Sondage Présidentielle : Le FN à 50% face au PS (démenti d’IPSOS)

Le Parti socialiste va saisir la Commission nationale des sondages à la suite de l’enquête publiée mardi par Valeurs actuelles qui donne Nicolas Sarkozy en tête au premier tour en 2017 et gagnant dans tous les cas de figure au second. Problème, l’enquête – largement commentée mardi et présentée par Valeurs actuelles comme « le sondage explosif de l’UMP » – semble n’avoir été réalisée par aucun institut ! En effet, de l’aveu même de l’hebdomadaire, Ipsos a démenti être à l’origine de cette étude ! Valeurs actuelles maintient de son côté qu’il existe bel et bien.

Le Point

02/09/14

Le mystérieux sondage qui flatte Sarkozy
L’institut Ipsos a démenti être l’auteur de cette enquête. «Non, nous n’avons pas fait ce sondage», assure à Libération Jean-François Doridot, directeur général, confirmant une information de l’AFP. Exactement ce que serait obligé de dire l’institut s’il avait effectivement réalisé un sondage confidentiel? Doridot promet que,les instituts devant transmettre à la Commission nationale des sondages et publier les notices de tous les enquêtes d’intentions de vote — même les «confidentielles» si jamais elles finissent par fuiter —, il n’aurait aucune raison de démentir simplement pour la forme. Sondage fantôme? A Valeurs actuelles, on maintient ses informations, ajoutant que le sondage a été commandé par l’UMP. Et on laisse entendre que l’Ipsos cherche à se couvrir.

Contacté par Libération, l’entourage de Nicolas Sarkozy jure n’être au courant de rien. Comme le parti, où l’on raconte avoir découvert le sondage sur le site de Valeurs actuelles.

Libération

—–

Il s’agirait d’un sondage réalisé en interne à l’UMP, qui comme par hasard, aurait fuité pour se retrouver, toujours par hasard, dans les pages de Valeurs Actuelles. Comme toujours encore une embrouille sarkozyste

Les sondages sont des outils de manipulation et de propagande. Là encore, le magazine sarkozyste Valeurs Actuelles cherche à nous faire croire que le FN parviendrait à 50% au second tour face au PS, et que seul le mafieux Sarkozy serait capable de lui faire barrage. A 3 ans d’une élection, n’importe quel sondage électoral est une pure fumisterie.Ils sont déjà incapables de donner de bonnes prédictions à trois mois d’une échéance, comment peut-on penser qu’ils seraient capable de donner un résultat 3 ans avant.

Encore une fois ce sondage est un mélange de marketing et d’enfumage politique pour préparer le retour de Sarkozy, qui reste malgrè Hollande, le plus minable président qu’ait connu la 5 ème république.

———

C’est un sondage confidentiel qui circule en ce moment à l’UMP et qui agite tous les esprits.

L’institut Ipsos, auteur de l’étude, a envisagé les différents cas de figure pour la présidentielle de 2017. Si Nicolas Sarkozy était candidat, il obtiendrait 30% au premier tour face à Marine Le Pen (23%) et François Hollande (16%), François Bayrou (12%) et Jean-Luc Mélenchon (11%) fermant la marche.

Selon le sondage, Nicolas Sarkozy serait le seul à pouvoir empêcher le Front national de ravir la première place lors du premier tour de la présidentielle de 2017. Juppé obtiendrait 24%, devant Hollande (16%) mais derrière Marine Le Pen (33%). François Fillon obtiendrait quant à lui 16% face à Marine Le Pen (35%) et François Hollande, toujours scotché à 16%. Deux certitudes se dégagent à la lecture des résultats : personne n’est en mesure de priver Marine Le Pen de second tour, et François Hollande n’aurait quasiment aucune chance de franchir le premier tour de la présidentielle. L’institut a aussi mesuré les scores au second tour. Nicolas Sarkozy serait élu en cas de second tour face à Marine Le Pen par 65% des voix contre 35%. En cas de second tour Marine Le Pen-Hollande, en revanche, la présidente du Front national et le président de la République feraient jeu égal, selon Ipsos : 50% des voix chacun.

Valeurs Actuelles

Démographie à horizon 2030 : La France n’a pas besoin d’immigration

Selon une étude rendue au mois de juillet 2014 par le cabinet international de conseil en stratégie BCG, la France pourrait se trouver en pénurie de main-d’œuvre d’ici 2030. Une évolution que les démographes Gérard-François Dumont et Michèle Tribalat, interrogés par Atlantico, contestent formellement. 

