Financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi en 2007 : l’implication du malien Bani Kanté

Depuis quelques jours, notre compatriote Amadou Cheick Bani Kanté est au coeur de l’actualité française. Et pour cause: l’affaire de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi en 2007. On sait depuis plusieurs mois que la justice française a ouvert une enquête sur le financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le guide de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi. Une affaire très grave au yeux de la législation française.

(…)BANI KANTÉ, CONSEILLER SPÉCIAL D’ATT

Le cas de Amadou Cheick Bani Kanté semble être la piste la plus solide pour mieux comprendre le réseau de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Khadafi.

Plus connu sous le nom de Bani Kanté, cet homme d’affaires était également le Conseiller Spécial du Président ATT. C’est lui qui gérait l’avion présidentiel: les pilotes et l’équipage, les plans de vol, les royalties à payer dans les aéroports, les entretiens de l’appareil. ATT ne se déplaçait jamais sans Bani Kanté, puisqu’il était toujours à bord de l’avion présidentiel.

Il a été un moment le secrétaire national adjoint du Parti pour le Développement Économique et Social (Pdes).

Amadou Cheick Bani Kanté était également le grand patron des investissements libyens au Mali (son titre était “le représentant de la Libyan Africa Investment Portfolio (Lap)”) : les hôtels, les stations d’essence, les exportations de fruits pour le compte du pouvoir libyen, les financements occultes de telle ou telle personnalité, de tel ou tel projet, etc… Il est dit également que Bani Kanté jouait le même rôle pour toute l’Afrique de l’ouest pour le compte du pouvoir de Mouammar Kadhafi.

Le correspondant direct de Bani Kanté en Libye était le Libyen noir, Béchir Saleh. Celui-là même que khadafi appelait “le Noir” et qui était son directeur de cabinet et en quelque sorte son ambassadeur auprès des Chefs d’États africains, surtout francophones.

Il est dit que Amadou Cheick Bani Kanté et Béchir Saleh s’étaient connus en France, alors qu’ils y étudiaient tous les deux, avant qu’ils ne travaillent tous deux pour le pouvoir de Mouammar Kadhafi.

L’IMPLICATION DE BANI KANTÉ DANS L’AFFAIRE DE FINANCEMENT Lire la suite

Libye : Est-il encore possible d’empêcher la création d’un « État islamique d’Afrique du Nord » ?

Par Bernard Lugan (Ce communiqué peut-être repris à condition d’en mentionner la source)

Au point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier.

80052_remerciement-a-nicolas-sarkozy-lors-d-une-manifestation-de-libyens-le-18-mars-2011-a-benghaziAu point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier :

– A l’Est, en Cyrénaïque, l’offensive du général Haftar a été bloquée par les milices islamistes; le 22 juillet, à Benghazi, le quartier général de ses forces spéciales a même été pris d’assaut.
– A l’Ouest, en Tripolitaine, les milices de Misrata (Frères musulmans) et les salafistes de Tripoli surarmés par le Qatar et par la Turquie, paraissent prendre peu à peu le dessus sur les milices berbères de Zenten dans la région de l’aéroport principal de Tripoli. Le second aéroport de la capitale, celui de Maïtigua, est déjà contrôlé par les islamistes d’Abdelhakim Belhaj.

La stratégie des salafistes, des Frères musulmans et du Qatar est désormais claire : faire de la Libye une base de déstabilisation régionale. De fait, l’Égypte et l’Algérie sont directement menacées cependant que la Tunisie n’arrive pas à liquider les maquis des monts Chaambi. Quant au Maroc, il va être dans les prochains mois la cible d’un nouveau mouvement fondamentaliste baptisé Unicité et jihad au Maghreb al-Aqsa. Au Sud, le Mali, le Niger et le Tchad vont automatiquement subir la contagion de la situation libyenne.

Le processus de déstabilisation de la Libye a été très largement pensé et supporté par le Qatar qui, dans un premier temps, a utilisé Al-Jazira pour diaboliser le régime Kadhafi. Le bras armé de cet insatiable et arrogant petit émirat fut Nicolas Sarkozy qui, subverti par BHL, imposa l’intervention internationale en reprenant à son compte les mensonges d’Al-Jazira au sujet d’une menace inventée sur les populations de Benghazi.

