Pour Macron, les opposants à ses réformes sont « soit fainéants, soit cyniques, soit extrêmes »

On dirait que ça devient une habitude. Vendredi, lors d’une visite d’Etat en Grèce, Emmanuel Macron a brisé une nouvelle fois la règle tacite qui veut qu’un chef d’Etat ne parle pas de politique intérieure lorsqu’il se déplace à l’étranger… alors qu’il s’était expressément engagé à la respecter. C’est donc devant un auditoire conquis, celui de l’école française d’Athènes, qu’il a (re)fait savoir que « la France n’est pas un pays qui se réforme ».

« Je l’ai souvent dit et je le disais il y a quelques semaines en Roumanie. D’aucuns faisaient semblant de découvrir cette forme de provocation et je l’assume : la France n’est pas un pays qui se réforme », s’est exclamé Emmanuel Macron, répétant le même ronron libéral que le mois dernier. Alors à Bucarest, il avait déjà déclaré que « les Français détestent les réformes, il faut leur expliquer ».

« Je ne cèderai rien aux fainéants, aux cyniques, aux extrêmes »

Continuer la lecture de Pour Macron, les opposants à ses réformes sont « soit fainéants, soit cyniques, soit extrêmes »

La ministre des Outre-mer Annick Girardin évoque des scène de pillage à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

La ministre des Outre-mer Annick Girardin, de retour d’une journée de reconnaissance aérienne à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a évoqué des scènes de « pillages » qui se sont produits sous ses yeux et le renfort de 400 gendarmes pour y faire face, suite au passage d’Irma. Le Premier ministre néerlandais a évoqué de son côté une « situation grave » à Saint-Martin.

Saint-Martin: pillages et persécutions des blancs. Une situation de guerre civile.

Isabelle, Toulousaine de naissance, vit sur l’île antillaise de Saint-Martin depuis 25 ans. Cette médecin, qui séjourne actuellement en vacances à Toulouse, a habituellement, du fait de son métier, les nerfs solides. Mais depuis hier, elle est en panique totale et lance un appel au secours car elle craint pour la vie de son mari et de son fils qui sont, eux, sur l’ïle antillaise ravagée par l’ouragan Irma.

Ses dires sont corroborés par les témoignages d’autres résidents de l’île, qui, sur les réseaux sociaux, racontent que ces gangs défoncent les portes des maisons et disent « dehors les blancs ».

« Mon mari et mon fils sont en danger de mort, comme une grande partie de la population. C’est la guerre civile là-bas. On commence à entendre parler dans les médias des pilleurs qui ont dévalisé les magasins après le passage de l’ouragan, mais on est bien loin de Continuer la lecture de Saint-Martin: pillages et persécutions des blancs. Une situation de guerre civile.

Demain, le suicide démographique européen

 

Pour une fois, je ne vais pas parler d’économie mais de démographie, la beauté avec cette science humaine étant que l’on n’a pas besoin de faire des prévisions : ceux qui sont nés aujourd’hui seront là dans trente ans et ceux qui ne sont pas nés ne seront pas là. Cela est certain.

Je ferai abstraction de l’immigration nouvelle qui va continuer sans doute dans les 30 ans qui viennent, et je ne prendrai donc en compte que les réalités connues aujourd’hui c’est-à-dire les naissances.

Commençons par une petite remarque anecdotique : pour la première fois dans l’histoire la quasi-totalité des dirigeants européens n’ont pas d’enfants. Madame Merkel, Madame May, Monsieur Macron, les premiers ministres Italien, Suédois, Néerlandais, Luxembourgeois, Irlandais… aucun n’a d’enfants. Seuls le Belge Charles Michel et l’Espagnol Mariano Rajoy en ont deux chacun.

La pyramide démographique tient sur la pointe

Ma première remarque est que je ne peux pas m’empêcher de penser que celui qui n’a pas d’enfant n’a pas la même notion du futur que celui qui en a eu. Pour celui qui n’a pas d’enfant, le futur s’arrête sans doute à la prochaine élection ou à sa mort. Après moi, le déluge…

En Allemagne, 30 % des femmes de plus de 45 ans et 40 % de celles Continuer la lecture de Demain, le suicide démographique européen

Le nouvel impôt sur la fortune immobilière va alourdir la charge des propriétaires

Dans son programme fiscal, Emmanuel Macron a préconisé de concentrer l’ISF, impôt sur la fortune, pour le transformer en un nouvel impôt à venir sur la fortune immobilière. Que faut-il en attendre ? Sans doute rien de bon. Pour diverses raisons certes économiques, mais pas seulement.