Atlantico : D’après une récente étude du Boston Consulting Group, la France pourrait se retrouver en pénurie de main-d’œuvre, tous secteurs confondus, d’ici 2030. Vos analyses confirment-elles cette évolution ?

Gérard-François Dumont : La projection moyenne que nous pouvons faire aujourd’hui ne confirme absolument pas une telle évolution ; bien au contraire, elle laisse entrevoir une situation de la France assez atypique en Europe : elle est l’un des rares pays européens dont la population active devrait stagner voire légèrement augmenter, alors qu’elle diminuerait dans la plupart des autres pays européens à l’horizon 2030.(1) (les notes se trouvent en dernière page ndlr).

Cette non diminution de la population active en France est essentiellement liée au fait que l’Hexagone a eu une fécondité qui a été supérieure d’environ 30 % à la moyenne de l’Europe ces trois dernières décennies, notamment sous l’effet de la politique familiale (2). La France est le pays de l’Union européenne comptant le plus grand nombre de naissances, devant le Royaume-Uni (3). Le pays compte même chaque année environ 150 000 naissances de plus que l’Allemagne, pourtant nettement plus peuplée, et 250 000 de plus que l’Italie, qui est un pays pourtant guère moins peuplé que la France.

Donc, au point de vue purement comptable, la France ne devrait pas connaîtrede pénurie de main-d’œuvre puisque sa population active potentielle devrait demeurer du même ordre de grandeur qu’aujourd’hui à l’horizon 2030, soit environ 41 millions de 15-64 ans (tranche d’âge courante d’évaluation de la population active), alors que la population active potentielle de l’Allemagne, selon la projection moyenne, baisserait de près de 8 millions, de 54,6 millions en 2010 à 46,7 en 2030. Le véritable problème de la France est la faiblesse de son taux d’emploi, c’est-à-dire de la part de sa population active qui exerce un emploi. (…)

D’aucuns pourraient rétorquer que repousser l’âge de départ à la retraite revient à repousser le problème de la baisse de la population active à plus tard…

Gérard-François Dumont : Augmenter l’âge de départ à la retraite ne repousse pas à plus tard le problème d’une éventuelle baisse de population active : compte tenu des logiques de longue durée de la démographie, les personnes entrant en âge d’activité de 2030 sont déjà toutes nées. Donc, sauf si ces dernières émigrent massivement à l’étranger ou sauf catastrophes (épidémies, guerres…), on connaît leurs effectifs et on peut en déduire qu’à l’horizon 2030, la population active de la France ne devrait pas connaître de diminution.

« Autrement dit, la France ne devant pas, selon la projection moyenne, enregistrer de diminution de sa population active, l’Hexagone n’a pas, sur le plan comptable, besoin de ce qu’on appelle des migrations de remplacement, contrairement à ce que l’on constate chez nos voisins allemands, autrichiens ou suisses. »

Si, à la différence de l’Allemagne, la France n’a pas à s’inquiéter de sa capacité à pourvoir les emplois d’ici 2030, cela signifie-t-il que le pays n’est pas du tout dépendant de l’immigration ?

Gérard-François Dumont : D’un point de vue strictement économique, la France a toutefois deux raisons d’être ouverte à l’immigration. Lire la suite

Montebourg a eu recours à un détective privé pour torpiller un adversaire politique

Arnaud Montebourg n’a pas hésité à engager un détective privé pour discréditer un adversaire, selon un journaliste. Dans un passage du livre Montebourg, Moi président (à paraître le 10 septembre), repéré par Le Scan lundi 1er septembre, l’auteur de l’ouvrage, le journaliste Valentin Spitz, explique comment en 2007, lors des élections législatives, l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif, alors député, a recruté un détective pour tenter de couler son adversaire de l’UMP, Arnaud Danjean.