La situation étant aujourd’hui ce qu’elle est, est-il encore possible d’empêcher la création Lire la suite

L’Etat islamique aux portes de la Jordanie (Vidéo)

Dans le sud de la Jordanie, la ville de Maan échappe au contrôle des autorités. Pauvreté, insécurité et extrémisme religieux forment ici un terreau pour l’Etat islamique. Il y recrute des djihadistes et ambitionne d’ajouter la fragile monarchie hachémite à ses conquêtes.

« Les salafistes n’ont pas de mal à recruter pour le djihad des jeunes en panne de débouchés, soupire Ahmed al-Bazia, coordinateur de la All Jordan Youth Commission, qui encourage à s’engager dans la vie publique. Ils leur redonnent de la dignité et une chance de se venger de l’Etat, qui les a laissé tomber. »

Coincé entre les grands du Moyen-Orient, le petit royaume hachémite, limitrophe d’Israël, a jusqu’à présent su préserver son image d’îlot paisible au coeur des tempêtes qui secouent la région, malgré les vagues de réfugiés (600 000 venus de Syrie) qui menacent de le submerger. Maan, 60 000 habitants, est comme une tache au milieu de ce tableau. Pauvreté, sentiment de persécution et radicalisme religieux alimentent les affrontements récurrents entre le gouvernement et la population, lourdement armée.

Désormais, le drapeau de l’Etat islamique (EI), flotte aussi à Maan, une ville de Jordanie écrasée de chaleur, à 220 kilomètres au sud de la capitale, Amman. Les ruines nabatéennes de Pétra et ses touristes étrangers ne sont qu’à 40 kilomètres. A la fin du mois de juin, une centaine de manifestants ont brandi ici la bannière noire en jetant des slogans qui sonnaient comme un serment d’allégeance : « Maan, la Falloujah [NDLR : la première ville d'Irak dont se sont saisis les insurgés] de Jordanie, félicite l’Etat islamique en Irak et au Levant pour ses conquêtes. » « Da’ech [l'acronyme arabe de l'Etat islamique] compte des partisans à Maan, affirme à L’Express Mohammed al-Chalabi, le leader local du courant sala fiste. Le groupe prospère dans les pays voisins et regarde désormais par ici. » […]

L’Express

 

Montebourg meilleur ambassadeur de l’analyse économique de Marine Le Pen

La présidente du FN s’est réjouie de la conférence de presse donnée par Montebourg après son départ du gouvernement. Elle estime à juste titre que les mots du petit opportuniste ne peuvent que confirmer que seule Marine le Pen a eu le courage depuis 2008 de dire la vérité aux français.

lire les Echos

La présidente du FN Marine Le Pen a salué lundi la « parole de vérité » du ministre sortant de l’Economie Arnaud Montebourg qui « fait sauter de nombreux verrous sur le chemin du mouvement (du FN) vers le pouvoir ».
Marine-Le-Pen-sourire

« Cette parole de vérité, en accréditant les analyses et propositions économiques du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, fait sauter de nombreux verrous sur le chemin de notre mouvement vers le pouvoir », a dit Mme Le Pen après la conférence de presse qu’a tenue M. Montebourg lundi après-midi à Bercy pour annoncer qu’il ne serait pas dans le prochain gouvernement.

« En reconnaissant que la zone euro est la seule région du monde coupée de la reprise et de la croissance, en admettant que les politiques d’austérité dictées depuis des années à la France par Bruxelles et Berlin sont inefficaces et injustes, et en jugeant ainsi très sévèrement la politique absurde menée dans notre pays par les gouvernements Hollande comme par les gouvernements Sarkozy, Arnaud Montebourg valide une part essentielle de l’analyse économique du Front National et du Rassemblement Bleu Marine », déclare Mme Le Pen.

Pour la dirigeante d’extrême droite, « cette parole de vérité d’Arnaud Montebourg, malheureusement bien tardive, ne trouvera évidemment aucun écho au PS ou à l’UMP, ni au plus niveau de l’Etat : les responsables de cette situation, signataires de tous les traités qui ont produit le cauchemar européen, ne pourraient bien entendu accepter de se dédire d’une manière aussi magistrale. »

« PS et UMP continueront à porter la doxa européiste qui ruine la France et les Français jusqu’à ce que les urnes les chassent du pouvoir », dit-elle.
Arnaud Montebourg a notamment jugé que « les politiques de réduction des déficits aboutissent précisément à la non-réduction des déficits et sont donc une absurdité financière car, en plombant la croissance, elles empêchent par la chute de l’activité la réalisation de leurs propres objectifs ».