Sur le plan économique, cela va proportionnellement alourdir un peu plus la charge qui pèse sur les propriétaires immobiliers et fonciers par rapport aux autres épargnants. Autrement dit, éloigner encore les investisseurs de ce secteur. Or, l’immobilier est stratégique et vital. Quand un pays connaît une crise du bâtiment ou de l’immobilier, c’est toute son économie qui s’en ressent. La catastrophe des subprimes l’a suffisamment montré. Pourtant l’immobilier français est déjà surtaxé. Non seulement à cause des charges sociales qui pèsent sur les entreprises du bâtiment, grandes consommatrices de main d’œuvre, mais aussi parce que la propriété immobilière subit un nombre toujours croissant d’impôts. Le capital affronte par exemple taxe foncière, taxe d’enlèvement des ordures ménagères, taxes d’aménagement, taxes d’urbanisme, droits de mutation en constante augmentation et autres taxes sur les logements vacants, sur les terrains devenus constructibles, sur les friches, surtaxe sur les résidences secondaires etc. Quant aux revenus fonciers, quand il en reste, ils peuvent être imposés à près Continuer la lecture de Le nouvel impôt sur la fortune immobilière va alourdir la charge des propriétaires

I-Média n° 166 : Défendez le cochon, ne soyez pas BFM-Macron !

Pour BFM, rien n’est bon dans le cochon
Fête du cochon à Hayange, la journaliste Salhia Brakhlia de BFMTV crie à la discrimination envers les juifs et les musulmans : « à la fête du cochon on n’y trouve que du cochon ». Une fête perturbée par l’association vegan 269Life qui s’est bien gardée de manifester lors des égorgements de moutons pour l’Aïd-El-Kebir.

Le Zapping d’I-Média

Continuer la lecture de I-Média n° 166 : Défendez le cochon, ne soyez pas BFM-Macron !

Annie Laurent : « la conscience d’une identité européenne s’est largement forgée dans la confrontation avec l’islam »

Titulaire d’un doctorat d’Etat en sciences politiques, Annie Laurent s’est spécialisée dans les domaines touchant aux questions politiques du Proche-Orient, à l’Islam, aux chrétiens d’Orient et aux relations interreligieuses. Auteur de plusieurs livres sur ces sujets, elle fut aussi nommée experte par le pape Benoît XVI au Synode spécial des Évêques pour le Moyen-Orient qui s’est tenu à Rome en octobre 2010.

Elle a bien voulu accorder un entretien fleuve au Rouge & le Noir à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, L’Islam – pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) publié aux éditions Artège en avril 2017. 288 pages.


Quelles sont les principales questions que soulève la présence de l’islam en Europe ?

Annie Laurent : « Naguère, nous rencontrions des musulmans, aujourd’hui nous rencontrons l’islam ». Cette phrase prononcée par le cardinal Bernard Panafieu, archevêque émérite de Marseille, dans une conférence qu’il donnait il y a une quinzaine d’années, illustre bien le changement de perspective qui s’est opéré, dans notre pays. Après la Seconde Guerre mondiale, les premiers immigrés musulmans étaient pour l’essentiel des hommes qui venaient en célibataires pour des raisons économiques et aspiraient à rentrer dans leurs pays d’origine une fois qu’ils auraient les moyens de faire vivre leurs familles chez eux. Ils n’avaient donc aucune revendication d’ordre religieux ou communautaire. Tout a changé à partir des années 1970 au cours desquelles divers gouvernements ont opté pour le regroupement familial (en France, ce fut en 1974, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing), puis pour des assouplissements en matière de nationalité (droit du sol plutôt que droit du sang) et, enfin, la possibilité accordée aux étrangers de fonder des associations de la loi 1901. Des évolutions de cette nature se sont produites dans la plupart des pays d’Europe, certains optant même officiellement pour le multiculturalisme, comme en Grande-Bretagne.

Ainsi, peu à peu, le Vieux Continent a eu affaire à une immigration de peuplement, donc définitive. Les musulmans en Europe veulent vivre Continuer la lecture de Annie Laurent : « la conscience d’une identité européenne s’est largement forgée dans la confrontation avec l’islam »

Pierre Bergé: L’immigrationiste et mécène des socialistes est mort

La grande faucheuse fait le ménage, il était temps… il y en a d’autres, on peut lui fournir une liste si elle a du mal à sélectionner ses prochaines victimes.

La Députée EnMarche Pascale Fontenel-Personne organise des visites payantes de l’Assemblée Nationale pour 119€ !

L’Incorrect, le magazine des convergences de droite

Je vous le conseille….

 

L’incorrect est le nouveau mensuel d’une droite fière et décomplexée. Le pari de Jacques de Guillebon, directeur de la rédaction de ce magazine, est résumé dans un vibrant éditorial :”Nous proposons une voie qui conserve et développe les vertus des multiples maisons de la droite, tout en bannissant les erreurs passées”. L’incorrect se veut une passerelle pour réinventer le logiciel politique et culturel de la droite. Pour présenter ce journal de 80 pages qui fait sa une sur la France périphérique (ceux qui ne sont rien), Martial Bild reçoit Jacques de Guillebon accompagné d’Arnaud Stephan, directeur de la communication du magazine.

