Quand Le Monde compare le nombre d’églises à celui des mosquées en France

Le secrétaire d’Etat à la simplification, Thierry Mandon, a appuyé mardi 7 avril sur i-Télé le constat formulé samedi par Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman (CFCM), sur le manque de lieux de culte dédiés à l’islam. Les « décodeurs » du Monde tentent de clarifier les chiffres en comparant avec le nombre d’églises en France.

Si on estime qu’il y a en France 3 millions de pratiquants musulmans, on parvient au ratio d’un lieu de culte pour 1 200 fidèles.
Si on compare avec le catholicisme, on recense environ 40 000 églises en France, pour 11 millions de catholiques pratiquants, soit une église pour 275 fidèles.

Les catholiques ont donc quatre fois plus d’endroits où se réunir pour prier. De fait, les responsables musulmans sont unanimes à faire ce constat : il n’y a pas assez de lieux de culte pour accueillir décemment les fidèles.

Combien de musulmans en France ?

Le chiffre cité est de 2,1 millions de personnes se disant musulmane (Ined, 2008).

Combien de mosquées ? Lire la suite

Nicolas Sarkozy : « Je n’aurais pas dû parler d’identité nationale »

Un coup à droite, un coup à gauche, un coup au centre, la politique avec Sarkozy c’est la danse de St Guy

Nicolas Sarkozy aurait-il changé d’avis sur le débat de l’identité nationale ? En janvier dernier, il reconnaissait une « erreur » quant au choix du ministère concerné. Pour lui, c’est le ministère de la Culture et non celui de l’Immigration qui aurait dû s’occuper du débat « sur un sujet important ». Désormais, il remet le terme même d’identité nationale en cause.

Trois mois plus tard, le mea-culpa est total sur le sujet, d’après un post de blogd’Alexandre Lemarié, journaliste au Monde. Selon ce dernier, une commission exécutive a été organisée le mardi 7 avril en présence de Brice Hortefeux, Luc Chatel, Frédéric Péchenard, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez ou encore Gérald Darmanin. Le but ? Entériner le nouveau nom du parti : « Les Républicains ».

Pour justifier ce nouveau nom, Nicolas Sarkozy commence d’abord par évoquer la symbolique du mot en affirmant que le concept de République est « un peu sacré ». Tellement sacré qu’il aurait dû l’utiliser plus lors de son passage à l’Élysée. D’ailleurs, c’est cette République que voulait défendre l’ancien président, notamment lorsqu’il évoquait l’identité nationale. Voici sa justification :

« C’est un mot qui fédère largement. […] Quand j’étais président de la République, je n’aurais pas dû parler d’identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République. » […]

Source

La France condamnée pour ne pas avoir relogé une famille camerounaise

La France a été condamnée jeudi par la Cour européenne des droits de l’Homme. L’instance européenne lui reproche de ne pas avoir relogé une famille. Et ce alors qu’une décision de justice lui permettait d’obtenir un logement, dans le cadre de la loi au logement opposable.

La requérante est une quadragénaire camerounaise vivant avec sa fille et son frère. Elle avait obtenu en 2010 un jugement enjoignant l’Etat de la reloger, mais elle ne l’avait toujours pas été plus de trois ans et demi après.

La Cour européenne des droits de l’Homme a publié son rapport via le réseau social Twitter.

L’Express

Sanctions : le pied-de-nez de l’économie russe aux prévisionnistes occidentaux

Les analystes de la célèbre agence américaine Bloomberg n’en sont pas revenus : malgré les sanctions du camp occidental, l’économie russe accuse une croissance de +0,4% au quatrième trimestre de l’année 2014.

Plus surprenant, après avoir vacillé fin 2014 face à une spéculation féroce, le rouble est redevenue une des monnaies les plus performantes depuis le début de l’année 2015 (+4%).

Enfin, les analystes de Bloomberg constatent avec surprise un retour des investisseurs internationaux sur le marché des obligations et des investissements russes. Il faut dire que celles-ci leurs ont rapporté quelques 7%, toujours depuis début 2015.

Matthew Winkler, ancien rédacteur en chef de l’agence Bloomberg :

« Les sanctions ont en quelque sorte abouti au contraire de ce qu’elles avaient l’intention de produire : les Russes ont été forcés d’acheter des produits locaux, dont la société a bénéficié. Malgré le crash du rouble, l’économie russe s’est avérée remarquablement résiliente. »

La récession russe reportée… à 2016 !

Les censeurs occidentaux accusent le coup. « Mauvaise stratégie », titre le site Lire la suite

Marseille : l’élu EELV Karim Zéribi est en garde à vue depuis mercredi 8 avril

Le conseiller municipal Europe Écologie Les Verts Karim Zéribi a été placé en garde à vue mercredi 8 avril dans une enquête pour « détournement de fonds publics » et « abus de confiance ».