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/afp-00611139-critique-de-lausterite-marine-le-pen-salue-la-parole-de-verite-de-montebourg-1035822.php?giQ0hIOviUtmgo2V.99

Réaction de Marine Le Pen à la vraie-fausse démission du gouvernement Valls

« Ce remaniement est un épisode supplémentaire d’une longue descente aux enfers », a déclaré lundi Marine Le Pen sur BFMTV, réagissant à la démission du gouvernement de Manuel Valls.


Marine Le Pen: "il faut dissoudre l'Assemblée… par BFMTV

Lire également :Arnaud Montebourg : toujours des mots, les mêmes mots…

La démission du gouvernement Valls annoncée ce matin offre une nouvelle démonstration de la désunion de la majorité socialiste et de l’incapacité du Premier ministre et du président de la République à obtenir le soutien de leur propre camp.

Le prochain gouvernement, dirigé par les mêmes hommes, restera à l’image des précédents : un gouvernement technique de soumission à l’Union européenne, chargé de mener une politique plusieurs fois rejetée par les Français.

De l’UMP au PS les gouvernements se succèdent mais les politiques ne changent pas. D’échecs en échecs, les mêmes hommes issus d’un même système, profondément francosceptique, mènent notre pays sur les voies du déclassement.

Dans ces conditions, il est plus que jamais nécessaire de redonner la parole aux Français et de dissoudre l’Assemblée nationale. Le pouvoir y sera de toute façon poussé par la perte de sa majorité à l’Assemblée Nationale.

En cette rentrée qui s’annonce difficile pour nombre de nos compatriotes, la valse des ministres  est un spectacle affligeant qui accroît légitimement l’inquiétude des Français quant à l’avenir de la France.

Marseille (13) : Un mort et deux blessés graves, dont un policier, lors d’une course-poursuite

Le conducteur d’une voiture a volontairement percuté un policier de la Bac ce soir peu après 20h à proximité de la cité Consolat (15e arrondissement de Marseille) le blessant très grièvement.

Le fuyard s’est ensuite dirigé vers le port de l’Estaque où il a de nouveau refusé de s’arrêter face aux forces de l’ordre qui ont ouvert le feu sur lui, le touchant à plusieurs reprises. Un projectile aurait également atteint une passante de 39 ans. Elle se trouve dans un état jugée très grave et a été transportée à l’hôpital Nord.

Quant à l’auteur des faits, il vient de succomber à ses blessures. Les marins pompiers sont actuellement sur place pour prodiguer les premiers soins.

La Provence

Syrie : L’Etat islamique prend un bastion clé du régime

Fabius, Hollande, BHL, Juppé et sarkozy voulaient détruire Assad au risque de mettre les islamistes au pouvoir. Ils les ont armé. Aujourd’hui Assad est au plus mal. Que va faire l’otan? Laisser le califat islamique d’Irak s’étendre à la Syrie, la Lybie ?.

Pour les électeurs Ps ou UMP : mesurez-vous les conséquences de votre vote ?.

———–

Les djihadistes de l’Etat islamique (EI) ont pris dimanche l’aéroport de Tabqa, dernier bastion du régime de Bachar al-Assad dans la province septentrionale de Raqa, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). En juillet et début août, l’EI avait chassé l’armée de deux bases importantes de Raqa, la base 93 et la division 17, après avoir tué plus d’une centaine de soldats..

Située à 200 kilomètres d’Alep, cette ville est stratégique pour les djihadistes puisqu’elle constitue la porte d’entrée de la vallée de l’Euphrate, une région au sol et au sous-sol regorgeant de ressources.

Les soldats se retirent de l’aéroport. «Les combats se poursuivent aux alentours de l’aéroport qui est tombé aux mains de l’EI, alors que les corps de dizaines de soldats syriens gisent» à l’intérieur, a indiqué l’OSDH. «La majorité des forces du régime se sont retirées de l’aéroport», ajoute l’ONG. La télévision officielle syrienne a confirmé que les soldats s’étaient retirés de l’aéroport militaire. «Après avoir mené des combats violents, les soldats se sont retirés de l’aéroport de Tabqa

De lourdes pertes pour l’Etat islamique. «Ils se sont déployés (à l’extérieur) et continuent de porter des coups durs aux groupes terroristes leur infligeant des pertes énormes», a-t-elle poursuivi.

