Des élèves d’une école et d’un collège toulousain reconnaissent le garçon qui a executé l’otage israelien

Des élèves du collège Vauquelin et de l’école Les Vergers à Toulouse ont reconnu sur la vidéo l’enfant filmé en train d’exécuter l’otage arabe israëlien, « soupçonné » d’être un agent du Mossad. Dès jeudi, une cellule psychologique a été ouverte au collège.

sabri-enfant

C’est vraisemblablement en début de semaine que des enfants ont visionné sur internet la vidéo montrant l’exécution et mise en ligne par le groupe terroriste Daesh. A leur grande surprise, ils ont reconnu l’enfant qui tenait l’arme. C’était l’un de leurs camarades qu’ils avaient fréquenté il y a plusieurs mois dans leur classe ou dans leur école.
Certains ont partagé leur surprise avec leurs parents qui ont immédiatement averti les enseignants.
L’Inspecteur d’Académie de la Haute-Garonne a mis en place dès jeudi une cellule psychologique.
L’objectif : aider les parents désemparés à répondre aux questions de leurs enfants qui ont fait une si terrible découverte;
Selon l’Inspecteur d’Académie qui a participé à l’une de ces réunions, certains parents étaient en larme.
La rumeur a couru dans les deux établissements . Maintenant, la plupart des enfants sont informés et la plupart des parents confrontés à leur questionnement.

France 3

Marine Le Pen était l’invitée de Thomas Sotto sur Europe 1.


Le Pen : "Le vote obligatoire ne me choquerait… par Europe1fr


Marine le Pen répond aux auditeurs d'Europe 1 par Europe1fr

Le FN est devenu le parti du prolétariat du secteur privé, du sous-prolétariat des « petits Blancs »

Propos de Sylvain Créponrecueillis par Abel Mestre, « Le FN est devenu le parti du prolétariat du secteur privé »,Le Monde, 5 mars 2015.

Qui sont les candidats du FN pour les élections départementales ?

Sylvain Crépon : Ce ne sont pas les premières mains qui sont mises en avant, étant donné le nombre de candidats. Cependant, beaucoup de conseillers municipaux ont été investis. Cela signifie que le FN s’inscrit dans un processus de
notabilisation et d’implantation. Cela lui offre un ancrage et une visibilité. Au-delà des résultats à proprement parler, c’est ce maillage qui va être très important pour le FN. Le parti d’extrême droite l’avait perdu depuis la fin des années 1990, après la scission de Bruno Mégret en 1998. Les frontistes sont en train de le reconstituer progressivement.

Au vu de leurs origines sociales, les candidats frontistes semblent correspondre à leur électorat… 

C’est vrai, il y a une ressemblance entre candidats et électorat. C’est très important, notamment dans les zones périurbaines un peu délaissées. Les sympathisants se disent : « Ce ne sont pas des technocrates, ce sont des gens qui pensent et parlent comme nous, qui comprennent nos problèmes. » Cela contribue à légitimer le FN, notamment lors d’élections locales.

Le FN est devenu le parti du prolétariat du secteur privé, du sous-prolétariat des « petits Blancs » qui travaille, qui a du mal à s’en sortir. Les électeurs et les candidats du FN sont ainsi confrontés aux réalités de la précarité du secteur privé : ce sont les caissières de supermarché, les temps partiels subis… Ils ont le sentiment d’une condition ouvrière anomique, d’une incapacité à se constituer une identité et une condition ouvrières. Il ne faut pas oublier que ce sous-prolétariat est soit peu politisé soit de droite. Avec eux, il n’y a pas de vases communicants

Cet électorat est définitivement perdu par les partis traditionnels ?

Il ne trouve d’espace d’expression de son ressentiment qu’au sein du FN qui les accueille et les comprend. Le PS et le Front de gauche n’ont pas de relais au sein de ces catégories sociales. Il n’y a plus que le FN qui parle à ces électeurs de leurs préoccupations sociales et économiques. Le parti de Marine Le Pen essaie, en fait, de reproduire ce que faisait le Parti communiste à l’époque de Georges Marchais. L’ancien secrétaire général du PCF (1972-1994) avait compris ces problématiques. Ce n’est peut-être pas un hasard si Marine Le Pen fait aujourd’hui son éloge.

La droite s’est-elle aussi durablement coupée de ces électeurs ? Lire la suite

Union européenne: L’Islande a retiré sa candidature

L’Union européenne, ce sera sans eux. L’Islande a annoncé ce jeudi avoir retiré sa candidature, deux ans après l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement eurosceptique de centre droit qui promettait de mettre un terme au processus lancé en 2009. «Les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne», a justifié le ministre des Affaires étrangères, Gunnar Bragi Sveinsson.

