Angleterre : la peur d’être perçu comme raciste a empêché de sauver 1400 enfants d’abus sexuels

Pour prendre connaissance de ce dossier : Fdesouche

Les abus sexuels d’environ 1.400 enfants par des « hommes asiatiques » n’ont pas été signalés pendant 16 ans, les services sociaux craignant d’être considérés comme raciste.

Un rapport publié aujourd’hui a révélé que des enfants, certains âgés d’à peine 11 ans, ont été victimes de trafic sexuel, battus et violés par un grand nombre d’hommes entre 1997 et 2013 à Rotherham dans le Sud du Yorkshire.

Et scandaleusement, plus d’un tiers de ces cas étaient déjà connus des services sociaux. Mais, selon l’auteur du rapport: «Plusieurs membres du personnel ont décrit leur nervosité à identifier les origines ethniques des auteurs de peur de passer pour raciste».

L’absence de rapports était en partie dû à la peur d’être raciste, la plupart des auteurs étant décrits comme des «hommes asiatiques», et beaucoup étant d’origine pakistanaise.

0bzgPQ

L’article que le journal Le Monde a consacré à cette affaire ne dit rien sur la nationalité pakistanaise d’une grande partie des coupables, ni sur le rôle que la peur d’être vu comme raciste a joué dans cet affaire. (Màj : Le Monde a maintenant mis sont article à jour).

Bientôt un «califat» aux frontières libyennes avec l’Algérie et la Tunisie ?

Les terroristes des différents groupes armés sévissant dans la région du Maghreb sont sur le point d’annoncer leur ralliement à l’Etat Islamique (EI) en créant une cellule appartenant à l’ex-Daech en Afrique du Nord.

Les jihadistes tunisiens, marocains, algériens et libyens projettent de s’implanter en créant un califat sur le territoire libyen frontalier avec la Tunisie et l’Algérie, selon l’organisation pour la justice et le développement des droits de l’homme en affirmant qu’il y aurait eu l’unification des rangs d’Ansar Charia et Al-Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI).

L’intensification des activités diplomatiques des pays de la région pour venir à la rescousse des autorités régulières de la Libye aurait accéléré cette « entente » entre ces groupes armés terroristes. Ils veulent précéder la mise en œuvre des mesures prises par l’Egypte, l’Algérie et la Tunisie visant à fournir des armes à l’armée libyenne, selon la même source.

Le Point

Emmanuel Macron veut réduire les droits des salariés au profit des chômeurs français d’origine étrangère

[...] Dans cet entretien [du 25 août mais publiée dans le Point du 28], le « pas encore mais presque » ministre de l’Economie est interrogé sur la politique gouvernementale. Il défend logiquement la ligne qu’il avait contribué à façonner alors qu’il était conseiller de François Hollande. Alors qu’il n’est pas directement questionné sur ce sujet précis, Emmanuel Macron évoque une « étape 2″ de la modernisation du marché du travail, passant notamment par le rehaussement des seuils sociaux et par un certain nombre d’assouplissements. « Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunérations. C’est déjà possible depuis la loi de juillet 2013, mais sur un mode défensif, pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre ce dispositif à toutes les entreprises, à la condition explicite qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ».

Emmanuel Macron sait bien que la proposition est potentiellement explosive, mais tente de désamorcer la bombe.

« Il s’agit de sortir de ce piège où l’accumulation de droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui n’ont pas d’emploi, en particulier pour les jeunes et les Français d’origine étrangère.

Mais c’est difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est à gauche. (…) On oublie que, historiquement, la loi servait à protéger les plus faibles, alors qu’aujourd’hui la surabondance des lois peut au contraire handicaper les plus fragiles ». [...]

Usine Nouvelle

Le président du Conseil économique social et environnemental : « On ne pourra pas financer à la fois la retraite et la santé »

Depuis l’ouverture de ce blog, on ne cesse de dire que la France est dans une impasse, et que nous sommes sur le chemin de la Grèce. L’actualité récente nous prouve une nouvelle fois qu’il n’y aucune solution dans le système euro-mondialiste qui nous gouverne depuis 30 ans.

Le couteau sous la gorge.