Le JDD

En 2011 SAS expliquait quelles seraient les conséquences de la chute de Kadhafi. (Extrait de: SAS Les fous de Benghazi)

En 2011 SAS expliquait quelles seraient les conséquences de la chute de Kadhafi. (Extrait de: SAS Les fous de Benghazi)

Il commet juste une erreur, il voit l’émergence du califat en Lybie, et non pas en Irak comme cela s’est passé par la suite.

Télécharger en PDF l’extrait de SAS « les fous de Benghazi »

sas-191---les-fous-de-benghazi-881762

Ou lire la transcription ci-dessous:

Afin de contrer les Islamistes prêts à prendre le contrôle de la Libye post-Kadhafi, les Américains tentent de rétablir une monarchie constitutionnelle en Libye, avec le petit-fils du roi Idriss, renversé par Kadhafi.
Le prétendant au trône, Ibrahim Al Senoussi, qui habite Londres, vient au Caire pour prendre des contacts.
Or son vol échappe de justesse à un attentat avant son atterrissage au Caire. Un attentat réalisé à l’aide d’un missile venant de l’arsenal militaire Libyen.

Malko – Vous avez aussi découvert comment ce missile sol-air livré à la Libye de
Khadafi il y a treize ans, s’est retrouvé ici ?
Jerry Tombstone (CIA)– Nous avons une hypothèse plus que plausible. D’après les documents que nous avons récupérés à Tripoli, nous savons que le Strella était stocké dans une caserne de l’armée libyenne dans la ville d’Al Beida, à l’est de Benghazi. Deux jours après la « Révolution du 17 février » une foule d’insurgés en a chassé les soldats khadafistes et vidé le dépôt d’armes jusqu’à la dernière cartouche.
– Que sont devenues ces armes ?
L’Américain eut un sourire ironique.
– Nous en avons au moins retrouvé une. Les autres sont dans la nature.

Beaucoup ont été pillées par la population libyenne, d’autres sont vraisemblablement parties vers le sud, le Niger et le Mali, pour renforcer les katibas de l’AQMI (1). Les Services français nous ont signalé la présence de membres de l’AQMI dans la région de Benghazi, venus faire leur marché. Certaines sont parties pour l’Égypte. D’ailleurs, l’armée égyptienne a intercepté deux camions bourrés d’armes, des Kalachs, des RPG 7 et des munitions. Ce dont nous nous moquons. En revanche, c’est la première trace du stock de quarante Strella stockés à Al Beida.

– Ils n’ont pas été transférés à Gaza ?
Jerry Tombstone hocha la tête.

– It’s a distinct possibility (2). Mais pas forcément au Hamas. Il y a là-bas un groupe salafiste très actif, le Jund Ansar Allah, totalement radical. Il ne veut ni négociations avec les Israéliens, ni autre pouvoir que celui de Dieu. Ils ont proclamé, il y a quelque temps, l’Émirat Indépendant de Gaza, contre la volonté du
Hamas et sont intégrés au clan Dogmush, une puissante famille de Gaza. Ils sont financés par le Qatar, l’Arabie Saoudite et le Yemen. Et surtout, ils ont
des liens avec la branche clandestine des Frères Musulmans égyptiens, le Tanzim Al Assazi, qui, eux, sont très proches d’Abu Bokatalla, chef d’une katiba takfiri, originaire de Darna.

Nous savons, par des écoutes, que Abu Bokatalla est très lié au Qatar et très actif à la construction d’un Émirat islamique en Libye. Donc, c’est possible que certains des Strella volés à Al Beida se soient retrouvés à Gaza. Cependant, cela n’inquiète pas trop les Israéliens. Ces Strella ne sont pas dangereux pour des appareils de combat modernes, bourrés de contre-mesures électroniques.

Malko écoutait l’exposé de l’Américain, de plus en plus perplexe.

– Vous voulez dire qu’on a voulu tuer Ibrahim Al Senoussi et sa maîtresse en
sacrifiant délibérément les autres passagers de ce vol ? Il y a d’autres méthodes pour
liquider un gêneur.

Jerry Tombstone lui jeta un regard de commisération.

– En 1990, les Services libyens ont placé une bombe – une valise piégée – sur un
vol de l’UTA reliant Libre-ville, N’Jamena et Paris. La bombe a explosé au-dessus
du Ténéré, tuant évidemment tous les passagers. Les Services libyens avaient appris
qu’un opposant notoire au colonel Khadafi devait se trouver sur ce vol.
Heureusement pour lui, il a raté l’avion, mais les autres passagers sont morts.
– Pour rien.