Zéribi_Guérini

Le conseiller municipal Europe Ecologie Les Verts Karim Zéribi a été placé en garde à vue à Marseille dans le cadre d’une enquête ouverte à l’été 2014 pour « détournement de fonds publics » et « abus de confiance ». L’ancien député européen est actuellement interrogé par les enquêteurs de la Brigade financière de la police judiciaire de la cité phocéenne.

D’après les investigations menées par la juge d’instruction marseillaise Anne Tertian, Lire la suite

Bientôt plus de mosquées en France ? (vidéo)

Le représentant du culte musulman milite pour la construction de nouvelles mosquées,un projet soutenu par le gouvernement pour lutter contre la radicalisation religieuse.

 

 

Des mosquées en construction dans tout le pays…

Il y a environ 300 mosquées actuellement en construction en France, avec des implantations qui posent des difficultés avec les riverains.

francetvinfo.fr

Galeries Lafayette : la nouvelle affiche choc de Robert Ménard

«Cette femme possède deux milliards d’euros mais elle en veut encore plus!», «2015: elle ferme son magasin de Béziers… 2016: elle en ouvre un au Qatar», «Galeries Lafayette: Le fric vit plus fort»

: voici les slogans que les habitants de Béziers ont découvert ce mardi sur 130 affiches placardées partout en ville, autour d’un portrait peu flatteur de Ginette Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, dont le magasin va fermer dans la cité bitteroise.

A l’origine de cette campagne d’affichage, nul autre que le maire de Béziers soutenu par le FN, Robert Ménard.

Alors que le groupe Galeries Lafayette a en effet fait part de sa volonté de fermer son magasin bitterois qui est dans une «situation financière précaire» et qui enregistre «des pertes récurrentes» depuis 5 ans, Robert Ménard a lancé cette campagne ce mardi lors d’une conférence de presse : il a également menacé de prendre d’autres mesures de rétorsions, son «imagination étant sans limite». En novembre dernier le maire avait déjà annoncé le rachat par la mairie des murs du grand magasin, pour 2,3 millions d’euros, afin d’«éviter que n’importe quoi soit fait» si la fermeture venait à se confirmer. […]

Source

TV5 Monde a été piratée par des individus se réclamant de l’EI

La chaîne francophone TV5 Monde a été piratée mercredi soir par des individus se réclamant du groupe Etat islamique (EI). Ceux-ci l’ont empêché d’émettre et pris le contrôle de ses sites Internet durant quelques heures.

L’attaque a eu lieu vers 22h00. TV5 Monde, qui est basée à Paris et est diffusée sur tous les continents, semblait avoir repris le contrôle de ses pages Facebook vers minuit. Vers 01h00 jeudi, la diffusion télévisée avait repris normalement, mais le site Internet était toujours « en maintenance » vers 05h00.

« On a repris la main sur Facebook et Twitter », a déclaré le directeur de TV5 Monde, Yves Bigot, peu avant 02h00. Quant aux émissions de la chaîne, « on commence à pouvoir réémettre un programme sur un certain nombre de zones ».

Le directeur a ajouté: « Nos systèmes ont été extrêmement détériorés » par cette attaque « d’une puissance inouïe ». Le retour à la normale « va prendre des heures, voire des jours ». Selon lui, une cyberattaque d’une telle puissance nécessite des semaines de préparation.

Peu avant minuit, Yves Bigot avait expliqué: « Nous ne sommes plus en état d’émettre aucune de nos chaînes. Nos sites et nos réseaux sociaux ne sont plus sous notre contrôle et ils affichent tous des revendications de l’Etat islamique ».

Militaires français

Des documents présentés comme des pièces d’identité et des curriculum vitae de proches de militaires français impliqués dans les opérations contre l’EI ont été postés sur le compte Facebook de TV5 Monde par les pirates.

« Soldats de France, tenez-vous à l’écart de l’Etat islamique! Vous avez la chance de sauver vos familles, profitez-en », pouvait-on lire dans un message sur Facebook. « Au nom d’Allah le tout Clément, le très Miséricordieux, le CyberCaliphate continue à mener son cyberdjihad contre les ennemis de l’Etat islamique », ajoute le texte.

« Faute impardonnable »

Le message accuse le président français François Hollande d’avoir commis « une faute impardonnable » en menant « une guerre qui ne sert à rien ». Lire la suite

Et si les Grecs préparaient leur sortie de l’Euro avec l’aide de… Poutine ?

Le 9 avril, l’État grec devra débourser 458 millions d’euros au FMI. Le 8 avril Alexis Tsipras rencontrera Vladimir Poutine. Coralie Delaume y voit le début d’un bouleversement économique et géopolitique majeur.

Difficile d’y voir clair dans les tractations entre la Grèce et le reste de l’Europe. Que se passe-t-il exactement? Alexis Tsipras a-t-il capitulé ou est-il au contraire en train de retourner la situation?

Coralie Delaume: Je ne peux pas encore vous dire s’il a retourné la situation. Mais il n’a pas capitulé. Et tout semble indiquer qu’il ne le fera pas, à la grande déception, sans doute, de ceux qui espéraient le voir rapidement «dégrisé par les réalités du pouvoir».

