reste de pavillons et de petits collectifs dans les villages anciens (comme l’Estaque), encore peuplés de populations d’origine «européenne» au sens large (italiens, arméniens, Pieds Noirs). Sur le plan électoral, se constatent une forte abstention aux élections locales (d’où les bons scores du Front National auprès des derniers électeurs d’origine «européenne» y résidant) et un vote socialiste communautaire à la Présidentielle de 2012.

A contrario, le sud de Marseille offre un caractère beaucoup plus aisé, avec une très faible proportion de population d’origine étrangère, comme si, la Canebière franchie, on changeait de ville. Le contraste est assez saisissant pour le promeneur. Les quartiers apparaissent bien entretenus avec de nombreux espaces verts (Parc Borély, parc Pastré…), un mélange d’habitat collectif de qualité et de riches villas sécurisées sur les collines (Roucas Blanc). Ils n’échappent cependant pas à l’insécurité car les délinquants agissent, de manière logique, là où il y a de l’argent, d’où de nombreux vols et agressions violentes. En conséquence, le sud de la commune vote fortement Front national, contrairement aux autres quartiers bourgeois de France, où la sécurité est au rendez-vous.

La troisième partie du territoire correspond à l’est de la ville, qui, s’il offre, pris dans son ensemble, un profil plus mélangé, pouvant être considéré comme à dominante de classes moyennes, n’en subit pas moins dans le détail une fragmentation (avec son corollaire l’insécurité) tout aussi importante. Il se retrouve une opposition entre de vastes quartiers pavillonnaires ou de petits collectifs et les grands ensembles qui viennent s’encastrer entre et qui connaissent des difficultés semblables aux quartiers «nord». Cela se traduit par des profils électoraux assez variables au niveau du bureau de vote.

La préfecture des Bouches-du-Rhône se caractérise donc par une fragmentation socio-ethnique, qui montre que le multiculturalisme lorsqu’il recouvre des différences sociales et spatiales est source de tensions considérables. Ces dernières apparaissent accentuées à Marseille, qui fait figure de mauvais exemple, pour trois principales raisons.

La première est l’échec de l’économie locale, la municipalité ayant été incapable, malgré Lire la suite

Les conversions à l’Islam explosent en France depuis les attentats

Une hausse depuis les attentats de Charlie Hebdo

Nos confrères d’RTL révèlent aujourd’hui que les conversions à l’Islam n’ont jamais été aussi nombreuses en France que depuis les attentats de Charlie Hebdo. La radio rapporte que la Grande Mosquée de Paris a délivré 40 certificats de conversion. «A la même période l’année dernière, elle n’en avait donné que 22» rappelle RTL.

Le phénomène est le même dans d’autres villes de France : «même constat à Strasbourg et Aubervilliers où une hausse de 30% a été enregistrée. Lyon suivrait aussi cette tendance avec une augmentation de 20%».

RTL rapporte enfin que les imams «semblent les premiers surpris» par ce phénomène. Et que les profils sont divers : «à Paris, un médecin, une directrice d’école ou encore un policier» sont venus se convertir à la Grande Mosquée de Paris.

Valeurs Actuelles

Réserve parlementaire : la Cour des comptes s’alarme du clientélisme des élus

Une note alerte des modalités d’investissement des 150 millions d’euros distribués chaque année aux parlementaires pour soutenir «les collectivités déstabilisées par des circonstances exceptionnelles».

Comme chaque année, l’Assemblée Nationale s’apprête à publier le bilan annuel d’attribution de la réserve parlementaire. Cette réserve de 150 millions d’euros par an, allouée aux sénateurs et députés, est distribuée selon les choix et les besoins des parlementaires au sein de leur circonscription. Mais à la fin 2014, la Cour des comptes a décidé de se pencher sur son usage dont elle dénonce les dérives clientélistes. L’organe de surveillance des finances publiques s’est ainsi penché sur l’utilisation de ces sommes entre 2006 et 2012, soit environ 1 milliard d’euros distribués par le biais de 60.000 subventions. Une note a été adressée aux ministères du Budget et de l’Intérieur au mois de novembre dernier, et publiée par Le Point lundi. Elle livre un constat alarmant.

» L’esprit de la réserve parlementaire détourné

La Cour des comptes épingle le dévoiement de l’esprit d’origine qui devait prévaloir pour Lire la suite

Le FN doit passer l’UMP à la centrifugeuse

Les élections législatives du 8 février 2015 dans la quatrième circonscription du Doubs sont sans appel : entre la Caste et le FN, il n’y a plus rien. Et qui mieux que le PS libéral-libertaire pour représenter la Caste ? Personne !

