Vous avez dit islamophobie ? Une mise au point

Pierre Le Vigan, écrivain, journaliste, juriste.

« Toute critique même courtoise et nuancée de l’islam devient de l’islamophobie. Pour échapper à l’islamophobie, il ne reste qu’une voie : l’islamophilie systématique ».
Ne peut-on évoquer la situation actuelle sans utiliser le terme d’islamophobie à tort et à travers ? Nul ne doute qu’il y ait des gens qui critiquent l’islam, comme telle autre religion, ou comme telle croyance politique, pour des raisons caricaturales, mal informées, ou simplement très bêtes. Que le pouvoir ait tout intérêt à ce que monte une peur diffuse propice à l’union nationale (autour des responsables de la situation actuelle), c’est l’évidence. Que le pouvoir ne cesse de répéter « pas d’amalgame » tout en sachant très bien avec qui se fait l’amalgame, cela ne trompe pas non plus les esprits habitués à la communication gouvernementale.

Mais critiquer l’islam n’est pas principalement une question de phobie (peur de, angoisse de). En outre, la lutte contre l’« islamophobie » est menée par des militants de l’islam (ou des immigrationnistes aveuglés). Dans ces conditions, toute critique même courtoise et nuancée de l’islam devient de l’islamophobie. Pour échapper à l’islamophobie, il ne reste qu’une voie : l’islamophilie systématique.

Sortons donc de l’usage de ce terme piégé.

Restent de réelles questions. On doit pouvoir se demander, sans être taxé par quiconque Lire la suite

Pour réduire sa dette, la Grèce doit abandonner l’euro

Jacques Bichot, économiste, mathématicien de formation, professeur émérite à l’université Lyon3.

La dette grecque pèse aujourd’hui 320 milliards d’euros.
Encourager la production grecque en revenant à la drachme et réduire la dette en la convertissant en drachmes au taux existant lors du passage à l’euro résoudrait à la fois le problème de compétitivité et celui de l’endettement excessif.

La Grèce doit abandonner l’euro pour la drachme

Les gouvernements européens et les autorités bruxelloises tournent en rond à propos de la Grèce alors que la solution est, dans son principe, d’une extrême simplicité : que la Grèce abandonne l’euro et que sa dette soit convertie en drachmes au taux de change qui était celui de la drachme lors du passage de la Grèce à l’euro.

La drachme ne manquerait alors pas de chuter fortement relativement à l’euro, ce qui rendrait la dette grecque supportable (moyennant peut-être quelques rééchelonnements), et rétablirait la compétitivité de ce pays, sans avoir à réduire encore les salaires nominaux.

Une sortie de la zone euro inévitable pour redémarrer la production grecque

Lire la suite

Italie: VIDEO. Il est désormais impossible de construire une mosquée en Lombardie

En Italie, la Ligue du Nord vient de faire voter une loi anti-mosquée en Lombardie.

« Mosquée ne veut pas dire terrorisme, mosquée veut dire risque de terrorisme. Moi, je n’ai jamais vu un pasteur chrétien dire que tuer vous ouvre les portes du royaume des cieux », souligne Roberto Anelli, conseiller régional de Lombardie, face à la caméra de France 2.

« Oui à la polenta, non au couscous »

Les élus de la Ligue du Nord de Lombardie avaient déjà défrayé la chronique avec leur slogan « Oui à la polenta, non au couscous ». « Il y a beaucoup trop de musulmans, ça atteint des niveaux incroyables, moi, je veux que ça s’arrête », souffle un Italien.
La communauté musulmane italienne est, elle, abasourdie. « Ils dépeignent les musulmans comme des diables », déplore Bounegab Benaissa, le président de la Maison de la culture islamique de Milan.

Dernière Video de propagande l’Etat Islamique « Faites exploser la France »(maj: vidéo)

Addendum:

Hayat Boumeddiene aurait-elle été repérée dans une vidéo de Daesh appelant à faire «exploser la France»? C’est ce que tentent de savoir les enquêteurs, avance CNN en citant une source proche du dossier.

Pendant que les média complices et l’UMPS jouent à « FN fait moi peur », les islamistes français, résultat du multiculturalisme et de l’immigration, menacent la France depuis l’État islamique.