Il y a six ans, un gouvernement de gauche avait déposé sa candidature à une époque où une grave crise financière avait ébranlé la confiance des citoyens dans leurs institutions, et suscité l’envie de rejoindre la zone euro au vu de la chute de la valeur de la couronne.

Lire la suite sur 20 Minutes »

« Le 19 mars est un symbole de reniement, d’abandon et de défaite ! »

Entretien avec

Demain samedi à 14 h 30, la mairie de Béziers organise une grande manifestation. La rue du 19-Mars-1962 sera rebaptisée rue du Commandant-de-Saint-Marc. Une contre-manifestation à l’appel du Parti communiste et de ses compagnons de route se tiendra également à quelques centaines de mètres. C’est la guerre des mémoires ?

On ne peut mettre sur le même plan les victimes et leurs assassins. On ne peut pas, non plus, opposer une cérémonie officielle organisée par une commune et un rassemblement de groupuscules qui, souvent, ne comptent qu’un ou deux adhérents.

La date du 19 mars est censée commémorer la fin de la guerre d’Algérie. Depuis quand égorge-t-on des dizaines de milliers de civils après la fin d’une guerre ? Par ailleurs, pourquoi célébrer une date qui est considérée en Algérie comme une victoire sur notre pays ? Certes, une date en soi n’est rien, sinon un symbole. Mais le 19 mars est un symbole de reniement, d’abandon et de défaite. Il est des défaites glorieuses comme Camerone ou légendaires comme Waterloo. Celle de l’Algérie est honteuse.

Dans chaque pays, à chaque époque, il existe un parti de la trahison. C’est ce parti qui viendra demain hurler contre notre cérémonie. Ce sont les mêmes qui portaient les valises du FLN et qui tractent actuellement devant les mosquées de Béziers pour appeler à leur manif. Ce sont les mêmes qui ne voulaient pas de l’Algérie française et qui se battent aujourd’hui contre la France française. Mais les temps ont changé : nous attendons une foule immense. Eux ne seront qu’un quarteron de militants en déroute…

À une semaine des élections départementales, que répondez-vous à certains qui vous accusent de chercher les voix des pieds-noirs et des harkis ?

Je n’étais pas encore élu en mars 2014 et ce n’est pas moi qui ai fixé la date des élections au 22 mars 2015. C’est donc le premier 19 mars de mon Lire la suite

Terrorisme de la gauche radicale, l’effrayant blog « Vengeance »

Flicage cybernétique, fausses informations, agressions physiques, menaces et autres sabotages seront peut-être demain des données à prendre en compte au quotidien. L’État doit nous protéger.
La gauche radicale est aux abois, ses méthodes sont de plus en plus révoltantes. Loin du débat d’idées démocratique, ces groupes préfèrent user de la force pour faire avancer leur cause. Les derniers mois leur ont permis de se constituer en groupes soudés et d’améliorer leurs méthodes d’actions violentes en milieu urbain. Les « zadistes » de Sivens et de Notre-Dame-des-Landes ont franchi un cap et peuvent être désormais considérés comme des terroristes à part entière.
Mardi, un blog appelé « Vengeance » a été signalé à la direction de la police par le syndicat de gardiens de la paix, Unité SGP Police-Force ouvrière. Le site était administré par des individus issus de l’activisme d’extrême gauche et « fichait » des policiers et des surveillants pénitentiaires de la région rennaise. Des photos des agents de l’État étaient publiées sur le blog, parfois accompagnées des adresses personnelles et des numéros de téléphone des intéressés. Plus glaçant encore, des photos des épouses et des enfants de ces fonctionnaires se trouvaient aussi sur le site avec des commentaires effroyables et des appels directs à la violence. Preuve est faite que nous avons face à nous des individus incapables de la moindre empathie, insensibles – en somme, psychopathes et criminels.

Quelle différence avec les islamistes de Daech qui peignent la lettre noun (pour Nazaréens) sur les maisons des chrétiens syriens et irakiens ?

La cybercriminalité doit être un sujet majeur en matière de maintien de l’ordre et de sécurité publique ; les activistes radicaux y trouvent un terrain Lire la suite

L’Assemblée nationale assouplit les critères de naturalisation pour les étrangers francophones

Les candidats devaient jusqu’à présent passer un test de connaissances linguistiques pour obtenir la nationalité française.
Les députés ont examiné, jeudi, les propositions de loi du groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP) et notamment celle visant à assouplir les règles de « connaissances linguistiques des candidats à la naturalisation »

« Le but est de dispenser les candidats francophones de passer un test linguistique spécifique destiné a des étrangers non francophones », explique Jacques Krabal, le rapporteur du texte.