Personne car l’UMP n’a plus d’identité : quoi de commun entre ces parangons du politiquement correct que sont Juppé et NKM, Larcher et Bussereau (et même le contorsionniste qatari Sarkozy) et les électeurs du Doubs dont beaucoup se sont reportés sur la candidate du Front national ? Rien.

Le FN peut espérer l’emporter en 2017 ou en 2022, mais à une condition : plumer la volaille UMP pour affronter au second tour le candidat du Parti socialiste.

Ainsi, l’arithmétique électorale du FN est simple : une voix prise à l’UMP vaut deux voix prises au PS. Parce qu’une voix prise au PS, c’est seulement une voix de plus face à l’UMP, alors qu’une voix prise à l’UMP, c’est deux voix de plus face à l’UMP : une en moins pour l’UMP, une en plus pour le FN !

Et que dans un deuxième tour UMP/FN, la quasi-totalité des voix PS se reportent sur l’UMP, alors que dans un deuxième tour PS/FN, les voix UMP se partagent, principalement entre l’abstention et le vote FN.
L’intérêt du FN est donc d’éviter tout dogmatisme idéologique et d’apporter une offre politique susceptible de rassurer les électeurs de l’UMP.

Il s’agit bien sûr du discours identitaire et sécuritaire. Surtout du discours identitaire, d’ailleurs, puisque tout le monde aujourd’hui fait du sécuritaire (y compris dans ce que le sécuritaire a de pire : le liberticide). De ce point de vue, il ne faut pas oublier que le problème de l’immigration reste un moteur puissant ; et bien davantage par ses aspects identitaires et sécuritaires qu’économiques.

Il s’agit aussi du discours conservateur en termes de valeurs : de ce point de vue, Marion Lire la suite

C’est grâce à Dieu, et un peu à Sarkozy, si les minarets sont acceptés en France.

La Grande mosquée Mohammed VI – son nom officiel – est l’une des plus grandes de France, et l’une des plus abouties esthétiquement.
Dans une agglomération qui compterait près de 50 000 musulmans (environ 10% de la population), selon des associations locales, l’ancienne mosquée vétuste et les salles de prière ne suffisaient plus à accueillir les fidèles. 

A la Grande mosquée de Saint-Etienne, Mohamed* se sent comme chez lui. Ce Franco-Marocain en djellaba chocolat brodée d’argent, tourneur-fraiseur à la retraite, fait le déplacement une fois par jour. Niveau assiduité, Wassim* est, lui, indétrônable. Sans emploi, il fait le trajet cinq fois par jour en voiture depuis trois ans.

Financer une mosquée cinq étoiles dans une région durement touchée par la crise, cela n’a rien d’évident. Les dons des fidèles ne suffisant pas, l’association qui gère le lieu s’est tournée vers le Maroc, qui a fourni cinq des huit millions d’euros nécessaires à sa construction. La Grande mosquée est désormais la propriété du royaume, qui l’administre via son ministère des Affaires islamiques.

« C’est grâce à Dieu, et un peu à Sarkozy, si les minarets sont acceptés en France. »
Larbi Marchiche
Recteur de la Grande mosquée de Saint-Etienne

Sa plus grande joie, c’est d’avoir obtenu l’autorisation d’élever un minaret. Autour d’un couscous, il évoque les nombreuses réunions qu’il a eues dans les années 2000 au ministère de l’Intérieur.

Ambassadrice du Maroc et de ses savoir-faire, la Grande mosquée se visite aussi facilement que le souk de Marrakech, sur simple rendez-vous. Aux dernières Journées du patrimoine, elle a attiré plus de 2 500 curieux. « Au début, les fidèles étaient un peu réticents, mais maintenant ils sont habitués », explique Badr, jeune trésorier de l’association résidant en France depuis son regroupement familial.

« Si certains n’aiment pas notre discours, c’est comme ça »

Youssef Afif, un des deux imams de la mosquée, Marocain en attente d’une naturalisation, enseigne l’arabe et l’instruction islamique à quelques centaines d’écoliers de la ville. Il revendique une responsabilité sociale, à l’heure où « des jeunes perdus cherchent à se venger de la société ».

Sa chaire est aussi une tribune : « Lors du prêche, on s’adresse d’abord aux musulmans, Lire la suite

43 Kosovars (718 € d’alloc / mois) squattent la résidence rurale de 2 vieilles dames

Une de mes très bonnes amies, résidente dijonnaise permanente, a hérité conjointement avec sa soeur d’un terrain comprenant une maison individuelle et une grande bâtisse à la campagne près de Bourg-en-Bresse, terre d’excellence pour les volailles de qualité. Sa sœur occupe la maison, le corps du bâtiment proprement dit étant inoccupé dans l’attente de sa mise en vente. Vraisemblablement attirés par le « scandale » que constitue une propriété privée non habitée régulièrement, depuis la mi octobre dernier, une « joyeuse » bande de 43 Kosovars migrants clandestins s’est crue autorisée à rentrer dans les lieux pour en faire un douillet domicile.