La Serbie et la Croatie n’ont pas commis de génocide l’une envers l’autre (CIJ)

Ni les Serbes ni les Croates n’ont commis de génocide pendant le conflit qui les a opposés de 1991 à 1995, a jugé mardi la Cour internationale de Justice, appelant les deux pays à coopérer pour la paix et la stabilité dans les Balkans.

Mais si Belgrade a réagi en appelant à une «paix durable» entre les deux pays, Zagreb a avant tout fait part de son mécontentement quant à une décision qu’il accepte néanmoins.

«Le génocide présuppose l’intention de détruire un groupe», a souligné le président de la CIJ Peter Tomka au cours d’une audience publique à La Haye, où siège l’organe judiciaire le plus élevé de l’ONU.

Or, a-t-il soutenu, si les deux parties ont bel et bien commis des crimes, l’intention de «détruire» l’autre groupe ethnique n’a pas été prouvée. Les faits semblent plutôt indiquer une intention de «déplacer par la force», selon lui.

M. Tomka a notamment évoqué certains des épisodes les plus sombres de la guerre de Croatie, Lire la suite

Le vrai communisme du XXIe siècle

Après les émeutes de 2005, Alain Finkielkraut eut cette formule, heureuse métaphore polémique, selon laquelle l’antiracisme était le communisme du XXIe siècle. Un idéal au départ généreux qui donne lieu à une insidieuse terreur intellectuelle et à une censure de la pensée, l’audacieux parallèle met bien en lumière la dérive dogmatique de l’antiracisme. Si l’aspect totalitaire de celle-ci peut être abondamment illustrée, comparaison n’étant pas raison, on conviendra que les crimes de masse du communisme surpassent, en terme d’ampleur et de gravité, l’abrutissement des masses par l’antiracisme.
Le véritable communisme de notre siècle, lui, tue vraiment. Et comme le communisme, son système immunitaire lui permet de le faire tout en niant être impliqué dans les meurtres perpétrés en son nom. Le véritable communisme du siècle, c’est l’islam.

Quand l’amalgame fait florès.

Le terme « amalgame », en tant que vocable défensif utilisé afin de flétrir celui qui dénonce une réalité que l’on veut nier sans avoir à argumenter, semble faire son apparition en France lorsque des voix se font entendre pour rapprocher les crimes du communisme et ceux du nazisme.

Jean-François Revel, dans son livre La grande parade, décrit les pathétiques convulsions et l’aveuglement de la gauche française (« même et surtout non communiste ») après l’effondrement du régime soviétique. Sous-titré Essai sur la survie de l’utopie socialiste, l’ouvrage de Revel donne à voir la puissance des mécanismes du déni qui se mettent alors à fonctionner et à structurer une certaine pensée politique en France.

Il nous rappelle par exemple que, lors de la sortie du Livre noir du communisme, les porte-voix de la socialie française s’indignèrent bruyamment du rapprochement qui y était fait entre totalitarisme communiste et totalitarisme nazi : pour eux, la belle et pure idée communiste ne saurait être criminogène et ceux qui prétendaient affirmer la comparabilité des deux idéologies étaient de dangereux réactionnaires. C’est Jean-Marie Colombani qui sera parmi les premiers à se servir du terme d’« amalgame », tandis que l’historienne rouge Lilly Marcou qualifiera l’ouvrage dirigé par Stéphane Courtois de « cadeau offert au Front national à l’heure du procès Papon ».

On le sait, l’accusation d’amalgame et sa pratique pavlovienne (le chantage au FN) constituent l’alpha et l’oméga de la contre-critique de gauche. Ces derniers peuvent apparaître telles des armes grossières mais leur efficacité n’est plus à prouver : on jette le discrédit à peu de frais sur un ennemi dialectique ainsi diabolisé, lequel n’a alors d’autre choix que de répondre à cette accusation et ne peut ainsi que difficilement argumenter sur le fond. De nos jours, ces basses armes sont toujours maniées avec autant de bonne conscience. Ainsi, la description de ces mécanismes de défense, au-delà de l’intérêt propre lié à l’histoire politique de notre pays, présente l’avantage de nous aider à mettre en lumière les mécanismes de défense de ceux qui refusent que l’on critique l’islam.