Une proposition fait consensus à gauche : l’écologiste Paul Molac la juge « plus que bienvenue », la socialiste Marie-Anne Chapdelaine considère qu’elle est susceptible « d’empêcher toute procédure vexatoire ».

Le texte séduit aussi l’UDI : « On peut bien parler d’absurdité lorsqu’un candidat à la Lire la suite

« Le Suicide Français » d’Éric Zemmour censuré dans plusieurs bibliothèques municipales

« L’ouvrage d’Éric Zemmour « le suicide français » […] n’a pas sa place dans les rayons de la médiathèque ». C’est ce que déclare le maire communiste de La Ricamarie, dans un courrier officiel daté du 12 décembre 2014.

Depuis plusieurs mois, des habitants de diverses villes s’étonnent de ne pouvoir trouver le dernier essai d’Éric Zemmour dans leurs bibliothèques locales. Le Phare Dunkerquois, journal de la ville de Dunkerque, rapportait ainsi début février que « Le Suicide Français » était alors introuvable dans le réseau des bibliothèques de la ville. […]

La Ricamarie (42150), près de Saint-Etienne, dont Marc Faure, Maire PCF de la commune, se vante dans un courrier d’exclure volontairement cet ouvrage de la médiathèque et accuse celui-ci de contenir « de nombreux paragraphes qui entre dans [un] appel au rejet, à la stigmatisation et à la haine de l’autre  », de « stigmatiser les femmes et les féministes », de tenir « pour responsable du déclin de la France, les antiracistes, les juifs, les musulmans, les homosexuels, les immigrés, tous coupables selon lui de communautarisme et de complot contre la France » et de « faire preuve de révisionnisme ». […]

Marc Faure est par ailleurs candidat d’Union de la gauche de Saint-Etienne 2, canton 15 (Le Chambon-Feugerolles, La Ricamarie, La Cotonne, Les Terres, Tardy) aux élections départementales du 22 et 29 mars prochain.

Source

Départementales : l’UMP Yves d’Amécourt prêt à s’allier avec les communistes contre le FN

La tête de liste UMP en Gironde Yves d’Amécourt confirme son positionnement très à gauche et anti Front national.

Dans une interview au site Rue 89, le maire de Sauveterre-de-Guyenne, précise sa position quant au parti de Marine le Pen : «tous les candidats de Gironde Positive, et c’est un des points qui nous unissent, ont signé une charte précisant que nous voterons contre le FN et que nous ne ferons pas d’alliance avec les élus FN dans l’hémicycle, y compris pour l’élection du président du conseil départemental».

Mais le poulain d’Alain Juppé va encore plus loin : l’alliance avec le Parti communiste : «J’ai précisé qu’en cas de deuxième tour, nous appellerions même à voter pour un communiste. Le PC et les gaullistes ont en effet une histoire commune, celle de la guerre et de la Résistance, et je ne mettrai pas une pince à linge sur le nez pour voter communiste». Nul doute que cette déclaration risque de froisser nombre de ses électeurs.

Source

Dépense d’argent public dans les départements : la fête continue !

Contrairement à ce que clament leurs élus, les départements continuent de vivre dans l’opulence. En dépensant beaucoup, en recrutant toujours plus de fonctionnaires. Plongée dans les pratiques départementales, à quelques jours du scrutin des 22 et 29 mars prochains.

Au secours ! Les départements seraient asphyxiés par les baisses de dotations de l’État, alerte l’Assemblée des départements de France, arguant que, dans le même temps, leurs dépenses de RSA augmentent mécaniquement avec la montée du chômage. Leur situation financière serait tellement dégradée, plaide-t-elle encore, qu’ils n’auraient bientôt plus d’autre choix que de supprimer ici des places de crèches, là des soutiens aux handicapés. Mais qu’en est-il exactement ? Les départements sont-ils bien gérés ? Dépensent-ils à bon escient les 80 milliards d’impôts locaux qui leur reviennent chaque année ?

« Non, bien loin de l’asphyxie, les départements continuent de dépenser sans compter, rétorque sans détour Eudes Baufreton, délégué général de Contribuables associés. Il suffit pour s’en convaincre de comparer leurs dépenses, leur dette, le niveau de leurs impôts. D’un département à l’autre, les disparités sont considérables. Comment expliquer, Lire la suite

L’arroseur, arrosé… ou l’assistant accrédité « tour operator » de Martin Schulz !

L’assistant accrédité de Martin Schulz, Herbert Hansen selon le site du Parlement européen, conjuguerait tourisme et socialisme depuis la région d’Aix la Chapelle.

A la différence d’un assistant local, un assistant accrédité doit être basé sur l’un des trois lieux de travail du parlement européen, à Bruxelles, Strasbourg ou Luxembourg.