Cette semaine, la Grèce devait une fois de plus envoyer une liste de réformes à ses «partenaires» européens, pour examen par le «groupe de Bruxelles», le nouveau nom donné à l’ex-Troïka. Un accord sur lesdites réformes devait permettre au pays d’obtenir une aide supplémentaire de 7,2 milliards d’euros. Mais l’accord n’a pas eu lieu. Le gouvernement grec a certes fait des concessions. On a beaucoup parlé, par exemple, de la reprise de la privatisation du port du Pirée au profit de la société de fret maritime chinoise Cosco. Et on l’a évidemment présenté comme le signe avant-coureur d’une reddition grecque.

Mais ce n’est pas si simple. En fait, Athènes a envoyé par ce biais un signal amical à la Chine, à la suite de quoi Pékin s’est empressé de racheter 100 M€ de bons à court terme (T-Bills) grecs. Or il faut savoir que la Banque centrale européenne, qui joue dans ces négociations un rôle extrêmement trouble, avait demandé quelques jours auparavant aux banques commerciales hellènes de ne plus acheter de bons du Trésor du pays ). Il était donc urgent qu’Athènes trouve une solution substitutive pour se maintenir à flot!

Toujours est-il que la situation semble bloquée entre la Grèce et ses créanciers, avec deux points d’achoppement principaux. Les Grecs ne veulent ni d’une réforme des retraites, ni d’une nouvelle entreprise de libéralisation du marché du travail. Pour l’instant, seuls contre tous – il faut noter qu’aucun pays de l’Union européenne ne leur apporte le moindre soutien, pas même ceux gouvernés «à gauche» – ils tiennent bon là dessus, avec un courage qui force le respect.

A la date cruciale du 9 avril, l’État grec devra débourser 458 millions d’euros au FMI. Le 8 avril Alexis Tsipras rencontre Vladimir Poutine, hasard ou coïncidence?

Si la Grèce est tentée, faute d’alliés en Europe, de se tourner vers la Chine, elle doit l’être d’autant plus de jouer la carte russe. Car les liens entre les deux pays sont anciens, chose qu’a récemment rappelée Alexis Tsipras. Interrogé par la presse russe et faisant référence au nazisme, il a affirmé «qu’un rapprochement entre les deux pays (…) trouve ses racines dans les relations fraternelles que (les) deux peuples ont fondées, parce qu’ils ont mené un combat commun, à un moment critique de l’histoire».

Donc les relations s’intensifient. Cette semaine par exemple, le ministre de l’énergie grec Panagiotis Lafazanis était à Moscou. Le but était de discuter avec les Russes de la question gazière, notamment du tracé du futur pipeline «Turkish stream». On se souvient qu’entre autres âneries lourdes de conséquences, «les Européens» se sont crus malins en infligeant des sanctions à la Russie au sujet l’Ukraine. A titre de représailles, Poutine a annulé le projet de gazoduc South stream, puis s’est rapproché de la Turquie pour mettre en route un projet alternatif, Turkish stream. Nécessairement, ne serait-ce que pour des raisons géographiques, la Grèce sera de la partie.

Autre sujet de rapprochement possible: l’armement. Sur ce point et selon la presse grecque , le ministre de la Défense Panos Kammenos semble courir deux lièvres à la fois. Il discute avec les États-Unis et avec la Russie – où il devrait se rendre bientôt – toujours pour la même raison: trouver des partenaires substitutifs à ceux, défaillants, de l’Union européenne. En effet, alors que le nouveau gouvernement hellène est en train de rouvrir quelques vieux dossiers et que plusieurs scandales de corruption impliquant des entreprises allemandes en Grèce font surface, il semble logique qu’Athènes cherche à diversifier quelque peu ses fournisseurs…

Les raisons d’un rapprochement Grèce-Russie sont donc nombreuses, et résultent directement Lire la suite

Filières djihadistes: Le nombre des départs de Français pour la Syrie en forte hausse

Au total, près de 1.500 Français ont quitté la France à destination des zones de djihad en Syrie et en Irak, selon un rapport sénatorial publié mercredi qui note que ce chiffre est en augmentation de 84% comparé à celui de janvier 2014.

Présentant au Sénat ce document sur «les réseaux djihadistes en France et en Europe», le sénateur Jean-Pierre Sueur a souligné que sur les quelque 3.000 djihadistes européens recensés dans les régions tenues par le groupe Etat islamique – il a précisé que tous sont loin d’avoir été recensés -, près de la moitié, soit 47%, sont Français.

«Les services de la Direction centrale de la sécurité intérieure (DGSI) suivent actuellement plus de 3.000 personnes suspectées d’être impliquées dans des filières syriennes, un chiffre en augmentation de 24% par rapport au mois de novembre 2014», a ajouté le parlementaire.

200 sont rentrés en France

Lire la suite