« Montebourg a engagé Roger-Marc Moreau, un détective, pour enquêter sur son compte. L’homme en question est à la tête d’un cabinet assez connu à Chalon [en Saône-et-Loire], auquel Lire la suite

Le racisme anti-Blanc fait sa rentrée des classes sur twitter

Babtou est le verlan du mot malinké Toubab qui signifie Blanc:

Voici quelques exemples des impressions racistes que nos pépites expriment quand elles découvrent que des blancs ( babtou) sont dans leur classe

https://twitter.com/hashtag/Babtou?src=hash Pour suivre le fil c’est ici

babtou

babtou8

babtou7
babtou6
babtou5
babtou4babtou2babtou1

Discours de rentrée politique de Marine Le Pen à Brachay (vidéo)

Lire :

A Brachay, Marine Le Pen parlera au nom de la France des oubliés

Le petit village de Brachay (60 habitants) est en effervescence ce samedi à l’occasion de la venue du leader du Front National.

Le choix de ce lieu n’est pas anodin, Marine Le Pen a fait de ce petit village une vitrine du FN. Aux présidentielles de 2012, le parti avait obtenu son meilleure score avec 72% des votes.

Ce samedi matin (30/08), Marine Le Pen y a prononcé son grand discours de rentrée. Elle s’y rend chaque année depuis trois ans car elle y a obtenu son meilleur score aux présidentielles de 2012 avec 72%. Plébiscitée à chaque élection depuis 3 ans, elle en a fait son fief. Et vu le contexte politique actuel, les militants frontistes attendent un discours particulièrement important cette année. Les préparatifs ont déjà commencé.

L’an dernier, 750 fidèles avaient écouté le discours de la présidente du Front National. Ce samedi, on compte près de 2.000 personnes.

francetvinfo.fr


Le crash du MH17 en Ukraine soulève de plus en plus de questions (Moscou)

Le crash du MH17 en Ukraine soulève de plus en plus de questions (Moscou)
MOSCOU – RIA Novosti

Le crash du Boeing malaisien en Ukraine est rarement évoqué depuis quelque temps, ce qui pousse la Russie à demander pourquoi les résultats du décryptage des boîtes noires ne sont toujours pas publiés, a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov dans une interview accordée à RIA Novosti et à la télévision slovaque.

« Le crash du Boeing soulève de plus en plus de questions. Cependant, on en parle rarement depuis quelque temps. Le ministère russe de la Défense ne cesse pas de presser de questions ses collègues américains, ukrainiens et européens. Il faut tout faire pour empêcher d’enterrer ce problème et pour comprendre ce qui s’est produit réellement dans le ciel ukrainien. Mais l’essentiel est de faire en sorte qu’une telle tragédie ne se reproduise plus », a affirmé M. Antonov. 

Le Boeing 777-300 de Malaysia Airlines qui effectuait le vol d’Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé le 17 juillet dans la région de Donetsk, en Ukraine. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l’avion ont péri.

« Pourquoi les enregistrements des échanges entre les contrôleurs aériens et les pilotes du Boeing ne sont-ils toujours pas publiés? Pourquoi les résultats du décryptage international des boîtes noires ne sont-ils pas présentés? Qui ne veut pas le faire? », a demandé le vice-ministre russe de la Défense. 

Le crash du vol MH 17 en Ukraine a servi de prétexte pour imposer un nouveau train de sanctions contre la Russie.

Ukraine : Et maintenant ?

Ukraine : Et maintenant ?

Les aveugles et les somnambules dont nous dépendons pour notre malheur sont en train de créer les conditions d’une troisième guerre mondiale.
 

Résumé des chapitres précédents :

1/ Une « révolution » d’un orange douteux, fortement inspirée, soutenue, subventionnée et instrumentalisée par l’Occident, chasse le président régulièrement élu mais indiscutablement impopulaire. Une des premières décisions du gouvernement issu de l’émeute est de retirer au russe son statut de deuxième langue officielle de l’Ukraine. Avantage à l’Occident.

2/ Les régions géographiquement, historiquement, culturellement, économiquement, ethniquement et politiquement les plus proches de la Russie se soulèvent contre les nouveaux oligarques de Kiev. Les séparatistes du Donbass, encouragés, soutenus, armés par Moscou, contestent la légitimité et récusent l’autorité du gouvernement de Kiev Ils prennent le contrôle des oblasts de Louhansk, Slaviansk et Donetsk. Avantage à la Russie.