La dette de la France et ses déficits vont nous plonger dans le désastre. En effet, la dette publique ne pourrait se résorber que par une croissance économique de 2,5 % par an au moins. Or la croissance c’est fini. Si les marchés décident du jour au lendemain de faire grimper les taux d’intérêts, nous serons non seulement dans l’incapacité de rembourser les intérêts de la dette, mais aussi de payer les fonctionnaires et l’ensemble des allocations sociales. Le chômage va encore grimper. Avec toujours moins de cotisants, le déficit du système de sécurité sociale va s’accroitre. La consommation sera en déclin… c’est tout le pays qui s’effondrera. L’UMPS est aujourd’hui dans l’obligation de casser l’ensemble de l’édifice sans être sûr que cela nous sauve. Les conséquences sociales seront en revanche à coup sûr dramatiques. Et au vue des tensions ethnico-religieuses que nous connaissons,  on peut s’attendre à un niveau de violence sans précédent.

La caste est donc prise à la gorge. L’arrivée de Macron (saluée par les agences de notation alors qu’il est conseillé de Hollande depuis 3 ans) comme les déclarations de Delevoye au MEDEF sont la confirmation de ce que nous disons depuis presque 10 ans : la France a perdu toute les souverainetés qui faisaient d’elle une Nation libre.

Mensonges et propagande au service de l’euro-mondialisme

Dans les semaines qui viennent l’objectif des média sera, (comme ils le font depuis des décennies), de dire qu’il n’y a pas d’alternative au libéralisme monopolistique (1), qu’il faut être raisonnable, et donc que nous devons accepter de nous sacrifier: plus d’impôts, plus de taxes, baisses des salaires, augmentation du temps de travail, suppression des filets de sécurité sociale, dumping social, communautarisme…

Le système adore faire fonctionner la machine à blabla, ça lui permet de maintenir une fausse opposition droite/gauche. Les faux débats comme le retour aux 39H vont donc fleurir (sans commande les entreprises ne peuvent embaucher et il ne sert à rien de faire travailler plus longtemps les salariés s’il n’y a rien à faire).

Cette politique portée par des idées mondialistes, européistes et immigrationistes sont à l’origine du mal que nous connaissons. Pour se soigner, il faut s’attaquer à la racine, et donc faire tomber le système politico-médiatique mis en place par l’UMPS.

(1) Le libéralisme monopolistique est à opposer à la pensée libérale. Dire que la France souffre de trop de libéralisme alors qu’elle est endettée et qu’elle croule sous un max les impôts et un max de fonctionnaires, n’a pas de sens. Sur ce sujet on aimerait que Marine Le Pen cesse sa critique anti-libérale sytématique, et adopte le libéralisme de Maurice Allais qui fut à l’origine de la doctrine économique du FN dans les années 90. Et qu’elle assume la ligne de son conseillé Bernard Monnot qui ose se définir comme libertarien : « Nous nous inspirons très fortement de l’école autrichienne d’économie par opposition à l’école de Chicago qui nous a conduits dans la situation où nous sommes.  »
Il serait d’ailleurs temps de sortir de ce débat stérile entre étatisme ou libéralisme. Ces deux termes souffrent trop des caricatures qu’on en a faites.

Enquête – La violence dévore le Midi (Valeurs Actuelles)

Montpellier, Marseille, Toulouse… Les crimes sanglants se multiplient, les “petits Blancs” se sentent abandonnés. Les maires réclament de nouveaux moyens. Ils ne suffiront pas.

 C’est un scénario digne d’un mauvais film noir qu’a décrit le procureur de la République après le double meurtre intervenu le 23 août à Montpellier. Selon les premiers résultats de l’enquête, deux individus ont une altercation dans un hall d’immeuble avec un troisième homme, d’origine antillaise, Sébastien Thomis, 23 ans. Le ton monte. L’un des deux hommes sort une arme, sans doute un 357 Magnum, et tire. Mais Thomis parvient à désarmer son agresseur, Nordine Bakreti, 39 ans, qu’il blesse mortellement. Le complice de Bakreti riposte avant de prendre la fuite (il était activement recherché lundi par une vingtaine d’enquêteurs). Thomis meurt des suites de ses blessures.

Les faits se sont déroulés dans un quartier populaire mais réputé tranquille de Montpellier, le quartier Lemasson, construit dans les années 1960 pour loger les rapatriés, mais où vivent aujourd’hui de nombreux immigrés. Une dizaine de coups de feu ont été échangés au cours de cette fusillade. Thomis s’est écroulé juste devant une supérette. « Ils ont tiré dans la rue, dans un espace très fréquenté, tout près de l’arrêt du tramway », s’alarme une habitante. Une voisine redoute qu’un passant, un Lire la suite

L’Éducation Nationale confirme le Grand Remplacement

La page Facebook de l’éducation nationale montre la France de demain, celle dont rêvent les profs de gauche… avant qu’ils se fassent frapper sur la gueule bien sûr. Il manque quand même des arabes et des asiates… discrimination?