Celui qui ressasse aujourd’hui que « Vous faites le jeu du FN / de l’extrême-droite » lorsqu’on se borne à critiquer l’islam et ses crimes, se présente comme le digne héritier de Robert Hue, secrétaire national du PCF, qui, lors de l’émission de télévision « La Marche du siècle » consacrée au Livre noir du communisme, devant l’énoncé des crimes du communisme, se trouva fort intelligent, en guise de réponse, de sortir de sa poche et d’agiter sous le nez de Jean-François Revel et de Stéphane Courtois un exemplaire du journal du FN. Il est aussi l’enfant spirituel du Premier secrétaire du Parti socialiste d’alors, un certain François Hollande, qui déclarait, lors de la sortie du Livre noir : « Chercherait-on à préparer des alliances avec l’extrême-droite, que l’on prétendrait ainsi légitimer d’avance ? ». Hier, tout anticommuniste, en plus d’être un chien, couchait avec l’extrême-droite. Aujourd’hui, la critique de l’islam est islamophobe, donc objectivement d’extrême-droite. L’anticommunisme primaire d’hier est l’islamophobie d’aujourd’hui.

Celui qui brandit le désormais classique chantage à l’amalgame pour ne pas vous répondre Lire la suite

Nice : trois militaires en patrouille place Masséna agressés à l’arme blanche. L’agresseur avait été entendu par la DGSI et relâché (maj)

addendum: Agression à Nice: le nom de l’agresseur serait Moussa Coulibaly

Eric Ciotti, le président du Conseil général des Alpes-Maritimes « condamne avec fermeté l’agression de trois militaires à Nice » qui ajoute : « c’est la République qui vient une nouvelle fois, à travers ces actes, d’être attaquée »

Christian Estrosi vient de déclarer qu’une carte d’identité au nom de Moussa Coulibaly, le même patronyme qu’Amedy Coulibaly, l’auteur de la tuerie de la porte de Vincennes, a été retrouvée sur les lieux du drame.

source

—–

Trois militaires ont été agressés au couteau à Nice, dans les Alpes-Maritimes. Ils étaient en patrouille sur la place Masséna dans le cadre du plan Vigipirate. L’agresseur a été interpellé. Un militaire est touché assez sérieusement au visage.

Trois militaires étaient en faction, mardi 3 février, devant un centre communautaire juif du centre de Nice, dans le cadre du plan Vigipirate, quand un homme les a agressés au couteau, blessant deux d’entre eux.

Les militaires, dont l’un a été blessé au bras et un autre au visage, ont été pris en charge par les services de secours sur le lieu de l’agression, avenue Jean Médecin, à côté de la place Masséna, a constaté un correspondant de l’AFP. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

L’agresseur avait deux couteaux sur lui, mais n’en a utilisé apparemment qu’un, a précisé le premier adjoint de Christian Estrosi à la mairie de Nice, Philippe Pradal, qui s’est rendu sur place après les faits. Il a été interpellé grâce à l’intervention de deux agents du tramway, qui passaient à proximité, et d’un autre homme, toujours selon Philippe Pradal.

Les militaires assuraient la sécurité, dans le cadre du plan Vigipirate, devant un immeuble abritant le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association israélite. Quelque 10 500 militaires ont notamment été déployés dans le pays, dont 5 800 en Île-de-France, sur des sites sensibles, notamment les lieux de culte juifs et musulmans, devant des établissements scolaires ou les entreprises de presse, dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate après les attentats commis en début d’année à Paris.

« Je dénonce fermement l’agression violente contre les (…) militaires et demande des Lire la suite

Philippot (FN) : l’UMP, parti « qui n’existe plus »

Florian Philippot, vice-président du Front national, a pointé aujourd’hui « un capharnaüm à l’UMP », un parti, dit-il, qui « n’existe plus » et dont le président, Nicolas Sarkozy, n’a « plus aucune autorité ».