Un ange passa, un brassard noir autour des ailes.

– Ce doit être facile de tuer quelqu’un dans une ville comme Le Caire. Sauf s’il
dispose d’une protection rapprochée efficace.
– Certes, reconnut Jerry Tombstone, mais le meurtre ciblé d’un Libyen au Caire
aurait embarrassé les Frères Musulmans qui se présentent aux élections législatives
dans quelques semaines.
– Ils font profil bas.
– Abattre un avion de ligne, ce n’est pas faire profil bas…On peut mettre cela sur le dos des extrémistes Jund Ansar Allah de Gaza. Ils sont déjà venus attaquer des Israéliens près d’Eilat, à partir du sol égyptien. Même si ceux-ci sont aidés par des membres du Tanzim Al Assazi , la branche clandestine des frères Musulmans.

– Bien, conclut Malko, il y a quand même un gros point d’interrogation :
pourquoi avoir tenté d’assassiner Ibrahim Al Senoussi ?

Jerry Tombstone hocha la tête, avec la satisfaction d’un professeur à qui on pose
une question intelligente.

– C’est la bonne question ! reconnut-il. Bien entendu, mon homologue de Vienne
n’a pas mentionné l’opération « Sunrise » ?

– Non, confirma Malko.
Les Américains avaient la manie de baptiser leurs manips secrètes de noms
poétiques.

Jerry Tombstone émit un hennissement plein de retenue.

– Eh bien, je vais vous mettre au courant. En revenant un peu en arrière. Depuis
2003, lorsque le colonel Khadafi a renoncé à se procurer des armes nucléaires, sous
notre amicale pression, nous étions redevenus amis. Il était toujours fou, mais
c’était notre fou.
– L’amicale pression avait consisté à menacer Khadafi de vitrifier la Libye s’il
s’obstinait dans la recherche du nucléaire.

Jerry Tombstone continua de sa voix professorale.

– En plus, nous avions le même ennemi : les islamistes et Al Qaida. Il s’est mis à nous aider beaucoup… Nous aussi, d’ailleurs, en lui signalant des gens qui
pouvaient lui nuire et en lui fournissant du matériel d’écoute. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsqu’a éclaté la révolte du 17 février 2011 à
Benghazi. Nous n’étions pas trop inquiets, connaissant le rapport de force entre l’armée de Khadafi et ces manifestants, mal armés et pas entraînés.Seulement, la France a fait du zèle, par droit-de-l’hommisme et a entraîné la Grande-Bretagne dans une croisade anti-Khadafi.

» Vous connaissez la suite : Khadafi savait mater des opposants mais n’était pas
de force contre l’OTAN.

» Ensuite, nous avons très vite compris que, parmi les opposants à Khadafi, les
seuls organisés étaient les Islamistes de tous poils, les autres n’étant que des « idiots
utiles » comme aurait dit Lénine.

» L’Agence s’est mise à travailler sérieusement et a découvert un pot-aux-roses
inquiétant : le rôle du Qatar. Certes, officiellement, il avait pris le parti des rebelles, donnant de l’argent et des armes. Nous avons appris que, secrètement, l’Émir du Qatar, le Cheikh Hamad, avait décidé de mettre la main sur la « révolution libyenne ».

– C’est loin du Qatar la Libye, remarqua Malko. Et le Qatar n’a pas besoin de
pétrole, il en a…
– Certes, reconnut Jerry Tombstone, mais il y a un lien entre les deux pays : la
famille Salabi, des Libyens opposés à Khadafi, car islamistes bon teint. Trois frères.
» Ali Salabi fut jeté en prison par Khadafi dans les années 80. Libéré, puis exilé, il

se réfugia au Qatar où il fut accueilli à bras ouverts par un théologien des Frères
Musulmans, Youssef Al Qaradawi, qui prêche sur la télé Al Jezirah que prôner une
constitution laïque en Libye équivaut pour un musulman à commettre un crime
d’apostasie…

– Rassurant… remarqua Malko.
– Je ne vous le fais pas dire, enchaîna Jerry Tombstone. C’est Ali Salabi qui a
convaincu l’Émir du Qatar d’aider les rebelles anti-Khadafi.
» À commencer par son frère, Ismail Salabi, qui a fondé la Katiba du 17 février, Lire la suite

Sept organisations s’unissent contre le FN

Alors qu’elles sont incapables de s’unir pour lutter contre le mondialisme qui ruine les salariés, les synidcats s’unissent contre le seul parti pour lequel vote le peuple. Bravo les collabos

——

C’est une première en Moselle. Des organisations syndicales s’unissent pour lancer une dynamique sociale anti Front national.