Grenoble (38) : Coup de couteau à la Poste pour une place dans une file d’attente

Les sapeurs-pompiers et la police sont intervenus hier peu après 17 heures au bureau de poste situé avenue Paul-Cocat dans le quartier Teisseire pour une affaire d’agression.

Selon les premiers éléments, un différend aurait éclaté entre deux personnes pour une banale histoire de place dans une file d’attente. Un des deux protagonistes aurait alors sorti un couteau et frappé l’autre avec.

À l’arrivée des services de police, le suspect avait quitté les lieux. Quant à la victime, elle ne présentait semble-t-il que des blessures superficielles. Elle aurait informé les policiers de son intention de ne pas déposer plainte.

Source

Michel Onfray : « Le libéralisme de l’UE, c’est la catastrophe pour des millions de personnes »

« Vous avez la foi en l’UE, vous avez la foi en l’euro et vous nous expliquez qu’on ne peut pas en sortir, que ce serait la catastrophe. Mais c’est déjà la catastrophe pour des millions de Français actuellement. » – Michel Onfray

« La France est majoritairement souverainiste. Il ne s’agit pas d’enterrer l’Europe mais d’en faire une autre. »

L’agence de notation Moody’s félicite Hollande pour la nomination de Macron aux finances

L’agence de notation Moody’s félicite Hollande pour la nomination de Macron aux finances

Mieux qu’un courrier de félicitation… Moody’s a publié ce mercredi 27 août une note aux investisseurs dans laquelle l’agence américaine de notation tresse des louanges à François Hollande et Manuel Valls.

Se réjouissant de la nomination d’un gouvernement « plus cohérent » qui pourra « poursuivre la nouvelle politique économique du Président Hollande avec plus de vigueur », les auteurs de cette note pointe du doigt « le changement majeur » intervenu la veille: « le remplacement d’Arnaud Montebourg par Emmanuel Macron ».

Moody’s semble ne pas douter de la capacité de la nouvelle équipe à gérer l’écueil de la fronde parlementaire menée par ceux qu’elle appelle « les parlementaires socialistes qui penchent à gauche »…

Challenges

«La désintégration totale et irréversible des Etats-nations est devenu une réalité»

Extraits d’un article de Gaidz Minassian sur la désintégration des Etats-nations : «Le monde est désarmé face aux sociétés guerrières». Tous les exemples cités sont des pays musulmans.

Avec qui négocier ? Des leaders djihadistes ? Des chefs terroristes invisibles dont la seule ambition est de briser le système des souverainetés pour créer un «nouveau monde» ? Le système international est désarmé, désemparé, face à la disparition de toutes normes politiques au profit de la norme religieuse.

Le monde vire au gris. De la Mauritanie jusqu’aux confins de la Chine via tout le Moyen-Orient, un épais nuage recouvre lentement mais assurément l’ensemble des Etats. Sur son passage, la tempête gomme les souverainetés, efface les frontières et détruit l’ordre établi.

Jusqu’aux attentats du 11-Septembre, les terrorismes et guérillas qui rongeaient ces sociétés étaient marginalisés, mobilisateurs certes de ressources mais pas vraiment dominants. Une vie normale pouvait s’accomplir à Nouakchott comme à Damas ou encore à Islamabad. Aujourd’hui, le djihadisme s’est diffusé sur l’ensemble du corps social, laissant apparaître des sociétés guerrières solidement établies de la côte ouest de l’Afrique jusqu’aux montagnes d’Asie centrale.

Ce n’est plus l’Etat-nation, même autoritaire, qui est la norme de cet ensemble en pleine déliquescence, mais la religion radicalisée et la violence portée par des sociétés dépourvues de tout autre mode de régulation.

Le syndrome afghan, cet Etat en guerre quasi permanente depuis près de quatre décennies, a proliféré tel un virus foudroyant entraînant dans son sillage la déconstruction de l’Etat. On a cru pendant longtemps que le reste du monde était à l’abri de ce vieux conflit lié à la guerre froide. A tort. Petit à petit, le modèle de la société djihadiste ou guerrière a contaminé l’Etat-nation là où il montrait de forts signes de vulnérabilité. […]

Le Monde