B86EPwKIMAA1CMc

Interrogé par Radio Classique sur la position d’Alain Juppé, prônant de faire barrage au FN au second tour de la législative du Doubs, l’eurodéputé FN a commenté: « C’est le grand capharnaüm à l’UMP. Nicolas Sarkozy qui est censé être le président de ce parti n’a décidément aucune autorité. Ca s’exprime dans tous les sens alors qu’il avait demandé le silence avant la prise de position officielle du parti » cet après-midi.

« L’UMP n’est plus dans un état de perdition mais dans un état de naufrage », selon le bras droit de Marine Le Pen. « Quand on voit à ce point des voix discordantes s’exprimer, on se rend compte que ce parti n’existe plus ».

Pour lui cependant, le maire de Bordeaux a surtout opéré « une ouverture d’hostilités vis-à-vis de Nicolas Sarkozy », c’est « une guerre des chefs ».

Le blog de l’ancien premier ministre, selon Florian Philippot, « Harlem Désir », ancien numéro un du PS « aurait pu le signer ». « L’UMPS, ça n’est décidément pas un fantasme », a-t-il ajouté, affirmant que « ces gens-là partagent tout », « sont d’accord sur tout ».

Quand Juppé excluait un membre du RPR pour avoir voté PS contre le FN (maj vidéo)

Addendum: vidéo d’archive qui montre la duplicité de l’UMP d’aujourd’hui

Le RPR décide de sanctionner Alain CARIGNON, après sa proposition d’un Front Républicain anti Front National et son appel à voter pour la candidate socialiste au 2ème tour des cantonales partielles de Villeurbanne.Déclaration d’Alain JUPPE, Secrétaire RPR refusant de faire la courte échelle au parti socialiste et justifiant ainsi l’exclusion d’Alain CARIGNON du RPR.

http://youtu.be/PRq3wMEWeLQ

Comment Alain Juppé s’est converti au front républicain

1990: il exclut un membre du RPR qui vote PS contre le FN

Le Alain Juppé de 1990, par exemple, était sur une toute autre ligne. Alors numéro 2 du RPR, il avait décidé d’exclure Alain Carignon, alors maire de Grenoble, de son parti puisqu’il avait appelé à voter socialiste au second tour d’une élection partielle à Villeurbanne pour contrer le FN. «Nous n’avons pas du tout l’intention de faire la courte-échelle au Parti socialiste», s’était justifié l’ancien ministre, après avoir mis en congé le maire RPR.
2013: Juppé préfère le vote blanc

Plus récemment, en juin 2013, l’édile de Bordeaux avait indiqué sur RMC/BFMTV qu’il n’était «pas sûr» que la stratégie du front républicain pour faire barrage au FN soit une «bonne idée». Il invitait alors à la prudence sur l’utilisation de la formule. «Je me demande même si ça n’alimente pas, d’une certaine manière, la propagande du Front national qui veut mettre l’UMP et le PS dans le même sac», disait-il à l’époque. Sa seule préoccupation était celle de l’alliance. «Nous avons une incompatibilité de valeurs mais aussi de programmes avec le Front national», vantait-il.
Trois mois après ces déclarations, Alain Juppé concrétisait sur son blog. «En cas de duel électoral FN/PS , hypothèse rarement vérifiée jusqu’à ce jour, je n’hésiterai pas , pour ma part: vote blanc», avait-il exprimé sur son blog, en septembre 2013, après les propos polémiques de François Fillon qui envisageait de voter pour «le candidat le moins sectaire».

Municipales 2014: le «piège» du front républicain

B855QgCCMAExu_B

Manipulation médiatique anti-FN: Selon les média la candidate du FN dans le Doubs croit «à l’inégalité des races» . Faux

Rien dans les propos tenus par sophie Montel il y a plus de 20ans ne concerne les races,
( et même si cela avait été le cas ça ne poserait aucun problème, il n’y a pas de délit d’opinion dans une démocratie libérale) elle ne parle que de civilisation et énonce des évidences.
Avant le second tour de la législative dans le doubs, les média font tout pour empêcher le FN d’avoir un nouveau député et se lancent dans une grande propagande. Encore une fois on constate la déréliction d’un système médiatique de plus en plus comparable à un système totalitaire.

Voilà exactement ce qu’a dit Sophie Montel il y a plus de 20 ans: Lire la suite