La « rente immobilière » n’est pas celle que l’on croit

La «rente immobilière» est actuellement vilipendée dans notre pays. De quoi s’agit-il ? De l’apparition dans le compte de patrimoine immobilier des Français de flux de plus-values latentes, dues aux variations de prix des biens. Il faut tout de même un goût prononcé pour l’antiphrase pour appeler «rente» de telles plus-values, qui ne sont, par nature, ni liquides, ni même bien sûr définitivement acquises. Elles sont, dans nos comptes nationaux, appelées «réévaluations».
Elles ont certes été toujours positives dans les années précédant la dernière crise, mais, au cours des dix dernières années (2005-2015), elles ont été beaucoup plus hésitantes : sur ces dix ans, si cinq années font en effet apparaître une réévaluation positive (notamment 2006 et 2007), cinq sont au contraire associées à une réévaluation négative correspondant donc à une baisse moyenne du prix des biens détenus (notamment 2012 et 2013). Le bilan de la période reste positif (de l’ordre de +1,3 % par an), il est cependant très en retrait par rapport à celui de la décennie antérieure.

Il ne s’agit d’ailleurs là que de l’un des éléments figurant dans le compte de variations du patrimoine immobilier au cours d’une année donnée. Que nous disent les autres ?

Un patrimoine immobilier sous-entretenu

Continuer la lecture de La « rente immobilière » n’est pas celle que l’on croit

Le Royaume-Uni envisagerait de supprimer la libre circulation dès 2019

Selon le quotidien britannique « The Guardian », Londres pourrait aussi réduire le nombre d’immigrants européens peu qualifiés.

Le Royaume-Uni pourrait être amené à supprimer la libre circulation des travailleurs immédiatement après sa sortie de l’Union européenne (UE) en 2019et mettre en place des mesures pour réduire le nombre d’immigrants de l’UE peu qualifiés, selon des informations exclusives du quotidien britannique The Guardian, publiées mardi 5 septembre.

Le journal s’appuie sur un document de travail gouvernemental de 82 pages, daté du mois d’août, consultable en intégralité sur son site internet.

« En gros, pour être considérée comme avantageuse pour l’ensemble du pays, l’immigration ne doit pas seulement bénéficier aux migrants. Elle doit aussi profiter aux résidents », résument Nick Hopkins et Alan Travis, les deux journalistes qui se sont procuré ce texte.

Des milliers de familles séparées

Continuer la lecture de Le Royaume-Uni envisagerait de supprimer la libre circulation dès 2019

Londres veut privilégier les travailleurs britanniques au détriment des européens

Hoooo les fascistes! ils vont mettre la priorité nationale en place et contraindre le regroupement familial…. mais ils ont élu Marine Le Pen les anglais!


Ce n’est à ce stade qu’un document de travail du Home office, le ministère de l’Intérieur britannique. Et il doit encore être endossé par le gouvernement puis discuté avec Bruxelles. Mais il donne le ton, alors que Londres doit dévoiler d’ici à la fin du mois un livre blanc pour mieux contrôler l’immigration venant de l’Union européenne après mars 2019 et l’entrée en vigueur du Brexit.  Le « Guardian » a dévoilé mercredi de larges extraits d’un document de 82 pages qui, même si la Commission européenne n’a pas réagi officiellement, a de quoi empoisonner les négociations déjà difficiles entre Londres et Bruxelles sur les futures modalités du Brexit.

Limitation du regroupement familial

Ce projet daté du mois d’août égrène les mesures qui permettraient de donner la priorité aux Britanniques par rapport aux Européens sur le marché du travail outre-Manche. Pour limiter l’arrivée de travailleurs peu qualifiés venant d’Europe et son impact sur les salaires, il prévoit de plafonner à deux ans leur durée de résidence au Royaume-Uni. De leur côté, les travailleurs qualifiés venant de l’Union ne pourraient passer plus de 3 à 5 ans sur le sol britannique.

Le regroupement familial serait strictement limité aux seuls enfants de moins de 18 ans et aux « partenaires stables ». Les ressortissants de l’Union devraient montrer leur passeport pour entrer au Royaume-Uni – la carte d’identité ne suffirait plus – et ceux qui voudraient y séjourner plus de trois ou six mois devraient obtenir un permis temporaire en s’enregistrant dans une base de données biométriques qui pourrait contenir leurs empreintes digitales.

« Un plan pour étrangler Londres »

Continuer la lecture de Londres veut privilégier les travailleurs britanniques au détriment des européens

revue de presse et commentaires sur l'actualité