3/ Après avoir hésité, tergiversé, procrastiné, le nouveau président ukrainien, élu dans des conditions d’une opacité chocolatière, décide de régler la question par la force. L’Ukraine, financièrement Lire la suite

Halte aux mensonges sur la sortie de l’euro

Halte aux mensonges sur la sortie de l’euro

Régulièrement des experts avancent un argument d’autorité pour expliquer qu’un retour à une monnaie nationale serait une catastrophe, toujours le même : une sortie de l’euro impliquerait une explosion des taux d’intérêts et par conséquent une augmentation importante du montant de la dette. A chaque débat sur le sujet cette idée anxiogène revient sur le tapis.

Les Décodeurs (déconneurs pour les intimes) du Monde l’ont doctement professé dans les colonnes du journal. Plus récemment Maître Villemot, avocat et proche de François Hollande, l’affirma sur le plateau du Grand Journal de Canal+ dans un débat face à Michel Onfray.

Disons le tout net, tout cela est faux. Quelques notions de droit permettent de décrypter quelles seraient les conséquences d’une sortie de l’euro sur les emprunts en cours contractés par les Français.

Il y a plusieurs grands scénarios possibles de retour à une monnaie nationale, et donc plusieurs règles de re-dénomination des contrats en cas de retrait de la zone euro pour les dettes en droit français et en droit étranger.

Le principe est simple pour Lire la suite

Grand remplacement : pourquoi la France est candidate au suicide

Excellente Tribune libre de Paysan Savoyard sur Fdesouche. Si vous n’avez jamais voté FN demandez vous à quel corps social du champs électoral vous appartenez …. cherchez bien; si vous êtes honnête vous vous y retrouverez.

On ne cessera pas de s’interroger sur ce phénomène étrange. La plupart des Français (74% selon un récent sondage) pensent qu’il y a trop d’immigrés. Ce sentiment est probablement l’une des sources principales de leur pessimisme quant à l’avenir du pays (les études d’opinion montrent qu’une large majorité sont persuadés que l’avenir est sombre). Pourtant…

Pourtant la plupart de ces Français se refusent à voter pour le seul parti qui a mis l’arrêt de l’immigration à son programme (rappelons que le score du FN n’a pas atteint 18 % à la dernière présidentielle). Ils s’obstinent à voter pour les partis qui organisent l’immigration ou, ce qui revient au même, choisissent de s’abstenir.

Nous avons essayé de recenser dans un article précédent les six arguments principaux que mettent en avant ceux qui pensent que « le Front national a souvent raison », tout en refusant de lui faire confiance. Pour cette fois nous essayerons de cerner les différents « profils » de ces Français qui, quoique souvent inquiets des conséquences de l’immigration, se refusent toujours à en tirer les conséquences électorales.

 

Nous ne parlons pas ici de la classe dirigeante, qui est l’organisatrice de l’invasion migratoire en cours : détenteurs du capital, politiciens, journalistes, intellectuels systémiques. Nous laissons aussi de côté les professionnels de la subversion et de l’anti France (les militants des associations droits de l’hommistes et antiracistes notamment). Nous ne tenons pas compte non plus, bien entendu, des immigrés eux-mêmes, qui très généralement n’ont de Français que les papiers. Nous parlons ici de la population française « ordinaire » et nous croyons pouvoir y distinguer six profils principaux quant à leur position sur la question de l’immigration.

 

  • Les profiteurs

Commençons par les profiteurs. Situés plutôt dans les couches sociales supérieures, ils tiennent un discours critique sur l’immigration, s’inquiètent de son ampleur et craignent ses conséquences. Cela ne les empêche pas d’y faire appel lorsqu’ils y trouvent intérêt, qu’il s’agisse de la bonniche philippine zélée et discrète, de l’employé de restaurant pakistanais docile, de l’équipe de polonais détachés moins chers ou du clandestin égyptien qui refait l’appartement au noir.

Le discours de M. Sarkozy et de l’UMP leur correspond dès lors parfaitement : « Non à la racaille, dont il faut se débarrasser au Karcher ; oui à l’immigration choisie et à l’arrivée des gens qui viennent pour travailler et s’intégrer » (le fait que ce discours soit mensonger, purement électoraliste et non suivi d’actes concrets ne constitue pas un problème pour les profiteurs, leur position personnelle étant elle aussi hypocrite).