Voici qui est bien plus fort que la fameuse affaire « Leonarda », n’est-ce pas ? Branle-bas de combat chez les deux sœurs qui se sont émues de cette intrusion. Démarches auprès de la gendarmerie qui leur a suggéré d’aller voir la préfecture. Pleins de compassion, les services de cette dernière ont déclaré « être bien désolés » pour elles mais qu’« il n’y avait pas de budget pour ces migrants ».
Peu enclines à tolérer ce squat, les deux sœurs ont réagi en alertant la presse locale où Lire la suite

Aliot (FN) compare l’Internationale à l’enterrement de Charb à des chants nazis

Le vice-président du Front national Louis Aliot a comparé l’Internationale chantée à l’enterrement du dessinateur Charb à des chants nazis, lors d’une récente intervention devant des militants FN des Hauts-de-Seine dévoilée dans une vidéo publiée sur le site Le Lab.

Collectif-Charlie-Hebdo-N-738-Cuba-Le-Communisme-Ou-La-Mort-Ou-Alors-Les-Deux-Revue-747528897_ML

« J’ai été un peu +espanté+ (étonné, ndlr), comme on dit chez moi, de voir sur BFM l’enterrement de Monsieur Charb au son de l’Internationale, le poing levé, au moment où nous commémorions le suicide de Jan Palach, jeune qui, contre l’URSS, s’était immolé par le feu en Tchécoslovaquie pour contester ce système totalitaire », explique le compagnon de Marine Le Pen dans ces propos remontant au 1er février selon Le Lab.

socialisme3
« Est-ce que vous imaginez l’inverse? A la télévision, un enterrement avec des chants nazis, des drapeaux nazis, des anciens nazis? Parce que moi, dans mon esprit, je ne fais pas la différence entre l’un et l’autre (entre l’Internationale et des chants nazis ndlr). C’est pour ça que je suis choqué d’ailleurs », a-t-il ajouté. Lire la suite

L’armée ukrainien bombarde sa propre population. Et tout le monde s’en fout. (vidéo)

La chaîne allemande généraliste ZDF (deuxième chaîne) a diffusé ce mois ci un reportage sur la situation dans l’Est de l’Ukraine. Un reportage qui contraste SPECTACULAIREMENT avec l’image (souvent d’ailleurs sans images) qu’en donne la presse française mainstream, même si ce qui est montré ici reste encore très adouci par rapport à la réalité mise en ligne par les personnes concernées, visible par exemple ici: http://www.youtube.com/channel/UCV7ER… .

Comment s’étonner ensuite que les insurgés n’acceptent plus les trêves?

Malgré la position très alignée de l’Allemagne sur la crise ukrainienne, la presse de ce pays resterait-elle encore indépendante, contrairement à notre presse subventionnée (contre services rendus) et trop fainéante pour chercher ailleurs que dans les dépêches AFP?

Le reportage original (V.O) est extrait de ce journal du 17 janvier de ZDF (traitant de sujets divers): http://www.youtube.com/watch?v=ykC1DZ… .

 

Le reportage original (V.O) est extrait de ce journal du 17 janvier de ZDF (traitant de sujets divers): http://www.youtube.com/watch?v=ykC1DZ… .

Truchot (RMC) : « 22 migrants de Calais relogés dans une caserne ? Vous avez lu ça où ? » (vidéo)

Comment voulez-vous qu’on croit les journalistes, Madame ? On cache la vérité aux gens – Fred, 50 ans, chauffeur routier

Le chauffeur routier parle des clandestin invités à manger des crêpes dans un 4 étoiles. La preuve:

Pouilly-en-Auxois : le maire invite les clandestins à manger des crêpes dans un hôtel 4 étoiles

Trente demandeurs d’asile s’installent actuellement dans l’ancien bâtiment de la gendarmerie nationale à (1520 habitants environ).

Comme tous ses camarades, Abdelsalam est invité à manger des crêpes ce dimancheau château de Chailly. Bernard Milloir, maire de Pouilly, a promis «de les emmener, avec ma propre voiture si besoin».

Abdelsalam a 29 ans. Il est Tchadien. Il fait partie de la trentaine de demandeurs d’asile qui s’installe actuellement dans l’ancien bâtiment de la gendarmerie nationale à Pouilly-en-Auxois. Ils viennent du Tchad, d’Irak, du Pakistan, du Congo ou d’Erythrée. Neuf nationalités différentes qui vont devoir apprendre à vivre ensemble dans des appartements propres mais pas encore complètement meublés.