Dès la première page de recherche Google, l’on peut apprendre que celui-ci, à la différence de tous les assistants parlementaires accrédités ou locaux des élus FN/RBM, ne s’occuperait pas d’affaires européennes, ni même de politique, mais de tourisme via Euregio Tours GmbH & Co. KG, agence de voyage liée au SPD.

Martin Schulz illustre bien ces socialistes haineux, pathétiques, et pourtant si prévisibles à travers l’Europe. Il est clair, que selon les critères exposés aux médias par M. Schulz, celui-ci se doit de saisir l’OLAF sur son propre cas et celui de son assistant accrédité.

Martin Schulz, sans un commencement de preuve et par pur calcul politicien, a calomnié et jeté en pâture nos assistants, à la demande de son ami Manuel Valls à quelques jours des élections départementales.

Ceux-ci vont évidemment déposer plainte contre le Président du Parlement européen et seront Lire la suite

Le taux de satisfaction des administrés des maires FN? 73%

Voir le sondage


Les habitants de la dizaine de villes qui ont élu un maire Front national il y a un an se déclarent satisfaits à 73% de leur choix, dix points de plus que ceux de villes comparables dirigées par des élus d’autres bords politiques.

Un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Sud Radio et Paris Match diffusé aujourd’hui montre que seuls 27% des habitants des villes « frontistes » (Beaucaire, Béziers, Cogolin, Fréjus, Hayange, Hénin-Beaumont, Le Luc, Le Pontet, Mantes-la-Ville et Villers-Cotterêts) se disent plutôt ou très mécontents.

Ils estiment à 52% que les médias donnent une mauvaise image de leur ville mais 34% d’entre eux se disent « choqués » par certaines mesures prises par leur maire, comme la fin de la gratuité dans les cantines dans certaines villes.

De même, 58% des sondés estiment que leur maire est « sectaire », 20 points de plus que pour l’ensemble des communes. Les traits d’image des maires FN sont le plus souvent l’autorité (82%) et le dynamisme (81%), et leurs administrés sont 60% à souhaiter leur réélection, trois points de plus que dans les autres villes comparables.

Les personnes interrogées dans les villes FN donnent un satisfecit à l’action menée sur des thématiques comme la propreté (77%) ou la sécurité (73%) et sont 72% à estimer que l’argent public y est bien utilisé, contre 59% dans des villes de même taille tenues par des maires d’autres partis. Le maire Front national de Hénin-Beaumont et vice-président du parti Steeve Briois s’est réjoui de ces résultats.

« Ce taux de satisfaction est à la fois un désaveu pour le Système, qui promettait soleil noir et pluie de sauterelles dans le ciel de nos villes, mais aussi un plébiscite pour nos élus, qui depuis 12 mois se donnent sans compter, après avoir souvent récupéré des communes dans un état catastrophique », peut-on lire dans un communiqué de la formation d’extrême droite.

L’image du jour

B_01HCvWEAA8Uzk

Bénito perd les pédales…. Imaginons la politique répressive et anti-démocratique que pourrait mettre en oeuvre ce psychopathe incapable de tenir ses nerfs si par malheur il arrivait un jour à la présidence de la république.
Le pouvoir et l’autorité obligent à un certain calme et une mise à distance….

B_1My2SXAAM3L8i

Manuel Valls obsédé par le FN jusqu’en Pologne

Mais qui gouverne la France ?

Le Premier ministre français a saisi l’occasion de son passage au Centre européen de Solidarnosc pour reprendre ses attaques contre le FN.

Sans citer nommément le FN, il a affirmé que les valeurs de liberté portées par le syndicat de Lech Walesa étaient « aujourd’hui mises en cause. Par le terrorisme bien sûr qui s’attaque à la liberté, mais aussi par la montée du populisme et de l’extrême droite partout en Europe« .

Interrogé sur le fait que les ouvriers se tournent justement vers les extrêmes dans leur vote, le Premier ministre a estimé que « ceux qui pensent trouver leur salut dans le vote de l’extrême droite doivent savoir qu’elle ruinera les petits, les ouvriers, les salariés, les épargnants, les paysans ».

En fin d’après-midi, il a repris l’avion pour Varsovie où il doit rencontrer jeudi son homologue polonaise Ewa Kopacz et le président Bronislaw Komorowski. Il devrait à cette occasion évoquer avec eux l’attitude européenne vis-à-vis de la Russie, la Pologne défendant une ligne dure sur le conflit ukrainien.[…]

À Varsovie en fin de journée, le Premier ministre, qui a fait de la dénonciation de la résurgence de l’antisémitisme en France un de ses combats, devait visiter le nouveau musée Polin, premier grand musée consacré à l’histoire des juifs polonais, décimés pendant la Shoah. […]

Le Point