 

  • Les jouisseurs

Les jouisseurs ne sont pas favorables à l’immigration. Mais n’y sont pas hostiles non plus. A vrai dire ils s’en fichent. Les jouisseurs sont ces personnes intégralement individualistes, qui ne comptent que sur elles-mêmes. N’ayant nulle confiance dans les mécanismes collectifs, elles ont au surplus le sentiment de ne disposer d’aucun moyen pour peser sur le cours des choses. Ce sentiment d’impuissance les arrange et leur sert de prétexte pour se laisser aller à leur inclination : profiter de la vie sans scrupules. Faire la fête. Et gagner de l’argent.

L’abstention ou le vote pour la droite correspondent bien à leur façon de voir et à leur mode de vie.

 

  • Les dépressifs

Les dépressifs sont tous ces Français qui survivent, écrasés par leur vie quotidienne. La tête dans le guidon, ils s’efforcent de gérer leurs problèmes de fin de mois, leurs problèmes de divorce, leurs problèmes de mère isolée, leurs problèmes de personne âgée seule, leurs problèmes de métro boulot dodo.

On peut également ranger dans cette catégorie tous ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez : cancans, presse people, télé, jeux vidéo… Ils sont enfermés dans le carré infernal de la modernité : centres commerciaux, jeux de hasard, voiture, télé. N’ayant pas la disponibilité d’esprit ni parfois les capacités intellectuelles ou culturelles pour s’informer et réfléchir, ils sont une proie facile pour la propagande du Système.

S’ils se déplacent au moment de l’élection, les dépressifs votent au hasard, pour le plus connu ou pour celui qui a la plus belle femme.

 

  • Les calculateurs

Les calculateurs sont bien conscients de ce qui se passe. Même s’ils ne l’avouent pas en public, ils savent que l’immigration mène le pays au gouffre, avec l’Europe entière. Lucides et informés, ils n’ignorent pas que l’immigration dégrade les conditions de vie de la majorité des Français, alimente une délinquance massive, provoque la ruine des finances publiques et des services publics et va se traduire à terme par la mise en minorité des Français de souche. Instruits par l’Histoire et par l’actualité internationale, ils savent bien qu’une société multiraciale et multiculturelle ne saurait rester paisible durablement.

Cependant, après avoir pris la mesure du risque, ils estiment que la situation ne se dégradera pas suffisamment vite pour détruire à court terme les principaux cadres de l’organisation sociale. Ayant dépassé la cinquantaine, ils font le calcul que pendant les vingt ou trente ans qui leur restent à vivre, la couverture santé continuera à être assurée, les pensions de retraite continueront à être versées, l’ordre public restera à peu près maintenu dans les quartiers résidentiels.

Situés dans les strates supérieures de la société, à la tête d’un patrimoine conséquent, ils ont bon espoir de terminer leur vie à peu près protégés. Même s’ils estiment que les analyses du Front national sont lucides, ils se refusent à « renverser la table » au risque de tout perdre et continuent donc, sans illusion, à voter pour les partis installés.

Leur vote est le reflet du calcul auquel ils procèdent : préférer une dégradation inéluctable, mais lente, au risque du chaos à court terme. Dans les dîners en ville ils disposent d’un discours tout prêt pour justifier leur position : « Le Front national a sans doute en partie raison ; mais il est trop extrémiste ».

 

  • Les martyrs

Lire la suite

Le souverain saoudien Abdallah : « Dans un mois, les jihadistes pourraient frapper en Europe… »

Cité samedi par le quotidien saoudien Asharq al-Awsat et la chaîne de télévision Al-Arabiya à capitaux saoudiens, le souverain saoudien a précisé que «le terrorisme ne connaît pas de frontière et son danger peut toucher plusieurs pays en dehors du Moyen-Orient».

Le roi Abdallah, qui s’exprimait vendredi en recevant de nouveaux ambassadeurs accrédités en Arabie saoudite, dont celui des Etats-Unis, un proche allié de Ryad, a ajouté que l’inaction face à ce phénomène «est inadmissible». «Vous voyez comment ils (les jihadistes) procèdent à des décapitations et font que des enfants exhibent des têtes coupées dans la rue», a-t-il encore dit, en s’élevant contre «la cruauté» de tels actes.

«Ce n’est pas un secret pour vous, ce qu’ils ont commis et ce qu’ils vont commettre encore. Si on les néglige, je suis sûr qu’ils parviendront au bout d’un mois en Europe, et un mois plus tard en Amérique», a-t-il prévenu.

Sud Info