Hier à Metz, sept organisations syndicales départementales de Moselle ont adopté unitairement un plan d’actions pour lutter contre la montée du Front national jugée « i ncompatible avec le syndicalisme. Il s’agit d’une imposture sociale préjudiciable aux salariés, chômeurs, étudiants, lycéens et retraités. »

Au siège de l’Union départementale CGT, les représentants de la CGT, de la CFDT, de la FSU, de Solidaires, de l’Unsa, de l’Unef et de l’UNL, ont monté pour la première fois un comité de lutte pour dénoncer toutes les idées de l’extrême droite dans son ensemble…

Suite sur article payant du républicain lorrain

Montpellier (34) : Deux hommes tués dans une fusillade, un troisième en fuite. Le cri d’alarme du maire

Le maire de Montpellier Philippe Saurel (divers gauche) a «instamment» demandé aujourd’hui au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve des policiers supplémentaires après une fusillade qui a fait deux morts samedi soir, affirmant ne pas souhaiter que Montpellier «devienne Chicago».

«Après Marseille et Toulouse, la ville de Montpellier est touchée par des meurtres liés au trafic de drogue, je ne veux pas que Montpellier devienne Chicago, je demande instamment au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve l’envoi à Montpellier de 20 à 30 policiers nationaux pour renforcer les effectifs du commissariat central», a déclaré le maire DVG.

Le Figaro


Autre groupe terroriste de Gaza : le Jund Ansar Allah pire que le Hamas ?

Je suis étonné que la presse française fasse l’impasse sur Jund Ansar Allah, une organisation terroriste plus radicale que le Hamas et qui est à l’origine du califat de Gaza. Ce groupe voit d’un très bon œil le califat d’EIL en Irak, et a des intérêts dans la montée des violences. En 2012, dans SAS Les fous de Benghazi, Gérard de Villier démontre comment cette organisation, qui est en lien avec les frère musulmans et qui est financée par le Qatar, considère l’attaque de la Lybie par la France comme une très bonne nouvelle pour son projet politique.

Extrait d’un article de Times Off Israel

Après quatre semaines d’opération punitive israélienne, aérienne et terrestre, qui a fait près de 2 000 morts (dont environ 1 000 hommes armés, selon Israël) et détruit une grande partie de la bande de Gaza, le Hamas survit.

Pour Israël, cela pourrait ne pas être le pire cas de figure.

Parce que malgré son extrémisme violent, le Hamas régit un territoire, entretient un département de service social et contrôle les factions extrémistes plus réduites.

Grâce à des médiateurs, le Hamas et Israël ont conclu des accords en 2011 et en 2012, et en négocient un nouveau en ce moment-même au Caire.

Mais beaucoup d’organisations djihadistes compatriotes du Hamas à Gaza n’ont pas les mêmes intérêts. Pour la plupart, le seul objectif est de combattre, et pas seulement Israël, mais de propager le règne islamiste à travers le monde entier.

C’est pourquoi, au beau milieu du conflit le 28 juillet, le chef de la Defense Intelligence Agency sortant, le lieutenant-général Michael Flynn, a déclaré qu’à la place du Hamas pourrait s’installer « une entité comme l’EIIL », le groupe islamiste radical qui conquiert l’Irak et la Syrie.

« Si le Hamas était détruit et venait à disparaître, nous nous retrouverions probablement avec bien pire », a déclaré Flynn, selon Reuters.

(…)
Les groupes djihadistes

Un certain nombre de groupes djihadistes sont actifs dans la bande de Gaza. Ils sont favorables ou participent à l’objectif de l’État islamique et d’Al-Qaïda de rétablir un califat islamique international. Parmi eux, l’Armée de l’Islam, qui a participé à l’enlèvement de Shalit, et qui a kidnappé le journaliste de la BBC Alan Johnston en 2007.

Un autre groupe, Tawhid wal’Jihad, a tiré un certain nombre de roquettes sur Israël et est célèbre pour l’enlèvement et l’assassinat en 2011 de Vittorio Arrigoni, militant italien de l’International Solidarity Movement.

Un autre groupe, Jund Ansar Allah, a tenté d’attaquer Israël en 2009 et a déclaré Gaza émirat islamique cette même année, déclenchant un échange de tirs avec les forces du Hamas.